Un bistrot d’échanges et de savoirs

À Beauvais, un lieu de mixité et de lien social a donné naissance à de nombreuses initiatives portées par des bénévoles.

 

L’Écume du jour, un café-restaurant associatif de Beauvais (Oise) créé il y a vingt ans par l’association éponyme pour développer un réseau d’échanges réciproques de savoirs, est un peu une auberge espagnole. On y voit passer des jeunes étrangers venus apprendre le français, des jardiniers, des enfants accompagnés par des animateurs de rue, des personnes dans un parcours de soin, des musiciens, de « simples clients »… « Le principe, c’est que l’on sait tous quelque chose et que l’on a tous quelque chose à apprendre, explique Marie Herrault, une des quatre salariés. Il n’y pas de hiérarchie dans les savoirs. Les échanges, c’est aussi un moyen de favoriser la rencontre, de valoriser chacun, de lutter contre l’isolement et les discriminations, d’animer le territoire… » À Beauvais (55 000 habitants), îlot urbain en rural, le taux de pauvreté dépasse les 23 %, contre 14 % en moyenne en France. Pour les salariés de L’Écume du jour, beaucoup de personnes sont isolées et la précarité sociale est forte.

Tout le monde peut venir
À deux pas de la gare, dans une maison de ville, clients et salariés déjeunent dans la cour intérieure, décorée de fanions multicolores en ce mercredi 10 mai. Le bar sans alcool et le restaurant sont tenus par les bénévoles et une cuisinière. Des ardoises affichent le compteur des cafés et soupes « suspendus », payés d’avance par des clients pour d’autres qui n’en auraient pas les moyens. Une petite bibliothèque, des journaux, des produits du commerce équitable et de l’artisanat, des informations sur les évènements à Beauvais, des pétitions contre les insecticides… chacun apporte sa touche.

On y trouve aussi le tableau des offres et demandes de savoirs, deux mètres sur deux, classées par thèmes : informatique, santé, bien- être, cuisine, esthétique, mécanique, sciences humaines… « Tout le monde peut venir, rappelle Marie Herrault. Depuis trois ans, il y a un coti-don pour être membre de l’association à partir d’un euro. On discute avec chacun de son besoin, de ce qu’il peut offrir. Puis on fait se rencontrer les gens, avec un médiateur, pour discuter des modalités de l’échange de savoirs, de la pédagogie et voir si “ça colle” ». Ces échanges ont contribué à lancer de nombreux projets au sein de l’association qui compte 450 adhérents et environ 80 bénévoles actifs. « Notre rôle, c’est de mettre en lien, de recueillir les idées, d’accompagner l’émergence des projets et de gérer les plannings, détaille Marie Herrault. Mais ce sont les collectifs qui gèrent leurs activités. » Au programme, des cafés philo ou citoyens, des formations sur la sophrologie, sur la santé, des bœufs musicaux, des expositions, des ateliers d’écriture, des soirées jeux, des conférences gesticulées…

 Un travail sur la santé communautaire
« Après des réunions de Nuit debout, des bénévoles ont décidé de créer un collectif sur les formes d’économies alternatives, car on avait entendu parler du revenu universel mais cela restait flou, indique Marie Herrault. Ils ont fait plusieurs soirées d’échanges et de réflexion en invitant des gens comme l’économiste Bernard Friot. » L’association travaille également sur la santé communautaire. Une approche globale dans laquelle la communauté participe effectivement à l’amélioration de sa santé, au travers d’échanges de savoirs et d’expériences, de discussions avec des professionnels de santé, de réflexions sur leurs besoins… Un point santé permet d’informer ou d’orienter vers d’autres structures, des ateliers d’écriture sont organisés avec des personnes qui sortent de cure de désintoxication et un projet avec des enfants sourds et malentendants est programmé.

Écoute et bienveillance
Dans le jardin partagé prêté par la ville à l’association depuis 2009, Maria, bénévole à l’Écume du jour capable de nommer en latin la plupart des plantes ou leurs utilisations possibles, parlait justement des difficultés à trouver un médecin, du manque d’aides-soignants ou de l’abandon des anciens dans nos sociétés modernes. À quinze minutes à pied du bistrot, cet espace est géré par une dizaine de personnes qui cultivent et partagent leurs savoirs : sur 4500 m², des orties à ne plus savoir quoi en faire, soupes ou quiches, des légumes et fruits, des fleurs et plantes aromatiques… « L’écoute et la bienveillance, sont des règles fondamentales, explique Loïc Blévennec, salarié de l’association. Il y a des personnes en difficulté qui viennent ici et parler c’est une partie importante de notre travail. » Victoria, jeune salariée dans une entreprise beauvaisienne et bénévole, souvent de service de 15h30 à 18h, apprécie cet aspect : « Ici, on est entre amis, on échange, on rencontre des gens ». Pour Vincent, lui aussi bénévole, « l’Écume est comme ma deuxième famille ». Le financement de l’association, huit salariés en 2012 contre quatre cette année, repose en grande partie sur les subventions de la municipalité, du Commissariat général à l’égalité des territoires ou de l’Agence régionale de santé. Mais puisque « rien n’est acquis », l’Écume du jour développe ses ressources propres grâce des interventions extérieures et une activité traiteur.

Fabrice Bugnot (Transrural) – Article publié en 2017 dans Transrural n°462

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives

Comments are closed.