Agriculture : demandez le programme !

Les principaux partis paraissent s’entendre sur les constats mais leurs propositions pour lutter contre les conséquences du libéralisme ou assurer un revenu décent aux paysans divergent.

Dessin Pinter Politique et agricultureLes cinq candidats aux Présidentielles crédités du plus d’intentions de vote¹ ont peu parlé de ruralité. Dans les programmes, elle est souvent intégrée dans une réflexion sur l’aménagement des territoires ou liée à l’agriculture. Nombre d’antiennes resurgissent dans les propositions, comme la couverture haut débit de l’ensemble du territoire ou l’équipement en services publics de base au niveau des communes, les objectifs annoncés à l’orée du précédent quinquennat n’étant pas atteints. Sur le volet agriculture, plus fourni, les candidats se rejoignent sur le fait que « les agriculteurs doivent vivre de leur métier » ou « disposer d’une certaine autonomie ».

Comment augmenter le revenu des paysans ?

Mais les solutions divergent : affaiblissement des normes environnementales et baisse des charges sociales pour Les Républicains (LR), régulation des prix et ouverture de droits au chômage pour le Parti Socialiste (PS) et En Marche! (EM, le « parti» d’Emmanuel Macron), revalorisation des retraites et accès garanti au statut d’exploitant et à une couverture sociale pour tous les actifs agricoles pour La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon (LFI). Afin de redonner une part de la valeur ajoutée créée dans les filières aux producteurs et augmenter leurs revenus, LR et EM souhaitent favoriser la constitution d’organisations de producteurs et encadrer par la loi les négociations commerciales, alors que le Front national (FN) envisage de supprimer la contractualisation, de rétablir des coefficients multiplicateurs sur les marges et d’interdire la vente à perte. Les autres partis insistent davantage  sur  le  développement de productions de meilleure qualité et des circuits courts ou le changement de système pour économiser (sur) les intrants. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Une malterie qui s’affine avec l’âge

Transrural initiatives a rencontré la malterie  artisanale  Malteurs  Echos, en Ardèche, quelques mois après leur lancement  à  l’automne  2013. Trois ans plus tard, que sont-ils devenus ?

Malteurs Echos

La malterie Malteurs Echos, dont l’activité a démarré à l’automne 2013, travaille aujourd’hui avec plus de 120 brasseries du quart Sud-Sud-Est. ©Malteurs Echos.

En novembre 2014, Baptiste François, Marie et Guillaume Bourdon, fondateurs de Malteurs Echos ont transformé leur malterie associative en Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). « À l’époque, le développement de la structure semblait inévitable », indique Guillaume ; il fallait mettre des moyens pour répondre aux engagements pris auprès des coopératives et des agriculteurs. S’ajoutaient à cela un désir fort des fondateurs de conserver une structure à taille humaine et des démarches engagées pour être reconnue structure d’insertion par l’activité économique.

Plusieurs perspectives de développement pointaient donc leur nez, guidées par les objectifs de l’association : produire localement du malt biologique, développer une structure d’insertion, permettre à chaque acteur de la filière de comprendre les enjeux de celle-ci, mettre en place une gouvernance partagée et, enfin, favoriser l’émergence de nouvelles malteries artisanales. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives

Dessiner une démocratie alimentaire

Si l’alimentation est un bien public, elle doit être gérée par les citoyens. Des initiatives locales esquissent ce que pourrait être un système politique de gestion de l’alimentation.

Dessin de Pinter

En s’intéressant aux conditions sociales, économiques et environnementales de la production et de la distribution de leur nourriture, les populations pour- raient décider des modèles agroalimentaires et agricoles qu’elles souhaitent défendre, allant au-delà du simple fait d’acheter ou de ne pas acheter tel ou tel produit. C’est à partir de cette idée que le concept de démocratie alimentaire est développé depuis les années 1990. Dans le monde de la recherche en sciences sociales appliquées à l’alimentation, cette approche prend progressivement de l’ampleur, consacrant la dimension transversale de la question alimentaire.

Ce concept s’appuie sur deux postulats : la qualité de bien public de l’alimentation (qui véhicule tant des notions de solidarité, de responsabilité que d’identité collective¹) et le principe politique et éthique selon lequel c’est aux populations elles- mêmes que doivent revenir les décisions fondamentales concernant la gestion des biens publics (matériels comme immatériels).

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées

La fausse révolution des micro-fermes

Porte-étendard du mouvement des micro-fermes en France, l’association Fermes d’avenir ne laisse pas le monde paysan de marbre.

La ferme de la Bourdaisière

La ferme de la Bourdaisière, créée en 2014 est le support de l’expérimentation de l’association Ferme d’avenir. les 1,4ha sont mis à disposition par le propriétaire du château. © Pauline Salcedo.

Télérama le surnomme « le révolutionnaire des champs ». Maxime de Rostolan, directeur et fondateur de l’association Fermes d’avenir n’y va pas par quatre chemins : il veut métamorphoser l’agriculture dans les vingt ans à venir. Sa solution ? Des micro-fermes (d’une superficie inférieure à 2ha) en maraîchage issues d’une « conception permaculturelle ». Libération le qualifie au bas mot d’ambitieux, lorsqu’il présente son projet d’implantation de 200 000 micro-fermes en France. Projet qu’il développe, avec l’aide du cabinet d’étude Auxilia, dans un plaidoyer de 140 pages, dévoilé en grande pompe le 6 octobre dernier au château de la Bourdaisière (Indre-et-Loire). Si Maxime fait le buzz autant dans la presse que sur les réseaux sociaux (60 776 « J’aime » sur Facebook), il ne fait par contre pas l’unanimité dans les réseaux militants pour une autre agriculture. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Pour une autre évaluation de la pauvreté

En 2014,  l’Observatoire  national  de la pauvreté  et de l’exclusion  sociale (ONPES) consacrait un rapport aux résultats d’une recherche sur les budgets de référence nécessaires pour une participation effective à la vie sociale. Présentation de ce travail avec Jean-Pierre Bultez, administrateur de l’ONPES.

Quels étaient les objectifs à l’origine du travail de l’Observatoire  sur  les  budgets de référence ?

L’approche « budgets de référence » repose sur la constitution par des groupes de citoyens de « paniers de biens » (composés de l’ensemble des biens nécessaires à la vie quotidienne) et leur quantification. © Matt Macgillivray/Flickr.

L’approche « budgets de référence » repose sur la constitution par des groupes de citoyens de « paniers de biens » (composés de l’ensemble des biens nécessaires à la vie quotidienne) et leur
quantification. © Matt Macgillivray/Flickr.

 Jean-Pierre Bultez : Depuis 2008, la Commission européenne s’intéresse à la question du revenu  minimum « adéquat » avec deux objectifs : promouvoir au sein de l’Union une prestation de revenu minimal dans un dispositif général de lutte contre la pauvreté et aller au-delà de la palette des indicateurs de la pauvreté en mesurant l’ensemble des conditions matérielles nécessaires à l’inclusion sociale. Cela a donné lieu à différents travaux dans certains pays européens comme le Royaume Uni ou la Belgique visant à établir des budgets de référence [définis comme la liste de biens et services nécessaires à une famille, d’une taille et d’une composition données, pour vivre à un certain niveau de bien-être, avec estimation de leurs coûts mensuels ou annuels]. En 2009, l’ONPES a choisi de réinterroger les critères d’établissement du seuil de pauvreté¹ en France, en s’appuyant sur des méthodes développées au Royaume Uni. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé

L’URSS, les jardiniers lyonnais et des végétaux disparus

À Lyon, une association œuvre à la vulgarisation des connaissances potagères et botaniques, et à la remise en culture de variétés anciennes.

