Category Archives: Non classé

Pour une autre évaluation de la pauvreté

En 2014,  l’Observatoire  national  de la pauvreté  et de l’exclusion  sociale (ONPES) consacrait un rapport aux résultats d’une recherche sur les budgets de référence nécessaires pour une participation effective à la vie sociale. Présentation de ce travail avec Jean-Pierre Bultez, administrateur de l’ONPES.

Quels étaient les objectifs à l’origine du travail de l’Observatoire  sur  les  budgets de référence ?

L’approche « budgets de référence » repose sur la constitution par des groupes de citoyens de « paniers de biens » (composés de l’ensemble des biens nécessaires à la vie quotidienne) et leur quantification. © Matt Macgillivray/Flickr.

L’approche « budgets de référence » repose sur la constitution par des groupes de citoyens de « paniers de biens » (composés de l’ensemble des biens nécessaires à la vie quotidienne) et leur
quantification. © Matt Macgillivray/Flickr.

 Jean-Pierre Bultez : Depuis 2008, la Commission européenne s’intéresse à la question du revenu  minimum « adéquat » avec deux objectifs : promouvoir au sein de l’Union une prestation de revenu minimal dans un dispositif général de lutte contre la pauvreté et aller au-delà de la palette des indicateurs de la pauvreté en mesurant l’ensemble des conditions matérielles nécessaires à l’inclusion sociale. Cela a donné lieu à différents travaux dans certains pays européens comme le Royaume Uni ou la Belgique visant à établir des budgets de référence [définis comme la liste de biens et services nécessaires à une famille, d’une taille et d’une composition données, pour vivre à un certain niveau de bien-être, avec estimation de leurs coûts mensuels ou annuels]. En 2009, l’ONPES a choisi de réinterroger les critères d’établissement du seuil de pauvreté¹ en France, en s’appuyant sur des méthodes développées au Royaume Uni. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé

L’URSS, les jardiniers lyonnais et des végétaux disparus

À Lyon, une association œuvre à la vulgarisation des connaissances potagères et botaniques, et à la remise en culture de variétés anciennes.

Dans le cadre d'une éxpérimentation menée avec l'Institut russe Vavilov, les "adoptants" seèment, observent et récoltent des graines de variétés anciennes.  ©CRBA

Dans le cadre d’une éxpérimentation menée avec l’Institut russe Vavilov, les « adoptants » seèment, observent et récoltent des graines de variétés anciennes. ©CRBA

D’après l’Institut Vavilov, plus ancienne banque de semences au monde fondée en 1894, la France aurait perdu en un siècle, près de 85 % de sa biodiversité végétale domestiquée. Au XXe siècle, les hommes ayant délaissé leur pioche pour leur fusil, il ne restait que les femmes et les anciens pour nourrir toute une partie de la population au front. Des espèces et des variétés végétales ont été choisies pour produire avec le moins de main d’œuvre possible cette nourriture. S’en suivirent la standardisation et l’industrialisation de l’agriculture puis l’appropriation du vivant par les entreprises. Au fur et à mesure la richesse végétale cultivée s’est affaiblie. Au début du siècle dernier, Nikolaï Ivanovitch Vavilov (1887- 1943), agronome, généticien et botaniste russe, a conduit 115 expéditions de collecte de végétaux dans 64 pays avec une seule obsession : préserver l’humanité de la famine par la biodiversité. Il est passé par la France et notamment par la région lyonnaise. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Non classé

L’agriculture reprend lentement ses droits sur une base aérienne

Un terrain délaissé par l’armée à Bretigny-sur-Orge, à 35km au sud de Paris, va accueillir 50ha de cultures diversifiées et un espace-test agricole.

Plan du projet de réaménagement de la base aérienne de Bretigny issu du document "La Base - 300 hectares d'avenir". © Coeur d'Essone Agglomération.

Plan du projet de réaménagement de la base aérienne de Bretigny issu du document « La Base – 300 hectares d’avenir ». © Coeur d’Essone Agglomération.

En Essonne, le foncier  agricole se fait rare et à l’annonce de la   fermeture de la   base aérienne 217, il y a huit ans, plusieurs acteurs, dont la Région, la chambre d’agriculture et le pôle Abiosol, ont proposé d’intégrer un pole agricole biologique au projet de réaménagement. Les 300 hectares (ha) laissés par le ministère de la Défense sont alors occupés par des pistes asphaltées, des bâtiments militaires et quelques parcelles louées à l’Inra. Difficile d’imaginer l’installation de nouveaux agriculteurs ici. Pourtant, comme le précise Gaëlle Lacaze, de l’association Terre de liens Île-de-France, l’enjeu est de taille dans cette région où la production biologique représente à peine 2 % de la surface agricole utile, malgré le passage de 32 exploitations bio en 1998 à 221 en 2016¹. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé