Nouvelles régions, adieu subventions

La réforme territoriale et en particulier les fusions de certaines régions ont conduit à une profonde désorganisation des associations et de leurs relations avec les conseils régionaux.

En janvier 2016, après la fusion de nombreuses régions, Transrural initiatives relayait l’avertissement du Collectif des associations citoyennes qui craignait que cette réforme ne reporte sur les communes et leurs groupements la totalité du soutien aux associations locales. À quelques mois du premier renouvellement de ces super-conseils régionaux, ses craintes se sont confirmées.

Le magazine Associations mode d’emploi révèle que « les dispositifs de soutien à l’emploi associatif sont en régression à peu près partout (de seize régions sur vingt-deux qui en avaient en 2011, on passe à cinq sur treize aujourd’hui) »1.

En Occitanie, des associations régionales ont été sommées de fusionner sans que les nouvelles subventions ne prennent en compte les conséquences de ce mariage forcé en termes de ressources humaines, rapporte La Croix.

Le secteur du développement agricole et rural n’est pas épargné. Les conseils départementaux, qui finançaient des actions en agriculture durable par exemple, ne le peuvent plus qu’à la condition de signer une convention avec la région, suite au renforcement de ses compétences sur le sujet.

Perte de légitimité

Quant aux associations qui percevaient une subvention régionale, elles l’ont parfois perdue dans la fusion. C’est le cas du Centre d’initiatives pour l’agriculture et le milieu rural (Civam) Oasis dont les adhérents vivent en Aube et Marne. Celui-ci percevait des subventions de l’ordre de 15 000 euros par an2 de l’ex-Champagne-Ardenne sur des actions d’agroécologie. « C’était légitime car nous étions sur plus qu’un département et il n’y avait pas beaucoup d’acteurs agricoles sur les questions de biodiversité », se souvient Quentin Delachapelle, vice-président.

À la création du Grand Est, les services techniques les alertent : il faut essaimer dans les autres anciennes régions pour continuer à bénéficier d’un soutien. Difficile, sans antériorité en Lorraine et en Alsace. Pendant trois ans, l’association parvient à percevoir une subvention de soutien aux filières émergentes sur les plantes aromatiques.

Mais cette période est révolue. « On essaie de travailler avec Bio en Grand Est parce qu’ils ont la légitimité de la couverture régionale mais on perd en autonomie. La plus grosse conséquence est qu’avant, la Champagne-Ardenne nous identifiait comme des acteurs de l’agroécologie. Pour le Grand Est, on est complètement sortis des radars. »

Répercussions nationales

Selon celui qui est également ancien président du Réseau Civam, la loi portant Nouvelle organisation de la République a des répercussions jusqu’aux échelons nationaux des fédérations associatives : « Avant la réforme, il était possible de combiner des responsabilités régionales et nationales. Aujourd’hui, les régions sont trop grandes pour faire les deux, et les administrateurs bénévoles privilégient l’échelon local. »

Jade Lemaire (Transrural)

1- Dans les régions passées à droite, comme l’Auvergne-Rhône-Alpes, nombre d’associations, notamment environnementales, n’ont plus de subventions.

2- Sur un budget de 70 000 euros par an.

Cet article est extrait du Transrural initiatives n°484, daté de février-mars 2021.
Le sommaire complet ainsi qu’un extrait du magazine, dont le dossier est consacré aux savoirs paysans, sont disponibles ici.
Pour commander ce numéro, rendez-vous sur notre boutique en ligne. S’il ne figure plus dans l’onglet « Le numéro du mois », choisir « Ancien(s) numéro(s) » et indiquer « 484 » dans la commande.

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2021

Comments are closed.