Ma bouteille s’appelle Reviens !

Une association drômoise a mis en place un système de consignes de bouteilles en verre malgré les défis logistiques et économiques, grâce à une mobilisation des producteurs, magasins et consommateurs.

Plusieurs outils de communication, sacs et contenants pour la collecte sont proposés aux partenaires sur le site internet de l’association. Crédit photo : Locaverre

Chez les écolos, la plupart voit ça comme une évidence : le système de consigne de bouteilles en verre permettrait d’économiser de la matière première, et peut-être d’autres facteurs de production. Cela semblerait plus logique que de les jeter en vrac dans les conteneurs à verre. Mais la faisabilité technique et économique se complexifie, il ne s’agit plus de laver ses pots de confiture à la maison… Le nombre de problèmes à résoudre devient impressionnant. Sans être impossible, puisque en Drôme et Ardèche, l’association Locaverre est en train de prouver que cela peut marcher avec le système Ma bouteille s’appelle Reviens.

Au cœur de la filière de récupération-réemploi, une chaîne de lavage basée à Chabeuil près de Valence, a démarré mi-2019. Les lots de bouteilles y arrivent triés, une première étape permet de décoller les étiquettes, justement fixées avec une colle soluble dans l’eau. Elles ressortent ensuite prêtes à être revendues aux producteurs. L’objectif pour 2021 est de passer à 500 000 bouteilles traitées. L’année 2020 avait déjà permis d’en traiter 100 000.

« Le nœud de l’organisation est en fait la logistique qui permet aux bouteilles vendues et dispersées de revenir. »

Sur le territoire existe un vrai gisement de bouteilles à laver puis redistribuer. En plein cœur de la vallée du Rhône, les vergers occupent une place importante et nombre de producteurs vendent des jus ou compotes le plus souvent embouteillés sur l’exploitation. Le nœud de l’organisation est en fait la logistique qui permet aux bouteilles vendues et dispersées de revenir.

Il y a donc d’abord une gestion de la collecte. Elle se fait le plus souvent dans des magasins partenaires tels les Biocoop et magasins de producteurs dont sont membres les arboriculteurs. Au total, environ 80 partenaires sont inscrits sur la carte disponible en ligne. L’association anime la motivation de récupération grâce à un gros investissement « marketing » : les bacs de récupération sont esthétiques, attrayants et valorisent le geste citoyen et l’ancrage dans le territoire. Fini, les gros conteneurs plus ou moins sales que l’on trouvait dans un coin d’arrière-boutique. « J’habite ici, j’achète ici, je recycle ici » est le message adressé aux habitants de ces zones devenues péri-urbaines qui sont incités à participer à un projet de territoire. L’idée est que le tri soit fait à la source. Pour cela, différents modèles de bacs payants ont été développés en fonction de chaque type de verrerie et modulables pour s’adapter à l’espace dont dispose le magasin collecteur de bouteilles vides.

Les producteurs sont aussi parfois mis à contribution. Jean-François Chosson, arboriculteur, produit environ 10 000 bouteilles de jus par an, lorsque le climat le permet. Il participe à trois magasins de producteurs et assure une partie de la logistique de récupération dans ces trois sites. « Je n’y gagne rien, cela me prend même du temps. Mais ça remaille le tissu local, c’est dans mes convictions », précise ce producteur engagé depuis le début du projet. Il regrette en passant que le marché soit dominé par les grands verriers multinationaux. « Ceux-ci imposent sur le marché leurs modèles de bouteilles. Ils ont aussi obtenu le monopole de la récup du verre en conteneurs. Ils privilégient des bouteilles pensées ”à usage unique” », explique Jean-François Chosson. Les modèles courants sont un peu fragiles pour le réemploi en boucle, car à terme les stérilisations successives les rendent plus cassables.

Il existe aussi d’autres circuits : des producteurs par exemple récupèrent leurs propres pots de yaourt pour les faire laver par Locaverre sous forme de prestation. Enfin certains producteurs appliquent une consigne monétaire. Sans forcément apporter un gain économique (cela dépend beaucoup de l’organisation de chaque unité de production), cela permet toutefois aux producteurs de disposer sur place d’un gisement de bouteilles et de ne pas dépendre de la livraison parfois chaotique de bouteilles neuves vendues par les grands verriers. Dans leurs très grosses unités de fabrication, un incident tel une grève ou une panne peut mettre à mal toute une région. L’unité locale de lavage sécurise l’approvisionnement.

Du côté de Locaverre, on n’en est pas encore au rythme de croisière. L’association espère atteindre l’équilibre en 2023, équilibre chiffré à 1,5 million de bouteilles traitées par an, en augmentant les emplois d’insertion de 3 à 7. Ce volume permettra de vivre sans subventions autres que les aides spécifiques à l’insertion, qui ne couvrent que le coût de l’accompagnement social, mais pas celui du travail. Pour atteindre ce volume, l’association veut convaincre les viticulteurs d’adhérer à leur tour à la démarche. Au-delà de son développement, l’association Locaverre collabore au niveau national avec différents partenaires, dont la Fédération des magasins Biocoop ou le Réseau Consigne pour essaimer le modèle et soutenir la dizaine de projets en émergence. ■ Isabelle Barnier

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

Comments are closed.