Category Archives: articles

Frêne et prunellier au menu du troupeau

Alors que la recherche se penche sur les arbres fourragers, des éleveur·se·sdu Maine-et-Loire expérimentent le pâturage de leurs haies.

L’Inrae de Lusignan, comme les éleveur·se·s du Maine-et-Loire, expérimente le pâturage d’arbres sur pied. (Crédit : Inrae)

En 1976, nombre d’éleveur·se·s ont sorti la tronçonneuse pour nourrir leur troupeau avec les feuilles des arbres bordant les pâtures, seule verdure ayant résisté à la sécheresse. Les vaches affamées accouraient au bruit du moteur et gare au paysan en équilibre sur son échelle ! Aujourd’hui, les sécheresses estivales sont courantes et il n’est pas rare d’entamer le stock de foin pour l’hiver au cœur de l’été. Face à ce constat, « beaucoup voient les arbres comme un fourrage d’avenir », affirme Sandra Novak, agronome. A l’Inrae de Lusignan (88), elle s’apprête à tester le pâturage d’arbres sur pied dans le cadre d’une expérimentation sur 20 ans visant à « proposer aux éleveurs des pratiques leur permettant de vivre de leur production laitière dans un contexte d’aléas climatiques et de raréfaction des ressources en eau et en énergie fossile ».

Innovation ou retour en arrière

Alors, face au changement climatique, rien de tel qu’un retour aux pratiques des ancien·ne·s ? C’est ce que pensent les membres du groupe Arbres et semences du Civam AD49, en Anjou, qui ont mis en place plusieurs tests en 2019. L’été dernier, Yohann Buret, éleveur de brebis laitières et de quelques bovins, a alterné foin et branches de frênes dans la ration de ces derniers. Dans le carnet de bord en ligne du groupe, Yohann partage quelques photos : il ne reste plus une feuille sur les branches après le passage des quatre vaches et leur suite et celles-ci n’ont pas maigri ! Il estime à 50 % l’économie de foin réalisée et à une heure le temps de la coupe. Mais il faut aussi retourner les branches pour que les ruminants aient accès aux feuilles du dessous, puis sortir le bois des champs… « L’objectif, c’est de savoir si c’est un surplus de travail. Et si ça entame la capacité de la haie à repousser au printemps… On fera le point au bout d’un an. »

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Retraites : quelques liens pour en savoir plus

Sélection non exhaustive de textes officiels et d’analyses critiques sur la réforme des retraites.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Les retraites des agricultrices resteront parmi les plus faibles

La réforme devrait bénéficier à une partie des exploitants agricoles, principalement par le biais de l’instauration d’une pension minimum, proche du seuil de pauvreté…

En 2015, environ 24% des chefs d’exploitation agricoles sont des femmes. (Crédit : DR)

Le projet de loi sur la réforme des retraites, qui devrait être présenté en Conseil des ministres fin janvier 2020, ne fera que des perdants, ou presque. « On est sûrs qu’on ne va pas y perdre mais on ne sait pas vraiment si on va y gagner et cela n’en fait pas une réforme juste ou favorable aux femmes », estime Véronique Marchessaux, secrétaire nationale de la Confédération paysanne, suite à une réunion avec les conseillers des ministères de l’Agriculture et des Solidarités, le mardi 7 janvier 2020.

C’est qu’on peut difficilement faire pire… Les pensions des agriculteurs non-salariés sont 2,5 fois plus faibles que celles des autres Français. Selon le Conseil d’orientation des retraites, elles étaient en 2015 de 730 € par mois en moyenne. Pour ceux qui ne disposent pas d’autres revenus, c’est donc bien en dessous du seuil de pauvreté, d’environ 1 000 €. Mais c’est encore plus difficile pour les femmes.

Des inégalités flagrantes
D’après le Sénat, en 2015, le régime vieillesse de base des non-salariés agricoles comptait environ 1,5 million de retraités dont 870 000 femmes. 716 000 ont eu différents emplois, notamment salariés, et ont donc une pension totale moyenne de 1 080 € par mois, mais les autres ne touchent que 500 à 600 €.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2019

« Au nom de la terre » : comment en parler

Le 25 septembre, le film Au nom de la terre est sorti, mettant à l’écran les difficultés de nombre d’agriculteurs et d’agricultrices.

Au nom de la terre, réalisé par Édouard Bergeon, sortie le 25 septembre 2019 – diffusé par Diaphana – plus d’infos : diaphana.fr/film/au-nom-de-la-terre.

Le film raconte l’histoire de Pierre qui reprend la ferme familiale et y vit heureux avec sa famille, « du moins au début » comme le précise le synopsis. Et pour cause, les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise et sombre peu à peu.

Ce film est une surprise, un événement. Rares sont les productions grand public traitant du monde agricole avec autant de justesse et de franchise. La sensibilité qui s’en dégage met à mal les statistiques froides sur le suicide et les discours tièdes sur le monde agricole. Voir Au nom de la terre en salle, c’est comme se réunir autour d’un feu et écouter une histoire très dure mais merveilleusement racontée. C’est un film qui travaille les consciences, un film au constat implacable, un film question qui ne donne pas les réponses et c’est très bien ainsi. Mais c’est un film qui ne peut pas rester sans réponses.

Reconnecter agriculture et société

Édouard Bergeon, le réalisateur, met en scène l’histoire de son propre père et incarne un trait d’union parfait entre le monde agricole et le reste de la société ; il parle de sa vie, de celle de ses parents, de l’histoire contemporaine de l’agriculture. Son film soulève la poussière en abordant toutes les problématiques qui traversent nos campagnes.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Lait cru : une association qui en fait tout un fromage

Entretien avec la journaliste Véronique Richez-Lerouge, présidente de Fromages de terroirs, une association qui combat la standardisation des fromages.

Comment est née l’association Fromages de terroirs ?

Véronique Richez-Lerouge : Cela fait plusieurs années que je percevais un problème de médiatisation sur les fromages au lait cru. Journaliste, je rencontrais souvent des petits producteurs ou des petites entreprises, bien seuls sur ces questions. En 2001, j’ai créé l’association Fromages de terroirs pour informer l’opinion publique sur la richesse de notre patrimoine fromager. Nous avons pris, à cette époque, des positions qui ont déplu à certaines filières : la dénonciation du poids des multinationales dans les appellations d’origine protégée (AOP) ou de la pasteurisation des fromages sous AOP. Aujourd’hui, l’association regroupe près de 400 parrains : chefs, fromagers, producteurs, citoyens.

Que pensez-vous de la récente « croisade » du ministère en charge de l’agriculture contre les fromages au lait cru ?

V. R.-L. : La position du ministère est irrationnelle. Dans un premier temps, il faut savoir de quelle contamination on parle. Dans la communication de la DGAL1 qui déconseille les fromages au lait cru aux enfants de moins de cinq ans et aux femmes enceintes, il s’agit des EHEC2 une version hautement pathogène d’Escherichia Coli. Or, 54 % des contaminations aux EHEC sont liées aux steaks hachés, 20 % aux rapports interhumains, 20 % aux légumes mal lavés et à la transmission par les animaux et seulement 3 % aux fromages !

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2019

Contrats de ruralité : entre annonces et réalité

Claude Grivel, président de l’Union nationale des acteurs du développement local, revient sur le bilan de la mise en place des contrats de ruralité (1).

Dans quel contexte les contrats de ruralité ont-ils émergé ?

Claude Grivel : Il était une fois une ministre qui avait commandé il y a quelques années un rapport sur le thème de l’égalité des territoires (2). Les ministres passent, les tiroirs gardent la mémoire des écrits et les fonctionnaires de quelques éléments de diagnostic, dont celui-ci : les politiques de l’État et de l’Europe servent d’abord les métropoles. La ruralité se sent abandonnée, voire maltraitée et réclame une politique dédiée. À un an des Présidentielles de 2017, le gouvernement décide d’agir et propose de signer avec les intercommunalité (3 des contrats de ruralité pour programmer la réalisation d’actions dès 2017 et jusqu’en 2020, fin de la mandature municipale en cours, sans prévoir, au-delà des annonces, de financements spécifiquement dédiés.

Quel est leur sens général ?

C. G. : Qui dit contrat dit projection – comment se projeter dans un avenir désirable et avec quelles priorités ? – et engagement de l’État et du local sur des actions qui répondent à des objectifs communs. En filigrane, on retrouve la question de l’aménagement et du développement des territoires. L’enjeu est de sortir, par la contractualisation, des effets de clientélisme. C’est aussi un moyen pour l’État de cibler des priorités de financement selon quelques axes, en fléchant mieux ses dispositifs.

Lire la suite de l’article publié dans Transrural initiatives n°474 (mai-juin 2019) sur le site de l’Unadel

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2019

Survivalisme : que les meilleurs gagnent (de l’argent)

Du 22 au 23 mars, se tenait à Paris la deuxième édition du Salon du survivalisme. Visite guidée.

Pour les organisateurs du Salon, « en s’équipant de produits et en investissant dans des systèmes leur permettant d’accroître leur autonomie, les survivalistes se préparent à la survenance de certains risques. L’adoption de ce mode de vie est la clé pour devenir un citoyen responsable et respectueux de l’environnement »…

Si la légende veut que l’autruche en cas de menace enfouisse sa tête dans le sable, le survivaliste serait quant à lui en train de se préparer à s’enterrer tout entier. Tout du moins, c’est une option que notre vieux modèle économique menacé d’effondrement, tente de nous vendre comme crédible, à en juger certaines offres commerciales du Salon du survivalisme.

Cette notion désigne les activités de certains individus ou groupes qui se préparent à des catastrophes naturelles, économiques, sanitaires (en un mot, à l’effondrement de la société industrielle) à l’échelle locale ou globale. Le mouvement des survivalistes a émergé dans les années 1960 aux États-Unis et a depuis fait flores.

Un univers sans cohérence apparente

Au milieu des armes, des 4×4, de la nourriture lyophilisée, des stages de bushcraft (« art de vivre dans les bois »), des conférences sur la purification de l’eau, sur la permaculture, des bunkers, des réchauds de camping, des tentes ultra légères, des kits en tout genre et jusqu’au pot de chambre jetable, nous ne voyons vraiment qu’un point commun : le marché. Le Salon du survivalisme, c’est « le marché qui vend les outils pour affronter sa fin », analyse très justement la journaliste Amélie Perrot dans Les nouvelles de l’éco1.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2019

En Afrique aussi les supermarchés tentent de s’imposer

Auchan ou Casino veulent séduire les classes moyennes et populaires, au risque de déstabiliser les systèmes alimentaires et économiques locaux.

« La plupart des Africains continuent de consommer un régime sain à base d’aliments traditionnels. Mais la situation est en train de changer peu à peu, tandis que la grande distribution alimentaire mondiale adopte de nouvelles stratégies. » Ce phénomène, décrypté dans un rapport publié en novembre dernier par l’ONG Grain – Supermarchés, dégagez de l’Afrique ! Les systèmes alimentaires du continent se débrouillent très bien sans eux1– menace en premier lieu les producteurs et vendeurs locaux du continent, soit plusieurs millions d’emplois.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Don alimentaire et contrôle social

Si l’aide alimentaire est une pratique ancienne, les formes qu’elle a prises au cours du temps ont changé. Appréhender les modalités du don et leurs conséquences pour celui qui reçoit, telle est la proposition du sociologue Jean-Noël Retière.

Demander, donner, recevoir, rendre… En quoi les pratiques actuelles du don alimentaire sont-elles porteuses d’une violence pour les personnes qui n’ont d’autre solution que de recourir à l’aide alimentaire ? Le Palais de la Femme, centre d’hébergement et de réinsertion sociale de l’Armée du Salut situé au cœur du xie arrondissement de Paris, accueillait les 3 et 4 décembre derniers une conférence sur le thème du don et des violences alimentaire. Ces deux journées ont réuni à la fois des chercheurs, des bénévoles et des personnes en situation de précarité. Jean-Noël Retière, professeur au Centre nantais de sociologie, y a proposé une intervention sur les formes du don.

Une socio-histoire de l’aide alimentaire

Donner à manger via des restaurants à bon marché ou des cantines collectives, sous forme de colis alimentaire, en procurant de l’argent pour des achats ciblés… Autant de formes de secours alimentaire qui ont existé au fil du temps. Comment le choix de l’une ou de l’autre se justifie-t-il ?

C’est à partir d’analyses d’archives et d’entretiens ethnographiques que Jean-Noël Retière et l’historien du droit social Jean-Pierre Le Crom ont retracé une histoire du don alimentaire sur l’espace nantais, des années 1930 à nos jours1. Dans ce travail, ils montrent que la nature et le sens du don changent en fonction du profil des secourus et de la vision que s’en fait la société.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées

Pour une réappropriation démocratique des médias

Transrural initiatives s’associe à des associations, des organisations de journalistes, des médias, des syndicats et des organisations politiques pour publier cette déclaration commune, première étape dans la construction d’une mobilisation et d’initiatives communes pour transformer les médias.

Source : Acrimed.

Depuis plusieurs semaines, le mouvement des gilets jaunes bouleverse l’agenda politique, et porte une remise en cause profonde des institutions. Les médias sont tout particulièrement visés. Les gilets jaunes dénoncent, à juste titre bien souvent, un traitement caricatural des mobilisations : surenchère sécuritaire sur les plateaux télévisés et dans certains quotidiens ; confiscation de la parole par les éditorialistes ; disqualification de certaines revendications jugées «irréalistes» et appels à «dialoguer» avec le gouvernement ; ou encore dénonciations des violences des manifestants – alors que les violences policières ont été pendant trop longtemps passées sous silence.

Une telle pédagogie de la résignation n’est certes pas nouvelle. Déjà lors des grèves de 1995, les tenanciers des grands médias martelaient leur sempiternel message : il n’y a pas d’alternative aux réformes libérales. En 2005, ils pointaient du doigt ceux qui mettaient en cause le bien-fondé des politiques européennes et déformaient la révolte des banlieues. Plus récemment, lors des mobilisations contre la loi El-Khomri et les ordonnances Macron, ils dénonçaient un code du travail soi-disant «trop épais et illisible». À l’occasion de chaque mobilisation sociale, ils se sont faits les gardiens de l’ordre économique et politique.

Ces partis pris ont contribué à disqualifier les grands médias. La défiance à leur égard est profonde et sans précédent. D’autres sources d’information sont plébiscitées, médias indépendants ou réseaux sociaux. Certaines des analyses portées depuis des décennies par la critique des médias sont réinvesties largement, au-delà du mouvement des gilets jaunes. L’emprise de quelques milliardaires sur la production de l’information est pointée du doigt. La question des médias s’impose désormais comme une question politique.

La plupart des éditorialistes et chefs de rédaction ne voient, dans cette défiance, qu’une «haine des médias» et de la démocratie. Ils éludent la responsabilité qu’ils portent, par leurs diatribes ou leurs choix éditoriaux, dans l’hostilité qui s’exprime contre l’ensemble des journalistes. Une hostilité dont les plus précaires (en termes de statut ou de conditions de travail) font parfois les frais, sur le terrain, en étant injustement pris à partie ou agressés.

Nous pensons que la défiance envers les grands médias doit être une opportunité. Opportunité, dans les rédactions, de remettre en cause les orientations délétères imposées par les directions éditoriales, et de replacer le reportage et l’enquête au cœur du travail journalistique. Opportunité, dans les médias indépendants, de faire la démonstration par l’exemple qu’un autre journalisme, plus exigeant et plus libre vis-à-vis des pouvoirs, est possible.

Que nous soyons gilets jaunes, militant·es, journalistes, usager·es des médias, nous avons toutes et tous des raisons légitimes de contester un ordre médiatique inique, qui maltraite le pluralisme. Et de nous inquiéter des menaces réelles qui pèsent sur le droit à l’information : la mainmise de quelques milliardaires sur la plupart des médias, les plans de suppressions d’emploi dans l’audiovisuel public comme dans les groupes privés, la précarisation des journalistes statutaires ou pigistes y compris dans certains médias indépendants, la répression policière et la criminalisation qui frappent de plein fouet certains reporters et leurs sources, ou encore les lois liberticides qui visent à contrôler l’information – loi sur le secret des affaires et sur les «fake news».

C’est pourquoi nous affirmons qu’il est temps de se mobiliser pour une réappropriation démocratique des médias. Pour défendre le droit d’informer et le droit à être informé, tous deux gravement menacés. Et pour que l’information, trop longtemps confisquée par les pouvoirs, devienne enfin un bien commun et non une marchandise.

Cette déclaration est une initiative commune :
D’associations, d’organisations de journalistes et de syndicats : Acrimed, Attac, Fédération Nationale de l’Audiovisuel Participatif, La Quadrature du net, Les Amis du Monde diplomatique, Profession : Pigiste, Résistance à l’agression publicitaire, Ritimo, SNJ-CGT, Union syndicale Solidaires.
De médias : Contretemps-web, CQFD, Démosphère Ariège, Démosphère Toulouse, Hors-Série, Jef Klak, L’Alterpresse68, Là-bas si j’y suis, La Clé des ondes, La Gazette de Gouzy, Le journal minimal, L’Insatiable, Le Média, Le Ravi, MAP 36, MédiaCitoyens PACA et Rhône-Alpes, Mediacoop, Radio Parleur, revue Cause commune, Ricochets, Rosalux, Silence, Transrural initiatives, TV Bruits, Télé Mouche, TVnet Citoyenne.
D’organisations politiques : Alternative libertaire, Ensemble, NPA, PCF, PG.

Premiers signataires : Alain Accardo, sociologue; Gilles Balbastre, réalisateur; Patrick Champagne, sociologue; Sophie Chapelle, journaliste; Colloghan, dessinateur; Benoît Collombat, journaliste; Jean-Baptiste Comby, sociologue; Annie Ernaux, écrivaine; Nina Faure, réalisatrice; Benjamin Ferron, sociologue; Anne-Sophie Jacques, journaliste; Yannick Kergoat, réalisateur; Henri Maler, universitaire; Philippe Merlant, journaliste et conférencier gesticulant; Pierre Morel, photojournaliste; Gérard Noiriel, historien; Michel Pinçon, sociologue; Monique Pinçon-Charlot, sociologue; Denis Robert, journaliste; Karim Souanef, sociologue; Usul, vidéaste.

Vous pouvez signer la déclaration sur le site d’Acrimed : https://www.acrimed.org/Reapproprions-nous-les-medias

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles