Category Archives: Analyses

YouTube, Twitter… qui sont les agriculteurs « influenceurs » ?

Des agriculteurs investissent YouTube pour communiquer sur leur métier. Une étude publiée en 2022 nous en apprend un peu plus sur cette communauté très influente.

Capture d’écran d’une vidéo YouTube d’Étienne Fromont, avec l’ancien ministre en charge de l’agriculture, Julien Denormandie, le 10 mars 2022.

La scène se déroule lors du dernier salon de l’Agriculture en mars dernier. Étienne Fromont, éleveur de vaches laitières en Sarthe, s’entretient pendant dix minutes face caméra avec le ministre de l’Agriculture alors en exercice, Julien Denormandie. Parmi les questions posées : « Je suis un fana des nouvelles technologies, du progrès génétique […] si je veux utiliser des OGM, qui je vais secouer pour pouvoir en utiliser ? » Réponse du ministre qui déroule les éléments de langage : « Le sujet n’est pas tant les OGM mais les NBT [nouvelles biotechnologies, NDLR] […] et certains font des amalgames pour les empêcher. » L’agriculteur acquiesce, le ministre est dans un fauteuil et boit du petit-lait.

100 000 abonnés sur YouTube

Cette proximité entre l’agriculteur et le ministre interroge. Mais Étienne Fromont n’est pas un agriculteur comme les autres. Connu sous le pseudo « Étienne agri youtubeurre« , il fait partie des « agri-youtubeurs », ces agriculteurs qui filment leur quotidien et publient leurs vidéos sur la plateforme YouTube. Passé par les rangs du syndicat Jeunes agriculteurs, il cumule aujourd’hui plus de 100 000 abonnés.

Autre exemple, Thierry Baillet, céréalier dans la Somme, a enregistré 22 millions de vues sur ses vidéos. Il est à l’initiative du « Tour de France en tracteur » et ses vidéos n’ont évidemment pas échappé aux marques de constructeurs, qui y voient un bel intérêt. Dans Ouest-France du 2 octobre 2021, il disait : « Je touche environ un Smic par mois, en dehors de mon travail purement agricole, entre les publicités YouTube, les vidéos à la demande de marques et les activités qui en découlent. »

Ces agriculteurs ne sont que deux exemples au sein d’une petite communauté qui met les réseaux sociaux au service du modèle agricole dominant : une agriculture productiviste où les nouvelles technologies occupent une place de choix.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2022

Breizh bocage : peu d’avancées sur les haies

L’évaluation de ce programme doté de 25 millions d’euros sur six ans montre qu’il n’a pas permis de compenser les dégâts environnementaux liés à l’arrachage des haies ces vingt-cinq dernières années.

En Bretagne, l’urbanisation et l’agrandissement des exploitations agricoles contribuent à la transformation des paysages et à la disparition des haies. © Daniel Jolivet

Depuis plus de vingt ans, de plus en plus d’acteurs des territoires vantent les mérites de la haie, que ce soit d’un point de vue paysager, pour la protection de la biodiversité animale et végétale, pour la lutte contre l’érosion des sols, la fuite trop rapide des eaux de pluie vers les cours d’eau, sans parler des usages à retrouver pour l’utilisation du bois d’oeuvre et de chauffage, pour abriter les animaux d’élevage lors de vents froids ou de fortes chaleurs…

En Bretagne, conscientes de la dégradation continue de la quantité et de la qualité des haies, plusieurs institutions dont le conseil régional et les départements se sont mobilisées au travers de deux programmes nommés « Breizh bocage » depuis 2008.

Breizh bocage 2, de 2015 à 2021, a bénéficié d’un appui important de la Politique agricole commune de l’Europe (Feader) et de fonds nationaux (agences de l’eau Loire-Bretagne et Seine-Normandie, notamment) pour un total de 20,4 M€, complété par les financements des « maîtres d’œuvre » que sont les syndicats de bassins versants et les intercommunalités (5,4 M€).

Ces financements, en plus des actions de plantation, ont permis de porter en moyenne 42 postes équivalents temps plein pour assurer l’animation et le suivi. Il s’agissait a minima d’arrêter la destruction massive des linéaires de haies et si possible d’inverser les tendances.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2022

L’agriculture carbone, nouveau miroir aux alouettes selon Hélène Tordjman

La rémunération d’agriculteurs pour des pratiques censées renforcer la séquestration de carbone dans les sols, prairies ou arbres se développe en Europe et en France avec de nombreux risques.

CC0

Tous les deux mois, le pôle Inpact1 reçoit une personne pour interroger les évolutions de l’agriculture. En mars, l’économiste Hélène Tordjman2 présentait son travail sur l’agriculture carbone.

Depuis trente ans, pour protéger la nature par l’incitation économique plutôt que par la contrainte, celle-ci est réduite à des services écosystémiques recensés dans l’objectif de leur donner une valeur et de rémunérer les agents qui la protègent. La pollinisation vaudrait ainsi 150 milliards d’euros par an, correspondant à des calculs absurdes et contradictoires entre eux.

La compensation est une approche complémentaire, elle correspond à une hiérarchie de l’atténuation des impacts écologiques dont les premiers éléments – « éviter et réduire » – ont été oubliés. Cela suppose que ce qui est détruit ici peut être restauré ou protégé ailleurs. Les émissions « nettes » (dont on retranche la part compensée) permettent d’afficher des activités « neutres en carbone ».

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2022

France inter et Chemins d’avenir inventent le « young washing »

Le 22 février, France inter et la jeune association Chemins d’avenir ont organisé un évènement qui promettait un « dialogue sans filtre » entre la jeunesse et les candidats à la Présidentielle. Entre questions imposées, dépolitisation et infantilisation, zoom sur la manipulation des jeunes en période électorale.

L’émission du 22 février « Des candidats et des jeunes » organisé par France inter et Chemins d’avenir est visionnable sur Internet. Crédit photo : MRJC

aris, 22 février 2022, 9 heures. Le hall de la Maison de la radio est envahi par une foule hétéroclite. Des jeunes, fraîchement affublés d’un badge numéroté de 1 à 7, sont rangés sagement par petits groupes grâce à l’accompagnement des référents de Chemins d’avenir. À l’ouverture du studio 104, leurs voix couvrent le brouhaha : « Allez les C7, on peut avancer. » Chacun assure parfaitement sa mission en guidant « ses » 14 jeunes jusqu’à leur place attitrée dans la salle.

Quelques semaines plus tôt, Chemins d’avenir, une association qui « informe, accompagne et promeut les collégiens, lycéens et étudiants de la France périphérique à travers un système de parrainage » avait contacté ces jeunes par l’intermédiaire de 28 associations (dont le MRJC), pour leur proposer de participer à un échange avec les candidats à la Présidentielle. Un échange dont la forme permettait plutôt de donner la parole aux hommes et femmes politiques que de la laisser réellement aux jeunes.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2022

La France, un incubateur d’initiatives pour l’installation agricole

Le projet Newbie a présenté un panel de dispositifs et d’initiatives pour accompagner les nouvelles et nouveaux agriculteur·rices en Europe avec des spécificités marquées selon les pays.

La visite des partenaires de Newbie, fin octobre 2021, sur une ferme en biodynamie dans la vallée de l’Hérault. Crédit photo : Erika De Keiser

Le projet Newbie1, initié en 2018, a réuni pendant quatre ans dix structures de neuf pays européens afin de répondre aux défis rencontrés par les nouveaux entrants en agriculture : accès à la terre, aux financements, aux marchés, à la formation…

Son séminaire de clôture a été accueilli à Montpellier fin octobre 2021 par le Réseau national des espaces-test agricoles (Reneta), seule organisation française du consortium. Par des regards croisés sur les différentes agricultures européennes (visites de terrain en Écosse, au Portugal, en Slovénie, en France et en Bulgarie), les membres de Newbie ont pu promouvoir des initiatives2 et des modèles d’entreprises innovants (structures coopératives et collaboratives, dispositifs d’accompagnement, réseaux de commercialisation, accès aux moyens de production…) et en tirer des enseignements pour favoriser l’installation en Europe.

Ils ont constaté l’existence d’une diversité de contextes et de dispositifs et la richesse de l’environnement institutionnel, privé et associatif en France pour le soutien à l’installation.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, Transrural 2021

Vallée de la Roya : comment habiter un territoire abîmé ?

Un an après la tempête Allex, les habitants de la Roya cherchent à maintenir la vallée vivante. Entre optimisme, doute et fragilité : témoignages d’une artisane semencière et d’un instituteur.

Le 4 octobre 2020, la vallée de la Roya (06) est traversée par une tempête d’ampleur inédite. Les dégâts matériels et humains sont multiples : routes cassées, maisons détruites, paysages transformés, départ de populations et fragilisation économique. Un « sinistre » ? Certains préfèrent parler de révélateur de dysfonctionnements préexistants, à l’image d’une faille qui en s’élargissant soudain, attaque nos fondations autant qu’elle dégage de nouvelles ouvertures. Comment la tempête a-t-elle bousculé les gens qui vivent ici et leurs écosystèmes ? Deux habitant·es témoignent.1

Marie Bonneville, artisane semencière

Marie s’est installée sur les terres familiales à la Brigue, où elle produit des plants et semences biologiques pour redonner vie aux variétés potagères anciennes de la région. Crédit photo : Boris Munger.

1200 m d’altitude, à quelques kilomètres du Piémont italien. Marie cultive depuis dix ans des plants et semences paysannes2 au Jardin Rocambole. Un projet agricole de petite échelle, adapté aux contraintes du territoire : terrasses étroites, neige une bonne partie de l’hiver et début de saison à -10°C.

Composer avec les aléas climatiques n’est pas une nouveauté pour Marie, qui a toujours vécu ici. Mais l’ampleur de la tempête Allex est « vraiment monstrueuse » et vient ébranler son mode de vie et de travail. « J’ai démarré la saison avec un chantier pour remonter des murs, en ne sachant pas si j’allais pouvoir vendre sur le littoral ou pas. »

Avant la tempête, elle commercialisait la majeure partie de sa production sur la côte d’Azur. Mais les fermetures inopinées de la route pour cause de chantier, puis les convois trois fois par jour, et enfin l’impossibilité d’affréter la marchandise via le train, rendent la tâche quasi-impossible. Elle envisage alors de suspendre temporairement son activité.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2021

Installer par millions pour une société paysanne

Si ré-installer des millions de paysans est probablement le seul horizon crédible pour relever les défis écologiques et sociaux de l’agriculture, cette ambition nécessite un véritable un plan de bataille.

On comptait plus de 8 millions de paysannes et paysans au début du XXe siècle, 1,6 million (7,2% de la population active) au début des années 1980 et 391 000 en 2020, selon le dernier recensement agricole (1,5 % de la population active). Les trois quarts sont des hommes et plus de la moitié ont 50 ans ou plus. Depuis une quinzaine d’années, le nombre de chefs d’exploitation baisse d’environ 2 % par an, les installations ne permettant pas de compenser les départs. Le calcul est simple : à la fin de ce siècle, il y aura moins de 100 000 agriculteurs… Avec son corollaire : des exploitations qui portent bien leur nom, toujours plus grandes, plus mécanisées, plus connectées. Non plus seulement la disparation des paysan·nes mais de l’agriculture toute entière au profit d’une agro-industrie triomphante. Ces rappels sonnent un peu comme les rapports du Giec – Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat – vous ne trouvez pas ?

Combien d’œufs, de poules et de paysans ?

Nous avons pourtant entendu à l’occasion de la troisième édition du festival Atout bout d’champ (Mâlain, Côte-d’or) que l’enjeu était bien la ré-installation massive de millions de paysans et les chiffres, là aussi, ont fusé : un million pour Terre de Liens (à l’appui de son outil Parcel1), deux millions pour l’Atelier paysan, six millions pour les Civam… Pour mieux appréhender la réalité vertigineuse de ces chiffres, prenons l’exemple des œufs.

Continue reading

1 Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2021

Amap : les 20 ans d’un mouvement

Nées des réflexions d’organisations de paysans, consommateurs et écologistes et d’initiatives similaires développées en France et ailleurs, les Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (Amap) forment aujourd’hui un mouvement défendant l’instauration d’une démocratie alimentaire et agricole territorialisée.

Les premières Amap sont nées il y a vingt ans et on estime en 2021 leur nombre à 2200 pour plus de 200 000 mangeurs et mangeuses et environ 3700 fermes. Mais d’où viennent-elles ? Pour le Mouvement interrégional des Amap (Miramap), elles ne proviennent pas d’un « couple d’inventeurs » d’Aubagne mais plutôt d’un large mouvement de contestation né sur le plateau du Larzac et de multiples organisations reliant paysans, consommateurs et écologistes.

Au croisement de l’agriculture paysanne, de l’agriculture biologique, de l’éducation populaire et de l’économie sociale et solidaire, les Amap se sont constituées en réseaux à leur tour rassemblés au sein du Miramap. Leurs objectifs sont d’accompagner les paysans en Amap ou ceux qui souhaitent s’installer, d’aider à la création de nouveaux groupes et d’influencer les décideurs publics pour créer une démocratie alimentaire et agricole territorialisée.

Contre la malbouffe

Reprenons depuis le début cette histoire, car les Amap puisent leur origine dans un creuset d’initiatives et de réflexions multiples. À la fin des années 1990, la confiance dans notre système alimentaire est ébranlée, notamment par la crise de la vache folle. Le « démontage » du McDonald’s de Millau le 12 août 1999 par des militants de la Confédération paysanne constitue une action symbolique contre la malbouffe et le mouvement anti-OGM prend de l’ampleur. Les énormes dommages causés par l’agriculture industrielle en moins de cinquante ans sont de plus en plus visibles : disparition progressive des paysans et des terres agricoles, appauvrissement des sols, perte de biodiversité, production d’une alimentation de faible qualité nutritionnelle et contenant des pesticides favorisant de graves problèmes de santé (obésité, diabète, cancers, etc.)…

Continue reading

2 Comments

Filed under Analyses, Transrural 2021

Nouvelles régions, adieu subventions

La réforme territoriale et en particulier les fusions de certaines régions ont conduit à une profonde désorganisation des associations et de leurs relations avec les conseils régionaux.

En janvier 2016, après la fusion de nombreuses régions, Transrural initiatives relayait l’avertissement du Collectif des associations citoyennes qui craignait que cette réforme ne reporte sur les communes et leurs groupements la totalité du soutien aux associations locales. À quelques mois du premier renouvellement de ces super-conseils régionaux, ses craintes se sont confirmées.

Le magazine Associations mode d’emploi révèle que « les dispositifs de soutien à l’emploi associatif sont en régression à peu près partout (de seize régions sur vingt-deux qui en avaient en 2011, on passe à cinq sur treize aujourd’hui) »1.

En Occitanie, des associations régionales ont été sommées de fusionner sans que les nouvelles subventions ne prennent en compte les conséquences de ce mariage forcé en termes de ressources humaines, rapporte La Croix.

Le secteur du développement agricole et rural n’est pas épargné. Les conseils départementaux, qui finançaient des actions en agriculture durable par exemple, ne le peuvent plus qu’à la condition de signer une convention avec la région, suite au renforcement de ses compétences sur le sujet.

Continue reading

1 Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2021

Des libertés associatives réprimées

L’Observatoire des libertés associatives a publié en octobre 2020 un rapport inédit intitulé « Une citoyenneté réprimée – 100 cas de restrictions des libertés associatives – 12 pistes pour mieux les protéger ». Réaction et prolongement.

Depuis 2015, le maire issu du Rassemblement national (RN)de Hayange (57) est en conflit ouvert (aujourd’hui judiciaire) avec la section locale du Secours populaire. Lui reprochant, entre autres, de mettre en place une propagande « pro-migrants », la mairie cherche à l’expulser définitivement du local municipal occupé depuis plus de vingt ans. Mais les atteintes aux libertés associatives en France ne sont pas l’apanage des mairies gérées par l’extrême-droite.

Un rapport inédit publié en octobre par l’Observatoire des libertés associatives (cf. encadré) témoigne qu’elles sont très souvent à l’instigation des différents échelons de la puissance publique (État et collectivités locales), sans en laisser l’exclusivité au RN. Très documenté, il explicite une centaine de cas de libertés associatives et démocratiques des associations bafouées, entravées, réprimées, et classées en quatre entrées, qui parfois se combinent entre elles.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2020