Lait cru : une association qui en fait tout un fromage

Entretien avec la journaliste Véronique Richez-Lerouge, présidente de Fromages de terroirs, une association qui combat la standardisation des fromages.

Comment est née l’association Fromages de terroirs ?

Véronique Richez-Lerouge : Cela fait plusieurs années que je percevais un problème de médiatisation sur les fromages au lait cru. Journaliste, je rencontrais souvent des petits producteurs ou des petites entreprises, bien seuls sur ces questions. En 2001, j’ai créé l’association Fromages de terroirs pour informer l’opinion publique sur la richesse de notre patrimoine fromager. Nous avons pris, à cette époque, des positions qui ont déplu à certaines filières : la dénonciation du poids des multinationales dans les appellations d’origine protégée (AOP) ou de la pasteurisation des fromages sous AOP. Aujourd’hui, l’association regroupe près de 400 parrains : chefs, fromagers, producteurs, citoyens.

Que pensez-vous de la récente « croisade » du ministère en charge de l’agriculture contre les fromages au lait cru ?

V. R.-L. : La position du ministère est irrationnelle. Dans un premier temps, il faut savoir de quelle contamination on parle. Dans la communication de la DGAL1 qui déconseille les fromages au lait cru aux enfants de moins de cinq ans et aux femmes enceintes, il s’agit des EHEC2 une version hautement pathogène d’Escherichia Coli. Or, 54 % des contaminations aux EHEC sont liées aux steaks hachés, 20 % aux rapports interhumains, 20 % aux légumes mal lavés et à la transmission par les animaux et seulement 3 % aux fromages !

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2019

Contrats de ruralité : entre annonces et réalité

Claude Grivel, président de l’Union nationale des acteurs du développement local, revient sur le bilan de la mise en place des contrats de ruralité (1).

Dans quel contexte les contrats de ruralité ont-ils émergé ?

Claude Grivel : Il était une fois une ministre qui avait commandé il y a quelques années un rapport sur le thème de l’égalité des territoires (2). Les ministres passent, les tiroirs gardent la mémoire des écrits et les fonctionnaires de quelques éléments de diagnostic, dont celui-ci : les politiques de l’État et de l’Europe servent d’abord les métropoles. La ruralité se sent abandonnée, voire maltraitée et réclame une politique dédiée. À un an des Présidentielles de 2017, le gouvernement décide d’agir et propose de signer avec les intercommunalité (3 des contrats de ruralité pour programmer la réalisation d’actions dès 2017 et jusqu’en 2020, fin de la mandature municipale en cours, sans prévoir, au-delà des annonces, de financements spécifiquement dédiés.

Quel est leur sens général ?

C. G. : Qui dit contrat dit projection – comment se projeter dans un avenir désirable et avec quelles priorités ? – et engagement de l’État et du local sur des actions qui répondent à des objectifs communs. En filigrane, on retrouve la question de l’aménagement et du développement des territoires. L’enjeu est de sortir, par la contractualisation, des effets de clientélisme. C’est aussi un moyen pour l’État de cibler des priorités de financement selon quelques axes, en fléchant mieux ses dispositifs.

Lire la suite de l’article publié dans Transrural initiatives n°474 (mai-juin 2019) sur le site de l’Unadel

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2019

Survivalisme : que les meilleurs gagnent (de l’argent)

Du 22 au 23 mars, se tenait à Paris la deuxième édition du Salon du survivalisme. Visite guidée.

Pour les organisateurs du Salon, « en s’équipant de produits et en investissant dans des systèmes leur permettant d’accroître leur autonomie, les survivalistes se préparent à la survenance de certains risques. L’adoption de ce mode de vie est la clé pour devenir un citoyen responsable et respectueux de l’environnement »…

Si la légende veut que l’autruche en cas de menace enfouisse sa tête dans le sable, le survivaliste serait quant à lui en train de se préparer à s’enterrer tout entier. Tout du moins, c’est une option que notre vieux modèle économique menacé d’effondrement, tente de nous vendre comme crédible, à en juger certaines offres commerciales du Salon du survivalisme.

Cette notion désigne les activités de certains individus ou groupes qui se préparent à des catastrophes naturelles, économiques, sanitaires (en un mot, à l’effondrement de la société industrielle) à l’échelle locale ou globale. Le mouvement des survivalistes a émergé dans les années 1960 aux États-Unis et a depuis fait flores.

Un univers sans cohérence apparente

Au milieu des armes, des 4×4, de la nourriture lyophilisée, des stages de bushcraft (« art de vivre dans les bois »), des conférences sur la purification de l’eau, sur la permaculture, des bunkers, des réchauds de camping, des tentes ultra légères, des kits en tout genre et jusqu’au pot de chambre jetable, nous ne voyons vraiment qu’un point commun : le marché. Le Salon du survivalisme, c’est « le marché qui vend les outils pour affronter sa fin », analyse très justement la journaliste Amélie Perrot dans Les nouvelles de l’éco1.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2019

En Afrique aussi les supermarchés tentent de s’imposer

Auchan ou Casino veulent séduire les classes moyennes et populaires, au risque de déstabiliser les systèmes alimentaires et économiques locaux.

« La plupart des Africains continuent de consommer un régime sain à base d’aliments traditionnels. Mais la situation est en train de changer peu à peu, tandis que la grande distribution alimentaire mondiale adopte de nouvelles stratégies. » Ce phénomène, décrypté dans un rapport publié en novembre dernier par l’ONG Grain – Supermarchés, dégagez de l’Afrique ! Les systèmes alimentaires du continent se débrouillent très bien sans eux1– menace en premier lieu les producteurs et vendeurs locaux du continent, soit plusieurs millions d’emplois.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Don alimentaire et contrôle social

Si l’aide alimentaire est une pratique ancienne, les formes qu’elle a prises au cours du temps ont changé. Appréhender les modalités du don et leurs conséquences pour celui qui reçoit, telle est la proposition du sociologue Jean-Noël Retière.

Demander, donner, recevoir, rendre… En quoi les pratiques actuelles du don alimentaire sont-elles porteuses d’une violence pour les personnes qui n’ont d’autre solution que de recourir à l’aide alimentaire ? Le Palais de la Femme, centre d’hébergement et de réinsertion sociale de l’Armée du Salut situé au cœur du xie arrondissement de Paris, accueillait les 3 et 4 décembre derniers une conférence sur le thème du don et des violences alimentaire. Ces deux journées ont réuni à la fois des chercheurs, des bénévoles et des personnes en situation de précarité. Jean-Noël Retière, professeur au Centre nantais de sociologie, y a proposé une intervention sur les formes du don.

Une socio-histoire de l’aide alimentaire

Donner à manger via des restaurants à bon marché ou des cantines collectives, sous forme de colis alimentaire, en procurant de l’argent pour des achats ciblés… Autant de formes de secours alimentaire qui ont existé au fil du temps. Comment le choix de l’une ou de l’autre se justifie-t-il ?

C’est à partir d’analyses d’archives et d’entretiens ethnographiques que Jean-Noël Retière et l’historien du droit social Jean-Pierre Le Crom ont retracé une histoire du don alimentaire sur l’espace nantais, des années 1930 à nos jours1. Dans ce travail, ils montrent que la nature et le sens du don changent en fonction du profil des secourus et de la vision que s’en fait la société.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées

Pour une réappropriation démocratique des médias

Transrural initiatives s’associe à des associations, des organisations de journalistes, des médias, des syndicats et des organisations politiques pour publier cette déclaration commune, première étape dans la construction d’une mobilisation et d’initiatives communes pour transformer les médias.

Source : Acrimed.

Depuis plusieurs semaines, le mouvement des gilets jaunes bouleverse l’agenda politique, et porte une remise en cause profonde des institutions. Les médias sont tout particulièrement visés. Les gilets jaunes dénoncent, à juste titre bien souvent, un traitement caricatural des mobilisations : surenchère sécuritaire sur les plateaux télévisés et dans certains quotidiens ; confiscation de la parole par les éditorialistes ; disqualification de certaines revendications jugées «irréalistes» et appels à «dialoguer» avec le gouvernement ; ou encore dénonciations des violences des manifestants – alors que les violences policières ont été pendant trop longtemps passées sous silence.

Une telle pédagogie de la résignation n’est certes pas nouvelle. Déjà lors des grèves de 1995, les tenanciers des grands médias martelaient leur sempiternel message : il n’y a pas d’alternative aux réformes libérales. En 2005, ils pointaient du doigt ceux qui mettaient en cause le bien-fondé des politiques européennes et déformaient la révolte des banlieues. Plus récemment, lors des mobilisations contre la loi El-Khomri et les ordonnances Macron, ils dénonçaient un code du travail soi-disant «trop épais et illisible». À l’occasion de chaque mobilisation sociale, ils se sont faits les gardiens de l’ordre économique et politique.

Ces partis pris ont contribué à disqualifier les grands médias. La défiance à leur égard est profonde et sans précédent. D’autres sources d’information sont plébiscitées, médias indépendants ou réseaux sociaux. Certaines des analyses portées depuis des décennies par la critique des médias sont réinvesties largement, au-delà du mouvement des gilets jaunes. L’emprise de quelques milliardaires sur la production de l’information est pointée du doigt. La question des médias s’impose désormais comme une question politique.

La plupart des éditorialistes et chefs de rédaction ne voient, dans cette défiance, qu’une «haine des médias» et de la démocratie. Ils éludent la responsabilité qu’ils portent, par leurs diatribes ou leurs choix éditoriaux, dans l’hostilité qui s’exprime contre l’ensemble des journalistes. Une hostilité dont les plus précaires (en termes de statut ou de conditions de travail) font parfois les frais, sur le terrain, en étant injustement pris à partie ou agressés.

Nous pensons que la défiance envers les grands médias doit être une opportunité. Opportunité, dans les rédactions, de remettre en cause les orientations délétères imposées par les directions éditoriales, et de replacer le reportage et l’enquête au cœur du travail journalistique. Opportunité, dans les médias indépendants, de faire la démonstration par l’exemple qu’un autre journalisme, plus exigeant et plus libre vis-à-vis des pouvoirs, est possible.

Que nous soyons gilets jaunes, militant·es, journalistes, usager·es des médias, nous avons toutes et tous des raisons légitimes de contester un ordre médiatique inique, qui maltraite le pluralisme. Et de nous inquiéter des menaces réelles qui pèsent sur le droit à l’information : la mainmise de quelques milliardaires sur la plupart des médias, les plans de suppressions d’emploi dans l’audiovisuel public comme dans les groupes privés, la précarisation des journalistes statutaires ou pigistes y compris dans certains médias indépendants, la répression policière et la criminalisation qui frappent de plein fouet certains reporters et leurs sources, ou encore les lois liberticides qui visent à contrôler l’information – loi sur le secret des affaires et sur les «fake news».

C’est pourquoi nous affirmons qu’il est temps de se mobiliser pour une réappropriation démocratique des médias. Pour défendre le droit d’informer et le droit à être informé, tous deux gravement menacés. Et pour que l’information, trop longtemps confisquée par les pouvoirs, devienne enfin un bien commun et non une marchandise.

Cette déclaration est une initiative commune :
D’associations, d’organisations de journalistes et de syndicats : Acrimed, Attac, Fédération Nationale de l’Audiovisuel Participatif, La Quadrature du net, Les Amis du Monde diplomatique, Profession : Pigiste, Résistance à l’agression publicitaire, Ritimo, SNJ-CGT, Union syndicale Solidaires.
De médias : Contretemps-web, CQFD, Démosphère Ariège, Démosphère Toulouse, Hors-Série, Jef Klak, L’Alterpresse68, Là-bas si j’y suis, La Clé des ondes, La Gazette de Gouzy, Le journal minimal, L’Insatiable, Le Média, Le Ravi, MAP 36, MédiaCitoyens PACA et Rhône-Alpes, Mediacoop, Radio Parleur, revue Cause commune, Ricochets, Rosalux, Silence, Transrural initiatives, TV Bruits, Télé Mouche, TVnet Citoyenne.
D’organisations politiques : Alternative libertaire, Ensemble, NPA, PCF, PG.

Premiers signataires : Alain Accardo, sociologue; Gilles Balbastre, réalisateur; Patrick Champagne, sociologue; Sophie Chapelle, journaliste; Colloghan, dessinateur; Benoît Collombat, journaliste; Jean-Baptiste Comby, sociologue; Annie Ernaux, écrivaine; Nina Faure, réalisatrice; Benjamin Ferron, sociologue; Anne-Sophie Jacques, journaliste; Yannick Kergoat, réalisateur; Henri Maler, universitaire; Philippe Merlant, journaliste et conférencier gesticulant; Pierre Morel, photojournaliste; Gérard Noiriel, historien; Michel Pinçon, sociologue; Monique Pinçon-Charlot, sociologue; Denis Robert, journaliste; Karim Souanef, sociologue; Usul, vidéaste.

Vous pouvez signer la déclaration sur le site d’Acrimed : https://www.acrimed.org/Reapproprions-nous-les-medias

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Maternité : Le Blanc voit encore rouge !

La lutte contre la fermeture de la maternité du Blanc, dans l’Indre, ne faiblit pas et emprunte à de nombreux registres d’action. Récit.

Le 21 novembre 2018, plusieurs dizaines de personnes du bassin de vie du Blanc parmi lesquelles des Servantes écarlates, fer de lance de la résistance contre la fermeture de la maternité, sont venues manifester leur colère à Paris. Crédit : Nicolas Van Ingen

Le 30 octobre 2018, 4h30 du matin, des bruits de bottes résonnent dans le couloir central de la maternité du Blanc, dans l’Indre. Devant les CRS, viennent de s’asseoir dans un silence pesant les 80 occupants de la maternité dont 25 Servantes écarlates1. Les quelques enfants présents traversent le couloir dans les bras de leurs parents et quittent les lieux. Une heure plus tard, les habitants ont été délogés. Ne restent dans la maternité que les vestiges de douze jours d’une occupation pacifique, conviviale et insolite, en réaction à la décision de fermeture de la maternité.

Il est 5h30 du matin et près de 150 personnes dont de nombreux élus sont présents en soutien et expriment leur colère. Un cortège se forme en direction du centre-ville en chantant, sur l’air de Bella Ciao : « Debout Les Blancois/Montrons qui nous sommes/On les laissera pas/S’en prendre à nos droits/ Et jusqu’au bout on se battra ». Le collectif à l’origine de l’occupation, Cpasdemainlaveille, n’imaginait pas mi-octobre en coupant le cadenas et en investissant la maternité fermée, dans quoi ils s’engagaient.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives

Chambres d’agriculture : un outil à repenser

En janvier 2019, paysans et salariés agricoles choisiront leurs représentants dans ces organismes consulaires qui assurent des missions de représentation, de développement et de service public.

Source : APCA/Cour des comptes

Le 31 janvier prochain, le monde agricole aura choisi ses nouveaux représentants au sein des chambres d’agriculture. Ces élections professionnelles (cf. encadré), qui se tiennent tous les six ans, influeront sur les politiques agricoles départementales et nationales. La représentativité des différents syndicats agricoles, tirée de ces élections, joue sur leur poids dans les négociations avec les ministères, en charge de l’agriculture en premier lieu, et d’autres instances nationales voire européennes. D’ailleurs, cette dimension est davantage mise en avant dans les campagnes électorales qu’un programme pour réorienter – ou poursuivre – les politiques menées par les Chambres.

« À quoi sert la Chambre ? » ; « aucun conseiller n’est jamais venu sur ma ferme » ; « ce n’est pas là qu’on parle de réformer la Pac [Politique agricole commune]» ; « ils pourraient vraiment nous aider sur la commercialisation ? »… peut-on entendre dans les fermes. Est-ce car la complexité des missions des Chambres est mal appréhendée, que leur action n’est pas jugée efficace ou qu’elles n’ont pas assez de moyens ?

