Amap : les 20 ans d’un mouvement

Nées des réflexions d’organisations de paysans, consommateurs et écologistes et d’initiatives similaires développées en France et ailleurs, les Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (Amap) forment aujourd’hui un mouvement défendant l’instauration d’une démocratie alimentaire et agricole territorialisée.

Les premières Amap sont nées il y a vingt ans et on estime en 2021 leur nombre à 2200 pour plus de 200 000 mangeurs et mangeuses et environ 3700 fermes. Mais d’où viennent-elles ? Pour le Mouvement interrégional des Amap (Miramap), elles ne proviennent pas d’un « couple d’inventeurs » d’Aubagne mais plutôt d’un large mouvement de contestation né sur le plateau du Larzac et de multiples organisations reliant paysans, consommateurs et écologistes.

Au croisement de l’agriculture paysanne, de l’agriculture biologique, de l’éducation populaire et de l’économie sociale et solidaire, les Amap se sont constituées en réseaux à leur tour rassemblés au sein du Miramap. Leurs objectifs sont d’accompagner les paysans en Amap ou ceux qui souhaitent s’installer, d’aider à la création de nouveaux groupes et d’influencer les décideurs publics pour créer une démocratie alimentaire et agricole territorialisée.

Contre la malbouffe

Reprenons depuis le début cette histoire, car les Amap puisent leur origine dans un creuset d’initiatives et de réflexions multiples. À la fin des années 1990, la confiance dans notre système alimentaire est ébranlée, notamment par la crise de la vache folle. Le « démontage » du McDonald’s de Millau le 12 août 1999 par des militants de la Confédération paysanne constitue une action symbolique contre la malbouffe et le mouvement anti-OGM prend de l’ampleur. Les énormes dommages causés par l’agriculture industrielle en moins de cinquante ans sont de plus en plus visibles : disparition progressive des paysans et des terres agricoles, appauvrissement des sols, perte de biodiversité, production d’une alimentation de faible qualité nutritionnelle et contenant des pesticides favorisant de graves problèmes de santé (obésité, diabète, cancers, etc.)…

Des produits sains

Dès les années 1970, des alternatives en lien avec les consommateurs ont émergé. Au Japon, les Teikei furent les précurseurs des Amap. Des femmes, pour échapper aux aliments pollués, se sont organisées pour acheter par avance et en direct la récolte de paysans engagés à leur fournir des aliments cultivés sans produits chimiques de synthèse. Ce concept a traversé l’Europe en passant par la Suisse, l’Allemagne et l’Autriche. Aux États-Unis, les Community supported agriculture (CSA) sont nées dans les années 1980.

En France, les Jardins de Cocagne ont proposé dès 1991 des paniers de légumes cultivés par des personnes en insertion et d’autres expériences locales ont été initiées un peu partout autour de paniers paysans. La Confédération paysanne, née en 1987 pour opérer une double rupture contre le mythe de l’unité du monde paysan et celui du productivisme, formule un projet de société : l’agriculture paysanne. Cela se traduira notamment dans la Charte de l’agriculture paysanne1, l’une des bases de celle des Amap. Nature et Progrès contribue aussi depuis 1964 à développer les méthodes de l’agriculture biologique et des valeurs d’une bio associative et solidaire. Sans oublier Alliance paysans écologistes consommateurs (Alliance PEC), une association née en 1991 qui a apporté un soutien important à la création des Amap et défendu une autre politique agricole commune.

Un contrat solidaire

La première Amap est née dans ce contexte il y a vingt ans. Après un débat sur la malbouffe organisé par l’Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne (Attac) à Aubagne le 4 février 2001, auquel participent des paysans de la Confédération paysanne, un couple de paysans et une trentaine de famille, certains décident de tenter l’expérience. Le pari est de lancer un mouvement solidaire sur une base simple à essaimer : un contrat entre un paysan et un groupe de consommateurs qui s’engagent à acheter par avance une partie de sa production sur une durée de six mois ou plus contre des produits sains.

Solidarité sur la durée avec les fermes et dialogue, engagement citoyen et convivialité, qualité des produits et vente directe : les Amap visent aussi à créer les conditions de la participation des citoyens et leur appropriation des enjeux agricoles et alimentaires par le débat, les apprentissages et le partage des savoirs, selon les principes de l’éducation populaire. Elles défendent une relation de qualité entre paysans et amapiens dans un cadre convivial favorisant le dialogue, le lien social, la confiance et la coresponsabilité.

La structuration du mouvement

Dès lors, c’est parti comme un feu de paille. Alliance PEC Provence, le réseau régional des Amap, est mis en place en mai 2001, soutenue par Alliance PEC national et des organisations paysannes (Confédération paysanne, Agribio Var, Bio de Provence…) et d’éducation populaire (Attac, Slowfood…). La première charte des Amap est adoptée en 2003. Rapidement le mouvement essaime partout en France et se structure : des réseaux régionaux ont vu le jour en Auvergne-Rhône-Alpes, en Île-de-France, en Picardie, etc. Le Miramap est créé en 2010 avec pour objectif de renforcer leur cohésion à travers le partage d’une éthique commune, de mutualiser les expériences et les pratiques et d’assurer la représentation et la mise en valeur des Amap au niveau national. Entre 2012 et 2014, un de ses premiers grands chantiers a été de réécrire collectivement une charte plus adaptée au nouveau mouvement. Certains réseaux et Amap n’ont pas souhaité une telle structuration du mouvement. Ils n’ont pas intégré le Miramap et ne se réfèrent pas à la nouvelle charte.

Par la suite, différents chantiers sont lancés comme la participation au réseau international Urgenci2, les échanges de pratiques pour l’installation des porteurs de projet au sein du pôle Abiosol en Île-de-France, le développement de paniers solidaires et d’une réflexion globale sur l’accessibilité de l’alimentation de qualité… Le mouvement est de fait un laboratoire d’idées et d’expériences, dont certaines seront présentées un peu partout en France cet automne (cf. encadré) lors de rencontres ouvertes à tous pour fêter vingt ans d’existence.

Évelyne Boulongne (Miramap)

1- Qui regroupe dix principes dont l’objectif est d’instaurer une organisation de la production agricole au service de la souveraineté alimentaire des territoires et permettre à un maximum de paysans répartis sur le territoire de vivre décemment de leur métier. Plus d’infos : www.agriculturepaysanne.org/La-Charte-de-l-Agriculture-paysanne.

2- Réseau international d’acteurs impliqués dans les partenariats locaux solidaires entre producteurs et consommateurs dont l’objectif est de partager les risques et les bienfaits d’une agriculture paysanne.

Amap en fêtes
Plusieurs évènements seront organisés cet automne autour de l’anniversaire des 20 ans des Amap du 18 septembre au 10 octobre : visites de fermes, portes ouvertes, chantiers participatifs, ateliers, conférences, etc. Un week-end est prévu à Marseille avec une journée interne aux membres du mouvement le 2 octobre et une ouverte au public le 3 octobre. Plus d’infos : https://amap-en-fetes.org.

2 Comments

Filed under Analyses, Transrural 2021

2 Responses to Amap : les 20 ans d’un mouvement

  1. Pingback: Août – Politique | Revue de presse Emancipation

  2. Pingback: Août – Economie | Revue de presse Emancipation