Sortir des mythes de l’aménagement

Lecture par les associations d’éducation populaire du Réseau des Créfad1 d’un essai récent sur l’émergence d’une mythologie séduisante dans le champ du développement économique et de l’aménagement.

La Silicon Valley, en Californie, est prise comme modèle de développement économique par beaucoup. Elle était au départ une zone industrielle située à l’écart de la ville de San Francisco. Sa croissance a entraîné de nombreux problèmes depuis le milieu des années 2010 : gentrification croissante de San Francisco, plusieurs milliers de sans-abris dans « La Jungle » de San José, manifestations des chauffeurs de bus affrétés par les Google, Yahoo !, Apple et Facebook, qui réclament une hausse de leurs salaires… © Patrick Nouhailler/FlickR

Compétitivité, attractivité, métropolisation, excellence. Tels sont les ingrédients que l’on retrouve dans nombre de discours, de rapports, d’études et de politiques publiques dans les domaines du développement territorial, économique et de l’aménagement. Dans un article paru en mars dernier2, l’économiste Olivier Bouba-Olga et le sociologue Michel Grossetti, posent ce constat – qu’ils appellent « mythologie CAME » – et proposent une analyse critique qui en pointe les limites.

Cette mythologie pourrait se résumer ainsi : face à la concurrence mondialisée, l’innovation constituerait l’unique voie pour créer de l’emploi et de la richesse sur un territoire. Or, l’innovation serait le fruit de talents créatifs, qualifiés, jeunes qui préfèrent les espaces denses. Ce discours défend une priorisation des moyens publics sur les aires urbaines dynamiques, les autres territoires dits périphériques devant s’inscrire dans une complémentarité ou bénéficier du ruissellement des richesses produites. Cette concentration des moyens serait la meilleure issue pour s’en sortir dans une économie mondialisée, en étant plus compétitif.

Pour Julie Champagne, animatrice-formatrice au Crefad Loire basé à Saint Etienne, « on subit une concurrence entre quartiers au sein même de la ville. Le développement d’un quartier “créatif” sur une ancienne friche concentre une grande partie des moyens dédiés à l’innovation, en ciblant un public particulier de porteurs de projet dans le champ du design, artistique, numérique, startuper… Il est difficile de trouver des moyens pour les projets que nous accompagnons sur des quartiers populaires du centre-ville et qui proposent pourtant des modèles économiques alternatifs (café associatif, atelier de bricolage mutualisé, boutique-test…) mixant du salariat, de l’entrepreneuriat, du bénévolat, du service civique, agissant sur le lien social et ayant des impacts économiques réels. Avec les dernières refontes territoriales, un mythe de métropolisation s’est construit pour des villes comme Saint-Étienne ou Clermont-Ferrand, qui nous paraît déconnecté de la réalité ».

Confronter analyse et pratique
Dans la mythologie CAME, l’attractivité est également un ingrédient majeur. L’avantage d’un territoire résulterait de sa capacité à attirer des talents, des « créatifs »3, et à accompagner leur mobilité. Or les auteurs observent que la mobilité géographique y compris celle des créateurs d’entreprise est beaucoup plus faible qu’on ne l’imagine : au recensement de 2013, seuls 2% des personnes avaient changé de région par rapport à l’année précédente et on crée majoritairement son entreprise là où on habite…

Nous sommes plusieurs associations du Réseau des Crefad à travailler sur des territoires ruraux du Massif central, montagneux et à faible densité de population. Depuis la fin des années 1990, des moyens importants ont été mis sur les politiques d’attractivité territoriale et d’accueil de nouvelles populations. Nous avons pu observer que les facteurs déterminants des choix des personnes que nous accueillons et accompagnons n’étaient pas uniquement l’image du territoire ou les services à la population. Parmi ces facteurs on trouve, par exemple, la présence d’une dynamique locale associative riche, d’un réseau de personnes qui jouent un rôle d’accueil sur le territoire, des initiatives culturelles, le tout mixé à des opportunités locales (foncier, création d’activités, emploi).  

« À travers nos actions, nous cherchons à cultiver un terreau favorable à l’accueil, en soutenant dans la durée des dynamiques locales, en créant des rencontres, du lien entre les personnes, en animant des réseaux et en permettant l’accès à la culture, explique Cécile Surville, animatrice-formatrice à l’association dASA installée à Brioude en Haute-Loire. Tout cela contribue à créer de l’économie et des richesses localement, même si ce n’est pas toujours quantifiable et visible. »

Partager et faire réagir  
Forte de cette lecture et de nos constats, l’association La Brèche, active en Haute-Loire et dans le Puy-de-Dôme, a récemment proposé un travail sur l’article d’Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti à des élus et agents de la Communauté de communes Ambert Livradois Forez, lors d’une séance de formation-action dédiée à l’élaboration d’un projet de territoire. « D’abord déroutés par cet article engagé, les participants et les participantes se sont rapidement interrogés sur la notion de richesse d’un territoire et ses singularités, indique Jean-Marie Perrinel, animateur-formateur à La Brèche. Mais certaines réactions ont été sans appel : “la théorie du ruissellement ne fonctionne pas”, “les politiques se référant à cette mythologie CAME sont un échec”, “accueillir [des habitants, des porteurs de projets…] n’est plus une fin en soi”… »

Pour autant, l’actuelle vision négative du « saupoudrage des financements » sur de multiples structures et projets n’a pas été rediscutée. Pour Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti, « il est important de soutenir un large ensemble d’initiatives innovantes, sans se limiter à quelques startups incubées dans les tiers-lieux des plus grandes métropoles  »2. Les auteurs préfèrent d’ailleurs parler d’« arrosage » (et comme personne ne sait où vont éclore les projets demain alors… il faut s’organiser pour arroser partout !).

S’outiller pour mieux dialoguer
« Toute innovation a pour objectif de se développer », « l’enjeu pour la métropole et les prochaines élections est d’attirer les créatifs, les entrepreneurs sociaux, pour ne pas être ringards, c’est pour cela que l’on met le paquet sur la politique culturelle  », « il faudrait peut-être accompagner des vrais créateurs d’activité, pas des naturopathes ou des chanteuses »… Dans nos relations aux collectivités territoriales, nous entendons (et questionnons !) régulièrement des positions empreintes de cette mythologie CAME. La lecture de l’article d’Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti facilite la remise en cause de ce qui semble pourtant aller de soi, afin de comprendre la distance entre notre point de vue et celui de nos interlocuteurs.

Si la mythologie CAME semble fortement à l’œuvre chez eux, nous défendons pour notre part une position visant à s’extraire de systèmes ayant pour seules finalités la compétition et la croissance économique.  L’enjeu est alors de construire le dialogue entre ces positions pour soutenir des initiatives centrées sur les personnes et inventant des modèles alternatifs.

Cécile Surville, Marie-Anne Lenain, Julie Champagne et Jean-Marie Perrinel (Réseau des Crefad) – article publié dans Transrural initiatives n°469 (juillet-août 2018)

1 – Elles travaillent notamment sur les thèmes de l’accompagnement, de la formation des adultes, de l’habiter, de la vitalité des territoires ruraux, de la jeunesse, de la création d’activités, de l’interculturel, du rapport à la lecture et à l’écriture. Plus d’infos : reseaucrefad.or

2 – La mythologie CAME (Compétitivité, Attractivité, Métropolisation, Excellence) : comment s’en désintoxiquer ? – O. Bouba-Olga et M. Grossetti – disponible sur : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01724699/document.

3 – Les auteurs font référence aux travaux de Richard Florida, professeur étatsunien en aménagement urbain, affirmant l’existence d’une « classe créative » sensible aux aménités urbaines que les métropoles auraient vocation à attirer pour favoriser l’innovation et par conséquent la création d’emploi et de richesses.

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

Comments are closed.