Kochersberg : d’un grand projet inutile à la recherche de résilience

Le jeune collectif La Traverse, constitué de trois diplômé•es en politique territoriale, sillonne les routes de France à la rencontre des acteur•rices qui font des territoires ruraux des lieux de vie singuliers et favorables à la transition écologique et sociale. Une série d’articles restitue quelques-unes de ces rencontres, détaillées dans des podcasts sur le site : latraverse.lepodcast.fr. Quatrième étape dans le Bas-Rhin

La construction d’une autoroute sur les territoires ruraux proches de Strasbourg a rencontré une vive opposition. Celle-ci a permis d’impulser des dynamiques locales de transition.

Le Kochersberg est une région naturelle située à l’ouest de Strasbourg, qui tend à devenir une zone périurbaine. Elle s’étend sur la Communauté de communes du Kochersberg (25 000 habitants, 130 km2) et sur la partie occidentale de l’Eurométropole de Strasbourg (500 000 habitants, 340 km2). Sur ce territoire, la réalisation du grand contournement ouest (GCO), dans les cartons depuis les années 1970, est en cours. Construite par l’entreprise Vinci, cette autoroute de 24 km a officiellement pour objectif de diminuer l’engorgement des routes dû au trafic pendulaire entre la métropole et les territoires alentours.

Toutefois, au vu des nombreux rapports qui ont prouvé que cette solution était inadaptée (1), l’ambition principale de ce projet est plutôt de faciliter le trafic routier européen. Il constitue une pièce d’un ensemble d’infrastructures visant, selon ses opposants, « à transformer la plaine d’Alsace en couloir à camions ». Pour eux, l’autoroute rentre dans la catégorie des « grands projet inutiles et imposés ». Ils se caractérisent par le fait d’être imposés par le haut, ici l’État, de correspondre à un impératif de croissance économique, et de se faire au mépris des impacts localisés sur la santé et l’environnement (2).

L’opposition

C’est justement au nom de ces deux enjeux que des habitants du Kochersberg se sont massivement mobilisés contre le projet. L’association Duppigheim qualité de vie (DQV) a mis en avant le manque de considération pour les impacts sur la santé des riverains dans les villages proches du GCO, et a prévu de réaliser des relevés de pollutions atmosphérique et sonore sur le tracé avant et après la mise en activité de cette route. Le collectif Strasbourg respire, créé en 2014 par un groupe de médecins, pointe du doigt ces effets et déplore que les autres options telles que le ferroutage ou le fret fluvial n’aient pas été privilégiées (3). Le GCO entraîne également la bétonisation d’espaces agricoles et forestiers, dont 300 hectares de terres agricoles. « On est sur des terres parmi les plus fertiles d’Europe, qui vont être bétonnées alors qu’elles sont vitales pour notre autonomie alimentaire », déclare Luc Huber, maire de Pfettisheim.

Dix hectares de forêts centenaires ont également été détruites, alors qu’elles jouaient un rôle d’atténuation de la pollution atmosphérique autour de Vendenheim et permettaient que la ville, bien qu’adjacente à une autoroute pré-existante, soient relativement peu polluée. La mobilisation contre ce projet, depuis son retour en force en 2005, a pris différentes formes : distributions de tracts, manifestations, blocages de machines et installation d’une éphémère zone à défendre (ZAD). Située à Kolbsheim, celle-ci avait pour vocation d’héberger les opposants à proximité des lieux du chantier, pour qu’ils puissent alerter les habitants, notamment en sonnant au clocher du village. La lutte s’est également déclinée sur le terrain du droit, avec de nombreux recours juridiques et des études supplémentaires, sous l’impulsion entre autres de l’association Alsace Nature.

Prise de conscience accélérée

Si cette forte mobilisation n’a pas suffi à empêcher le début des travaux, elle laisse des marques durables, notamment grâce aux liens créés entre les opposants. Elle a entraîné, chez des personnes qui n’étaient pas forcément des militants de longue date, une prise de conscience accélérée des effets destructeurs du modèle dominant. C’est bien le fait d’être touché dans sa vie quotidienne et dans sa santé, et d’être confronté à la violence policière4, qui permet de s’interroger sur des problèmes systémiques. Cette lutte a ainsi entraîné, chez les opposants, un regain d’intérêt pour la transition écologique. En témoigne par exemple l’organisation à l’été 2018 d’un festival construit sur deux axes : une impasse Robert Herrmann (du nom du président de l’Eurométropole), et une autoroute de la transition, présentant les alternatives dans le domaine de la mobilité (organisation de covoiturage à l’échelle d’un village, autostop organisé…) ou afin de développer l’autonomie du territoire pour qu’il puisse se passer des flux de camions.

