Les retraites des agricultrices resteront parmi les plus faibles

La réforme devrait bénéficier à une partie des exploitants agricoles, principalement par le biais de l’instauration d’une pension minimum, proche du seuil de pauvreté…

En 2015, environ 24% des chefs d’exploitation agricoles sont des femmes. (Crédit : DR)

Le projet de loi sur la réforme des retraites, qui devrait être présenté en Conseil des ministres fin janvier 2020, ne fera que des perdants, ou presque. « On est sûrs qu’on ne va pas y perdre mais on ne sait pas vraiment si on va y gagner et cela n’en fait pas une réforme juste ou favorable aux femmes », estime Véronique Marchessaux, secrétaire nationale de la Confédération paysanne, suite à une réunion avec les conseillers des ministères de l’Agriculture et des Solidarités, le mardi 7 janvier 2020.

C’est qu’on peut difficilement faire pire… Les pensions des agriculteurs non-salariés sont 2,5 fois plus faibles que celles des autres Français. Selon le Conseil d’orientation des retraites, elles étaient en 2015 de 730 € par mois en moyenne. Pour ceux qui ne disposent pas d’autres revenus, c’est donc bien en dessous du seuil de pauvreté, d’environ 1 000 €. Mais c’est encore plus difficile pour les femmes.

Des inégalités flagrantes
D’après le Sénat, en 2015, le régime vieillesse de base des non-salariés agricoles comptait environ 1,5 million de retraités dont 870 000 femmes. 716 000 ont eu différents emplois, notamment salariés, et ont donc une pension totale moyenne de 1 080 € par mois, mais les autres ne touchent que 500 à 600 €.

« Une femme de ma génération, née dans les années 1960-1970, ayant travaillé trois ans comme salariée à l’extérieur, quatorze ans comme conjointe participant aux travaux sans statut et vingt-six ans comme cheffe d’exploitation, avec des revenus peu élevés, touchera à 62 ans une pension de retraite de 662 euros bruts mensuels, soit 615 euros nets », précisait au Sénat Catherine Laillé, présidente de la section « Agricultrices » de la Coordination rurale.

Pour la MSA, les plus exposées à ces retraites indécentes sont des femmes non mariées, divorcées ou qui ont eu le statut de conjointe ou d’aide familiale voire aucun statut, un problème qui concernerait environ 5 000 personnes. Les inégalités entre hommes et femmes, malgré les réformes successives, sont flagrantes. Si la pension des anciens chefs d’exploitation pour une carrière complète est en moyenne de 855 € par mois, celles des conjoints collaborateurs, essentiellement des femmes, est de 597 € ; et la pension minimum instaurée en 2014 et fixée à 75 % du Smic ne concerne ni les conjoints, ni les aidants familiaux, soit 380 000 personnes, en grande majorité des femmes.


Optimisation fiscale et sociale
Face à cette double inégalité, entre agriculteurs et agricultrices ainsi qu’entre eux et les autres travailleurs, une réforme était nécessaire. Elle aurait pu rétablir une équité entre les contributions des agriculteurs. Il existe actuellement une assiette minimale de cotisations, même pour les revenus très bas, et, à l’inverse, un plafonnement des cotisations pour les plus hauts revenus.

Elle aurait pu s’attaquer à l’optimisation fiscale et sociale qui pousse les chefs d’entreprises agricoles à miser sur la capitalisation au détriment des salaires et cotisations. Le patrimoine professionnel net des agriculteurs est passé de 488 000 € en 2010 à 664 100 € en 2015 et les écarts considérables entre les mieux dotés et les autres se sont creusés.

Elle aurait pu enfin renforcer la solidarité inter-régime alors qu’on observe un désengagement du financement du régime agricole par l’État depuis vingt ans.

Quid des retraités actuels ?
Mais la réforme annoncée par le gouvernement ne prend pas ce chemin.
La pension minimum pour tous les Français ayant effectué une carrière complète, 1 000 € net en 2022 puis 85 % du Smic après 2025, est un des principaux changements attendus pour les agriculteurs. Une revalorisation promise en 2013 mais jamais appliquée…

De plus, le nouveau système pourrait inclure un âge pivot ou d’équilibre, obligeant les exploitants agricoles ayant commencé à travailler avant vingt ans à rester en activité pour ne pas subir de décote.

Enfin, cette pension minimum ne concernera ni ceux ayant des carrières incomplètes, ni les conjoints, ni les aidants familiaux, ni les retraités actuels !

« Le gouvernement sait qu’il n’aura pas le soutien des syndicats agricoles sur ce projet s’il ne fait pas un petit geste pour les retraités actuels, mais ça ne sera sûrement pas à la hauteur de nos demandes et sûrement que pour les chefs d’exploitation », précise Véronique Marchessaux. En « échange », le taux de cotisation va augmenter de 21 % à 28 % mais devrait être compensé en partie par une baisse de l’assiette.

Les autres conséquences de cette réforme sur les pensions agricoles sont plus floues. Lors de la réunion du 7 janvier, le gouvernement a présenté plusieurs « cas type » d’agriculteurs. « L’objectif était de nous montrer tout le bien que l’on devait penser de cette réforme… Mais ces exemples, des personnes qui travaillent toute leur vie et à partir de 23 ans, ne correspondent pas à la réalité, encore plus si l’on se projette dans une quarantaine d’années », s’étonne Véronique Marchessaux.

Quant à la reconnaissance de la pénibilité, elle précise « que cela ne fait plus partie des discussions. La FNSEA était contre car il aurait fallu augmenter les cotisations retraites y compris pour les salariés ».

La Confédération paysanne assure que même si des avancées sont obtenues pour les paysans, le syndicat s’opposera à une réforme qui reproduit les inégalités de la vie professionnelle dans les retraites et affaiblit encore une fois le système de protection social français au profit du capital : « Ce que nous demandons c’est une retraite digne pour tous. »

Fabrice Bugnot (Transrural)

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *