Category Archives: articles

Des lycéens recueillent la parole des paysans retraités

Depuis 2016, l’association Nos Mémoire vives permet la collecte des histoires de vie des aînés.

Légende : L’association Mémoires vives travaille sur différents projets autour du recueil de la parole des anciens et produit des podcasts, documentaires, portfolios…
Crédit : Mémoires vives

L’association Nos Mémoires Vives anime depuis plusieurs mois le projet Nos champs communs sur la collecte intergénérationnelle de mémoires paysannes en Occitanie. Cinq lycées d’enseignement agricole sont engagés dans cette démarche avec des élèves et enseignants des métiers de l’agriculture et des métiers du soin aux personnes.

Ces petites histoires qui font la grande…
Inspiré des méthodes des sciences humaines et plus particulièrement de celle du récit de vie, le projet naît d’une envie de valoriser la parole des anciens. Donner vie à la « grande histoire » en l’animant des histoires particulières de celles et ceux qui veulent bien se raconter ; mais aussi reconnaître l’importance de ces vies aussi singulières soient-elles, pour témoigner du passé.

Partant du constat que les paysans et paysannes ayant connu une agriculture non ou très peu mécanisée disparaissent et avec eux les témoignages de cette autre pratique du métier, il est apparu nécessaire aux responsables de l’association de recueillir ces récits avant qu’il ne soit trop tard. Et il y avait l’envie de proposer cette expérience à des jeunes de 15 à 22 ans qui vivent et souhaitent travailler en milieu rural.

Pour se préparer, lycéens et enseignants ont travaillé sur ce qu’est collecter la parole, pourquoi le faire, tester le matériel, s’exercer à l’interview. Il a fallu chercher des témoins dans les réseaux des professeurs, des élèves, des travailleurs sociaux de la MSA. Et puis ça a été le moment des rencontres.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

Amap : les 20 ans d’un mouvement

Nées des réflexions d’organisations de paysans, consommateurs et écologistes et d’initiatives similaires développées en France et ailleurs, les Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (Amap) forment aujourd’hui un mouvement défendant l’instauration d’une démocratie alimentaire et agricole territorialisée.

Les premières Amap sont nées il y a vingt ans et on estime en 2021 leur nombre à 2200 pour plus de 200 000 mangeurs et mangeuses et environ 3700 fermes. Mais d’où viennent-elles ? Pour le Mouvement interrégional des Amap (Miramap), elles ne proviennent pas d’un « couple d’inventeurs » d’Aubagne mais plutôt d’un large mouvement de contestation né sur le plateau du Larzac et de multiples organisations reliant paysans, consommateurs et écologistes.

Au croisement de l’agriculture paysanne, de l’agriculture biologique, de l’éducation populaire et de l’économie sociale et solidaire, les Amap se sont constituées en réseaux à leur tour rassemblés au sein du Miramap. Leurs objectifs sont d’accompagner les paysans en Amap ou ceux qui souhaitent s’installer, d’aider à la création de nouveaux groupes et d’influencer les décideurs publics pour créer une démocratie alimentaire et agricole territorialisée.

Contre la malbouffe

Reprenons depuis le début cette histoire, car les Amap puisent leur origine dans un creuset d’initiatives et de réflexions multiples. À la fin des années 1990, la confiance dans notre système alimentaire est ébranlée, notamment par la crise de la vache folle. Le « démontage » du McDonald’s de Millau le 12 août 1999 par des militants de la Confédération paysanne constitue une action symbolique contre la malbouffe et le mouvement anti-OGM prend de l’ampleur. Les énormes dommages causés par l’agriculture industrielle en moins de cinquante ans sont de plus en plus visibles : disparition progressive des paysans et des terres agricoles, appauvrissement des sols, perte de biodiversité, production d’une alimentation de faible qualité nutritionnelle et contenant des pesticides favorisant de graves problèmes de santé (obésité, diabète, cancers, etc.)…

Continue reading

2 Comments

Filed under Analyses, Transrural 2021

Ma bouteille s’appelle Reviens !

Une association drômoise a mis en place un système de consignes de bouteilles en verre malgré les défis logistiques et économiques, grâce à une mobilisation des producteurs, magasins et consommateurs.

Plusieurs outils de communication, sacs et contenants pour la collecte sont proposés aux partenaires sur le site internet de l’association. Crédit photo : Locaverre

Chez les écolos, la plupart voit ça comme une évidence : le système de consigne de bouteilles en verre permettrait d’économiser de la matière première, et peut-être d’autres facteurs de production. Cela semblerait plus logique que de les jeter en vrac dans les conteneurs à verre. Mais la faisabilité technique et économique se complexifie, il ne s’agit plus de laver ses pots de confiture à la maison… Le nombre de problèmes à résoudre devient impressionnant. Sans être impossible, puisque en Drôme et Ardèche, l’association Locaverre est en train de prouver que cela peut marcher avec le système Ma bouteille s’appelle Reviens.

Au cœur de la filière de récupération-réemploi, une chaîne de lavage basée à Chabeuil près de Valence, a démarré mi-2019. Les lots de bouteilles y arrivent triés, une première étape permet de décoller les étiquettes, justement fixées avec une colle soluble dans l’eau. Elles ressortent ensuite prêtes à être revendues aux producteurs. L’objectif pour 2021 est de passer à 500 000 bouteilles traitées. L’année 2020 avait déjà permis d’en traiter 100 000.

« Le nœud de l’organisation est en fait la logistique qui permet aux bouteilles vendues et dispersées de revenir. »

Sur le territoire existe un vrai gisement de bouteilles à laver puis redistribuer. En plein cœur de la vallée du Rhône, les vergers occupent une place importante et nombre de producteurs vendent des jus ou compotes le plus souvent embouteillés sur l’exploitation. Le nœud de l’organisation est en fait la logistique qui permet aux bouteilles vendues et dispersées de revenir.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

Il est vivant !

Le 16 juillet, nous avons reçu une palette avec 17 cartons de livres tous neufs (et beaux) et c’est grâce à vous ! Après quelques semaines de retard (le temps de terminer correctement l’édition et de choisir un papier et une couverture plus solides), Le pouvoir des mots est bien sorti !

Tous les exemplaires précommandés ou attendus en contrepartie des dons à la campagne ont été expédiés cette semaine. Cette étape marque un peu la fin de la campagne de financement de ce livre et nous vous remercions encore de votre participation et votre soutien.

Pour nous, c’est aussi une nouvelle étape qui débute : faire connaitre et diffuser Le pouvoir des mots et surtout les idées qui y figurent. Si vous n’avez pas encore commandé le livre, il est toujours temps de le faire sur la boutique en ligne de Transrural. Vous pouvez aussi vous renseignez plus avant sur l’ouvrage en visitant la page dédiée.

Leave a Comment

Filed under articles, Transrural 2021

En Anjou, la solidarité face au coup de froid sur les vignes

En avril, un redoutable épisode de gel a touché la vigne française. Reportage auprès de Paul et Jean-Camille qui ont lutté pendant une semaine pour sauver leur récolte. Cet épisode questionne la pérennité du métier.

Les vignes protégées par les bougies sur l’une des parcelles du domaine de Jean-Camille et Paul à Tigné (49). Crédit photo : Adeline Auduit.

II est 3 heures du matin ce mercredi 14 avril à Tigné, petit village de 700 habitants dans le département du Maine-et-Loire. Jean- Camille et Paul, vignerons sur un domaine bio de 15 hectares, ne ferment plus l’oeil depuis une semaine : leurs vignes, qui produisent du Rosé d’Anjou, sont touchées par un long et redoutable gel.

Des bourgeons exposés au gel

« Normalement à cette période, l’épisode de gel dure un ou deux jours », explique Paul, 28 ans, installé sur l’exploitation avec son père depuis début janvier. « Ça fait 30 ans que je suis installé et je n’ai jamais vu ça », note ce dernier, Jean-Camille.

Il n’y a rien de surprenant à voir du gel à cette période de l’année. Ce qui est plus exceptionnel, ce sont les températures printanières aussi précoces (jusqu’à 25 degrés) quelques jours auparavant. Les premiers bourgeons et les feuilles sont sortis et se sont exposés au gel. « On croisait tous les doigts, mais là on ne s’attendait pas à une pareille catastrophe, reconnaît Paul. On a été surpris par les températures qui sont descendues très vite. Par exemple, le 7 avril, à 6 heures, il faisait zéro, à 7h30, -5 degrés. » Au cinquième jour de gel, 13 hectares sur 15 sont touchés et les premières estimations laissent présager une perte de 80 % de la récolte.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

« Face au changement climatique, l’adaptation c’est d’abord pour continuer à produire »

Ewa Kaniowska, animatrice à la FRCivam Limousin présente un livret recensant des expériences menées dans des fermes agroécologiques du territoire.

Quel est l’objectif de ce livret ?

Depuis 2012, j’accompagne des paysans qui se retrouvent autour de la notion de système de productions diversifiées. Le noyau du groupe, c’est trente à quarante personnes. Il y a beaucoup d’installations de néoruraux et ils nous rejoignent à un moment ou à un autre. Ce sont des fermes avec beaucoup de maraîchage et un peu d’élevage pour certaines. Ce guide a été publié avant tout pour présenter leur approche systémique et politique de l’agriculture sur des petites fermes diversifiées, souligner les problématiques liées au changement climatique et donner à voir leurs leviers d’actions et leur expériences. On part d’un problème, puis on se demande pourquoi cela arrive, dans quel contexte, comment fonctionne le système de la ferme et le système vivant. Les paysans travaillent avec des outils du design permacole même s’ils ne font pas nécessairement de la permaculture.

Continue reading

1 Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

Vincent Grimault: « Le discours pro-métropole ne s’intéresse qu’à la compétition économique »

Vincent Grimault est journaliste à Alternatives économiques et a publié en 2020 La Renaissance des campagnes, livre dans lequel il veut nous emmener loin des clichés de la « France périphérique ».

Quels sont les deux principaux axes de ton livre ?

Aucun territoire rural n’est condamné à l’avance à la récession ou à la déprise démographique. Par exemple, il y a 50 ans, le Grand Est était la région la plus dynamique économiquement, aujourd’hui c’est davantage le Sud-Ouest, mais avec la crise de l’aéronautique, cela peut changer d’ici dix ans. Certains territoires peuvent être favorisés par des critères objectifs (histoire, emplois, salaires), et d’autres qui relèvent des préférences individuelles (soleil, mer, montagne). Les économistes oublient généralement cette deuxième catégorie, et également l’attachement au territoire.

L’autre point, c’est que si des territoires comme la Vendée, le Cantal ou la Drôme se sont développés ces vingt dernières années, c’est qu’il y a toujours, en France, une présence minimale de l’État, à la fois directement (collèges, services postaux ou autres, dont l’État paie les agents, équipements massivement réalisés il y a trente ans) et indirectement : prestations sociales, niveaux de retraite en hausse depuis cinquante ans, etc.

Ce double rôle de l’État a permis à des gens de rester au pays, de faire tenir les choses a minima, et d’avoir eu le temps d’accueillir de nouvelles populations par la suite : il est plus facile d’augmenter le nombre d’enseignants dans une école que d’en rouvrir une.

Pour quoi et pour qui as-tu réalisé ce livre ?

J’étais agacé, en colère contre le discours pro-métropole, qui ne s’intéresse qu’à la compétition économique entre territoires et qui prétend que les richesses créées en ville vont ruisseler sur les territoires autour. Ce discours est factuellement faux, et pire, il est performatif, et il imprègne les têtes. Y compris pour des ruraux : l’avenir de nos campagnes ne serait plus que maisons de retraite, développement touristique et grenier alimentaire.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées, Transrural 2021

Nouvelles régions, adieu subventions

La réforme territoriale et en particulier les fusions de certaines régions ont conduit à une profonde désorganisation des associations et de leurs relations avec les conseils régionaux.

En janvier 2016, après la fusion de nombreuses régions, Transrural initiatives relayait l’avertissement du Collectif des associations citoyennes qui craignait que cette réforme ne reporte sur les communes et leurs groupements la totalité du soutien aux associations locales. À quelques mois du premier renouvellement de ces super-conseils régionaux, ses craintes se sont confirmées.

Le magazine Associations mode d’emploi révèle que « les dispositifs de soutien à l’emploi associatif sont en régression à peu près partout (de seize régions sur vingt-deux qui en avaient en 2011, on passe à cinq sur treize aujourd’hui) »1.

En Occitanie, des associations régionales ont été sommées de fusionner sans que les nouvelles subventions ne prennent en compte les conséquences de ce mariage forcé en termes de ressources humaines, rapporte La Croix.

Le secteur du développement agricole et rural n’est pas épargné. Les conseils départementaux, qui finançaient des actions en agriculture durable par exemple, ne le peuvent plus qu’à la condition de signer une convention avec la région, suite au renforcement de ses compétences sur le sujet.

Continue reading

1 Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2021

MERCI !

La campagne de financement participatif du recueil de chroniques Le Pouvoir des mots a pris fin le 25 février. Grâce à la générosité de 165 donateurs, Transrural initiatives a récolté 5660 euros pour financer l’impression et la mise en page de cet ouvrage d’éducation populaire. Un immense merci à eux, à vous !

L’équipe salariée va maintenant s’atteler au travail d’édition des chroniques. La parution de l’ouvrage est prévue pour le mois d’avril 2021. Mais vous pouvez d’ores et déjà le précommander sur la boutique en ligne de Transrural initiatives.

Une fois paru, ce recueil pourra servir de support aux formations à l’écriture de l’ADIR, à des lectures-débats sur le modèle des ciné-débats, à des rencontres en librairie en milieu rural, etc. En bref, il pourra vivre et circuler de mains en mains, de bouches à oreilles !

Leave a Comment

Filed under articles, Transrural 2020