De nouvelles vocations

Plusieurs associations créées à l’occasion de la lutte contre le GCO élargissent aujourd’hui leurs missions. C’est le cas de l’association La réserve du Bishnoï, qui a organisé, malgré le confinement, un marché aux plantes reproductibles, et cherche à pérenniser un marché local et de vrac dans le village d’Ernoslheim. Même son de cloche à Duppigheim, où Julien Haegy, de l’association DQV, déclare : « même si l’autoroute se fait, il y a d’autres choses à défendre, d’autres combats à mener ». L’opposition a également créé des vocations, puisque, d’après Christine Ludes, du collectif GCO non merci, « on a dans le Kochersberg entre 10 et 20 listes pour les municipales qui contiennent des anti-GCO. Bon nombre d’entre eux ne se seraient jamais présentés sans cette aventure. » Plusieurs, dont Julien Haegy et Guillaume Bourlier, de La réserve du Bishnoï, ont été élus et sont bien déterminés, chantier ou pas, à accélérer la transition écologique de leur village.

Alexia Beaujeux (La Traverse) – Article publié dans Transrural initiatives n°480

1 – Voir par exemple celui du bureau d’étude TTK de 2005 : https:// gcononmerci.org/tout-sur-le-gco/rapports.
2 – Collectif des plumes dans le goudron, Résister au grands projets inutiles et imposés, Editions textuel, 2018.
3 – Voir à ce sujet les positions de l’association : https://strasbourgrespire.fr.
4 – Comme au moment de l’évacuation de la ZAD de Kolbsheim, qui avait réuni plusieurs centaines d’habitants du village.

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2020

Face à la pandémie, les circuits courts ?

Le Covid-19 a mis sous pression nombre de paysan·nes et renforce l’attrait pour la vente directe, les magasins de producteur·rices et les commandes en ligne. Aperçu en sud-Aveyron.

La réserve de la Biocoop de Saint-Affrique reconvertie en terminal de remise des commandes.

A Saint-Affrique, 8 000 habitant·es, les habitué·es du marché du samedi matin ont dû changer leurs habitudes : ce rendez-vous vital pour les producteur·rices locaux·ales avait été suspendu le 20 mars, par décision du maire à la suite des annonces gouvernementales.

Comme ailleurs, nombre de voix ont pointé l’injustice et l’incohérence de laisser, en parallèle, les grandes surfaces fonctionner quasiment sans changement.En dialogue avec la mairie, l’association des commerçant·es et des exploitant·es agricoles du marché a fini par obtenir de la préfecture sa réouverture : le 18 avril, un quart des 66 étals habituels ont pu s’installer dans les locaux de l’école publique en suivant un protocole concerté : limitation des flux, marche en avant, service par les vendeur·ses, port de protections…

Pour les paysan·nes, le confinement entraîne une difficulté à commercialiser sa production par les circuits habituels ; la gestion des stocks s’avère problématique – notamment pour les éleveur·ses ; la garde des enfants ou l’éloignement des proches ne facilitent pas l’adaptation du travail. La situation est particulièrement tendue pour celles et ceux, nombreux·ses dans la région, dont le réseau est diffus ou qui viennent de démarrer.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Frêne et prunellier au menu du troupeau

Alors que la recherche se penche sur les arbres fourragers, des éleveur·se·sdu Maine-et-Loire expérimentent le pâturage de leurs haies.

L’Inrae de Lusignan, comme les éleveur·se·s du Maine-et-Loire, expérimente le pâturage d’arbres sur pied. (Crédit : Inrae)

En 1976, nombre d’éleveur·se·s ont sorti la tronçonneuse pour nourrir leur troupeau avec les feuilles des arbres bordant les pâtures, seule verdure ayant résisté à la sécheresse. Les vaches affamées accouraient au bruit du moteur et gare au paysan en équilibre sur son échelle ! Aujourd’hui, les sécheresses estivales sont courantes et il n’est pas rare d’entamer le stock de foin pour l’hiver au cœur de l’été. Face à ce constat, « beaucoup voient les arbres comme un fourrage d’avenir », affirme Sandra Novak, agronome. A l’Inrae de Lusignan (88), elle s’apprête à tester le pâturage d’arbres sur pied dans le cadre d’une expérimentation sur 20 ans visant à « proposer aux éleveurs des pratiques leur permettant de vivre de leur production laitière dans un contexte d’aléas climatiques et de raréfaction des ressources en eau et en énergie fossile ».

Innovation ou retour en arrière

Alors, face au changement climatique, rien de tel qu’un retour aux pratiques des ancien·ne·s ? C’est ce que pensent les membres du groupe Arbres et semences du Civam AD49, en Anjou, qui ont mis en place plusieurs tests en 2019. L’été dernier, Yohann Buret, éleveur de brebis laitières et de quelques bovins, a alterné foin et branches de frênes dans la ration de ces derniers. Dans le carnet de bord en ligne du groupe, Yohann partage quelques photos : il ne reste plus une feuille sur les branches après le passage des quatre vaches et leur suite et celles-ci n’ont pas maigri ! Il estime à 50 % l’économie de foin réalisée et à une heure le temps de la coupe. Mais il faut aussi retourner les branches pour que les ruminants aient accès aux feuilles du dessous, puis sortir le bois des champs… « L’objectif, c’est de savoir si c’est un surplus de travail. Et si ça entame la capacité de la haie à repousser au printemps… On fera le point au bout d’un an. »

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Retraites : quelques liens pour en savoir plus

Sélection non exhaustive de textes officiels et d’analyses critiques sur la réforme des retraites.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Les retraites des agricultrices resteront parmi les plus faibles

La réforme devrait bénéficier à une partie des exploitants agricoles, principalement par le biais de l’instauration d’une pension minimum, proche du seuil de pauvreté…

En 2015, environ 24% des chefs d’exploitation agricoles sont des femmes. (Crédit : DR)

Le projet de loi sur la réforme des retraites, qui devrait être présenté en Conseil des ministres fin janvier 2020, ne fera que des perdants, ou presque. « On est sûrs qu’on ne va pas y perdre mais on ne sait pas vraiment si on va y gagner et cela n’en fait pas une réforme juste ou favorable aux femmes », estime Véronique Marchessaux, secrétaire nationale de la Confédération paysanne, suite à une réunion avec les conseillers des ministères de l’Agriculture et des Solidarités, le mardi 7 janvier 2020.

C’est qu’on peut difficilement faire pire… Les pensions des agriculteurs non-salariés sont 2,5 fois plus faibles que celles des autres Français. Selon le Conseil d’orientation des retraites, elles étaient en 2015 de 730 € par mois en moyenne. Pour ceux qui ne disposent pas d’autres revenus, c’est donc bien en dessous du seuil de pauvreté, d’environ 1 000 €. Mais c’est encore plus difficile pour les femmes.

Des inégalités flagrantes
D’après le Sénat, en 2015, le régime vieillesse de base des non-salariés agricoles comptait environ 1,5 million de retraités dont 870 000 femmes. 716 000 ont eu différents emplois, notamment salariés, et ont donc une pension totale moyenne de 1 080 € par mois, mais les autres ne touchent que 500 à 600 €.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2019

« Au nom de la terre » : comment en parler

Le 25 septembre, le film Au nom de la terre est sorti, mettant à l’écran les difficultés de nombre d’agriculteurs et d’agricultrices.

Au nom de la terre, réalisé par Édouard Bergeon, sortie le 25 septembre 2019 – diffusé par Diaphana – plus d’infos : diaphana.fr/film/au-nom-de-la-terre.

Le film raconte l’histoire de Pierre qui reprend la ferme familiale et y vit heureux avec sa famille, « du moins au début » comme le précise le synopsis. Et pour cause, les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise et sombre peu à peu.

Ce film est une surprise, un événement. Rares sont les productions grand public traitant du monde agricole avec autant de justesse et de franchise. La sensibilité qui s’en dégage met à mal les statistiques froides sur le suicide et les discours tièdes sur le monde agricole. Voir Au nom de la terre en salle, c’est comme se réunir autour d’un feu et écouter une histoire très dure mais merveilleusement racontée. C’est un film qui travaille les consciences, un film au constat implacable, un film question qui ne donne pas les réponses et c’est très bien ainsi. Mais c’est un film qui ne peut pas rester sans réponses.

Reconnecter agriculture et société

Édouard Bergeon, le réalisateur, met en scène l’histoire de son propre père et incarne un trait d’union parfait entre le monde agricole et le reste de la société ; il parle de sa vie, de celle de ses parents, de l’histoire contemporaine de l’agriculture. Son film soulève la poussière en abordant toutes les problématiques qui traversent nos campagnes.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Lait cru : une association qui en fait tout un fromage

Entretien avec la journaliste Véronique Richez-Lerouge, présidente de Fromages de terroirs, une association qui combat la standardisation des fromages.

Comment est née l’association Fromages de terroirs ?

Véronique Richez-Lerouge : Cela fait plusieurs années que je percevais un problème de médiatisation sur les fromages au lait cru. Journaliste, je rencontrais souvent des petits producteurs ou des petites entreprises, bien seuls sur ces questions. En 2001, j’ai créé l’association Fromages de terroirs pour informer l’opinion publique sur la richesse de notre patrimoine fromager. Nous avons pris, à cette époque, des positions qui ont déplu à certaines filières : la dénonciation du poids des multinationales dans les appellations d’origine protégée (AOP) ou de la pasteurisation des fromages sous AOP. Aujourd’hui, l’association regroupe près de 400 parrains : chefs, fromagers, producteurs, citoyens.

Que pensez-vous de la récente « croisade » du ministère en charge de l’agriculture contre les fromages au lait cru ?

V. R.-L. : La position du ministère est irrationnelle. Dans un premier temps, il faut savoir de quelle contamination on parle. Dans la communication de la DGAL1 qui déconseille les fromages au lait cru aux enfants de moins de cinq ans et aux femmes enceintes, il s’agit des EHEC2 une version hautement pathogène d’Escherichia Coli. Or, 54 % des contaminations aux EHEC sont liées aux steaks hachés, 20 % aux rapports interhumains, 20 % aux légumes mal lavés et à la transmission par les animaux et seulement 3 % aux fromages !

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2019

Contrats de ruralité : entre annonces et réalité

Claude Grivel, président de l’Union nationale des acteurs du développement local, revient sur le bilan de la mise en place des contrats de ruralité (1).

Dans quel contexte les contrats de ruralité ont-ils émergé ?

Claude Grivel : Il était une fois une ministre qui avait commandé il y a quelques années un rapport sur le thème de l’égalité des territoires (2). Les ministres passent, les tiroirs gardent la mémoire des écrits et les fonctionnaires de quelques éléments de diagnostic, dont celui-ci : les politiques de l’État et de l’Europe servent d’abord les métropoles. La ruralité se sent abandonnée, voire maltraitée et réclame une politique dédiée. À un an des Présidentielles de 2017, le gouvernement décide d’agir et propose de signer avec les intercommunalité (3 des contrats de ruralité pour programmer la réalisation d’actions dès 2017 et jusqu’en 2020, fin de la mandature municipale en cours, sans prévoir, au-delà des annonces, de financements spécifiquement dédiés.

Quel est leur sens général ?

C. G. : Qui dit contrat dit projection – comment se projeter dans un avenir désirable et avec quelles priorités ? – et engagement de l’État et du local sur des actions qui répondent à des objectifs communs. En filigrane, on retrouve la question de l’aménagement et du développement des territoires. L’enjeu est de sortir, par la contractualisation, des effets de clientélisme. C’est aussi un moyen pour l’État de cibler des priorités de financement selon quelques axes, en fléchant mieux ses dispositifs.

Lire la suite de l’article publié dans Transrural initiatives n°474 (mai-juin 2019) sur le site de l’Unadel

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2019

Survivalisme : que les meilleurs gagnent (de l’argent)

Du 22 au 23 mars, se tenait à Paris la deuxième édition du Salon du survivalisme. Visite guidée.

Pour les organisateurs du Salon, « en s’équipant de produits et en investissant dans des systèmes leur permettant d’accroître leur autonomie, les survivalistes se préparent à la survenance de certains risques. L’adoption de ce mode de vie est la clé pour devenir un citoyen responsable et respectueux de l’environnement »…

Si la légende veut que l’autruche en cas de menace enfouisse sa tête dans le sable, le survivaliste serait quant à lui en train de se préparer à s’enterrer tout entier. Tout du moins, c’est une option que notre vieux modèle économique menacé d’effondrement, tente de nous vendre comme crédible, à en juger certaines offres commerciales du Salon du survivalisme.

Cette notion désigne les activités de certains individus ou groupes qui se préparent à des catastrophes naturelles, économiques, sanitaires (en un mot, à l’effondrement de la société industrielle) à l’échelle locale ou globale. Le mouvement des survivalistes a émergé dans les années 1960 aux États-Unis et a depuis fait flores.

Un univers sans cohérence apparente

Au milieu des armes, des 4×4, de la nourriture lyophilisée, des stages de bushcraft (« art de vivre dans les bois »), des conférences sur la purification de l’eau, sur la permaculture, des bunkers, des réchauds de camping, des tentes ultra légères, des kits en tout genre et jusqu’au pot de chambre jetable, nous ne voyons vraiment qu’un point commun : le marché. Le Salon du survivalisme, c’est « le marché qui vend les outils pour affronter sa fin », analyse très justement la journaliste Amélie Perrot dans Les nouvelles de l’éco1.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2019

En Afrique aussi les supermarchés tentent de s’imposer

Auchan ou Casino veulent séduire les classes moyennes et populaires, au risque de déstabiliser les systèmes alimentaires et économiques locaux.

« La plupart des Africains continuent de consommer un régime sain à base d’aliments traditionnels. Mais la situation est en train de changer peu à peu, tandis que la grande distribution alimentaire mondiale adopte de nouvelles stratégies. » Ce phénomène, décrypté dans un rapport publié en novembre dernier par l’ONG Grain – Supermarchés, dégagez de l’Afrique ! Les systèmes alimentaires du continent se débrouillent très bien sans eux1– menace en premier lieu les producteurs et vendeurs locaux du continent, soit plusieurs millions d’emplois.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles