Faire de l’agriculture un sujet de l’agglomération

Dans la Drôme, les nouveaux découpages administratifs n’incitent pas forcément à la rencontre entre préoccupations des acteurs ruraux, notamment agricoles, et besoins des villes.

La Mairie de Peyrins (Drôme).

Depuis les dernières réformes territoriales, nombre d’intercommunalités se sont agrandies¹. C’est le cas de Valence Romans Agglo qui, après avoir absorbé des territoires périurbains et ruraux en 2014 et 2016, regroupe aujourd’hui 56 communes pour 220 000 habitants. Pour Jean-Pierre Cardi², premier adjoint au maire de Peyrins (Drôme) et membre du conseil communautaire de Valence Romans Agglo, « les processus de fusion consécutifs ont occupé les élus qui se sont détournés des agriculteurs et ces derniers ont abandonné les relations pourtant constructives avec ces élus absents ». Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, Transrural 2017

« Chacun a du chemin à faire pour se rencontrer »

Séance avec le photographe et plasticien Philippe Assalit, Tarnais de naissance qui, après avoir commencé sa carrière à Toulouse il y a une trentaine d’années, a décidé en 2015 de quitter Paris pour le Gers.

Marciac, le 29 juillet 2017, Philippe et sept amis photographes (PP Atocha, F. Canard, M. Frecon, A. Henelrijk, Not, G. Senges, B. Wagner) viennent d’inaugurer l’exposition collective Grand Huit, visible pendant quinze jours au cœur du village gersois transformé en capitale mondiale du jazz à l’occasion du festival Jazz in Marciac. © Adir.

Qu’est-ce qui t’a incité à t’installer à Vozan (1000 habitants) ?
Philippe Assalit :
J’ai toujours montré mon travail dans « les institutions », musées ou galeries, et dans des lieux atypiques où l’on est souvent surpris de l’accueil, de la sensibilité, voire de la connaissance des gens. Il y a quelques années, j’ai voulu repartir sur un contact avec d’autres publics que ceux des institutions et aussi reprendre en main de A à Z mes projets artistiques : créer, trouver et arranger les espaces, communiquer…

Les dynamiques rencontrées sur différents territoires où j’ai exposé m’ont fait envie et je pense aussi qu’en tant qu’artiste, on aime le changement et les découvertes. Ici, dans le Gers, la musique se développe et c’était bien pour un de mes enfants, musicien. Nous voulions également retrouver un lien avec la nature, alors nous sommes partis, en faisant le choix de couple de recentrer nos activités autour de mon œuvre. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2017

Grippe Aviaire : l’impossible coexistence de deux modèles

La dernière épidémie, loin d’être une crise strictement sanitaire, a ramené sur le devant de la scène la question des modèles de production dans la filière foie gras.

 

Entre fin 2016 et début 2017, la grippe aviaire a de nouveau touché le territoire français et plus précisément le Sud-Ouest. Localement, la filière palmipède gras se remettait tout juste de l’épizootie qui avait durement affecté la production en 2015-2016. Début 2016, l’État avait déclenché un vide sanitaire, mis en place des mesures de confinement et pratiqué de nombreux abattages. Mais, en fin d’année, le virus de la grippe aviaire revenait, sous la forme du H5N8. Le 5 mai 2017, la fin de ce nouvel épisode de crise était déclarée par arrêté ministériel, après plusieurs mois de déploiement de mesures extrêmes de confinement, d’abattage préventif et de police sanitaire. Au total, 4 millions de canards ont été abattus en quatre mois entre fin 2016 et le début de cette année. Lors de ses derniers mois au ministère en charge de l’agriculture, Stéphane Le Foll a mis un point d’honneur à faire que ce genre de crise ne se reproduise plus, en tentant de faire dialoguer tous les acteurs de la filière.

Les racines du virus
Pour endiguer une épizootie, il faut agir sur les facteurs de risque et un débat – non réellement tranché aujourd’hui pour l’industrie et les pouvoirs publics – s’ouvre alors : faut-il intervenir sur le transport par camion d’animaux vivants ou sur la protection des élevages vis-à-vis de l’avifaune sauvage ?

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Un bistrot d’échanges et de savoirs

À Beauvais, un lieu de mixité et de lien social a donné naissance à de nombreuses initiatives portées par des bénévoles.

 

L’Écume du jour, un café-restaurant associatif de Beauvais (Oise) créé il y a vingt ans par l’association éponyme pour développer un réseau d’échanges réciproques de savoirs, est un peu une auberge espagnole. On y voit passer des jeunes étrangers venus apprendre le français, des jardiniers, des enfants accompagnés par des animateurs de rue, des personnes dans un parcours de soin, des musiciens, de « simples clients »… « Le principe, c’est que l’on sait tous quelque chose et que l’on a tous quelque chose à apprendre, explique Marie Herrault, une des quatre salariés. Il n’y pas de hiérarchie dans les savoirs. Les échanges, c’est aussi un moyen de favoriser la rencontre, de valoriser chacun, de lutter contre l’isolement et les discriminations, d’animer le territoire… » À Beauvais (55 000 habitants), îlot urbain en rural, le taux de pauvreté dépasse les 23 %, contre 14 % en moyenne en France. Pour les salariés de L’Écume du jour, beaucoup de personnes sont isolées et la précarité sociale est forte.

Tout le monde peut venir
À deux pas de la gare, dans une maison de ville, clients et salariés déjeunent dans la cour intérieure, décorée de fanions multicolores en ce mercredi 10 mai. Le bar sans alcool et le restaurant sont tenus par les bénévoles et une cuisinière. Des ardoises affichent le compteur des cafés et soupes « suspendus », payés d’avance par des clients pour d’autres qui n’en auraient pas les moyens. Une petite bibliothèque, des journaux, des produits du commerce équitable et de l’artisanat, des informations sur les évènements à Beauvais, des pétitions contre les insecticides… chacun apporte sa touche. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives

Agriculture : demandez le programme !

Les principaux partis paraissent s’entendre sur les constats mais leurs propositions pour lutter contre les conséquences du libéralisme ou assurer un revenu décent aux paysans divergent.

Dessin Pinter Politique et agricultureLes cinq candidats aux Présidentielles crédités du plus d’intentions de vote¹ ont peu parlé de ruralité. Dans les programmes, elle est souvent intégrée dans une réflexion sur l’aménagement des territoires ou liée à l’agriculture. Nombre d’antiennes resurgissent dans les propositions, comme la couverture haut débit de l’ensemble du territoire ou l’équipement en services publics de base au niveau des communes, les objectifs annoncés à l’orée du précédent quinquennat n’étant pas atteints. Sur le volet agriculture, plus fourni, les candidats se rejoignent sur le fait que « les agriculteurs doivent vivre de leur métier » ou « disposer d’une certaine autonomie ».

Comment augmenter le revenu des paysans ?

Mais les solutions divergent : affaiblissement des normes environnementales et baisse des charges sociales pour Les Républicains (LR), régulation des prix et ouverture de droits au chômage pour le Parti Socialiste (PS) et En Marche! (EM, le « parti» d’Emmanuel Macron), revalorisation des retraites et accès garanti au statut d’exploitant et à une couverture sociale pour tous les actifs agricoles pour La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon (LFI). Afin de redonner une part de la valeur ajoutée créée dans les filières aux producteurs et augmenter leurs revenus, LR et EM souhaitent favoriser la constitution d’organisations de producteurs et encadrer par la loi les négociations commerciales, alors que le Front national (FN) envisage de supprimer la contractualisation, de rétablir des coefficients multiplicateurs sur les marges et d’interdire la vente à perte. Les autres partis insistent davantage  sur  le  développement de productions de meilleure qualité et des circuits courts ou le changement de système pour économiser (sur) les intrants. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Une malterie qui s’affine avec l’âge

Transrural initiatives a rencontré la malterie  artisanale  Malteurs  Echos, en Ardèche, quelques mois après leur lancement  à  l’automne  2013. Trois ans plus tard, que sont-ils devenus ?

Malteurs Echos

La malterie Malteurs Echos, dont l’activité a démarré à l’automne 2013, travaille aujourd’hui avec plus de 120 brasseries du quart Sud-Sud-Est. ©Malteurs Echos.

En novembre 2014, Baptiste François, Marie et Guillaume Bourdon, fondateurs de Malteurs Echos ont transformé leur malterie associative en Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). « À l’époque, le développement de la structure semblait inévitable », indique Guillaume ; il fallait mettre des moyens pour répondre aux engagements pris auprès des coopératives et des agriculteurs. S’ajoutaient à cela un désir fort des fondateurs de conserver une structure à taille humaine et des démarches engagées pour être reconnue structure d’insertion par l’activité économique.

Plusieurs perspectives de développement pointaient donc leur nez, guidées par les objectifs de l’association : produire localement du malt biologique, développer une structure d’insertion, permettre à chaque acteur de la filière de comprendre les enjeux de celle-ci, mettre en place une gouvernance partagée et, enfin, favoriser l’émergence de nouvelles malteries artisanales. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives

Dessiner une démocratie alimentaire

Si l’alimentation est un bien public, elle doit être gérée par les citoyens. Des initiatives locales esquissent ce que pourrait être un système politique de gestion de l’alimentation.

Dessin de Pinter

En s’intéressant aux conditions sociales, économiques et environnementales de la production et de la distribution de leur nourriture, les populations pour- raient décider des modèles agroalimentaires et agricoles qu’elles souhaitent défendre, allant au-delà du simple fait d’acheter ou de ne pas acheter tel ou tel produit. C’est à partir de cette idée que le concept de démocratie alimentaire est développé depuis les années 1990. Dans le monde de la recherche en sciences sociales appliquées à l’alimentation, cette approche prend progressivement de l’ampleur, consacrant la dimension transversale de la question alimentaire.

