Category Archives: Initiatives

Poiscaille, le circuit court de la mer qui grandit

Depuis 2015, Poiscaille propose des paniers de poissons et coquillages pêchés en France selon des pratiques durables, avec la volonté de garantir des prix rémunérateurs aux pêcheurs qui s’engagent. Tour d’horizon de cette poissonnerie qui n’arrête pas de grandir.

Le chinchard, proche du maquereau, fait partie des poissons peu connus du grand public qui sont proposés par Poiscaille dans ses paniers. Photo : LMBUGA COMMONS

Comment bien choisir son poisson si l’on veut limiter son impact sur l’environnement ? Voilà une question compliquée : nous serons sans doute plus nombreux à connaître la saison des tomates que celle de la dorade ou du maquereau. Pourtant, la pêche est le principal facteur impactant les écosystèmes marins1.

Charles Guirriec, co-fondateur et directeur actuel de Poiscaille, s’est fait une idée de la pêche qu’il voulait défendre au contact des marins, comme observateur des pêches2. Il examine ainsi les logiques des « gros bateaux » qui cherchent le volume pour pallier les aléas de prix, mais aussi les pratiques des pêcheurs artisanaux et le souhait de certains de s’émanciper des prix à la criée grâce à des circuits plus courts.

Impliqué dans des Associations de maintien de l’agriculture paysanne (Amap), il propose d’abord d’y inclure du poisson, mais ça ne prend pas. Ce modèle inspirera tout de même la création de Poiscaille en 2015 : l’entreprise propose de livrer en point relais ou à domicile des paniers de poissons et coquillages, issus d’une pêche française durable et assurant une juste rémunération à ses pêcheurs.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2022

En Espagne, un parti politique rural

Face à la désertification rurale, le mouvement España vaciada, coalition de 170 organisations et associations aux positions parfois antagonistes, va s’impliquer dans les élections législatives de 2023.

www.populationdata.net

En Espagne, parler de l’España vaciada, ou « Espagne vidée », revient à évoquer la diagonale du vide française : l’expression désigne un ensemble de territoires du pays qui ont subi l’exode rural massif, du fait du manque de transports, d’absence de tissu industriel et du mouvement de concentration des activités et services vers les villes. La population y a vieilli, les services ont peu à peu disparu. Le problème a longtemps été ignoré des pouvoirs publics. Pourtant, comme le rappelle Tomás Guitarte, actuel député du mouvement Teruel existe : « On ne doit pas parler de l’Espagne vide, mais de l’Espagne vidée, parce que ce processus n’a pas été naturel, mais est bien la conséquence de mauvaises politiques ».

Porter la voix des territoires ruraux

Aujourd’hui, 90 % de la population espagnole occupe 10 % du territoire, répartis entre Madrid et la côte, ce qui crée un sentiment d’abandon de la part des 10 % d’Espagnols restant. Localement, des plateformes et mouvements désireux de trouver des solutions ont donc émergé et se rassemblent sous le nom España vaciada, arborant comme une fierté l’appartenance à ces territoires oubliés. Le 31 mars 2019, deux des plus anciens mouvements, Teruel existe et Soria, ¡ya! ont organisé une grande manifestation à Madrid afin de lancer la révolution de España vaciada et de chercher des solutions pour que ne meurent pas les villages. Depuis septembre 2021, le mouvement désigne donc une coalition de 170 organisations et associations, présentes dans 25 provinces espagnoles et se faisant l’écho de ces problématiques. Leur but ? Remporter des sièges aux législatives 20231 pour porter la voix des territoires ruraux.

Continue reading

3 Comments

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2022

En Bas-Armagnac, loger les jeunes pour faciliter leur émancipation

Pour favoriser l’autonomie et l’ancrage des jeunes ainsi que l’économie locale, la communauté de communes du Bas-Armagnac veut proposer une offre locative adaptée à ce public.

Dans le Gers, la communauté de communes du Bas-Armagnac (9 000 habitants) veut faciliter l’accès au logement des jeunes. Ce territoire classé en zone de revitalisation rurale, faiblement desservi par de grands axes de circulation, n’en demeure pas moins attractif.

Centrée autour de Nogaro, l’activité économique y est importante, avec notamment un pôle d’excellence automobile et aéronautique lié au circuit de course Paul-Armagnac. Le territoire peut aussi compter sur une cité scolaire qui regroupe 1000 élèves et propose des formations pour adultes.

Tension sur le marché locatif

En résulte une tension sur le marché locatif posant problème pour de jeunes adultes en demande de logement à loyer modéré. Certains, freinés dans leur désir d’émancipation et d’ancrage, doivent émigrer. D’autres choisissent d’abandonner leurs études pour travailler et disposer des ressources financières suffisantes (cf. encadré). Enfin, même ces jeunes peuvent avoir des difficultés à trouver un logement pendant leur période d’essai, ce qui peut handicaper le recrutement des entreprises.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2022

Habitats légers dans une démarche solidaire et écologique

Pour répondre aux besoins croissants de logement et dans une recherche de résilience de son territoire, la commune de Plessé a lancé le premier appel à projet de hameau léger et réversible.

« Afin de proposer une réponse écologique et accessible financièrement au besoin croissant de logement dans la commune, le conseil municipal de Plessé a décidé d’impulser la création d’un hameau léger. » C’est ainsi que la commune de Plessé (44) présente son appel à projet.

Il s’agit d’installer des habitats légers et réversibles dans un cadre collectif. Selon l’association Hameaux légers (cf. TRI n°483), qui vient en appui aux initiateurs, l’intérêt de ces habitats consiste entre autres à limiter l’imperméabilisation des sols, qui peuvent être restitués à la nature ensuite.

Continue reading

1 Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2022

Des lycéens recueillent la parole des paysans retraités

Depuis 2016, l’association Nos Mémoire vives permet la collecte des histoires de vie des aînés.

Légende : L’association Mémoires vives travaille sur différents projets autour du recueil de la parole des anciens et produit des podcasts, documentaires, portfolios…
Crédit : Mémoires vives

L’association Nos Mémoires Vives anime depuis plusieurs mois le projet Nos champs communs sur la collecte intergénérationnelle de mémoires paysannes en Occitanie. Cinq lycées d’enseignement agricole sont engagés dans cette démarche avec des élèves et enseignants des métiers de l’agriculture et des métiers du soin aux personnes.

Ces petites histoires qui font la grande…
Inspiré des méthodes des sciences humaines et plus particulièrement de celle du récit de vie, le projet naît d’une envie de valoriser la parole des anciens. Donner vie à la « grande histoire » en l’animant des histoires particulières de celles et ceux qui veulent bien se raconter ; mais aussi reconnaître l’importance de ces vies aussi singulières soient-elles, pour témoigner du passé.

Partant du constat que les paysans et paysannes ayant connu une agriculture non ou très peu mécanisée disparaissent et avec eux les témoignages de cette autre pratique du métier, il est apparu nécessaire aux responsables de l’association de recueillir ces récits avant qu’il ne soit trop tard. Et il y avait l’envie de proposer cette expérience à des jeunes de 15 à 22 ans qui vivent et souhaitent travailler en milieu rural.

Pour se préparer, lycéens et enseignants ont travaillé sur ce qu’est collecter la parole, pourquoi le faire, tester le matériel, s’exercer à l’interview. Il a fallu chercher des témoins dans les réseaux des professeurs, des élèves, des travailleurs sociaux de la MSA. Et puis ça a été le moment des rencontres.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

Ma bouteille s’appelle Reviens !

Une association drômoise a mis en place un système de consignes de bouteilles en verre malgré les défis logistiques et économiques, grâce à une mobilisation des producteurs, magasins et consommateurs.

Plusieurs outils de communication, sacs et contenants pour la collecte sont proposés aux partenaires sur le site internet de l’association. Crédit photo : Locaverre

Chez les écolos, la plupart voit ça comme une évidence : le système de consigne de bouteilles en verre permettrait d’économiser de la matière première, et peut-être d’autres facteurs de production. Cela semblerait plus logique que de les jeter en vrac dans les conteneurs à verre. Mais la faisabilité technique et économique se complexifie, il ne s’agit plus de laver ses pots de confiture à la maison… Le nombre de problèmes à résoudre devient impressionnant. Sans être impossible, puisque en Drôme et Ardèche, l’association Locaverre est en train de prouver que cela peut marcher avec le système Ma bouteille s’appelle Reviens.

Au cœur de la filière de récupération-réemploi, une chaîne de lavage basée à Chabeuil près de Valence, a démarré mi-2019. Les lots de bouteilles y arrivent triés, une première étape permet de décoller les étiquettes, justement fixées avec une colle soluble dans l’eau. Elles ressortent ensuite prêtes à être revendues aux producteurs. L’objectif pour 2021 est de passer à 500 000 bouteilles traitées. L’année 2020 avait déjà permis d’en traiter 100 000.

