L’agriculture reprend lentement ses droits sur une base aérienne

Un terrain délaissé par l’armée à Bretigny-sur-Orge, à 35km au sud de Paris, va accueillir 50ha de cultures diversifiées et un espace-test agricole.

Plan du projet de réaménagement de la base aérienne de Bretigny issu du document "La Base - 300 hectares d'avenir". © Coeur d'Essone Agglomération.

Plan du projet de réaménagement de la base aérienne de Bretigny issu du document « La Base – 300 hectares d’avenir ». © Coeur d’Essone Agglomération.

En Essonne, le foncier  agricole se fait rare et à l’annonce de la   fermeture de la   base aérienne 217, il y a huit ans, plusieurs acteurs, dont la Région, la chambre d’agriculture et le pôle Abiosol, ont proposé d’intégrer un pole agricole biologique au projet de réaménagement. Les 300 hectares (ha) laissés par le ministère de la Défense sont alors occupés par des pistes asphaltées, des bâtiments militaires et quelques parcelles louées à l’Inra. Difficile d’imaginer l’installation de nouveaux agriculteurs ici. Pourtant, comme le précise Gaëlle Lacaze, de l’association Terre de liens Île-de-France, l’enjeu est de taille dans cette région où la production biologique représente à peine 2 % de la surface agricole utile, malgré le passage de 32 exploitations bio en 1998 à 221 en 2016¹.

Pour les élus locaux, finalement convaincus, ce projet est devenu l’occasion de développer une agriculture biologique de proximité. Mais le pôle agricole circonscrit à 75 ha, bien qu’acté, met du temps à se concrétiser, au regret des porteurs de projet et des citoyens. Parmi les causes de retard : la cession des terres pour un euro fin 2015, alors que le Contrat de redynamisation du site de défense² avait été signé en 2012, et les nombreuses études préalables pour vérifier la présence ou non de pollutions. Cœur d’Essonne Agglomération et ses partenaires ont acté la réalisation d’une première phase de 59 ha qui accueillera des activités diversifiées : petit élevage, maraîchage biologique, productions arboricoles… Au total, une dizaine d’agriculteurs sont attendus, les premiers devant arriver au printemps 2017.

Mener un projet agricole sur cette ancienne base présente de réelles contraintes techniques : circulation à raisonner en fonction de l’emplacement des pistes (dont l’une mesure 3 km de long sur 100 m de large…), disponibilité en eau limitée, potentiel agronomique à préciser… Un « cluster Drone Île-de-France »³ est en cours de création sur le site et les différentes activités devront apprendre à cohabiter. Cependant, comme le précise Anne Brocard, responsable de l’agriculture à Cœur d’Essonne Agglomération, ce pôle agricole présente aussi des opportunités : la conversion biologique des terres, déjà initiée en partenariat avec l’Inra ; l’existence d’orientations générales en matière de développe- ment durable ; la possibilité laissée par le site de développer d’autres actions (magasin de producteurs, atelier de transformation…). Aujourd’hui, ce projet de réaménagement a déjà permis aux élus locaux de se saisir de la problématique agricole ; avec une orientation claire vers la bio et les circuits de proximité.

1 – Chiffres de l’Observatoire régional de l’agriculture biologique.
2 – Signé entre l’État et les collectivités concernées.
3 – Avec un investissement public de 15 millions d’euros.

Gabrielle Sicard (InterAfocg) – Article publié en 2016 dans Transrural initiatives n°458.

Leave a Comment

Filed under Non classé

Comments are closed.