Pour une autre évaluation de la pauvreté

En 2014,  l’Observatoire  national  de la pauvreté  et de l’exclusion  sociale (ONPES) consacrait un rapport aux résultats d’une recherche sur les budgets de référence nécessaires pour une participation effective à la vie sociale. Présentation de ce travail avec Jean-Pierre Bultez, administrateur de l’ONPES.

Quels étaient les objectifs à l’origine du travail de l’Observatoire  sur  les  budgets de référence ?

L’approche « budgets de référence » repose sur la constitution par des groupes de citoyens de « paniers de biens » (composés de l’ensemble des biens nécessaires à la vie quotidienne) et leur quantification. © Matt Macgillivray/Flickr.

L’approche « budgets de référence » repose sur la constitution par des groupes de citoyens de « paniers de biens » (composés de l’ensemble des biens nécessaires à la vie quotidienne) et leur
quantification. © Matt Macgillivray/Flickr.

 Jean-Pierre Bultez : Depuis 2008, la Commission européenne s’intéresse à la question du revenu  minimum « adéquat » avec deux objectifs : promouvoir au sein de l’Union une prestation de revenu minimal dans un dispositif général de lutte contre la pauvreté et aller au-delà de la palette des indicateurs de la pauvreté en mesurant l’ensemble des conditions matérielles nécessaires à l’inclusion sociale. Cela a donné lieu à différents travaux dans certains pays européens comme le Royaume Uni ou la Belgique visant à établir des budgets de référence [définis comme la liste de biens et services nécessaires à une famille, d’une taille et d’une composition données, pour vivre à un certain niveau de bien-être, avec estimation de leurs coûts mensuels ou annuels]. En 2009, l’ONPES a choisi de réinterroger les critères d’établissement du seuil de pauvreté¹ en France, en s’appuyant sur des méthodes développées au Royaume Uni.

Quelle méthodologie avez-vous adoptée pour ce travail ?

 J.-P.B : La démarche, confiée à l’Ires et au Credoc nous a conduits à nous appuyer sur des groupes de discussion composés de citoyens choisis pour leur représentativité. Ils étaient invités à définir un « panier de biens », soit l’ensemble des biens nécessaires pour tous les aspects de la vie quotidienne. Dans certains cas (alimentation, transport…), des experts ont été mandatés pour éclairer les choix de ces groupes.

Lieux d’achats, qualité des produits, quantités et fréquence ede renouvellement… ces éléments ont fait l’objet de débats au sein des groupes de discussion et on servi au chiffrage des biens et à l’élaboration des budgets de référence. Par exemple, pour l’ameublement de la maison, le choix s’est reporté sur la grande enseigne locale, à savoir Ikea, plutôt que sur les commerces de détail ou les artisans locaux.

En quoi les résultats de ce  travail s’écartent-ils des travaux habituels sur la pauvreté et la précarité ?

 J.-P.  B. : Ce travail conduit à des budgets de référence bien supérieurs aux seuils de pauvreté classiquement établis ou encore aux minima sociaux. Pour une personne seule, le budget mensuel de référence s’élève à 1 424 euros et à 3 284 euros pour un couple avec deux enfants. On est bien loin du seuil de pauvreté… Ce travail à partir des besoins invite aussi à s’émanciper des analyses classiques de la pauvreté qui mènent à proposer une analyse monolithique ne prenant en compte ni les situations personnelles, ni les spécificités d’accès liées au territoire.

Cependant, notre propos n’est pas de déconstruire le travail statistique proposé par l’Insee ; les budgets de référence ne proposent qu’une nouvelle manière d’appréhender les questions de pauvreté et d’exclusion sociale et permettent d’aller plus loin : comment vivent les personnes qui se situent entre les budgets de référence et le seuil de pauvreté ? Quelles stratégies pour répondre aux besoins identifiés avec des ressources restreintes ? Des études sur ces points ont été lancées par le Credoc.

Votre travail se centre sur Tours et Dijon, deux villes de taille moyenne. Qu’en est-il du milieu rural ?

 J.-P. B. : Les résultats obtenus plaident aujourd’hui pour plusieurs approfondissements. Les besoins identifiés à Tours ou à Dijon ne seront a priori pas les mêmes dans d’autres territoires. Un travail devrait démarrer en début d’année prochaine dans des zones périurbaines et nous souhaitons aussi nous pencher sur le milieu rural ; même si la définition du rural reste encore floue à nos yeux.

Quid de la qualité des aliments ?

J-P.B. : Si la qualité des produits alimentaires semblait importante pour les personnes des groupes de discussion, elles se sont néanmoins concentrées essentiellement sur les aspects sanitaires et très peu sur les circuits de distribution ou les conditions de production de l’alimentation. Les groupes se sont vite accordés sur un approvisionnement dans le super- marché local ; essentiellement du fait de l’accessibilité à un panel de produits dans un même lieu d’achat. Les apports des experts sur l’alimentation ont d’ailleurs été concentrés sur les aspects nutritionnels. Il semble maintenant indispensable de s’entourer de nouvelles grilles de lecture pour appréhender au mieux ces questions de qualité et de circuits de distribution.

 Revenu minimum d’insertion, revenu de base, revenu universel… Ce travail a-t-il permis un positionnement sur ces sujets ?

J.-P. B. : L’ONPES n’a pas vocation à se positionner mais il peut apporter de nouvelles informations. Les débats sur le revenu de base sont de plus en plus récurrents et il n’est pas impossible qu’ils s’immiscent dans la prochaine élection présidentielle. Cette effervescence cache deux questions différentes : l’une sur les minima sociaux et leur attribution² et l’autre sur le revenu universel attribué à tous les citoyens à leur naissance. Ce débat pose à mon sens la question du modèle de société que nous souhaitons.

La mise en place d’un revenu universel présuppose un modèle de société où l’on ne s’occupe plus des pauvres et où l’on ne prend plus en compte les situations individuelles. Si les minima sociaux sont critiquables, ils répondent néanmoins à des besoins sociaux précis et ont été construits tout au long de l’histoire sociale. Il faut à mon avis continuer à défendre la spécificité des situations individuelles. Maintenant, nous disposons d’une évaluation chiffrée des besoins identifiés par les citoyens. En quoi les minima sociaux y répondent ? Ce travail plaide pour une réflexion sur l’évolution des aides directes et indirectes fournies par l’action sociale ; avec notamment un système d’indexation plus clair pour les citoyens. C’est un travail que nous allons engager avec l’Union nationale des centres communaux d’action sociale.

1 – En France métropolitaine, un individu est considéré comme pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs à 60 % du niveau de vie médian (soit environ 1 000 euros après impôts et prestations sociales).

2 – Dans le rapport Repenser les minima sociaux : vers une couverture socle commune, remis au Premier ministre par le député PS Christophe Sirugue en avril 2016, les minima sociaux sont jugés « trop nombreux, trop compliqués, et mal organisés ».

Propos recueillis Chloé Marie – Article publié en 2016 dans Transrural initiatives n°459.

Leave a Comment

Filed under Non classé

Comments are closed.