Les rêves du Pays d’Othe

Ce projet culturel, autour de portraits et enregistrements sonores des
habitants du territoire, a conduit à un rapprochement des artistes locaux
et à l’implication d’élus et citoyens.

Crédit : Fais-moi rêver !

Sur les photos, des visages d’hommes et de femmes de 1 à 100 ans, habitant le Pays d’Othe, région naturelle rurale et boisée, à cheval entre plusieurs communautés de communes de l’Aube et de l’Yonne. 192 en tout, presque deux pour chaque âge.

Il a été compliqué de trouver des hommes de plus de 90 ans. Ces portraits, présentés notamment dans une quinzaine de lavoirs du territoire l’été 2018, sont une des réalisations d’un « projet culturel de territoire » imaginé et mené en 2017 et 2018 par deux associations avec le soutien de la Région Grand Est, du fonds Leader et du Groupe d’action local Othe-Armance : « À quoi rêve le pays d’Othe ? ».

C’est en 2017 qu’Augustin Becard, de l’association culturelle et artistique Fais-moi rêver !, rencontre Thomas Amblar, coordinateur d’E-graine, une association d’initiation à la citoyenneté mondiale. Mais en ville à plusieurs dizaines de kilomètres de chez eux alors qu’ils habitent sur le même territoire !

Pour répondre à un appel à projet de la Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire, ils imaginent une intervention sur le territoire autour d’une idée : demander aux habitants du Pays d’Othe « à quoi ils rêvent », les enregistrer et réaliser des portraits de 100 hommes et 100 femmes ayant tous un âge différent, de 1 à 100 ans.

Ce cadre, contraint, les oblige à multiplier les rencontres dans les villages, les marchés, les maisons de retraite, les collèges… « Pour recueillir les rêves – ceux de la nuit ou des souhaits pour le futur – on a commencé par les interroger pour constituer une grande banque de rêves, explique Thomas Amblar. On est partis sur les routes du pays, sur des manifestations comme des trocs aux plantes, des vide-greniers… On a aussi laissé des cartes postales partout pour qu’ils envoient leurs rêves et créé un site Internet. Un des rêves que l’on raconte le plus souvent, car il nous a beaucoup touchés, c’est celui d’une résidente d’un Ehpad, qui rêvait chaque nuit de lamer, qu’elle nageait, car elle n’avait jamais vu la mer. On a eu beaucoup de rêves sur la question de l’environnement, l’écologie. »

Toute la matière recueillie a été confiée à des artistes qui avaient décidé de venir sur ce territoire et d’autres création sont été présentées sur un weekend avec du théâtre, des spectacles courts d’une quinzaine de minutes.

Des rencontres dans les villages

Crédit : Fais-moi rêver !

Impulser une dynamique

« Nous avions plusieurs objectifs, poursuit Augustin Becard. Créer du lien social intergénérationnel, impulser une dynamique et des synergies sur des projets culturels,mettre des acteurs en lien et proposer une offre culturelle intéressante et accessible. On voulait aussi travailler sur ce qu’est le pays d’Othe, mettre au maximum en avant les habitants du territoire ».

Deux ans plus tard, leur intervention est toujours dans les mémoires et la commission culturelle du Conseil de développement a été relancée. Fin 2019 un nouveau projet culturel de territoire a été voté avec la création d’un office rassemblant citoyens, artistes et élus.

Fabrice Bugnot (Transrural)

Cet article est extrait du Transrural initiatives n°481, daté d’août-septembre 2020.
Le sommaire complet ainsi qu’un extrait du magazine sont disponibles sur la page : http://www.transrural-initiatives.org/2017/05/transrural-initiatives-n481/.
Pour commander ce numéro, rendez-vous sur notre boutique en ligne : http://boutique.transrural-initiatives.org/. S’il ne figure plus dans l’onglet « Le numéro du mois », choisir « Ancien(s) numéro(s) » et indiquer « 481″ dans la commande.

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Comments are closed.