“La ville nous échappe et nous nous échappons”

Les Carnets de la décroissance proposaient dans leur n°2 paru en avril 2016 le premier volet d’une réflexion critique sur les impensés de la métropolisation. Retour sur la récente réforme territoriale avec Guillaume Faburel, géographe, coordinateur de cette publication.

"On passe sous le boisseau de vrais désirs de partir, du fait des rhytmes de plus en plus effrénés de la grande ville d'ores et déjà métropolisée." © JL ZIMMERMANN/FLICKR.

“On passe sous le boisseau de vrais désirs de partir, du fait des rhytmes de plus en plus effrénés de la grande ville d’ores et déjà métropolisée.” © JL ZIMMERMANN/FLICKR.

Début septembre 2016 Manuel Valls renonçait à la hausse du fonds national de péréquation des ressources communales alors que les inégalités entre territoires ne cessent d’augmenter. Les mécanismes de régulation régaliens et la notion d’égalité territoriale semblent avoir du plomb dans l’aile… ?

Guillaume Faburel : En France, la production industrielle a longtemps divisé le travail entre régions au sein du pays : les régions de conception, les plus riches, avaient besoin des régions de fabrication, plus pauvres. Si les régions  riches  acceptaient de subventionner les régions plus pauvres, via le système redistributif de l’État, c’était pour que ces dernières puissent disposer de produits de consommation. Le profit de la nation était dès lors globalement assuré par les marchés intérieurs auxquels étaient destinés des produits en voie de standardisation par le fordisme tout puissant. Nous étions à l’ère du keynésianisme¹ spatial d’État et des grandes politiques d’aménagement du territoire. La division spatiale du travail et des richesses était sous le contrôle de l’État.

Avec le tournant néolibéral des années 1970-1980 et le changement radical qu’il a produit, les politiques keynésiennes ont laissé peu à peu la place à la concurrence entre territoires et les pouvoirs ont été transférés aux grandes villes. L’égalité des territoires, historiquement une vertu cardinale de la République, a effectivement  du « plomb dans l’aile » aujourd’hui où les pouvoirs économiques ont pris beaucoup d’importance, et même si on a vu réapparaître la question dans le champ politique.

La réforme territoriale menée sous la mandature socialiste marque-t- elle une rupture avec cette politique de « keynésianisme spatial » ?

G.F. : La récente réforme territoriale entérine des mécanismes plus anciens, notamment l’avènement des métropoles qui ponctue un cheminement politique lent, trans-parti, prenant racine dans l’âge d’or de l’aménagement du territoire.
Ce mouvement longtemps maintenu dans les limbes des débats majoritairement juridiques de la technostructure est celui d’une incitation progressive puis d’une obligation affirmée pour les communes de se regrouper. En créant le statut de métropole avec la loi Mapam² et avec la fusion des Régions, la réforme territoriale adapte les périmètres géographiques et les compétences d’action politique à la réalité des pouvoirs grandissants des grandes villes. Ce mouvement est en partie justifié en disant que les gens aiment la ville, dont la somme des exodes ruraux attesterait. Ces derniers ont juste cessé depuis les années 1970 !

Cette réforme valide aussi l’idée d’une gestion managériale des villes, comme des firmes, même si l’on revient un peu aujourd’hui sur la logique des partenariats publics-privés. Elle assume totalement la justification de l’attractivité dans l’organisation des pouvoirs et dans les discours. On assiste dès lors à une entente non concertée entre grandes villes pour identifier des « niche » sur lesquelles se positionner : les biotechnologies et les cleantech à Lyon ou Montpellier, l’offre culturelle et artistique de visibilité internationale à Nantes ou Marseille, les activités transfrontalières  à Lille ou Strasbourg… avec pour effet d’attirer certains métiers (de la création, par exemple) ou catégories de population.

Il y a une spécialisation et la compétition ne se fait pas tant à l’échelle des métropoles françaises qu’à celle de l’Union européenne ou du monde ; la compétition a toujours existé mais elle est de moins en moins régulée par le changement  d’échelle.La réforme revendique cette polarisation et ne considère que les aires urbaines denses, à la différence du statut de « Pôle métropolitain » qui avait été instauré en 2010. Ce dernier s’intéressait à la mise en cohérence d’aires multipolaires et de leurs grands territoires d’appartenance, mais on refuse d’en faire l’axe premier des politiques urbaines par effet de compétition et de classements internationalisés.

Vous semblez remettre en cause le caractère séduisant et attirant de la ville avec un grand V… ?

G.F.: Depuis trente ans, les imaginaires sociaux négatifs de la ville sont de plus en plus présents. Si, pour exister, une réalité a besoin d’être mise en fiction, la vision de la ville comme siège du progrès social est aujourd’hui largement ques- tionnée. De tous temps, et même si certains présentaient la ville du XIXe siècle comme le lieu de perdition par excellence, on reconnaissait bon an mal an qu’elle tirait les gens « vers le haut » ; ce n’est plus vrai aujourd’hui et les signaux du déclin de l’imaginaire de la ville émancipatoire remontent à la conversion néolibérale de nos sociétés sur les quarante dernières années.

Toutefois, les indicateurs officiels ont longtemps noyé nombre des mouvements induits ; par exemple, la définition de « l’aire urbaine », indicateur de référence pour l’Insee, est centre sur les flux de déplacements pour raison économique, à échelle large, et ne permet pas du tout d’observer les phénomènes plus fins en dehors des villes centre. L’acmé des exodes ruraux a été atteint à la fin des années 1970, le périurbain s’est développé et, quand on regarde dans le détail les chiffres de l’Insee, on s’aperçoit que 38 % des aires urbaines ont perdu de la population entre 2010 et 2015, ce qui n’a pas seulement pour cause une désindustrialisation déjà très largement engagée. Pourtant, collectivement, il est impensable de concevoir que les métropoles puissent être répulsives.

Il n’y a pas de « grand mensonge » mais un jeu politique coutumier a tour des chiffres et des indicateurs ; si c’est vrai que les grandes villes continuent d’attirer pour les études des jeunes, pour les activités dites créatives des « classes » éponymes et les services pour les plus de 60 ans, il y a un creux au milieu et on est engagé dans une césure démographique et sociale. La ville nous échappe et nous nous échappons. Mais nous ne  sommes pas tous égaux, et il existe des franges de la population qui aspirent à un autre cadre de vie que l’urbain mais qui sont contraintes économiquement de demeurer dans les grandes aires métropolitaines. On passe ainsi sous le boisseau un « exode » urbain et, plus encore, de vrais désirs de partir, du fait des rythmes de plus en plus effrénés de la grande ville d’ores et déjà métropolisée. En parallèle, il existe un grand nombre d’initiatives, y compris  en ville bien sûr, qui interrogent directement le bien-fondé de ce modèle de développement  urbain.

1 – Théorie macro- économique se référant aux travaux de l’économiste anglais John Maynard Keynes (1883-1946). Pour les keynésiens, seules des politiques interventionnistes de l’État sont à même, dans certaines circonstances, de lutter contre la tendance permanente au sous- emploi et d’éviter les récessions.

2 – Dans la loi du 27 janvier 2014 de Modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles, ces dernières sont définies comme des unités accueillant plus de 400000 habitants situées dans une aire urbaine de plus de 650000 habitants.

 

3 – À découvrir dans le n°3 des Carnets de la décroissance.

Propos recueillis par Hélène Bustos (Transrural). Articlé publié dans Transrural initiatives n°460.

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Comments are closed.