« Face au changement climatique, l’adaptation c’est d’abord pour continuer à produire »

Ewa Kaniowska, animatrice à la FRCivam Limousin présente un livret recensant des expériences menées dans des fermes agroécologiques du territoire.

Quel est l’objectif de ce livret ?

Depuis 2012, j’accompagne des paysans qui se retrouvent autour de la notion de système de productions diversifiées. Le noyau du groupe, c’est trente à quarante personnes. Il y a beaucoup d’installations de néoruraux et ils nous rejoignent à un moment ou à un autre. Ce sont des fermes avec beaucoup de maraîchage et un peu d’élevage pour certaines. Ce guide a été publié avant tout pour présenter leur approche systémique et politique de l’agriculture sur des petites fermes diversifiées, souligner les problématiques liées au changement climatique et donner à voir leurs leviers d’actions et leur expériences. On part d’un problème, puis on se demande pourquoi cela arrive, dans quel contexte, comment fonctionne le système de la ferme et le système vivant. Les paysans travaillent avec des outils du design permacole même s’ils ne font pas nécessairement de la permaculture.

Vous citez dans le livret une étude de l’Observatoire régional de l’agriculture et du changement climatique qui prévoit une hausse des températures de 3,7 °C en 2100 et une baisse des précipitations de près de 60 mm par an d’ici 2050. Mais quelles sont les conséquences du changement climatique aujourd’hui ? Comment les paysans s’adaptent ?

On a eu par exemple trois sécheresses successives, ce qui pose problème car on n’a pas vraiment de nappes phréatiques sur le territoire. L’augmentation des températures fait qu’il y a moins de précipitations, les sources s’assèchent de plus en plus tôt ou totalement et la chaleur devient trop importante. Par exemple, faire de la tomate devient très compliqué. Face au changement climatique, l’adaptation c’est d’abord pour continuer à produire. Cela peut être contre-intuitif, mais certains arrosent pendant une heure à midi pour faire baisser la température. Après, il y a l’approche globale notamment avec l’arbre, qui capte l’eau et la rediffuse et crée de l’ombre. Certains ont implanté tous les quinze mètres des éléments arbustifs et des lianes. Cela permet aussi de gérer l’eau du sol car paradoxalement, certains ont des trop-pleins d’eau.

Est-ce que des expériences sont menées sur de nouvelles productions ?

Pour l’instant, la diversification, c’est surtout des produits de niche. Certains développent un peu d’élevage, en cohérence avec le reste du système. On a aussi des cultures de champignon ou de thé qui émergent. Mais l’essentiel, c’est le travail sur l’arbre et la vie du sol. On a fait des fiches de ferme qui sont des outils d’animation mais aussi de partage d’expériences qui détaillent cela. On s’est inspiré du diagnostic de durabilité de Réseau Civam avec l’idée de montrer les éléments clefs de la durabilité et les choses que les producteurs avaient envie de valoriser.

■ Propos recueillis par Fabrice Bugnot (Transrural)

Cet article est extrait du Transrural initiatives n°485, daté d’avril-mai 2021.
Le sommaire complet ainsi qu’un extrait du magazine et de son dossier « Couveuses et espaces-test sortent du champ », sont disponibles ici.
Pour commander ce numéro, rendez-vous sur notre boutique en ligne. S’il ne figure plus dans l’onglet « Le numéro du mois », choisir « Ancien(s) numéro(s) » et indiquer « 485 » dans la commande.

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

Comments are closed.