Category Archives: articles

Chambres d’agriculture : un outil à repenser

En janvier 2019, paysans et salariés agricoles choisiront leurs représentants dans ces organismes consulaires qui assurent des missions de représentation, de développement et de service public.

Source : APCA/Cour des comptes

Le 31 janvier prochain, le monde agricole aura choisi ses nouveaux représentants au sein des chambres d’agriculture. Ces élections professionnelles (cf. encadré), qui se tiennent tous les six ans, influeront sur les politiques agricoles départementales et nationales. La représentativité des différents syndicats agricoles, tirée de ces élections, joue sur leur poids dans les négociations avec les ministères, en charge de l’agriculture en premier lieu, et d’autres instances nationales voire européennes. D’ailleurs, cette dimension est davantage mise en avant dans les campagnes électorales qu’un programme pour réorienter – ou poursuivre – les politiques menées par les Chambres.

« À quoi sert la Chambre ? » ; « aucun conseiller n’est jamais venu sur ma ferme » ; « ce n’est pas là qu’on parle de réformer la Pac [Politique agricole commune]» ; « ils pourraient vraiment nous aider sur la commercialisation ? »… peut-on entendre dans les fermes. Est-ce car la complexité des missions des Chambres est mal appréhendée, que leur action n’est pas jugée efficace ou qu’elles n’ont pas assez de moyens ?

725 millions d’euros de budget
Établissements publics créés en 1924, les Chambres sont des organismes consulaires sous tutelle de l’État. Elles sont définies dans la loi comme « organes consultatifs, représentatifs et professionnels des intérêts agricoles » et constituent en quelque sorte des courroies de transmission des politiques agricoles. Leurs missions se sont étoffées dans les années 1950 avec la diffusion du « progrès agricole» puis, à partir des années 1990, avec le renforcement et la diversification des modes d’action publique et du fait de la multiplication des réglementations, notamment en matière d’urbanisme ou d’environnement.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

Le stage parrainage, un outil efficace pour la transmission

Ce dispositif permet aux porteurs de projet de travailler sur la ferme qu’ils envisagent de reprendre mais aussi de mieux connaître le territoire.

Ce livret publié par le collectif InPact en janvier 2014 présente différents témoignages, outils et méthodes pour faciliter la transmission.

Reprendre une ferme peut nécessiter un temps d’appropriation afin de mieux connaître le territoire, le fonctionnement de l’exploitation, voire d’acquérir savoirs et savoir-faire, d’autant plus pour des transmissions en dehors du cadre familial, de plus en plus fréquentes. Pour le cédant, ce temps peut aussi être l’occasion de s’assurer de l’avenir de sa ferme ou de partir progressivement. Une période de test est même indispensable dans le cadre du remplacement d’un associé.

Le stage parrainage, pouvant aller de trois à douze mois sur l’exploitation d’un cédant, est l’un des dispositifs financés par les pouvoirs publics. Il permet de tester la faisabilité et la rentabilité d’un projet de reprise ou de valider une association. Le principal avantage pour le cédant, par rapport au salariat, est la prise en charge de l’indemnité de stage soit par Pôle emploi pour les chômeurs, soit par les Régions ou l’État pour les autres, avec un montant allant de 300 à 800 euros par mois selon le statut antérieur du stagiaire.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

Artificialisation des sols : mieux comprendre pour lutter contre

Si aucune ne fait l’unanimité, les données disponibles permettent surtout d’alerter sur les grandes tendances du phénomène d’artificialisation.

Artificialisation, imperméabilisation, urbanisation… Quel terme utiliser pour rendre compte de la disparition des terres agricoles et des espaces naturels du fait des activités humaines ? Comment réagir ? Pour clarifier, disons que l’artificialisation englobe toutes les actions qui concourent à soustraire des espaces à une activité naturelle de la terre.

L’urbanisation et l’imperméabilisation des sols sont bien sûr concernées au premier chef ; la construction de logements, de zones industrielles et commerciales, d’infrastructures de transport et de loisirs, les mines et carrières à ciel ouvert ou encore les décharges génèrent une artificialisation des sols.

Le débat public porte, depuis quelques temps maintenant, sur le lien entre artificialisation des sols et disparition des terres agricoles qui inquiète les professionnels, les associations et organismes concernés et même « parfois » les pouvoirs publics (1) ! Pour objectiver le débat et quantifier l’évolution de l’artificialisation, qu’avons-nous à notre disposition ?

Source : CGDD, à partir des données du Cérema.

Des données disponibles, mais aucune qui fait référence
Une expertise scientifique collective, menée en 2017 par l’Inra et l’Ifsttar (2) et dont les résultats ont été présentés à Paris en décembre dernier (3), aborde bien l’ensemble des problématiques de l’artificialisation : sa quantification, ses impacts sur la faune et la flore, l’hydrologie, les paysages… mais aussi les possibilités d’éviter, réduire, voire compenser ses effets. Ce travail a aussi mis en lumière le fait que, malgré les données disponibles, aucune mesure quantitative ne faisait référence pour l’ensemble des acteurs. Par exemple, les ministères en charge de la transition écologique et de l’agriculture n’utilisent pas les mêmes instruments de mesure et leurs chiffres diffèrent notablement… Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

Acquérir de l’expérience grâce au stage

Malgré son intérêt, ce dispositif est peu utilisé du fait d’un manque d’agriculteurs encadrants et de contraintes liées au statut de stagiaire agricole.

©Lycée Suscinio – Wikimédia

Quoi de mieux que de faire pour apprendre ? Les candidats à l’installation agricole, dans le cadre du Plan de professionnalisation personnalisé (PPP), peuvent se voir prescrire ou demander à réaliser des stages en exploitation ou dans d’autres entreprises agricoles. Mais cette modalité d’apprentissage reste peu utilisée.

Les stages ont pour objectif de compléter et approfondir des compétences professionnelles ; de connaître un environnement autre que familial ; de développer des capacités professionnelles et relationnelles ; ou encore d’échanger avec un exploitant agricole en capacité d’apporter un appui à la réflexion du porteur de projet. Ils peuvent durer entre une semaine et un mois pour un stage d’observation ou de un à six mois pour un stage d’application. Sauf s’il souhaite conserver son statut, le candidat à l’installation devient stagiaire agricole1. Une bourse lui est accordée (230 à 325 euros par mois suivant sa situation)2 et l’agriculteur qui l’accueille, le « maître exploitant », peut obtenir une indemnité (90 euros par mois). Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

Sortir des mythes de l’aménagement

Lecture par les associations d’éducation populaire du Réseau des Créfad1 d’un essai récent sur l’émergence d’une mythologie séduisante dans le champ du développement économique et de l’aménagement.

La Silicon Valley, en Californie, est prise comme modèle de développement économique par beaucoup. Elle était au départ une zone industrielle située à l’écart de la ville de San Francisco. Sa croissance a entraîné de nombreux problèmes depuis le milieu des années 2010 : gentrification croissante de San Francisco, plusieurs milliers de sans-abris dans « La Jungle » de San José, manifestations des chauffeurs de bus affrétés par les Google, Yahoo !, Apple et Facebook, qui réclament une hausse de leurs salaires… © Patrick Nouhailler/FlickR

Compétitivité, attractivité, métropolisation, excellence. Tels sont les ingrédients que l’on retrouve dans nombre de discours, de rapports, d’études et de politiques publiques dans les domaines du développement territorial, économique et de l’aménagement. Dans un article paru en mars dernier2, l’économiste Olivier Bouba-Olga et le sociologue Michel Grossetti, posent ce constat – qu’ils appellent « mythologie CAME » – et proposent une analyse critique qui en pointe les limites.

Cette mythologie pourrait se résumer ainsi : face à la concurrence mondialisée, l’innovation constituerait l’unique voie pour créer de l’emploi et de la richesse sur un territoire. Or, l’innovation serait le fruit de talents créatifs, qualifiés, jeunes qui préfèrent les espaces denses. Ce discours défend une priorisation des moyens publics sur les aires urbaines dynamiques, les autres territoires dits périphériques devant s’inscrire dans une complémentarité ou bénéficier du ruissellement des richesses produites. Cette concentration des moyens serait la meilleure issue pour s’en sortir dans une économie mondialisée, en étant plus compétitif. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

« On se fait tous un brin piéger par les alternatives qui n’affectent que très peu le capitalisme »

Après « Rurals ou la convergence des rustres », Hervé Chaplais, éducateur populaire et conférencier gesticulant, revient avec une nouvelle réflexion sur les communs. Rencontre.

Pour Hervé, ici en représentation à Cluny (71) à l’invitation de l’Amap des Grosnes, « partir de son expérience et en faire un récit politique, c’est le principe des conférences gesticulées ». © DR.

Dans ta première conférence gesticulée, tu évoquais le milieu rural à partir de ta propre histoire et tu terminais en distinguant plusieurs formes d’écologie…
Hervé Chaplais : Partir de son expérience et en faire un récit politique, c’est le principe des conférences gesticulées. Je suis parti de mon histoire et je développe l’idée que le rural, c’est le plouc. C’est celui qui n’a pas les bons codes, à l’inverse de l’urbain, distingué, courtois et poli. Le prolo d’un côté et le bourgeois de l’autre. Ajouté à cela, comme le dit le sociologue et urbaniste Jean-Pierre Garnier, l’utilisation des termes rural et urbain participe à « territorialiser un problème pour mieux le dépolitiser ».

À la fin, je remettais un bon coup de rouge dans le vert… De la même façon que Franck Lepage dit que la « culture avec un grand Q » est faite pour délégitimer les formes de culture populaire, l’écologie a deux facettes : il y a une écologie pour les classes solvables, bourgeoises, et une écologie populaire qui a toujours existé mais qui est invisibilisée. Dans cette écologie populaire on trouve des formes d’organisations sociales reposant sur un système d’obligations et d’entraide réciproques qu’on appelle « les communs ». Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées, Transrural 2018

L’installation agricole « atypique », avec ou sans aides ?

En Bretagne, Solenn Gallo est entrée dans le dispositif d’accompagnement à l’installation qui lui a permis de bénéficier de différentes formations et de développer son réseau.

Depuis 2014, le dispositif d’accompagnement à l’installation est ouvert à tous les porteurs de projet, y compris ceux qui ne demandent pas la Dotation jeunes agriculteurs (DJA). C’est le cas de Solenn, 37 ans, qui cultive un terrain d’un hectare sur la commune de Guengat (29) avec son compagnon, Gaëtan Le Meil, 39 ans.

« Depuis longtemps, j’avais envie de concret. Ma rencontre avec Gaëtan en Bretagne et ce terrain qui s’est présenté à nous a accéléré les choses. Notre projet, c’était de développer des cultures maraîchères, des plantes aromatiques et médicinales et de les transformer. Mais avant tout, c’est un projet de vie », entame Solenn.

Difficile de rentrer dans les cases
Le couple en définit les grandes lignes et Solenn se présente en juin 2016 au Point accueil installation du Finistère. « Le Groupement des agriculteurs bio m’a orientée vers la Chambre d’agriculture. J’ai pris contact, complété les documents d’auto-évaluation et on a établi avec la conseillère de la chambre [une des structures labellisées Centre d’élaboration du plan de professionnalisation personnalisé] un Plan de professionnalisation personnalisé [PPP]. J’ai eu l’impression que certains modules ne correspondaient pas réellement au bilan de compétences réalisé mais qu’ils étaient obligatoires. » Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, Transrural 2018

Se réapproprier la production d’énergie

Un mouvement général autour de la production citoyenne d’énergies renouvelables se dessine en France. Bien moins développé que dans certains pays voisins, il pourrait aisément s’amplifier.

 

On peut apprendre à constuire des éoliennes domestoiques à l’occasion de strages (www.tripalium.com)

Pollution, réchauffement climatique, risques  de catastrophes nucléaires… Est-il nécessaire, pour les lecteurs de Transrural, de détailler les bonnes raisons de remplacer les énergies fossiles et fissiles par des énergies renouvelables ? Une autre raison, bien moins souvent évoquée, est celle de la concentration capitalistique des industries « classiques » de production d’énergie. Leur haut degré de technicité et les investissements qu’elles requièrent ont longtemps impliqué que seuls les États et les grands groupes industriels occupent le champ. 

Mais les sources « naturelles » d’énergie (charbon, pétrole, uranium) ne se limitent pas aux sous-sols de quelques pays. Le soleil, le vent, le mouvement de l’eau ou encore la biomasse sont disponibles dans beaucoup de territoires et les coûts de production d’énergie à partir de ces ressources renouvelables ont beaucoup diminué en quelques décennies. Elles sont aujourd’hui accessibles aux citoyens même si leur exploitation dépend encore partiellement de technologies, matières premières ou équipements imposant un minimum de dépendance à des groupes industriels.

Se grouper pour devenir producteur
De plus en plus de particuliers installent des panneaux photovoltaïques ou thermiques solaires sur leurs toits et d’autres optent, plus rarement, pour des éoliennes domestiques1 ou des micro-barrages. De même, un nombre croissant d’éleveurs installent des digesteurs de biomasse pour la production de méthane ou d’électricité. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Initiatives, Transrural 2018

L’installation agricole, un parcours administratif

À Beauvais, une dizaine de jeunes ont assisté, fin janvier, à une réunion du Point accueil installation présentant les différentes étapes et démarches du parcours.

 

L’installation agricole, pour nombre de porteurs de projets, est un parcours du combattant. En France, le parcours institutionnel, obligatoire pour prétendre à certains avantages comme la Dotation jeunes agriculteurs (DJA) débute dans les Points accueil installation (PAI) de chaque département. Dans l’Oise, la chambre d’agriculture et le Collectif pour une agriculture solidaire (Copasol) sont les deux structures labélisées PAI. Leur rôle est d’accueillir et informer tous ceux et celles qui souhaitent s’installer, de les orienter vers d’autres structures si besoin – notamment pour des formations – et de les guider dans l’élaboration de leur projet. Une réunion d’information destinée aux porteurs de projets, organisée le 31 janvier dernier à Beauvais dans les locaux de la chambre d’agriculture, a rassemblé une dizaine de jeunes, déjà bien avancés dans leur projet, presque tous de reprise de la ferme de leurs parents.

Une centaine d’installations par an
Astrid Degroote, conseillère installation à la chambre d’agriculture et Johanna Lomont, conseillère installation détachée par le syndicat Jeunes agriculteurs, détaillent les différentes étapes obligatoires : autodiagnostic du projet, plan de professionnalisation personnalisé, formation obligatoire dite « stage 21 heures » et plan d’entreprise à cinq ans. Elles précisent les conditions à remplir pour s’installer, celles pour toucher les aides, les critères de modulation de la DJA et donnent astuces ou conseils : « Si on te prête le matériel, cela ne marchera pas pour les aides » ; «  pensez aux Mesures agro-environnementales et climatiques, dans le coin, c’est assez facile à avoir ». Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

L’écoquartier, quartier tout court ?

Ces infrastructures, à l’origine pensées dans le cadre du renouvellement urbain, se multiplient en marge des villes et dans les campagnes sans parfois être plus écologiques que d’autres.

L’écoquartier est à la mode. Pas une commune, une agglomération, qui ne veuille le sien. Leur aménagement est encouragé par de multiples dipositifs1 et par les communes qui souhaitent attirer de nouveaux habitants. Vinci, Eiffage ou Bouygues y participent activement2. Mais en quoi, concrètement, ces quartiers sont-ils être plus « éco » que les autres ?

Les premiers ont vu le jour en Allemagne. Au début des années 1990, Fribourg-en-Brisgau récupère des bâtiments militaires pour loger 15 000 habitants : logements à basse consommation, production de chaleur et d’électricité à partir de déchets forestiers, panneaux solaires, récupération des eaux de pluie, mobilités douces… Au début des années 2000, d’autres projets de renouvellement urbain sont menés en Europe et en France : l’écoquartier de Bonne installé dans une ancienne caserne militaire à Grenoble est achevé en 2009, celui de Wolf Wagner à Mulhouse, en 2011, etc.

500 projets engagés fin 2017
Le mouvement s’accélère et s’institutionnalise avec, en 2009, un premier appel à projets de l’État puis la création en 2012 du label « ÉcoQuartier » (cf. encadré), qui regroupait 500 projets fin 2017. Aux opérations de renouvellement urbain s’ajoutent des constructions en périurbain voire en milieu rural3 qui consomment des terres non urbanisées et souvent dédiées à l’agriculture. Des projets difficilement compatibles avec des objectifs de relocalisation de l’alimentation ou de lutte contre l’étalement urbain.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018