France inter et Chemins d’avenir inventent le « young washing »

Le 22 février, France inter et la jeune association Chemins d’avenir ont organisé un évènement qui promettait un « dialogue sans filtre » entre la jeunesse et les candidats à la Présidentielle. Entre questions imposées, dépolitisation et infantilisation, zoom sur la manipulation des jeunes en période électorale.

L’émission du 22 février « Des candidats et des jeunes » organisé par France inter et Chemins d’avenir est visionnable sur Internet. Crédit photo : MRJC

aris, 22 février 2022, 9 heures. Le hall de la Maison de la radio est envahi par une foule hétéroclite. Des jeunes, fraîchement affublés d’un badge numéroté de 1 à 7, sont rangés sagement par petits groupes grâce à l’accompagnement des référents de Chemins d’avenir. À l’ouverture du studio 104, leurs voix couvrent le brouhaha : « Allez les C7, on peut avancer. » Chacun assure parfaitement sa mission en guidant « ses » 14 jeunes jusqu’à leur place attitrée dans la salle.

Quelques semaines plus tôt, Chemins d’avenir, une association qui « informe, accompagne et promeut les collégiens, lycéens et étudiants de la France périphérique à travers un système de parrainage » avait contacté ces jeunes par l’intermédiaire de 28 associations (dont le MRJC), pour leur proposer de participer à un échange avec les candidats à la Présidentielle. Un échange dont la forme permettait plutôt de donner la parole aux hommes et femmes politiques que de la laisser réellement aux jeunes.

Questions refusées

Une « grande consultation » avait été lancée dans la foulée, se résumant à un tableau partagé par mail, dans lequel chacun pouvait inscrire les questions qu’il souhaitait poser. La centaine de jeunes avait donc émis plus de 450 questions, plus ou moins longues, plus ou moins élaborées, plus ou moins techniques.

La démarche participative avait vite tourné vinaigre avec l’envoi, cinq jours avant l’évènement, d’un mail récapitulatif à chaque jeune, précisant la question et le/la candidat·e qui leur était imposé·e. Bien que certains jeunes se soient vu attribuer une question qu’ils avaient eux-mêmes soumise, d’autres ont découvert avec stupeur que leur question avait été reformulée, vidée de son sens ou tout simplement évincée pour une autre thématique.

Ainsi, la question : « Le foncier en milieu rural est généralement géré par quelques entreprises et particuliers : comment cet enjeu majeur est partagé et discuté ? » était transformée en ces termes : « L’accès à la propriété peut être une nécessité dans certaines zones rurales et gage de stabilité : comment faciliter l’accès à la propriété pour les jeunes ? » sous prétexte de la rendre « à la fois compréhensible par le plus de jeunes possible dans la salle, très anglée autour de la jeunesse et suffisamment précise ».

Une autre passait de l’inclusion du handicap au pouvoir d’achat des jeunes. Pire encore, une question sur les féminicides devenait simplement une question sur la série préférée de Yannick Jadot.

« Profitez du moment »

Pour rassurer tous ces jeunes, l’équipe d’organisation avait pris soin de les rassembler en visio-conférence une dizaine de jours avant l’évènement. Après la présentation du déroulé de la journée, Carine Bécard, journaliste politique à France inter et animatrice de la journée, leur a présenté une série de « conseils et bonnes pratiques pour prendre la parole le jour J ». « Surtout, au moment de poser votre question, vous devez absolument conserver votre neutralité. Pas de colère, pas d’agressivité, pas même de sourire, vous n’êtes pas là pour donner votre avis », a-t-elle préconisé avant de conclure : « Pensez bien à profiter du moment. Ces personnes que vous voyez habituellement à la télévision, elles seront là, devant vous, vous pourrez les voir de près, presque les toucher, vous les entendrez respirer. C’est une chance unique, ça n’arrivera qu’une seule fois dans votre vie. »

C’est dans ce contexte que la journée se lance dans l’auditorium. Les dirigeantes de France inter et de Chemins d’avenir se succèdent à la tribune. « Profitez de cette journée les jeunes, c’est votre moment. » « Depuis de longues semaines, nous avons pensé cet évènement pour vous, c’est une chance unique que vous avez aujourd’hui. »

Salomé Berlioux, fondatrice de Chemins d’avenir, conclut sa prise de parole en rappelant à quel point il est primordial de laisser la parole aux jeunes dans le débat public, comme elle le clame à qui veut l’entendre depuis le début de cette campagne. L’organisation a même cru bon de faire venir Brice Teinturier, directeur d’un institut de sondage, pour qu’il présente aux jeunes leurs propres avis, opinions et aspirations. « Vous, les jeunes d’aujourd’hui, voici ce qui vous préoccupe, et voici ce que vous pensez. »

10 secondes par jeune, 43 minutes par candidat

À 10 heures, le show peut enfin commencer et c’est Fabien Roussel qui inaugure ce format : un candidat sur scène, 45 minutes, 14 jeunes, 14 questions. Chaque jeune dispose de 10 secondes pour se présenter et poser sa question. Le reste du temps est dévolu au candidat. Surtout, il est bien précisé qu’il n’est pas possible de répondre ou de reposer une question complémentaire. Le « timing trop serré » vient légitimer l’absence de dialogue.

À de nombreuses reprises, les candidats usent de leur talent oratoire pour éviter les questions. Seuls les deux journalistes présents sur scène peuvent reformuler la question ou creuser une réponse qui semble fébrile. Lorsque Carine Bécard demande à un jeune entrepreneur si la réponse formulée par Valérie Pécresse sur le soutien à la création d’entreprises lui convient, celui-ci, désarçonné par la question-surprise, peine à trouver ses mots. La journée se terminera par la conclusion de Thomas Snegaroff, journaliste à France inter, qui reprend les mots de Brice Teinturier le matin-même : « Après ça les jeunes, je vous supplie d’aller voter, sinon ce sera une démocratie de seniors. »

Et si au lieu de nous rabâcher les oreilles avec l’éternelle injonction à aller voter, on nous laissait véritablement la parole pour « dialoguer sans filtre » avec les candidats ? Les jeunes présents auraient été en capacité d’animer ce genre de débat. Encore aurait-il fallu y penser…

Quant à l’épisode avec le jeune entrepreneur, il rappelle que nous ne sommes pas tous égaux face à la prise de parole : le niveau d’éducation et le milieu social y jouent pour beaucoup et c’est tout le propre de l’éducation populaire de partir de ce constat pour accompagner et former, avec des outils, à cette prise de parole. Cet aspect est essentiel car ce n’est qu’en laissant réellement la place aux principaux concernés qu’on leur permettra de prendre part à la vie politique du pays. ■ Maël Pousset et Jade Bernard-Grignola

Cet article est extrait du Transrural initiatives n°490, daté de février-mars-avril 2022.
Le sommaire complet ainsi qu’un extrait du magazine et de son dossier « Repenser le travail en rural », sont disponibles ici.
Pour commander ce numéro, rendez-vous sur notre boutique en ligne. S’il ne figure plus dans l’onglet « Le numéro du mois », choisir « Ancien(s) numéro(s) » et indiquer « 490 » dans la commande.

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2022

Comments are closed.