Ce concept s’appuie sur deux postulats : la qualité de bien public de l’alimentation (qui véhicule tant des notions de solidarité, de responsabilité que d’identité collective¹) et le principe politique et éthique selon lequel c’est aux populations elles- mêmes que doivent revenir les décisions fondamentales concernant la gestion des biens publics (matériels comme immatériels).

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées

La fausse révolution des micro-fermes

Porte-étendard du mouvement des micro-fermes en France, l’association Fermes d’avenir ne laisse pas le monde paysan de marbre.

La ferme de la Bourdaisière

La ferme de la Bourdaisière, créée en 2014 est le support de l’expérimentation de l’association Ferme d’avenir. les 1,4ha sont mis à disposition par le propriétaire du château. © Pauline Salcedo.

Télérama le surnomme « le révolutionnaire des champs ». Maxime de Rostolan, directeur et fondateur de l’association Fermes d’avenir n’y va pas par quatre chemins : il veut métamorphoser l’agriculture dans les vingt ans à venir. Sa solution ? Des micro-fermes (d’une superficie inférieure à 2ha) en maraîchage issues d’une « conception permaculturelle ». Libération le qualifie au bas mot d’ambitieux, lorsqu’il présente son projet d’implantation de 200 000 micro-fermes en France. Projet qu’il développe, avec l’aide du cabinet d’étude Auxilia, dans un plaidoyer de 140 pages, dévoilé en grande pompe le 6 octobre dernier au château de la Bourdaisière (Indre-et-Loire). Si Maxime fait le buzz autant dans la presse que sur les réseaux sociaux (60 776 « J’aime » sur Facebook), il ne fait par contre pas l’unanimité dans les réseaux militants pour une autre agriculture. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Pour une autre évaluation de la pauvreté

En 2014,  l’Observatoire  national  de la pauvreté  et de l’exclusion  sociale (ONPES) consacrait un rapport aux résultats d’une recherche sur les budgets de référence nécessaires pour une participation effective à la vie sociale. Présentation de ce travail avec Jean-Pierre Bultez, administrateur de l’ONPES.

Quels étaient les objectifs à l’origine du travail de l’Observatoire  sur  les  budgets de référence ?

L’approche « budgets de référence » repose sur la constitution par des groupes de citoyens de « paniers de biens » (composés de l’ensemble des biens nécessaires à la vie quotidienne) et leur quantification. © Matt Macgillivray/Flickr.

L’approche « budgets de référence » repose sur la constitution par des groupes de citoyens de « paniers de biens » (composés de l’ensemble des biens nécessaires à la vie quotidienne) et leur
quantification. © Matt Macgillivray/Flickr.

 Jean-Pierre Bultez : Depuis 2008, la Commission européenne s’intéresse à la question du revenu  minimum « adéquat » avec deux objectifs : promouvoir au sein de l’Union une prestation de revenu minimal dans un dispositif général de lutte contre la pauvreté et aller au-delà de la palette des indicateurs de la pauvreté en mesurant l’ensemble des conditions matérielles nécessaires à l’inclusion sociale. Cela a donné lieu à différents travaux dans certains pays européens comme le Royaume Uni ou la Belgique visant à établir des budgets de référence [définis comme la liste de biens et services nécessaires à une famille, d’une taille et d’une composition données, pour vivre à un certain niveau de bien-être, avec estimation de leurs coûts mensuels ou annuels]. En 2009, l’ONPES a choisi de réinterroger les critères d’établissement du seuil de pauvreté¹ en France, en s’appuyant sur des méthodes développées au Royaume Uni. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé

L’URSS, les jardiniers lyonnais et des végétaux disparus

À Lyon, une association œuvre à la vulgarisation des connaissances potagères et botaniques, et à la remise en culture de variétés anciennes.

Dans le cadre d'une éxpérimentation menée avec l'Institut russe Vavilov, les "adoptants" seèment, observent et récoltent des graines de variétés anciennes.  ©CRBA

Dans le cadre d’une éxpérimentation menée avec l’Institut russe Vavilov, les « adoptants » seèment, observent et récoltent des graines de variétés anciennes. ©CRBA

D’après l’Institut Vavilov, plus ancienne banque de semences au monde fondée en 1894, la France aurait perdu en un siècle, près de 85 % de sa biodiversité végétale domestiquée. Au XXe siècle, les hommes ayant délaissé leur pioche pour leur fusil, il ne restait que les femmes et les anciens pour nourrir toute une partie de la population au front. Des espèces et des variétés végétales ont été choisies pour produire avec le moins de main d’œuvre possible cette nourriture. S’en suivirent la standardisation et l’industrialisation de l’agriculture puis l’appropriation du vivant par les entreprises. Au fur et à mesure la richesse végétale cultivée s’est affaiblie. Au début du siècle dernier, Nikolaï Ivanovitch Vavilov (1887- 1943), agronome, généticien et botaniste russe, a conduit 115 expéditions de collecte de végétaux dans 64 pays avec une seule obsession : préserver l’humanité de la famine par la biodiversité. Il est passé par la France et notamment par la région lyonnaise. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Non classé