Artificialisation des sols : mieux comprendre pour lutter contre

Si aucune ne fait l’unanimité, les données disponibles permettent surtout d’alerter sur les grandes tendances du phénomène d’artificialisation.

Artificialisation, imperméabilisation, urbanisation… Quel terme utiliser pour rendre compte de la disparition des terres agricoles et des espaces naturels du fait des activités humaines ? Comment réagir ? Pour clarifier, disons que l’artificialisation englobe toutes les actions qui concourent à soustraire des espaces à une activité naturelle de la terre.

L’urbanisation et l’imperméabilisation des sols sont bien sûr concernées au premier chef ; la construction de logements, de zones industrielles et commerciales, d’infrastructures de transport et de loisirs, les mines et carrières à ciel ouvert ou encore les décharges génèrent une artificialisation des sols.

Le débat public porte, depuis quelques temps maintenant, sur le lien entre artificialisation des sols et disparition des terres agricoles qui inquiète les professionnels, les associations et organismes concernés et même « parfois » les pouvoirs publics (1) ! Pour objectiver le débat et quantifier l’évolution de l’artificialisation, qu’avons-nous à notre disposition ?

Source : CGDD, à partir des données du Cérema.

Des données disponibles, mais aucune qui fait référence
Une expertise scientifique collective, menée en 2017 par l’Inra et l’Ifsttar (2) et dont les résultats ont été présentés à Paris en décembre dernier (3), aborde bien l’ensemble des problématiques de l’artificialisation : sa quantification, ses impacts sur la faune et la flore, l’hydrologie, les paysages… mais aussi les possibilités d’éviter, réduire, voire compenser ses effets. Ce travail a aussi mis en lumière le fait que, malgré les données disponibles, aucune mesure quantitative ne faisait référence pour l’ensemble des acteurs. Par exemple, les ministères en charge de la transition écologique et de l’agriculture n’utilisent pas les mêmes instruments de mesure et leurs chiffres diffèrent notablement…

Entre 5,6% et 9,3% de terres artificialisés
Corine Land Cover
(CLC), outil d’analyse privilégié par le ministère de la Transition écologique et solidaire, s’intéresse aux changements d’affectation des sols européens et s’appuie sur des interprétations d’images satellitaires. Par ce biais, il estimait qu’en 2012, 5,6% des terres de France métropolitaine étaient artificialisées. Le ministère en charge de l’agriculture, qui lui utilise la base de données Terruti-Lucas (TL), alimentée par des enquêtes ponctuelles extrapolées à l’ensemble du territoire, annonçait en 2014 9,3% de terres artificialisées en France métropolitaine…

Outre leurs imperfections – CLC ne perçoit pas les changements qui affectent des zones de moins de 25 ha (surface suffisante pour l’installation d’environ cinq maraîchers !) et TL s’appuie sur une généralisation de constats locaux – ces outils n’ont pas les mêmes intervalles temporels de mesure et la précision n’est pas au rendez-vous, bien qu’il s’agisse d’un phénomène aussi préoccupant ! D’autres sources de données existent et confirment le phénomène mais elles ne permettent pas d’analyse plus fines, aucune n’étant dédiée spécifiquement à l’artificialisation des sols.

Pas de maîtrise sans mesure
Sans un outil de mesure et des chiffres incontestables, comment maîtriser vraiment l’artificialisation des sols ? Tout d’abord, il est impératif de mobiliser et d’intégrer les différentes sources de données disponibles sur l’ensemble du territoire national, voire européen. Il est ensuite nécessaire d’arrêter le processus, voire d’entamer une reconquête des sols artificialisés par leur renaturation. Pour cela, il faudrait effectuer sur l’ensemble du territoire un classement officiel de la qualité des terres agricoles et de la biodiversité des espaces naturels et réaliser un inventaire exhaustif des « friches » de toute nature (commerciales, industrielles, extractives, naturelles…). Ce classement pourrait contribuer à établir des arbitrages publics contraignants en matière d’urbanisation dans les zones rurales et péri-urbaines. De manière à maintenir une agriculture nourricière pour tous et des espaces naturels et forestiers indispensables au respect des objectifs climatiques auxquels la France a souscrit. La loi foncière annoncée pour l’année 2019 pourrait donner un cadre de mise en œuvre à ces objectifs.

Jean-Pierre Lecocq (Terre de Liens Île-de-France) – Article publié dans Transrural initiatives n°470 (sept-oct 2018)

1- Comme en témoigne la récente publication Théma du Commissariat général au développement durable : Objectif « zéro artificialisation nette » – Éléments de diagnostic (octobre 2018).
2- Institut national de la recherche agronomique et Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux.

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

Comments are closed.