« Le nœud de l’organisation est en fait la logistique qui permet aux bouteilles vendues et dispersées de revenir. »

Sur le territoire existe un vrai gisement de bouteilles à laver puis redistribuer. En plein cœur de la vallée du Rhône, les vergers occupent une place importante et nombre de producteurs vendent des jus ou compotes le plus souvent embouteillés sur l’exploitation. Le nœud de l’organisation est en fait la logistique qui permet aux bouteilles vendues et dispersées de revenir.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

En Anjou, la solidarité face au coup de froid sur les vignes

En avril, un redoutable épisode de gel a touché la vigne française. Reportage auprès de Paul et Jean-Camille qui ont lutté pendant une semaine pour sauver leur récolte. Cet épisode questionne la pérennité du métier.

Les vignes protégées par les bougies sur l’une des parcelles du domaine de Jean-Camille et Paul à Tigné (49). Crédit photo : Adeline Auduit.

II est 3 heures du matin ce mercredi 14 avril à Tigné, petit village de 700 habitants dans le département du Maine-et-Loire. Jean- Camille et Paul, vignerons sur un domaine bio de 15 hectares, ne ferment plus l’oeil depuis une semaine : leurs vignes, qui produisent du Rosé d’Anjou, sont touchées par un long et redoutable gel.

Des bourgeons exposés au gel

« Normalement à cette période, l’épisode de gel dure un ou deux jours », explique Paul, 28 ans, installé sur l’exploitation avec son père depuis début janvier. « Ça fait 30 ans que je suis installé et je n’ai jamais vu ça », note ce dernier, Jean-Camille.

Il n’y a rien de surprenant à voir du gel à cette période de l’année. Ce qui est plus exceptionnel, ce sont les températures printanières aussi précoces (jusqu’à 25 degrés) quelques jours auparavant. Les premiers bourgeons et les feuilles sont sortis et se sont exposés au gel. « On croisait tous les doigts, mais là on ne s’attendait pas à une pareille catastrophe, reconnaît Paul. On a été surpris par les températures qui sont descendues très vite. Par exemple, le 7 avril, à 6 heures, il faisait zéro, à 7h30, -5 degrés. » Au cinquième jour de gel, 13 hectares sur 15 sont touchés et les premières estimations laissent présager une perte de 80 % de la récolte.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

« Face au changement climatique, l’adaptation c’est d’abord pour continuer à produire »

Ewa Kaniowska, animatrice à la FRCivam Limousin présente un livret recensant des expériences menées dans des fermes agroécologiques du territoire.

Quel est l’objectif de ce livret ?

Depuis 2012, j’accompagne des paysans qui se retrouvent autour de la notion de système de productions diversifiées. Le noyau du groupe, c’est trente à quarante personnes. Il y a beaucoup d’installations de néoruraux et ils nous rejoignent à un moment ou à un autre. Ce sont des fermes avec beaucoup de maraîchage et un peu d’élevage pour certaines. Ce guide a été publié avant tout pour présenter leur approche systémique et politique de l’agriculture sur des petites fermes diversifiées, souligner les problématiques liées au changement climatique et donner à voir leurs leviers d’actions et leur expériences. On part d’un problème, puis on se demande pourquoi cela arrive, dans quel contexte, comment fonctionne le système de la ferme et le système vivant. Les paysans travaillent avec des outils du design permacole même s’ils ne font pas nécessairement de la permaculture.

Continue reading

1 Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

Intervenir sur les violences faites aux femmes en rural

L’association Paroles de Femmes forme des relais pour informer les femmes victimes de violences en milieu rural.

Œuvre du mouvement Collages féminicides dans le XIIIe arrondissement de Paris. Crédit : GrandEscogriffe sur Wikimedia Commons

47% des féminicides ont lieu en zones rurales alors qu’elles rassemblent 20 % seulement de la population française. En 2012,une étude menée par la Fédération nationale solidarités femmes sur les violences faites aux femmes en Midi-Pyrénées et en Pays-de-la-Loire mettait en évidence les difficultés particulières des femmes victimes de violences en milieu rural. Le manque d’accès à l’information, l’éloignement des lieux d’accueil possibles, l’interconnaissance très forte, le poids des relations sociales… « Et puis la précarité financière, la difficulté parfois d’être mobile, de trouver un emploi et sortir d’un milieu violent », nous dit Céline Roucolle, salariée de Paroles de femmes 811 à Gaillac (Tarn).

Cette association de solidarité féminine, fondée en 2005, décide alors de mener une action spécifique sur les zones éloignées des centres urbains. C’est le démarrage des permanences dans plusieurs communes du département et des rencontres avec les municipalités pour sensibiliser les élus. L’association développe un réseau de personnes relais (parfois d’anciennes victimes) qui sont là pour diffuser de l’information, repérer,se tenir à l’écoute. Une formation de quelques heures leur est proposée,qui donne des clés pour comprendre les violences, être attentif aux signaux indicateurs,savoir donner ou laisser l’information à disposition, orienter.

Continue reading

1 Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020