Dans le Gers, une start-up du Moyen Âge

Les moniales de l’abbaye de Boulaur (Gers) construisent une grange cistercienne en chantier participatif pour développer leur activité agricole et accroître leurs liens avec le territoire.

Bientôt, les moniales de Boulaur pourront compter sur une nouvelle salle de traite pour leur élevage biologique (Crédit : Abbaye de Boulaur)

Imaginez… un chantier participatif visant à construire les murs en terre crue d’un bâtiment destiné à accueillir un « projet structurant pour le territoire », à la fois agricole, culturel, spirituel, touristique, patrimonial et de développement économique, un bâtiment créateur de liens dans la logique des tiers-lieux, « où il fait bon se retrouver faire des choses ensemble ».

La grange cistercienne n’est pas la première référence qui vient à l’esprit, mais c’en est bien une que les moniales de l’abbaye de Boulaur, dans le Gers, ont commencé à ériger en mai dernier… 600 ans après l’apogée de ces lieux de vie et de travail (cf. plus bas, l’interview de l’historien François Blary).

De 6 à 28 vaches

Les sœurs décrivent volontiers leur entreprise comme une « start-up du XIIe siècle ». Leur communauté, fondée en 1949, a stagné 30 ans à cinq moniales, mais est aujourd’hui en expansion et la moyenne d’âge est passée sous la barre des 45 ans. C’est pour permettre aux 32 sœurs priant et travaillant à l’ombre des monuments historiques de l’abbaye de continuer à vivre de leur activité agricole que cet ambitieux projet est né.

Dans la grange seront abrités les vaches et leurs veaux, la réserve de paille, une salle de traite et un espace pour accueillir les visites pédagogiques, tandis que dans un bâtiment adjacent seront installés les ateliers fromagerie, charcuterie et confiturerie.

Préfiguration de la grange cistercienne des moniales de Boulaur (Crédit : Abbaye de Boulaur)

L’élevage conduit en bio sur 45 hectares de terres passera de six ou huit vaches à 28. « Ça reste tout petit mais pour nous c’est un énorme développement », confie sœur Anne, responsable de la communication de l’abbaye. Partant de trois tonnes de fromage annuelles, les sœurs iront jusqu’à quinze. Les six tonnes de confiture devraient devenir dix, la tonne de pâté de porc, être multipliée par cinq.

Surtout, la concentration des activités de production et de transformation agricole dans le nouveau bâtiment permettra aux sœurs de débuter en décembre, à la place d’une ancienne grange, l’érection d’un vaste espace d’accueil où leur magasin pourra prendre ses aises et qui pourra abriter des expositions et un marché de producteur·rices locaux·ales.

Accueil et visites guidées

Car les cisterciennes sont loin d’être recluses derrière les grilles du monastère. Chaque jour, les sœurs se relaient pour assurer des visites gratuites de l’église et de la salle du Chapitre. En contact avec la population à travers le commerce de leurs productions, elles reçoivent aussi toute sorte d’hôtes dans la paix de leur cloître : individus ayant besoin de se ressourcer, familles en visite dans le département, aumôneries, groupes de prière, etc. Elles leur servent les légumes et fruits de leur verger-potager en permaculture dans une salle à manger bientôt appelée à être réaménagée de plain-pied pour en faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite.

Divine permaculture
Les sœurs de l’abbaye de Boulaur ont pour crédo l’agroécologie et conduisent leur verger-potager en permaculture, en prenant soin« d’enrichir la biodiversité et de reconstituer la terre ». Une manière de respecter « la création de Dieu »qui n’est pas rare parmi les communautés religieuses. Le monastère orthodoxe de Solan, dans le Gard, s’appuie depuis 1995 sur les conseils de Pierre Rabhi, qui préside d’ailleurs l’association des amis de Solan, pour cultiver ses vignes, son jardin nourricier et sa forêt de châtaigniers. Une partie de ses 60 hectares est d’ailleurs labellisée Natura 2000. Dans les Landes, les moines de l’abbaye Notre-Dame-de-Maylis se sont convertis en 2014 à la permaculture,tout comme les bénédictines de Martigné-Briand (Maine-et-Loire), en 2015… Une façon comme une autre de répondre à l’encyclique Laudato si’ du Pape François, sur la « sauvegarde de la maison commune». J.L.

La première tranche de ces travaux (la grange à proprement parler) coûte trois millions d’euros. Les moniales, qui ont mis 10 % de leur poche, espèrent attirer 30 % de mécénat privé (vous pouvez les soutenir en cliquant ici !) pour faire baisser la part d’emprunt bancaire. Les pouvoirs publics (État, région Occitanie et Europe) soutiennent déjà le projet à hauteur de 25 % et, assure sœur Anne, la municipalité fait tout pour encourager « cette aventure collective » qui a aussi pour objectif de « réunifier les générations » autour du chantier participatif. Les premiers vêlages sont attendus pour février.

Jade Lemaire (Transrural)

« Un terroir et son outil de production »

Eclairage de François Blary, professeur d’histoire de l’art et d’archéologie du Moyen Âge à l’Université libre de Bruxelles, sur les granges cisterciennes.

Qu’est-ce qu’une grange cistercienne ?

Le mot grange ne désigne habituellement qu’un bâtiment où remiser les récoltes. Au XIIe siècle, une autre définition s’est imposée avec l’organisation cistercienne, pour évoquer un terroir et son outil de production agricole ou même industriel. Surtout, la grange peut être disjointe du monastère, parfois situé à 600 km ! L’économie grangière des cisterciens a été développée afin de ne pas refuser les terres qu’on leur donne, et au contraire les faire fructifier pour le bien de la communauté monastique. Le problème, quand cette grange est lointaine, c’est que l’équilibre entre le travail manuel, l’étude et la prière est rompu : les moines ne peuvent plus alterner les activités. D’où l’émergence d’une autre catégorie de moines : les convers, qui sont des laïcs, n’ont pas prononcé de vœux et peuvent habiter hors du monastère, près de la grange.

Les moniales de Boulaur écrivent que les granges cisterciennes ont permis le développement d’une agriculture de pointe. Comment ?

Cette fonction de convers attire des classes sociales plus modestes que celles dont sont issus les moines, qui doivent savoir lire et écrire pour entrer dans les ordres. Cela crée beaucoup de vocations : des filsde classes laborieuses peuvent désormais s’assurer le paradis en travaillant pour Dieu sur Terre. Et pas besoin pour eux de s’arrêter six fois par jour pour louer Dieu dans la prière. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les rendements s’améliorent.

On atteint parfois 15 quintaux à l’hectare de blé, ce qui est énorme avant la mécanisation, un chiffre qu’on ne retrouvera qu’au début du XIXe siècle. Certaines granges se spécialisent dans les céréales, le sel, le sucre…, développent de nouvelles techniques comme l’assolement triennal, ou l’usage de la charrue, là où on en était encore à l’araire. Les cisterciens étaient aussi d’exceptionnels vignerons : le Clos de Vougeot par exemple était une grange de l’abbaye de Cîteaux, berceau de l’ordre.Et pas besoin pour eux de s’arrêter six fois par jour pour louer Dieu dans la prière. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que les rendements s’améliorent. On atteint parfois 15 quintaux à l’hectare de blé, ce qui est énorme avant la mécanisation, un chiffre qu’on ne retrouvera qu’au début du XIXe siècle. Certaines granges se spécialisent dans les céréales, le sel, le sucre…, développent de nouvelles techniques comme l’assolement triennal, ou l’usage de la charrue, là où on en était encore à l’araire. Les cisterciens étaient aussi d’exceptionnels vignerons : le Clos de Vougeot par exemple était une grange de l’abbaye de Cîteaux, berceau de l’ordre.

Le projet de l’abbaye de Boulaur est-il d’actualité selon vous ?

Ce n’est pas un phénomène isolé. On trouve aux États-Unis des communautés cisterciennes qui ont développé des laiteries intensives, quasi industrielles…C’est moins écolo, certes, mais elles aussi se basent sur des techniques de pointe.

Propos recueillis par J.L.

Cet article est extrait du Transrural initiatives n°481, daté d’août-septembre 2020.
Le sommaire complet ainsi qu’un extrait du magazine sont disponibles sur la page : http://www.transrural-initiatives.org/2017/05/transrural-initiatives-n481/.
Pour commander ce numéro, rendez-vous sur notre boutique en ligne : http://boutique.transrural-initiatives.org/. S’il ne figure plus dans l’onglet « Le numéro du mois », choisir « Ancien(s) numéro(s) » et indiquer « 481″ dans la commande.

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Comments are closed.