Category Archives: Transrural 2024

Portrait d’abonné : Turricules

Transrural initiatives, c’est aussi une communauté d’abonné·es. Parmi elles·eux : des associations, des établissements scolaires, des collectivités, des coopératives… En bref, des collectifs qui agissent à leur échelle pour un monde rural vivant ! Dans chaque numéro, l’une de ces structures se présente en répondant à notre questionnaire inspiré de celui de Proust. Et pour la première, place à l’association Turricules qui anime la ferme des Hauts de Marlioz en Haute-Savoie.

Les activités, fondées initialement sur du maraîchage, ont été élargies aux grandes cultures, avec meunerie, boulangerie et huilerie, mais aussi mécanique, autoconstruction et bûcheronnage.

Depuis quand existe votre structure et pourquoi a-t-elle été créée ?

Il y a douze ans, début 2012, la ferme des Hauts de Marlioz a été reprise par huit personnes. Le rachat a été fait en grande partie à travers une fondation créée pour l’occasion : Le Lombric. Cette fondation est toujours active et aide d’autres projets agricoles. L’envie était de vivre d’une activité paysanne de manière collective et horizontale. Renouer le lien avec la terre, se réapproprier des savoir-faire, avec partage économique des ressources sans méritocratie. Créer un lieu convivial en gardant des liens forts vers l’extérieur et en permettant l’accueil.

Aujourd’hui, quel est son objet ?

Nous avons élargi les activités, fondées initialement sur du maraîchage, aux grandes cultures avec meunerie, boulangerie et huilerie mais aussi mécanique, autoconstruction et bûcheronnage.

Si votre structure était un dîner, qui seraient les convives ? Et qui serait aux fourneaux ?

Continue reading

Commentaires fermés sur Portrait d’abonné : Turricules

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2024

Interview : « Tout le monde veut agir sur l’installation, mais pas avec la même vision sur le pourquoi et le comment »

Cécile Gazo, sociologue, a soutenu en septembre 2023 une thèse intitulée « Qui pour gouverner l’installation en agriculture ? »1. Elle analyse l’évolution des politiques publiques et s’intéresse au rôle de nouveaux acteurs tels les start-up.

Les espaces-test agricoles font partie des « nouveaux » acteurs de l’installation, comme les start‑up, coopératives mais aussi les collectivités, associations d’ingénierie financière…. | Photo : Réneta

Peux-tu présenter le sujet de ta thèse et ce qui t’a poussée à te lancer ?

Les politiques agricoles et le dispositif national de soutien à l’installation ne parviennent pas à enrayer la chute du nombre d’exploitations : on ne compte en moyenne qu’une arrivée pour deux à trois départs en fonction des filières et des régions. Cela devient problématique et au prochain recensement on risque de passer nettement en dessous des 416 000 exploitations comptabilisées en 20202.

Depuis quelques années, il y a un intérêt croissant pour ces questions. Quand j’ai commencé mon projet de thèse en 2017, je voulais travailler sur les espaces-test agricoles et les coopératives pour voir comment leurs actions s’inscrivaient dans les politiques publiques dédiées directement ou non à l’installation : formation, insertion, environnement… Puis, rapidement, une multitude de start-up sont apparues, comme Ceinture verte, Fermes d’avenir, Eloi, Hectar, etc. J’ai donc eu envie de les étudier.

Ma thèse, réalisée au sein du syndicat Jeunes agriculteurs (JA), analyse ce processus de multiplication des initiatives pour l’installation, ce qu’elles révèlent des transformations de l’agriculture et de l’action publique. Je m’appuie notamment sur dix études de cas. C’est un travail de sociologie : je me suis intéressée aux discours et aux pratiques.

Je montre qu’il y a un désengagement de l’État et plus précisément de son ministère de l’Agriculture dans les politiques d’installation, une difficulté à définir une vision, à faire un choix sur le modèle agricole, les formes d’exploitation, qui on veut installer…

Tu rappelles le contexte des politiques publiques de l’installation agricole, pensées au départ pour favoriser l’agrandissement mais qui sont aujourd’hui aussi censées stabiliser le nombre d’agriculteurs…

Continue reading

Commentaires fermés sur Interview : « Tout le monde veut agir sur l’installation, mais pas avec la même vision sur le pourquoi et le comment »

Filed under Analyses, articles, Transrural 2024

En rural, relocaliser plutôt que favoriser la mobilité à tout prix

Le collectif Nos services publics constate que les politiques publiques de transport, centrées sur des leviers techniques, sont insuffisantes pour atteindre les objectifs environnementaux et inégalitaires dans leurs conséquences sociales.

En septembre 2023, le collectif Nos services publics1 publiait un rapport sur l’état des services publics (téléchargeable sur son site). Dans le chapitre sur les transports, le collectif plaidait pour une « décroissance de la demande de transports » grâce « à une politique publique d’ensemble articulant, par l’aménagement du territoire, la réduction des concentrations urbaines et la relocalisation des activités, la libération du temps des transports contraints et un travail sur l’organisation« .

52 kilomètres par jour dont 80% en voiture

Chaque jour, nous parcourons en moyenne 52 kilomètres. En 70 ans, les distances ont été multipliées par cinq et 80 % des kilomètres sont parcourus en voiture, un taux stable dans le temps. Les phénomènes de désindustrialisation et de métropolisation, conjugués au développement d’infrastructures offrant toujours plus de vitesse, ont transformé nos espaces de vie. En zone rurale, la voiture est utilisée pour 9 trajets sur 10. Étalement urbain, disparition de commerces de proximité et de services publics locaux, flambées immobilières, emplois précarisés et concentrés… nous avons souhaité nous concentrer sur les déterminants des politiques de transports et d’aménagement plutôt que de nous limiter à étudier le système de mobilité et ses dysfonctionnements.

Continue reading

Commentaires fermés sur En rural, relocaliser plutôt que favoriser la mobilité à tout prix

Filed under Analyses, articles, Transrural 2024

Transrural initiatives n°501 : jardins et ruralités en transition [NOUVELLE FORMULE]

janvier-avril 2024

Transrural initiatives n°501 by Transrural

Pssst : envie de jouer au jeu des sept différences ? Découvrez ici les sept nouveautés de la formule 2024 de Transrural initiatives.

L’intérêt des jardins en matière de lien avec la nature, d’alimentation, de santé, de lien social, d’adaptation au changement climatique ou encore de bien-être, mériterait d’être mieux pris en compte dans les politiques publiques. Quel rôle pourraient-ils jouer dans les transitions en cours ?

Société

  • Le genre, toujours un problème dans l’enseignement agricole

Les stéréotypes et inégalités freinent l’accès au métier. Des associations s’engagent pour faire émerger la parole et sensibiliser.

Aménagement

Le collectif Nos services publics constate que les politiques publiques de transport, centrées sur des leviers techniques, sont insuffisantes pour atteindre les objectifs environnementaux et inégalitaires dans leurs conséquences sociales.

Transports

  • Quel bilan pour le covoiturage du quotidien en milieu rural ?

Transformer les millions de sièges libres des véhicules individuels en offre de transport public : c’est la promesse de plusieurs start-up qui proposent aux collectivités des services de covoiturage pour les trajets du quotidien. Pour les zones rurales, c’est la promesse d’une nouvelle offre de transport. Mais les premiers retours d’expérience invitent à la prudence.

  • Petits excès de vitesse : une mesure populiste ?

La fin du retrait de points pour les excès inférieurs à 5 km/h, présentée comme une bonne nouvelle pour les ruraux, pourrait aussi s’avérer dangereuse.

Agriculture

  • Le Hameau des Buis offre des terres à des agricultrices pour s’ouvrir au territoire

En 2011, Transrural initiatives rend compte d’un projet « hors norme » pour l’époque : « le Hameau des Buis, dans le Sud de l’Ardèche, constitue une expérience originale de co-habitat entre plusieurs générations et associe diverses activités ». Créé en 2008, cette initiative constitue toujours un lieu de vie commun et si l’école a fermé, l’espace de production agricole s’est ouvert à des agricultrices.

Alimentation

  • « Celui qui nourrit, c’est celui qui soigne »

Philippe Berthelemy est gastro-entérologue à l’hôpital général de Pau, dans les Pyrénées-Atlantiques. Il témoignait aux journées nationales Civam 2023 du lien entre notre microbiote intestinal et l’évolution de notre système agricole et alimentaire.

Politique

  • Engrillagement des forêts : l’angle mort des trames vertes ?

Le développement des clôtures révèle les limites de la politique de trame verte et bleue menée depuis 2009 en France.

International

  • Des coopératives pour un cachemire durable

Pour limiter le surpâturage et la dégradation des steppes de Mongolie, AVSF accompagne les éleveurs de chèvres cachemire vers des pratiques plus respectueuses de l’environnement, permettant une meilleure valorisation des fibres.

L’interview

Cécile Gazo, sociologue, a soutenu en septembre 2023 une thèse intitulée « Qui pour gouverner l’installation en agriculture ? ». Elle analyse l’évolution des politiques publiques et s’intéresse au rôle de nouveaux acteurs tels les start-up.

Politique

  • Le projet de loi d’orientation agricole passe à côté de l’essentiel…

Les mesures proposées par le gouvernement sur le foncier ou le parcours à l’installation sont insuffisantes alors que des reculs environnementaux ont été actés à la suite des manifestations d’agriculteurs.

  • Prairies et pâturages en Limousin
  • BD : Petits villages
  • Revues, lectures, documentaires et exposition

Commentaires fermés sur Transrural initiatives n°501 : jardins et ruralités en transition [NOUVELLE FORMULE]

Filed under Anciens Transrural, Sommaires 2024, Transrural 2024

Transrural initiatives fait peau neuve !

La maquette du magazine n’avait pas changé depuis 2012… Voici les sept nouveautés 2024.

Dans la presse, il n’y a pas de formule magique, mais nous avons travaillé sur une maquette plus aérée et dynamique et avec davantage de pages, sur de nouvelles rubriques comme une grande interview, une page « international » ou encore une chronique dédiée aux abonnés, non pas pour recevoir vos louanges, mais pour parler des associations et initiatives dans lesquelles vous êtes engagés.

Pour découvrir le sommaire complet de ce nouveau numéro… c’est par ici !

1- Un logo plus… carré !

2- Un sommaire plus… illustré !

Avec notamment un dessin de Pinter pour commenter l’actualité.

3- Des couleurs et polices d’écriture plus… modernes !

Et une mise en page plus… dynamique !

4- Un dossier plus… visible !

Identifié par le cadre de couleur.

5- De nouvelles chroniques

Comme le « portrait d’abonné » qui laisse à un membre de notre communauté d’abonné l’opportunité de se présenter sur deux pages.
Ou « 30 ans, 30 initiatives », suite de la série d’archives entamée avec le numéro 500.

Mais aussi de nouvelles rubriques comme une page dédiée à l’international et une grande interview sur trois pages.

6- Une rubrique « Découvrir » plus… diversifiée !

Avec désormais, en plus des revues, BD et autres lectures, des expositions, des podcasts, des films, etc.

6- Une double page interactive

À la fois mode d’emploi de la participation à la revue et bon de commande.

Commentaires fermés sur Transrural initiatives fait peau neuve !

Filed under Blog, Transrural 2024