Dans le cadre d'une éxpérimentation menée avec l'Institut russe Vavilov, les "adoptants" seèment, observent et récoltent des graines de variétés anciennes.  ©CRBA

Dans le cadre d’une éxpérimentation menée avec l’Institut russe Vavilov, les « adoptants » seèment, observent et récoltent des graines de variétés anciennes. ©CRBA

D’après l’Institut Vavilov, plus ancienne banque de semences au monde fondée en 1894, la France aurait perdu en un siècle, près de 85 % de sa biodiversité végétale domestiquée. Au XXe siècle, les hommes ayant délaissé leur pioche pour leur fusil, il ne restait que les femmes et les anciens pour nourrir toute une partie de la population au front. Des espèces et des variétés végétales ont été choisies pour produire avec le moins de main d’œuvre possible cette nourriture. S’en suivirent la standardisation et l’industrialisation de l’agriculture puis l’appropriation du vivant par les entreprises. Au fur et à mesure la richesse végétale cultivée s’est affaiblie. Au début du siècle dernier, Nikolaï Ivanovitch Vavilov (1887- 1943), agronome, généticien et botaniste russe, a conduit 115 expéditions de collecte de végétaux dans 64 pays avec une seule obsession : préserver l’humanité de la famine par la biodiversité. Il est passé par la France et notamment par la région lyonnaise. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Non classé

Transrural n°461 (mars-avril 2017)


Cliquez ci-dessus pour voir un extrait du Transrural initiatives n° 461

Sommaire du n°461 (mars-avril 2017)

| VIVRE ENSEMBLE |

Économie
Vivre ou travailler/habiter/consommer ?
Ce que cache le contrat à impact social

Société
« Permettre aux enfants de vivre des situations de rencontres »

Politique
Nouvelles ruralités s’invite dans la campagne
Agriculture : demandez le programme !

| MÉNAGER LES RESSOURCES |

Agriculture
Réflexions européennes sur la transmission agricole

Mobilisation
À Bure, la bataille dure

DOSSIER | Agriculture et société : vers un nouveau contrat

461 - Une dossier

 

 

 

 

 

 

On assiste depuis plusieurs années à une appropriation des questions agricoles et alimentaires par les citoyens et à l’émergence d’un droit de regard collectif sur l’avenir du territoire agricole et rural. De nouveaux espaces de discussion modifient le périmètre des acteurs intervenant dans le débat sur des problématiques traditionnellement cogérées par le couple État-organisations professionnelles. Ce dossier s’intéresse aux modalités d’ouverture de cette « brèche » et à ses effets.

| UN AUTRE DÉVELOPPEMENT |

Société
Le mal logement et les sans-abris en milieu rural

Agriculture
« Le lien social est primordial dans l’émergence des circuits courts »

Débat
Ne pas réduire fermes d’avenir aux micro-fermes
Les organisations paysannes doivent s’emparer du sujet des micro-fermes

| DÉCOUVRIR |

En revues
Au fil des lectures

| LA VIE DES RÉSEAUX |

Crédit de la couverture : Patrick Tournbeoeuf /Tendance Floue
Crédit de la couverture du dossier : Terre de Liens

Leave a Comment

Filed under Anciens Transrural, Transrural 2017

« La ville nous échappe et nous nous échappons »

Les Carnets de la décroissance proposaient dans leur n°2 paru en avril 2016 le premier volet d’une réflexion critique sur les impensés de la métropolisation. Retour sur la récente réforme territoriale avec Guillaume Faburel, géographe, coordinateur de cette publication.

"On passe sous le boisseau de vrais désirs de partir, du fait des rhytmes de plus en plus effrénés de la grande ville d'ores et déjà métropolisée." © JL ZIMMERMANN/FLICKR.

« On passe sous le boisseau de vrais désirs de partir, du fait des rhytmes de plus en plus effrénés de la grande ville d’ores et déjà métropolisée. » © JL ZIMMERMANN/FLICKR.

Début septembre 2016 Manuel Valls renonçait à la hausse du fonds national de péréquation des ressources communales alors que les inégalités entre territoires ne cessent d’augmenter. Les mécanismes de régulation régaliens et la notion d’égalité territoriale semblent avoir du plomb dans l’aile… ?

Guillaume Faburel : En France, la production industrielle a longtemps divisé le travail entre régions au sein du pays : les régions de conception, les plus riches, avaient besoin des régions de fabrication, plus pauvres. Si les régions  riches  acceptaient de subventionner les régions plus pauvres, via le système redistributif de l’État, c’était pour que ces dernières puissent disposer de produits de consommation. Le profit de la nation était dès lors globalement assuré par les marchés intérieurs auxquels étaient destinés des produits en voie de standardisation par le fordisme tout puissant. Nous étions à l’ère du keynésianisme¹ spatial d’État et des grandes politiques d’aménagement du territoire. La division spatiale du travail et des richesses était sous le contrôle de l’État.

Avec le tournant néolibéral des années 1970-1980 et le changement radical qu’il a produit, les politiques keynésiennes ont laissé peu à peu la place à la concurrence entre territoires et les pouvoirs ont été transférés aux grandes villes. L’égalité des territoires, historiquement une vertu cardinale de la République, a effectivement  du « plomb dans l’aile » aujourd’hui où les pouvoirs économiques ont pris beaucoup d’importance, et même si on a vu réapparaître la question dans le champ politique. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

L’agriculture reprend lentement ses droits sur une base aérienne

Un terrain délaissé par l’armée à Bretigny-sur-Orge, à 35km au sud de Paris, va accueillir 50ha de cultures diversifiées et un espace-test agricole.

Plan du projet de réaménagement de la base aérienne de Bretigny issu du document "La Base - 300 hectares d'avenir". © Coeur d'Essone Agglomération.

Plan du projet de réaménagement de la base aérienne de Bretigny issu du document « La Base – 300 hectares d’avenir ». © Coeur d’Essone Agglomération.

En Essonne, le foncier  agricole se fait rare et à l’annonce de la   fermeture de la   base aérienne 217, il y a huit ans, plusieurs acteurs, dont la Région, la chambre d’agriculture et le pôle Abiosol, ont proposé d’intégrer un pole agricole biologique au projet de réaménagement. Les 300 hectares (ha) laissés par le ministère de la Défense sont alors occupés par des pistes asphaltées, des bâtiments militaires et quelques parcelles louées à l’Inra. Difficile d’imaginer l’installation de nouveaux agriculteurs ici. Pourtant, comme le précise Gaëlle Lacaze, de l’association Terre de liens Île-de-France, l’enjeu est de taille dans cette région où la production biologique représente à peine 2 % de la surface agricole utile, malgré le passage de 32 exploitations bio en 1998 à 221 en 2016¹. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Non classé

Donner de la vois contre le Tafta

Saâles, village bas-rhinois situé à plus d’une heure de train de Strasbourg, a choisi de s’opposer au traité de libre-échange entre l’Europe et les États-Unis (Tafta). Rencontre avec le maire, Jean  Vogel.

Jean Vogel, venu s’installer dans la commune maternelle après une enfance citadine à Mulhouse, est producteur de petits fruits et maire depuis 1995. DR.

Jean Vogel, venu s’installer dans la commune maternelle après une enfance citadine à Mulhouse, est producteur de petits fruits et maire depuis 1995. DR.

À l’entrée  du  village  de  Saâles, 850 habitants, un panneau informe le visiteur qu’ici se tient chaque semaine un marché de producteurs de montagne. C’est le seul de la Vallée de la Bruche ; il fait la fierté de la commune. En face de la mairie, un restaurant, fermé pour travaux avant sa mise en vente. Jean Vogel nous accueille dans la grande bâtisse en grès rose de l’Hôtel de ville. Alors, monsieur le maire, pourquoi était- il important à vos yeux de prendre position contre le Tafta ? « Vous savez, quand on est loin de la Préfecture, il faut crier fort pour se faire entendre ! Donc il faut prendre des décisions qui marquent », répond l’élu avec un sourire. Plus sérieusement, il en a marre de constater que nombre d’accords et de lois sont signés dans la discrétion et que, malheureusement, « c’est toujours le plus petit, le plus fragile, qui paie les pots cassés et qui disparaît ». Il donne l’exemple des normes européennes qui ont obligé de petits producteurs de lait à mettre la clef sous la porte faute d’avoir pu investir pour coller à la réglementation. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives