Tag Archives: agriculture

La France, un incubateur d’initiatives pour l’installation agricole

Le projet Newbie a présenté un panel de dispositifs et d’initiatives pour accompagner les nouvelles et nouveaux agriculteur·rices en Europe avec des spécificités marquées selon les pays.

La visite des partenaires de Newbie, fin octobre 2021, sur une ferme en biodynamie dans la vallée de l’Hérault. Crédit photo : Erika De Keiser

Le projet Newbie1, initié en 2018, a réuni pendant quatre ans dix structures de neuf pays européens afin de répondre aux défis rencontrés par les nouveaux entrants en agriculture : accès à la terre, aux financements, aux marchés, à la formation…

Son séminaire de clôture a été accueilli à Montpellier fin octobre 2021 par le Réseau national des espaces-test agricoles (Reneta), seule organisation française du consortium. Par des regards croisés sur les différentes agricultures européennes (visites de terrain en Écosse, au Portugal, en Slovénie, en France et en Bulgarie), les membres de Newbie ont pu promouvoir des initiatives2 et des modèles d’entreprises innovants (structures coopératives et collaboratives, dispositifs d’accompagnement, réseaux de commercialisation, accès aux moyens de production…) et en tirer des enseignements pour favoriser l’installation en Europe.

Ils ont constaté l’existence d’une diversité de contextes et de dispositifs et la richesse de l’environnement institutionnel, privé et associatif en France pour le soutien à l’installation.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, Transrural 2021

Vallée de la Roya : comment habiter un territoire abîmé ?

Un an après la tempête Allex, les habitants de la Roya cherchent à maintenir la vallée vivante. Entre optimisme, doute et fragilité : témoignages d’une artisane semencière et d’un instituteur.

Le 4 octobre 2020, la vallée de la Roya (06) est traversée par une tempête d’ampleur inédite. Les dégâts matériels et humains sont multiples : routes cassées, maisons détruites, paysages transformés, départ de populations et fragilisation économique. Un « sinistre » ? Certains préfèrent parler de révélateur de dysfonctionnements préexistants, à l’image d’une faille qui en s’élargissant soudain, attaque nos fondations autant qu’elle dégage de nouvelles ouvertures. Comment la tempête a-t-elle bousculé les gens qui vivent ici et leurs écosystèmes ? Deux habitant·es témoignent.1

Marie Bonneville, artisane semencière

Marie s’est installée sur les terres familiales à la Brigue, où elle produit des plants et semences biologiques pour redonner vie aux variétés potagères anciennes de la région. Crédit photo : Boris Munger.

1200 m d’altitude, à quelques kilomètres du Piémont italien. Marie cultive depuis dix ans des plants et semences paysannes2 au Jardin Rocambole. Un projet agricole de petite échelle, adapté aux contraintes du territoire : terrasses étroites, neige une bonne partie de l’hiver et début de saison à -10°C.

Composer avec les aléas climatiques n’est pas une nouveauté pour Marie, qui a toujours vécu ici. Mais l’ampleur de la tempête Allex est « vraiment monstrueuse » et vient ébranler son mode de vie et de travail. « J’ai démarré la saison avec un chantier pour remonter des murs, en ne sachant pas si j’allais pouvoir vendre sur le littoral ou pas. »

Avant la tempête, elle commercialisait la majeure partie de sa production sur la côte d’Azur. Mais les fermetures inopinées de la route pour cause de chantier, puis les convois trois fois par jour, et enfin l’impossibilité d’affréter la marchandise via le train, rendent la tâche quasi-impossible. Elle envisage alors de suspendre temporairement son activité.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2021

Installer par millions pour une société paysanne

Si ré-installer des millions de paysans est probablement le seul horizon crédible pour relever les défis écologiques et sociaux de l’agriculture, cette ambition nécessite un véritable un plan de bataille.

On comptait plus de 8 millions de paysannes et paysans au début du XXe siècle, 1,6 million (7,2% de la population active) au début des années 1980 et 391 000 en 2020, selon le dernier recensement agricole (1,5 % de la population active). Les trois quarts sont des hommes et plus de la moitié ont 50 ans ou plus. Depuis une quinzaine d’années, le nombre de chefs d’exploitation baisse d’environ 2 % par an, les installations ne permettant pas de compenser les départs. Le calcul est simple : à la fin de ce siècle, il y aura moins de 100 000 agriculteurs… Avec son corollaire : des exploitations qui portent bien leur nom, toujours plus grandes, plus mécanisées, plus connectées. Non plus seulement la disparation des paysan·nes mais de l’agriculture toute entière au profit d’une agro-industrie triomphante. Ces rappels sonnent un peu comme les rapports du Giec – Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat – vous ne trouvez pas ?

Combien d’œufs, de poules et de paysans ?

Nous avons pourtant entendu à l’occasion de la troisième édition du festival Atout bout d’champ (Mâlain, Côte-d’or) que l’enjeu était bien la ré-installation massive de millions de paysans et les chiffres, là aussi, ont fusé : un million pour Terre de Liens (à l’appui de son outil Parcel1), deux millions pour l’Atelier paysan, six millions pour les Civam… Pour mieux appréhender la réalité vertigineuse de ces chiffres, prenons l’exemple des œufs.

Continue reading

1 Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2021

Des lycéens recueillent la parole des paysans retraités

Depuis 2016, l’association Nos Mémoire vives permet la collecte des histoires de vie des aînés.

Légende : L’association Mémoires vives travaille sur différents projets autour du recueil de la parole des anciens et produit des podcasts, documentaires, portfolios…
Crédit : Mémoires vives

L’association Nos Mémoires Vives anime depuis plusieurs mois le projet Nos champs communs sur la collecte intergénérationnelle de mémoires paysannes en Occitanie. Cinq lycées d’enseignement agricole sont engagés dans cette démarche avec des élèves et enseignants des métiers de l’agriculture et des métiers du soin aux personnes.

Ces petites histoires qui font la grande…
Inspiré des méthodes des sciences humaines et plus particulièrement de celle du récit de vie, le projet naît d’une envie de valoriser la parole des anciens. Donner vie à la « grande histoire » en l’animant des histoires particulières de celles et ceux qui veulent bien se raconter ; mais aussi reconnaître l’importance de ces vies aussi singulières soient-elles, pour témoigner du passé.

Partant du constat que les paysans et paysannes ayant connu une agriculture non ou très peu mécanisée disparaissent et avec eux les témoignages de cette autre pratique du métier, il est apparu nécessaire aux responsables de l’association de recueillir ces récits avant qu’il ne soit trop tard. Et il y avait l’envie de proposer cette expérience à des jeunes de 15 à 22 ans qui vivent et souhaitent travailler en milieu rural.

Pour se préparer, lycéens et enseignants ont travaillé sur ce qu’est collecter la parole, pourquoi le faire, tester le matériel, s’exercer à l’interview. Il a fallu chercher des témoins dans les réseaux des professeurs, des élèves, des travailleurs sociaux de la MSA. Et puis ça a été le moment des rencontres.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

Amap : les 20 ans d’un mouvement

Nées des réflexions d’organisations de paysans, consommateurs et écologistes et d’initiatives similaires développées en France et ailleurs, les Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (Amap) forment aujourd’hui un mouvement défendant l’instauration d’une démocratie alimentaire et agricole territorialisée.

Les premières Amap sont nées il y a vingt ans et on estime en 2021 leur nombre à 2200 pour plus de 200 000 mangeurs et mangeuses et environ 3700 fermes. Mais d’où viennent-elles ? Pour le Mouvement interrégional des Amap (Miramap), elles ne proviennent pas d’un « couple d’inventeurs » d’Aubagne mais plutôt d’un large mouvement de contestation né sur le plateau du Larzac et de multiples organisations reliant paysans, consommateurs et écologistes.

Au croisement de l’agriculture paysanne, de l’agriculture biologique, de l’éducation populaire et de l’économie sociale et solidaire, les Amap se sont constituées en réseaux à leur tour rassemblés au sein du Miramap. Leurs objectifs sont d’accompagner les paysans en Amap ou ceux qui souhaitent s’installer, d’aider à la création de nouveaux groupes et d’influencer les décideurs publics pour créer une démocratie alimentaire et agricole territorialisée.

Contre la malbouffe

Reprenons depuis le début cette histoire, car les Amap puisent leur origine dans un creuset d’initiatives et de réflexions multiples. À la fin des années 1990, la confiance dans notre système alimentaire est ébranlée, notamment par la crise de la vache folle. Le « démontage » du McDonald’s de Millau le 12 août 1999 par des militants de la Confédération paysanne constitue une action symbolique contre la malbouffe et le mouvement anti-OGM prend de l’ampleur. Les énormes dommages causés par l’agriculture industrielle en moins de cinquante ans sont de plus en plus visibles : disparition progressive des paysans et des terres agricoles, appauvrissement des sols, perte de biodiversité, production d’une alimentation de faible qualité nutritionnelle et contenant des pesticides favorisant de graves problèmes de santé (obésité, diabète, cancers, etc.)…

Continue reading

2 Comments

Filed under Analyses, Transrural 2021

En Anjou, la solidarité face au coup de froid sur les vignes

En avril, un redoutable épisode de gel a touché la vigne française. Reportage auprès de Paul et Jean-Camille qui ont lutté pendant une semaine pour sauver leur récolte. Cet épisode questionne la pérennité du métier.

Les vignes protégées par les bougies sur l’une des parcelles du domaine de Jean-Camille et Paul à Tigné (49). Crédit photo : Adeline Auduit.

II est 3 heures du matin ce mercredi 14 avril à Tigné, petit village de 700 habitants dans le département du Maine-et-Loire. Jean- Camille et Paul, vignerons sur un domaine bio de 15 hectares, ne ferment plus l’oeil depuis une semaine : leurs vignes, qui produisent du Rosé d’Anjou, sont touchées par un long et redoutable gel.

Des bourgeons exposés au gel

« Normalement à cette période, l’épisode de gel dure un ou deux jours », explique Paul, 28 ans, installé sur l’exploitation avec son père depuis début janvier. « Ça fait 30 ans que je suis installé et je n’ai jamais vu ça », note ce dernier, Jean-Camille.

Il n’y a rien de surprenant à voir du gel à cette période de l’année. Ce qui est plus exceptionnel, ce sont les températures printanières aussi précoces (jusqu’à 25 degrés) quelques jours auparavant. Les premiers bourgeons et les feuilles sont sortis et se sont exposés au gel. « On croisait tous les doigts, mais là on ne s’attendait pas à une pareille catastrophe, reconnaît Paul. On a été surpris par les températures qui sont descendues très vite. Par exemple, le 7 avril, à 6 heures, il faisait zéro, à 7h30, -5 degrés. » Au cinquième jour de gel, 13 hectares sur 15 sont touchés et les premières estimations laissent présager une perte de 80 % de la récolte.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

« Face au changement climatique, l’adaptation c’est d’abord pour continuer à produire »

Ewa Kaniowska, animatrice à la FRCivam Limousin présente un livret recensant des expériences menées dans des fermes agroécologiques du territoire.

Quel est l’objectif de ce livret ?

Depuis 2012, j’accompagne des paysans qui se retrouvent autour de la notion de système de productions diversifiées. Le noyau du groupe, c’est trente à quarante personnes. Il y a beaucoup d’installations de néoruraux et ils nous rejoignent à un moment ou à un autre. Ce sont des fermes avec beaucoup de maraîchage et un peu d’élevage pour certaines. Ce guide a été publié avant tout pour présenter leur approche systémique et politique de l’agriculture sur des petites fermes diversifiées, souligner les problématiques liées au changement climatique et donner à voir leurs leviers d’actions et leur expériences. On part d’un problème, puis on se demande pourquoi cela arrive, dans quel contexte, comment fonctionne le système de la ferme et le système vivant. Les paysans travaillent avec des outils du design permacole même s’ils ne font pas nécessairement de la permaculture.

Continue reading

1 Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

Au sommaire du Transrural initiatives n°484

Ce numéro est en rupture de stock ! Nous vous l’offrons donc en version numérique, à télécharger ici.

Février-mars 2021

Transrural initiatives n°484 by Transrural on Scribd

| VIVRE ENSEMBLE |

Politique
Impuissantes régions ?
Associations
Nouvelles régions, adieu subventions
Mobilisation
Manifestations paysannes en Inde pour des prix équitables
Initiative
En Occitanie, Solid’R avec les personnes réfugiées
Politique
Suicide des paysans, quels rapports ?
Association
La radio locale, un outil de communication

Continue reading

1 Comment

Filed under Sommaires 2021, Transrural 2021

Les maillots verts du tour de France agricole

Dix-huit jeunes du MRJC ont effectué cet été un road-trip, pensé comme un outil de formation et de sensibilisation à l’agroécologie,notamment à travers la réalisation d’un fi lm documentaire.

Chez Georges Joya, à Aubier dans le Gers, le 17 août 2020. Crédit : MRJC 54

Et si, pour donner un nouveau visage à l’agriculture, il fallait que de nouvelles bouilles s’y engagent ? Et si, pour que l’agroécologie ne soit pas qu’une belle idée, il fallait chausser les bottes ? Et si se former rimait avec s’engager, fêter, partager ?Avec des si, on fait… un tour de France agri ! Passionnés par la ruralité et la paysannerie, mais peu en accord avec les trajectoires que prend l’agriculture industrielle, 18 jeunes de 20 à 28 ans ont parcouru la France l’été dernier pendant quinze jours, pour échanger avec les précurseurs de l’agroécologie : les agriculteurs.

À l’origine du projet : trois militants du Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) Lorraine. Issus du milieu agricole, ils désirent découvrir un maximum de systèmes agricoles dans la perspective d’une prochaine installation. Ce projet prend de l’ampleur et devient un road-trip agricole autogéré. Dans un esprit d’éducation populaire, chaque membre du groupe a pris des responsabilités pour organiser ce tour en fonction de ses qualités et de son expérience : communication, recherche de partenaires, logistique… Ces rencontres avec des agriculteurs, en plus de former les participants, font l’objet d’un film né d’une volonté de sensibilisation et de la participation de trois jeunes cinéastes à l’aventure.1

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Dialogue forcé entre paysans et collectivités publiques !

Une partie des terres du Gaec Vert de Lait devait être dédiée à une future zone d’activités mais une mobilisation a conduit les élus à dialoguer pour envisager d’autres solutions

Au-delà de la défense de leur ferme, Maud et Franck entendent engager un débat sur l’utilisation des terres et l’artificialisation des sols. – Crédit photo : Gaec Vert de Lait.

Maud et Franck sont installés en agriculture biologique depuis plusieurs années au Haut Corlay, dans les Côtes d’Armor. Ils produisent notamment du lait avec 45 vaches, uniquement nourries à l’herbe, sur les 68 hectares (ha) du Gaec Vert de Lait. Mais le fonctionnement de leur exploitation pourrait être remis en cause par la volonté de Loudéac Communauté Bretagne Centre (LCBC), 41 communes dont celle du Haut Corlay, de récupérer 2,7 ha de leurs terres pour une future zone d’activités. C’est ce que prévoit le projet de Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI ) arrêté le 11 février 2020, un document qui cadre l’affectation des terrains selon leurs usages : habitat, zones d’activités ou naturelles, agriculture…

Économiser le foncier

Dans ce territoire, en perte de vitesse sur le plan démographique et économique, la plupart des élus font le pari qu’en ayant des terrains disponibles pour des entreprises, ils se donnent plus de chances « d’en capter » quelques-unes. Le PLUI doit à la fois « économiser le foncier » (toutes les directives vont dans ce sens) et répartir des zones d’activités sur la communauté. Mais chaque conseil municipal fait pression pour en avoir et certains ne veulent pas se retrouver sans proposition pour des entreprises qui seraient attachées à venir sur leur commune à l’avenir.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020