L’URSS, les jardiniers lyonnais et des végétaux disparus

À Lyon, une association œuvre à la vulgarisation des connaissances potagères et botaniques, et à la remise en culture de variétés anciennes.

Dans le cadre d'une éxpérimentation menée avec l'Institut russe Vavilov, les "adoptants" seèment, observent et récoltent des graines de variétés anciennes.  ©CRBA

Dans le cadre d’une éxpérimentation menée avec l’Institut russe Vavilov, les « adoptants » seèment, observent et récoltent des graines de variétés anciennes. ©CRBA

D’après l’Institut Vavilov, plus ancienne banque de semences au monde fondée en 1894, la France aurait perdu en un siècle, près de 85 % de sa biodiversité végétale domestiquée. Au XXe siècle, les hommes ayant délaissé leur pioche pour leur fusil, il ne restait que les femmes et les anciens pour nourrir toute une partie de la population au front. Des espèces et des variétés végétales ont été choisies pour produire avec le moins de main d’œuvre possible cette nourriture. S’en suivirent la standardisation et l’industrialisation de l’agriculture puis l’appropriation du vivant par les entreprises. Au fur et à mesure la richesse végétale cultivée s’est affaiblie. Au début du siècle dernier, Nikolaï Ivanovitch Vavilov (1887- 1943), agronome, généticien et botaniste russe, a conduit 115 expéditions de collecte de végétaux dans 64 pays avec une seule obsession : préserver l’humanité de la famine par la biodiversité. Il est passé par la France et notamment par la région lyonnaise.

Semer et essaimer le plus possible

C’est à Leningrad (Saint-Pétersbourg, aujourd’hui) que furent ainsi stockées environ 366 000 variétés végétales rapportées par Vavilov. Ce trésor vivant a bien failli disparaître lors du siège de la ville par la Wehrmacht (1941-1944) qui n’a jamais réussi à ouvrir la porte de l’Institut. Des graines collectées en Rhône-Alpes ont été transmises par l’Institut Vavilov au Centre de ressources de botanique appliquée (CRBA). Le CRBA, qui organise leur remise en culture est avant tout un centre de ressources qui propose une documentation regroupant plus de 30 000 pages d’archives en libre accès sur internet ainsi qu’une bibliothèque sur l’histoire, l’art des jardins, l’horticulture, l’agriculture,  la botanique…

Pour Sabrina Novak, directrice adjointe du CRBA, un des objectifs de l’association, « mieux nourrir l’échelle locale », implique de « retrouver la qualité et l’autonomie alimentaire des habitants ». Pour cela, elle mène une expérimentation dans l’agglomération lyonnaise afin de favoriser la biodiversité végétale agricole, encore menacée par la croissance urbaine. Du particulier au maraîcher professionnel, tout le monde peut participer à l’expérimentation menée avec les graines de l’Institut russe¹. Les « adoptants » récupèrent les graines anciennes de plantes légumières, d’arbres fruitiers ou de rosiers et, tels de vrais scientifiques, ils sèment, observent, récoltent les graines et rendent compte de l’adaptabilité des plantes au climat rhônalpin. Des cycles de formations à destination des scolaires, des universitaires, des professionnels des jardins, des acteurs du patrimoine et de l’environnement, permettent de développer les savoir-faire et les connaissances d’un réseau aussi large que diversifié.

La biodiversité par tous et pour tous

Le CRBA est attentif à la transversalité des disciplines pour développer des programmes de recherche et de valorisation dans le domaine de la botanique appliquée ; les professionnels de la restauration sont notamment sollicités pour tester et intégrer dans l’alimentation du quotidien des légumes qu’on ne retrouve plus dans nos assiettes, comme les poireaux bleus de Solaize. Cette « fabrique du patrimoine » utilise les initiatives humaines ainsi que l’histoire vivante conservée dans les graines, pour faire pousser une culture botanique, prise en main par tous et pour tous, au service d’une alimentation saine et durable.

1 -Autour de ce partenariat scientifique international, le CRBA a le soutien de l’entreprise Tarvel, du fonds de dotation De Natura, de Perma’cité et de la Métropole de Lyon.

Hugues Boiteux (MRJC) – Article publié en 2016 dans Transrural initiatives n°459.

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Non classé

Comments are closed.