Category Archives: articles

Sortir des mythes de l’aménagement

Lecture par les associations d’éducation populaire du Réseau des Créfad1 d’un essai récent sur l’émergence d’une mythologie séduisante dans le champ du développement économique et de l’aménagement.

La Silicon Valley, en Californie, est prise comme modèle de développement économique par beaucoup. Elle était au départ une zone industrielle située à l’écart de la ville de San Francisco. Sa croissance a entraîné de nombreux problèmes depuis le milieu des années 2010 : gentrification croissante de San Francisco, plusieurs milliers de sans-abris dans « La Jungle » de San José, manifestations des chauffeurs de bus affrétés par les Google, Yahoo !, Apple et Facebook, qui réclament une hausse de leurs salaires… © Patrick Nouhailler/FlickR

Compétitivité, attractivité, métropolisation, excellence. Tels sont les ingrédients que l’on retrouve dans nombre de discours, de rapports, d’études et de politiques publiques dans les domaines du développement territorial, économique et de l’aménagement. Dans un article paru en mars dernier2, l’économiste Olivier Bouba-Olga et le sociologue Michel Grossetti, posent ce constat – qu’ils appellent « mythologie CAME » – et proposent une analyse critique qui en pointe les limites.

Cette mythologie pourrait se résumer ainsi : face à la concurrence mondialisée, l’innovation constituerait l’unique voie pour créer de l’emploi et de la richesse sur un territoire. Or, l’innovation serait le fruit de talents créatifs, qualifiés, jeunes qui préfèrent les espaces denses. Ce discours défend une priorisation des moyens publics sur les aires urbaines dynamiques, les autres territoires dits périphériques devant s’inscrire dans une complémentarité ou bénéficier du ruissellement des richesses produites. Cette concentration des moyens serait la meilleure issue pour s’en sortir dans une économie mondialisée, en étant plus compétitif.

Pour Julie Champagne, animatrice-formatrice au Crefad Loire basé à Saint Etienne, « on subit une concurrence entre quartiers au sein même de la ville. Le développement d’un quartier “créatif” sur une ancienne friche concentre une grande partie des moyens dédiés à l’innovation, en ciblant un public particulier de porteurs de projet dans le champ du design, artistique, numérique, startuper… Il est difficile de trouver des moyens pour les projets que nous accompagnons sur des quartiers populaires du centre-ville et qui proposent pourtant des modèles économiques alternatifs (café associatif, atelier de bricolage mutualisé, boutique-test…) mixant du salariat, de l’entrepreneuriat, du bénévolat, du service civique, agissant sur le lien social et ayant des impacts économiques réels. Avec les dernières refontes territoriales, un mythe de métropolisation s’est construit pour des villes comme Saint-Étienne ou Clermont-Ferrand, qui nous paraît déconnecté de la réalité ».

Confronter analyse et pratique
Dans la mythologie CAME, l’attractivité est également un ingrédient majeur. L’avantage d’un territoire résulterait de sa capacité à attirer des talents, des « créatifs »3, et à accompagner leur mobilité. Or les auteurs observent que la mobilité géographique y compris celle des créateurs d’entreprise est beaucoup plus faible qu’on ne l’imagine : au recensement de 2013, seuls 2% des personnes avaient changé de région par rapport à l’année précédente et on crée majoritairement son entreprise là où on habite…

Nous sommes plusieurs associations du Réseau des Crefad à travailler sur des territoires ruraux du Massif central, montagneux et à faible densité de population. Depuis la fin des années 1990, des moyens importants ont été mis sur les politiques d’attractivité territoriale et d’accueil de nouvelles populations. Nous avons pu observer que les facteurs déterminants des choix des personnes que nous accueillons et accompagnons n’étaient pas uniquement l’image du territoire ou les services à la population. Parmi ces facteurs on trouve, par exemple, la présence d’une dynamique locale associative riche, d’un réseau de personnes qui jouent un rôle d’accueil sur le territoire, des initiatives culturelles, le tout mixé à des opportunités locales (foncier, création d’activités, emploi).  

« À travers nos actions, nous cherchons à cultiver un terreau favorable à l’accueil, en soutenant dans la durée des dynamiques locales, en créant des rencontres, du lien entre les personnes, en animant des réseaux et en permettant l’accès à la culture, explique Cécile Surville, animatrice-formatrice à l’association dASA installée à Brioude en Haute-Loire. Tout cela contribue à créer de l’économie et des richesses localement, même si ce n’est pas toujours quantifiable et visible. »

Partager et faire réagir  
Forte de cette lecture et de nos constats, l’association La Brèche, active en Haute-Loire et dans le Puy-de-Dôme, a récemment proposé un travail sur l’article d’Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti à des élus et agents de la Communauté de communes Ambert Livradois Forez, lors d’une séance de formation-action dédiée à l’élaboration d’un projet de territoire. « D’abord déroutés par cet article engagé, les participants et les participantes se sont rapidement interrogés sur la notion de richesse d’un territoire et ses singularités, indique Jean-Marie Perrinel, animateur-formateur à La Brèche. Mais certaines réactions ont été sans appel : “la théorie du ruissellement ne fonctionne pas”, “les politiques se référant à cette mythologie CAME sont un échec”, “accueillir [des habitants, des porteurs de projets…] n’est plus une fin en soi”… »

Pour autant, l’actuelle vision négative du « saupoudrage des financements » sur de multiples structures et projets n’a pas été rediscutée. Pour Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti, « il est important de soutenir un large ensemble d’initiatives innovantes, sans se limiter à quelques startups incubées dans les tiers-lieux des plus grandes métropoles  »2. Les auteurs préfèrent d’ailleurs parler d’« arrosage » (et comme personne ne sait où vont éclore les projets demain alors… il faut s’organiser pour arroser partout !).

S’outiller pour mieux dialoguer
« Toute innovation a pour objectif de se développer », « l’enjeu pour la métropole et les prochaines élections est d’attirer les créatifs, les entrepreneurs sociaux, pour ne pas être ringards, c’est pour cela que l’on met le paquet sur la politique culturelle  », « il faudrait peut-être accompagner des vrais créateurs d’activité, pas des naturopathes ou des chanteuses »… Dans nos relations aux collectivités territoriales, nous entendons (et questionnons !) régulièrement des positions empreintes de cette mythologie CAME. La lecture de l’article d’Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti facilite la remise en cause de ce qui semble pourtant aller de soi, afin de comprendre la distance entre notre point de vue et celui de nos interlocuteurs.

Si la mythologie CAME semble fortement à l’œuvre chez eux, nous défendons pour notre part une position visant à s’extraire de systèmes ayant pour seules finalités la compétition et la croissance économique.  L’enjeu est alors de construire le dialogue entre ces positions pour soutenir des initiatives centrées sur les personnes et inventant des modèles alternatifs.

Cécile Surville, Marie-Anne Lenain, Julie Champagne et Jean-Marie Perrinel (Réseau des Crefad) – article publié dans Transrural initiatives n°469 (juillet-août 2018)

1 – Elles travaillent notamment sur les thèmes de l’accompagnement, de la formation des adultes, de l’habiter, de la vitalité des territoires ruraux, de la jeunesse, de la création d’activités, de l’interculturel, du rapport à la lecture et à l’écriture. Plus d’infos : reseaucrefad.or

2 – La mythologie CAME (Compétitivité, Attractivité, Métropolisation, Excellence) : comment s’en désintoxiquer ? – O. Bouba-Olga et M. Grossetti – disponible sur : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01724699/document.

3 – Les auteurs font référence aux travaux de Richard Florida, professeur étatsunien en aménagement urbain, affirmant l’existence d’une « classe créative » sensible aux aménités urbaines que les métropoles auraient vocation à attirer pour favoriser l’innovation et par conséquent la création d’emploi et de richesses.

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

« On se fait tous un brin piéger par les alternatives qui n’affectent que très peu le capitalisme »

Après « Rurals ou la convergence des rustres », Hervé Chaplais, éducateur populaire et conférencier gesticulant, revient avec une nouvelle réflexion sur les communs. Rencontre.

Pour Hervé, ici en représentation à Cluny (71) à l’invitation de l’Amap des Grosnes, « partir de son expérience et en faire un récit politique, c’est le principe des conférences gesticulées ». © DR.

Dans ta première conférence gesticulée, tu évoquais le milieu rural à partir de ta propre histoire et tu terminais en distinguant plusieurs formes d’écologie…
Hervé Chaplais : Partir de son expérience et en faire un récit politique, c’est le principe des conférences gesticulées. Je suis parti de mon histoire et je développe l’idée que le rural, c’est le plouc. C’est celui qui n’a pas les bons codes, à l’inverse de l’urbain, distingué, courtois et poli. Le prolo d’un côté et le bourgeois de l’autre. Ajouté à cela, comme le dit le sociologue et urbaniste Jean-Pierre Garnier, l’utilisation des termes rural et urbain participe à « territorialiser un problème pour mieux le dépolitiser ».

À la fin, je remettais un bon coup de rouge dans le vert… De la même façon que Franck Lepage dit que la « culture avec un grand Q » est faite pour délégitimer les formes de culture populaire, l’écologie a deux facettes : il y a une écologie pour les classes solvables, bourgeoises, et une écologie populaire qui a toujours existé mais qui est invisibilisée. Dans cette écologie populaire on trouve des formes d’organisations sociales reposant sur un système d’obligations et d’entraide réciproques qu’on appelle « les communs ».

Et cette notion de communs, c’est le sujet de ta deuxième conférence gesticulée qui commence à tourner. De quoi parles-tu concrètement ?
C. : Dans « Rurals 2, le retour… des communs », j’approfondis cette notion d’écologie populaire à travers l’exemple des communs. « Les biens communs», « le commun», « les communs » sont de retour dans les discours. Ces notions redeviennent tendance mais on est en train de réinventer l’eau chaude…

Ça frôle la gentrification des pratiques populaires ! Alors que l’on a tant « craché » sur le communisme et sa fin annoncée, v’la ti pas que le commun revient par la fenêtre. Or les communs, comme l’écologie et la culture, sont traversés par des luttes de classe. Et le but du communisme est précisément de répondre aux inégalités de classes.

Concrètement, je parle d’un commun dont je fais partie : le Gase [Groupement d’achat service épicerie] de l’association Le Pot Commun, à Rochefort-en-Terre dans le Morbihan. Mais je vais aussi au magasin de la coopérative Système U [coopérative de directeurs de Super U]. Pour moi et pour beaucoup de gens, le Super U, comme lieu d’apprentissage des rapports économiques et de socialisation, c’est tout une histoire qui marque ma position et ma conscience de classe. Je me pose donc aussi la question : « En quoi le Super U fait-il aussi “commun” ? »

Qui a recours à cette idée de communs et comment la définirais-tu ?
C. : En gros, le retour des communs dans les discours, c’est dans tout le milieu « écolo-alternatif ». Il y a aussi tout un mouvement contradictoire d’universitaires qui s’arrachent les cheveux pour les définir. Ça va du champ de « l’économie sociale, solidaire, collaborative, coopérative et participative » – qui s’intègre finalement assez bien au monde macron-compatible version « start-up nation éco-connectée ubérisée» – jusqu’aux stratégies d’autonomie « je recrée mon petit paradis avec mon réseau de colibris »1. On se fait tous un brin piéger par ces formes d’alternatives qui n’affectent que très peu les structures sociales du capitalisme.

Qu’est-ce qui, selon toi, peut affecter le capitalisme ?
C. : Ce qu’il déteste par-dessus tout ! Dans la conférence, je donne deux exemples parmi d’autres, deux stratégies gagnantes qui ont le point commun d’êtres issues d’un processus d’éducation populaire. Le premier, c’est la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et la constitution d’une « nouvelle tradition » de lutte dans des Zad [Zones à défendre] ; les Zad sont un espace d’expérimentation et de conflit en interne pour définir des modes de fonctionnement et, en externe, pour saboter des structures sociales et économiques du capitalisme.

Le deuxième exemple que je détaille, c’est le régime général de Sécurité sociale, pure production de la classe ouvrière généralisée à l’ensemble de la population grâce aux militants et militantes communistes de la CGT. Ce sont deux exemples de communs qui ne sont pas compatibles avec le capitalisme.

Ces deux courants peuvent-ils s’entendre, voire se rejoindre, et comment ?
C. : Là est le nœud, la crête sur laquelle on chemine actuellement. Tant que nous ne construirons pas d’alliances, y compris contradictoires, entre les formes les plus détestées par le capitalisme, il aura de beaux jours devant lui. Je vois une stratégie possible, issue de ma position sociale : le cul entre deux chaises, entre la Sécu et la Zad. Avec ma conférence gesticulée et l’atelier qui l’accompagne, le but est de créer des ponts.

La ligne conductrice pourrait être la suivante : légitimer les classes populaires, ouvrières et paysannes qui ont toujours produit, imposé et entretenu des institutions d’entraide et des règles d’usage contre les intérêts des propriétaires lucratifs ; radicaliser les classes intermédiaires pour ne pas qu’elles se suffisent à elles-mêmes et se recroquevillent sur leurs initiatives écologiques et solidaires. Et, enfin, cibler clairement la classe des riches qui vampirise à son seul profit l’ensemble des énergies de ce monde, les ressources naturelles et la puissance d’agir des peuples.

Propos recueillis par Arnaud Lecler – Article publié dans Transrural iniitiaves n°468 (avril-mai 2018)

Voir la conférence : le 22/09/18 à Mens (38), mi-octobre à la Ferme du Buisson à Noisiel (77) et toutes les dates dans l’agenda de l’association l’Ardeur.

1 – Aude Vidal traite très bien du sujet dans son petit livre Égologie – Écologie, individualisme et course au bonheur, paru en 2017 aux éditions Le monde à l’envers.

 

Leave a Comment

Filed under articles, Idées, Transrural 2018

L’installation agricole « atypique », avec ou sans aides ?

En Bretagne, Solenn Gallo est entrée dans le dispositif d’accompagnement à l’installation qui lui a permis de bénéficier de différentes formations et de développer son réseau.

Depuis 2014, le dispositif d’accompagnement à l’installation est ouvert à tous les porteurs de projet, y compris ceux qui ne demandent pas la Dotation jeunes agriculteurs (DJA). C’est le cas de Solenn, 37 ans, qui cultive un terrain d’un hectare sur la commune de Guengat (29) avec son compagnon, Gaëtan Le Meil, 39 ans.

« Depuis longtemps, j’avais envie de concret. Ma rencontre avec Gaëtan en Bretagne et ce terrain qui s’est présenté à nous a accéléré les choses. Notre projet, c’était de développer des cultures maraîchères, des plantes aromatiques et médicinales et de les transformer. Mais avant tout, c’est un projet de vie », entame Solenn.

Difficile de rentrer dans les cases
Le couple en définit les grandes lignes et Solenn se présente en juin 2016 au Point accueil installation du Finistère. « Le Groupement des agriculteurs bio m’a orientée vers la Chambre d’agriculture. J’ai pris contact, complété les documents d’auto-évaluation et on a établi avec la conseillère de la chambre [une des structures labellisées Centre d’élaboration du plan de professionnalisation personnalisé] un Plan de professionnalisation personnalisé [PPP]. J’ai eu l’impression que certains modules ne correspondaient pas réellement au bilan de compétences réalisé mais qu’ils étaient obligatoires. » Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, Transrural 2018

Se réapproprier la production d’énergie

Un mouvement général autour de la production citoyenne d’énergies renouvelables se dessine en France. Bien moins développé que dans certains pays voisins, il pourrait aisément s’amplifier.

 

On peut apprendre à constuire des éoliennes domestoiques à l’occasion de strages (www.tripalium.com)

Pollution, réchauffement climatique, risques  de catastrophes nucléaires… Est-il nécessaire, pour les lecteurs de Transrural, de détailler les bonnes raisons de remplacer les énergies fossiles et fissiles par des énergies renouvelables ? Une autre raison, bien moins souvent évoquée, est celle de la concentration capitalistique des industries « classiques » de production d’énergie. Leur haut degré de technicité et les investissements qu’elles requièrent ont longtemps impliqué que seuls les États et les grands groupes industriels occupent le champ. 

Mais les sources « naturelles » d’énergie (charbon, pétrole, uranium) ne se limitent pas aux sous-sols de quelques pays. Le soleil, le vent, le mouvement de l’eau ou encore la biomasse sont disponibles dans beaucoup de territoires et les coûts de production d’énergie à partir de ces ressources renouvelables ont beaucoup diminué en quelques décennies. Elles sont aujourd’hui accessibles aux citoyens même si leur exploitation dépend encore partiellement de technologies, matières premières ou équipements imposant un minimum de dépendance à des groupes industriels.

Se grouper pour devenir producteur
De plus en plus de particuliers installent des panneaux photovoltaïques ou thermiques solaires sur leurs toits et d’autres optent, plus rarement, pour des éoliennes domestiques1 ou des micro-barrages. De même, un nombre croissant d’éleveurs installent des digesteurs de biomasse pour la production de méthane ou d’électricité. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Initiatives, Transrural 2018

L’installation agricole, un parcours administratif

À Beauvais, une dizaine de jeunes ont assisté, fin janvier, à une réunion du Point accueil installation présentant les différentes étapes et démarches du parcours.

 

L’installation agricole, pour nombre de porteurs de projets, est un parcours du combattant. En France, le parcours institutionnel, obligatoire pour prétendre à certains avantages comme la Dotation jeunes agriculteurs (DJA) débute dans les Points accueil installation (PAI) de chaque département. Dans l’Oise, la chambre d’agriculture et le Collectif pour une agriculture solidaire (Copasol) sont les deux structures labélisées PAI. Leur rôle est d’accueillir et informer tous ceux et celles qui souhaitent s’installer, de les orienter vers d’autres structures si besoin – notamment pour des formations – et de les guider dans l’élaboration de leur projet. Une réunion d’information destinée aux porteurs de projets, organisée le 31 janvier dernier à Beauvais dans les locaux de la chambre d’agriculture, a rassemblé une dizaine de jeunes, déjà bien avancés dans leur projet, presque tous de reprise de la ferme de leurs parents.

Une centaine d’installations par an
Astrid Degroote, conseillère installation à la chambre d’agriculture et Johanna Lomont, conseillère installation détachée par le syndicat Jeunes agriculteurs, détaillent les différentes étapes obligatoires : autodiagnostic du projet, plan de professionnalisation personnalisé, formation obligatoire dite « stage 21 heures » et plan d’entreprise à cinq ans. Elles précisent les conditions à remplir pour s’installer, celles pour toucher les aides, les critères de modulation de la DJA et donnent astuces ou conseils : « Si on te prête le matériel, cela ne marchera pas pour les aides » ; «  pensez aux Mesures agro-environnementales et climatiques, dans le coin, c’est assez facile à avoir ». Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

L’écoquartier, quartier tout court ?

Ces infrastructures, à l’origine pensées dans le cadre du renouvellement urbain, se multiplient en marge des villes et dans les campagnes sans parfois être plus écologiques que d’autres.

L’écoquartier est à la mode. Pas une commune, une agglomération, qui ne veuille le sien. Leur aménagement est encouragé par de multiples dipositifs1 et par les communes qui souhaitent attirer de nouveaux habitants. Vinci, Eiffage ou Bouygues y participent activement2. Mais en quoi, concrètement, ces quartiers sont-ils être plus « éco » que les autres ?

Les premiers ont vu le jour en Allemagne. Au début des années 1990, Fribourg-en-Brisgau récupère des bâtiments militaires pour loger 15 000 habitants : logements à basse consommation, production de chaleur et d’électricité à partir de déchets forestiers, panneaux solaires, récupération des eaux de pluie, mobilités douces… Au début des années 2000, d’autres projets de renouvellement urbain sont menés en Europe et en France : l’écoquartier de Bonne installé dans une ancienne caserne militaire à Grenoble est achevé en 2009, celui de Wolf Wagner à Mulhouse, en 2011, etc.

500 projets engagés fin 2017
Le mouvement s’accélère et s’institutionnalise avec, en 2009, un premier appel à projets de l’État puis la création en 2012 du label « ÉcoQuartier » (cf. encadré), qui regroupait 500 projets fin 2017. Aux opérations de renouvellement urbain s’ajoutent des constructions en périurbain voire en milieu rural3 qui consomment des terres non urbanisées et souvent dédiées à l’agriculture. Des projets difficilement compatibles avec des objectifs de relocalisation de l’alimentation ou de lutte contre l’étalement urbain.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

Transitions : travailler les ruptures

Depuis 2015, l’Union nationale des acteurs du développement local (Unadel) et Territoires Conseils (TC) réalisent un travail d’enquête sur des démarches locales de transition plaçant au cœur de leur logique les enjeux du développement durable. Ce travail « d’écoutes territoriales » se fonde sur la rencontre et des échanges avec les protagonistes de ces dynamiques. Une série d’articles, explorant et illustrant ces démarches de transition, restitue quelques enseignements de ce travail. Troisième et dernier volet : les ruptures de trajectoires.

Rencontre avec Claude Grivel et Catherine Lapierre, respectivement président et membre de l’Unadel, impliqués dans le travail d’écoute

Les ruptures constituent des impondérables dans les trajectoires des territoires. De quelles natures peuvent-elles être ces ruptures ?

Catherine Lapierre : Elles peuvent prendre plusieurs formes. La première et la plus évidente concerne la rupture politique, due à une élection qui amène de nouveaux élus et potentiellement de nouvelles visions politiques. La deuxième est la rupture due à une modification du périmètre administratif. Celle-ci est particulièrement d’actualité suite aux récentes lois de réorganisation territoriale et aux modifications profondes qui ont touché la plupart des intercommunalités. Enfin, une rupture peut se créer entre les élus et les agents qui portent la transition écologique, mais aussi et plus encore, entre le projet de transition et les habitants du territoire. Conduire une transition suppose donc un travail permanent d’inclusion des différents types d’acteurs du territoire.

Claude Grivel : Ce qui est paradoxal c’est qu’il est nécessaire de créer des ruptures pour entrer en transition, avec les habitudes et les modes de fonctionnement cloisonnés et descendants, notamment vis-à-vis des habitants. Une rupture culturelle et dans les pratiques est impérative pour entrer dans une démarche de changement. Cependant, celles qui interviennent dans des démarches de transition enclenchées marquent parfois leur d’arrêt. En particulier, la fin ou la baisse de financements peut avoir de grosses conséquences. La question de la continuité des politiques publiques est donc centrale. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées, Transrural 2017

Défi’Frip, l’histoire tendance d’une mode sans âge

Dans la Brenne (Indre), la mobilisation d’associations, de lycéens et de résidents d’une maison de retraite a abouti à la création d’un spectacle sur l’histoire de la mode qui, deux ans après sa création, continue de tourner.

 

Le Défi’Frip s’intéresse à l’histoire de la mode et revisite le défilé, avec des jeunes et des moins jeunes…

Le Défi’Frip, c’est l’histoire de vieux habillés en jeune ; c’est l’histoire de jeunes habillés en vieux ; c’est l’histoire de Roger qui retrouve la parole ; c’est l’histoire d’une tournée internationale ; c’est l’histoire d’un projet un peu « fou », diront certains. Tout a commencé en 2015 dans le Parc naturel régional (PNR) de la Brenne quand est née, entre l’Ehpad1 de Mézières-en-Brenne et le lycée Pasteur du Blanc, une dynamique de réflexion et de formation initiée par l’association Kaléidoscope sur le thème des « habits ». Combien on en a ; comment on les consomme ; comment ils sont conçus ; quelle est la responsabilité environnementale et sociale des gens qui les font fabriquer…
Voici quelques-unes des problématiques soulevées par ce projet mené en partenariat avec le Relais Brenne initiatives jeunes – RBIJ (« service jeunesse » du PNR, géré par la Fédération des organisations laïques de l’Indre) et l’association les Orchidées (dont le but est de développer et promouvoir l’animation et l’action socioculturelle dans les Ehpad). Des premières rencontres intergénérationnelles, l’envie de créer un spectacle avec des jeunes et des vieux pour retracer l’histoire de la mode, a pris corps sous forme d’un défilé revisité. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2017

Les paiements pour services environnementaux, l’arbre qui cache la forêt ?

Ces dispositifs apparaissent comme une solution rapide pour pallier le manque de politiques visionnaires et transversales.

 

Les rencontres annuelles 2017 de la commission Systèmes de production autonome et économe du réseau des Civam ont eu lieu en Limousin, fin septembre. © G. Le Bahers.

Les 26 et 27 septembre derniers, la commission Systèmes de production autonome et économe (SPEA) du réseau des Civam se réunissait en Limousin. Au programme : réflexion autour des paiements pour services environnementaux. Peu de sujets d’actualité suscitent aussi peu d’appropriation… Celui-ci est obscur et, entre une nature à reconstruire dans les plaines de Champagne-Ardenne, des zones humides à maintenir dans le Limousin, ou améliorer la qualité de l’eau en Bretagne, les situations régionales sont très variables…

Définis comme des actions qui restaurent ou maintiennent une nature efficace au service de l’humain, les services environnementaux sont l’objet de nombreux dispositifs. Lors des rencontres, le Cedapa, groupe Civam des Côtes-d’Armor, a présenté les premières Mesures agro-environnementales (MAE)1 systèmes, initiées dans les années 1990 pour encourager les fermes herbagères dans un contexte laitier très industriel.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées, Transrural 2017

Quel avenir pour nos églises et chapelles ?

De plus en plus de bâtiments religieux, de moins en moins fréquentés, sont reconvertis.

L’église Saint-Jean de Dijon qui accueille désormais le centre dramatique national de la ville. ©François de Dijon.

Au 1er mai 2017, l’Observatoire du patrimoine religieux (OPR) recensait 71 270 édifices religieux, dont 50 127 églises et chapelles. 40 000 d’entre-elles sont détenues par les collectivités publiques et 5 000 autres par l’Église catholique. Mais beaucoup ne sont plus utilisées comme lieu de culte : seuls 4,5% des catholiques assistent à une messe chaque semaine. Or ces édifices coûtent cher à entretenir : les travaux de rénovation peuvent atteindre le million d’euros. « Certaines communes souhaitent s’en défaire, mais les lois qui encadrent la désaffection d’un lieu de culte sont très strictes, précise Claire Danieli, responsable de l’inventaire à l’OPR. Les ventes sont aujourd’hui surtout l’initiative de particuliers propriétaires d’églises désaffectées depuis des décennies. » Selon l’OPR, une vingtaine d’églises sont ainsi vendues puis conservées ou transformées chaque année en France.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2017