725 millions d’euros de budget
Établissements publics créés en 1924, les Chambres sont des organismes consulaires sous tutelle de l’État. Elles sont définies dans la loi comme « organes consultatifs, représentatifs et professionnels des intérêts agricoles » et constituent en quelque sorte des courroies de transmission des politiques agricoles. Leurs missions se sont étoffées dans les années 1950 avec la diffusion du « progrès agricole» puis, à partir des années 1990, avec le renforcement et la diversification des modes d’action publique et du fait de la multiplication des réglementations, notamment en matière d’urbanisme ou d’environnement.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

Le stage parrainage, un outil efficace pour la transmission

Ce dispositif permet aux porteurs de projet de travailler sur la ferme qu’ils envisagent de reprendre mais aussi de mieux connaître le territoire.

Ce livret publié par le collectif InPact en janvier 2014 présente différents témoignages, outils et méthodes pour faciliter la transmission.

Reprendre une ferme peut nécessiter un temps d’appropriation afin de mieux connaître le territoire, le fonctionnement de l’exploitation, voire d’acquérir savoirs et savoir-faire, d’autant plus pour des transmissions en dehors du cadre familial, de plus en plus fréquentes. Pour le cédant, ce temps peut aussi être l’occasion de s’assurer de l’avenir de sa ferme ou de partir progressivement. Une période de test est même indispensable dans le cadre du remplacement d’un associé.

Le stage parrainage, pouvant aller de trois à douze mois sur l’exploitation d’un cédant, est l’un des dispositifs financés par les pouvoirs publics. Il permet de tester la faisabilité et la rentabilité d’un projet de reprise ou de valider une association. Le principal avantage pour le cédant, par rapport au salariat, est la prise en charge de l’indemnité de stage soit par Pôle emploi pour les chômeurs, soit par les Régions ou l’État pour les autres, avec un montant allant de 300 à 800 euros par mois selon le statut antérieur du stagiaire.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

Artificialisation des sols : mieux comprendre pour lutter contre

Si aucune ne fait l’unanimité, les données disponibles permettent surtout d’alerter sur les grandes tendances du phénomène d’artificialisation.

Artificialisation, imperméabilisation, urbanisation… Quel terme utiliser pour rendre compte de la disparition des terres agricoles et des espaces naturels du fait des activités humaines ? Comment réagir ? Pour clarifier, disons que l’artificialisation englobe toutes les actions qui concourent à soustraire des espaces à une activité naturelle de la terre.

L’urbanisation et l’imperméabilisation des sols sont bien sûr concernées au premier chef ; la construction de logements, de zones industrielles et commerciales, d’infrastructures de transport et de loisirs, les mines et carrières à ciel ouvert ou encore les décharges génèrent une artificialisation des sols.

Le débat public porte, depuis quelques temps maintenant, sur le lien entre artificialisation des sols et disparition des terres agricoles qui inquiète les professionnels, les associations et organismes concernés et même « parfois » les pouvoirs publics (1) ! Pour objectiver le débat et quantifier l’évolution de l’artificialisation, qu’avons-nous à notre disposition ?

Source : CGDD, à partir des données du Cérema.

Des données disponibles, mais aucune qui fait référence
Une expertise scientifique collective, menée en 2017 par l’Inra et l’Ifsttar (2) et dont les résultats ont été présentés à Paris en décembre dernier (3), aborde bien l’ensemble des problématiques de l’artificialisation : sa quantification, ses impacts sur la faune et la flore, l’hydrologie, les paysages… mais aussi les possibilités d’éviter, réduire, voire compenser ses effets. Ce travail a aussi mis en lumière le fait que, malgré les données disponibles, aucune mesure quantitative ne faisait référence pour l’ensemble des acteurs. Par exemple, les ministères en charge de la transition écologique et de l’agriculture n’utilisent pas les mêmes instruments de mesure et leurs chiffres diffèrent notablement… Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018