Réforme de la PAC : les enjeux du Plan stratégique national

La prochaine politique agricole de l’Union européenne (UE) laissera davantage de marge de manœuvre aux États. D’où l’importance des négociations sur les objectifs et mesures qui sont menées au niveau français.

La future Politique agricole commune (PAC), dont la mise en œuvre a été reportée de 2021 à 2023, pourrait être dotée d’un budget plus important que prévu1. Mais ce sont surtout ses grandes orientations et les déclinaisons nationales qui détermineront si un virage est opéré pour cesser de soutenir le système industriel et intensif.

À partir de 2023, les États devraient disposer d’une plus grande liberté dans leurs interventions, toujours dans le cadre des grands instruments de la PAC (aides à la surface, à l’installation, à l’agriculture biologique, programme Leader…). Leurs mesures pour atteindre les dix objectifs fixés par l’UE2 devront être décrites dans un Plan stratégique national (PSN) établi sur sept ans puis validé par la Commission européenne. 

Des objectifs contradictoires

En France, le diagnostic préalable à l’élaboration du PSN a été publié en février 2020 après quelques débats. Mais les objectifs restent vagues et parfois contradictoires. Le document3, qui note par ailleurs que « les aides de la PAC ont accompagné le mouvement d’agrandissement et de spécialisation des exploitations et l’intensification des modes de production », propose de réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’élevage mais ne parle pas de diminution du cheptel.

« Il y a à boire et à manger, tout le monde y trouve ce qu’il veut, c’était le souhait du ministère de l’Agriculture. On a réussi à faire inscrire certains points, comme le constat que nous ne sommes pas en bonne voie pour atteindre les objectifs fixés par la directive nitrates ou l’accord de Paris sur le climat. Mais on n’a pas obtenu gain de cause sur l’élevage et l’accès à une alimentation durable et de qualité pour tous », précise Aurélie Catallo, coordinatrice de la Plateforme pour une autre PAC.

Les enjeux seront encore plus importants lors des négociations sur la hiérarchisation des priorités et la définition des moyens, qui se dérouleront jusqu’à la finalisation du PSN, prévue en mai 2021. Le ministère en charge de l’agriculture consulte les différentes parties prenantes, notamment les syndicats agricoles, les associations de défense de l’environnement ou de développement agricole et rural, les chambres d’agriculture, les Régions, etc.

Quelle place pour le débat public ?

Les conclusions du débat national sur le sujet lancé en février dernier et baptisé Impactons4, pourraient aussi orienter le PSN, bien que les résultats des précédentes concertations du président Macron et les propos de l’ancien ministre de l’Agriculture laissent craindre que le syndicat majoritaire ait souvent le dernier mot.

Enfin, si certaines propositions de la Plateforme, des citoyens ou de la Confédération paysanne devraient passer, il restera la rédaction technique. Le risque est que des objectifs ambitieux se traduisent par des mesures inadaptées, comme des conditions environnementales pour obtenir les paiements de base qui seraient trop souples, intégrant par exemple des légumineuses ou d’autres cultures dans les critères de biodiversité et non seulement des haies, mares, etc. « Pour atteindre ces objectifs, il faudra que des agriculteurs qui ne sont pas dans ces démarches n’aient plus ces paiements, conclut Aurélie Catallo. L’idée n’est pas de les abandonner mais de les orienter vers d’autres aides ». 

Fabrice Bugnot (Transrural)

  1. Le 2 juin, la Commission européenne a proposé d’y consacrer 348,3 milliards d’euros (en prix constants de 2018) dans le cadre du budget pluriannuel 2021-2027 de l’UE, soit 25 milliards de plus que sa proposition antérieure mais toujours moins que lors de la précédente programmation ou que le budget demandé par le Parlement européen.
  2. « Assurer un revenu équitable aux agriculteurs », « agir contre le changement climatique » mais aussi  « accroître la compétitivité »…
  3. https://agriculture.gouv.fr/pac-post-2020-projet-de-diagnostic-en-vue-du-futur-plan-strategique-national
  4. Un premier bilan fait ressortir une forte participation des citoyens, notamment sur des sujets environnementaux. Plus d’infos : https://impactons.debatpublic.fr.

Cet article est extrait du Transrural initiatives n°480, daté de juin-juillet 2020.
Le sommaire complet ainsi qu’un extrait du magazine sont disponibles sur la page : http://www.transrural-initiatives.org/2017/05/transrural-initiatives-n480/.
Pour commander ce numéro, rendez-vous sur notre boutique en ligne : http://boutique.transrural-initiatives.org/. S’il ne figure plus dans l’onglet « Le numéro du mois », choisir « Ancien(s) numéro(s) » et indiquer « 480 » dans la commande.

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *