Les maillots verts du tour de France agricole

Dix-huit jeunes du MRJC ont effectué cet été un road-trip, pensé comme un outil de formation et de sensibilisation à l’agroécologie,notamment à travers la réalisation d’un fi lm documentaire.

Chez Georges Joya, à Aubier dans le Gers, le 17 août 2020. Crédit : MRJC 54

Et si, pour donner un nouveau visage à l’agriculture, il fallait que de nouvelles bouilles s’y engagent ? Et si, pour que l’agroécologie ne soit pas qu’une belle idée, il fallait chausser les bottes ? Et si se former rimait avec s’engager, fêter, partager ?Avec des si, on fait… un tour de France agri ! Passionnés par la ruralité et la paysannerie, mais peu en accord avec les trajectoires que prend l’agriculture industrielle, 18 jeunes de 20 à 28 ans ont parcouru la France l’été dernier pendant quinze jours, pour échanger avec les précurseurs de l’agroécologie : les agriculteurs.

À l’origine du projet : trois militants du Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) Lorraine. Issus du milieu agricole, ils désirent découvrir un maximum de systèmes agricoles dans la perspective d’une prochaine installation. Ce projet prend de l’ampleur et devient un road-trip agricole autogéré. Dans un esprit d’éducation populaire, chaque membre du groupe a pris des responsabilités pour organiser ce tour en fonction de ses qualités et de son expérience : communication, recherche de partenaires, logistique… Ces rencontres avec des agriculteurs, en plus de former les participants, font l’objet d’un film né d’une volonté de sensibilisation et de la participation de trois jeunes cinéastes à l’aventure.1

En cohérence avec les valeurs du MRJC, agroécologie et agriculture collective ont été les deux thématiques les plus abordées. Les collectifs installés de longue date sur la ferme de Sainte-Luce (Isère, production de fromage, pain, bière…) ou celle des Volonteux (Drôme, maraîchage, arboriculture…) ont permis d’avoir une vision du travail en groupe. D’autres ont démontré que de nouvelles méthodes de production étaient économiquement et écologiquement viables.

Les problématiques techniques ont intéressé les futurs paysans, mais les réflexions sur la vie en milieu rural, le lien à la terre et aux animaux, le travail et la spiritualité, ont aussi rythmé les débats. La vie en collectif avec des personnes inconnues, sous tente et en itinérance a fait écho à la force des fermes collectives et des systèmes coopératifs rencontrés. Un responsable d’une Coopérative d’utilisation de matériel agricole du Maine-et-Loire a ainsi dit : « Il faut avoir le souci du bien commun, c’est impératif. Si tu penses qu’à développer ton entreprise c’est compliqué. On veut devenir le plus gros exploitant ou alors on veut qu’il y ait le plus de monde possible autour de chez soi ? » L’éthique, les valeurs, le sens et la beauté du métier d’agriculteur ont souvent été mis en avant comme les moteurs de leurs engagements : être en cohérence avec l’humanité et la planète permet d’imaginer des bases saines pour les systèmes agricoles de demain.

Que cela soit par le renforcement de leur conviction d’installation en agriculture, ou par une profonde remise en question de leur vision du métier, les participants sont ressortis marqués. Émilie conclut : « L’idée de m’installer était très loin dans ma tête. Après le tour, je me suis dit que finalement l’installation pourrait être envisageable, en collectif, avec diversification des ateliers, et que même hors cadre familial c’est possible ! Par rapport à toutes les offres d’emploi que je vois passer, ce métier a pour moi du sens. Ce sens profond, on le sent chez tous ceux qu’on a vus ».

Adrien Potier et Joachim Thiébaut (MRJC Meurthe-et-Moselle)

1- Le film, réalisé par Hugo Balique et Tristan Sicard, est en cours de montage pour une diffusion au printemps 2021. Plus d’infos sur la page Facebook du tour. L’équipe réfléchit aussi à proposer un autre tour agricole en 2021.

Cet article est extrait du Transrural initiatives n°483, daté d’décembre 2020-janvier 2021.
Le sommaire complet ainsi qu’un extrait du magazine, dont le dossier est consacré aux relations entre médias et jeunes ruraux, sont disponibles ici.
Pour commander ce numéro, rendez-vous sur notre boutique en ligne. S’il ne figure plus dans l’onglet « Le numéro du mois », choisir « Ancien(s) numéro(s) » et indiquer « 483 » dans la commande.

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.