Category Archives: Transrural 2018

L’installation agricole « atypique », avec ou sans aides ?

En Bretagne, Solenn Gallo est entrée dans le dispositif d’accompagnement à l’installation qui lui a permis de bénéficier de différentes formations et de développer son réseau.

Depuis 2014, le dispositif d’accompagnement à l’installation est ouvert à tous les porteurs de projet, y compris ceux qui ne demandent pas la Dotation jeunes agriculteurs (DJA). C’est le cas de Solenn, 37 ans, qui cultive un terrain d’un hectare sur la commune de Guengat (29) avec son compagnon, Gaëtan Le Meil, 39 ans.

« Depuis longtemps, j’avais envie de concret. Ma rencontre avec Gaëtan en Bretagne et ce terrain qui s’est présenté à nous a accéléré les choses. Notre projet, c’était de développer des cultures maraîchères, des plantes aromatiques et médicinales et de les transformer. Mais avant tout, c’est un projet de vie », entame Solenn.

Difficile de rentrer dans les cases
Le couple en définit les grandes lignes et Solenn se présente en juin 2016 au Point accueil installation du Finistère. « Le Groupement des agriculteurs bio m’a orientée vers la Chambre d’agriculture. J’ai pris contact, complété les documents d’auto-évaluation et on a établi avec la conseillère de la chambre [une des structures labellisées Centre d’élaboration du plan de professionnalisation personnalisé] un Plan de professionnalisation personnalisé [PPP]. J’ai eu l’impression que certains modules ne correspondaient pas réellement au bilan de compétences réalisé mais qu’ils étaient obligatoires. » Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, Transrural 2018

Se réapproprier la production d’énergie

Un mouvement général autour de la production citoyenne d’énergies renouvelables se dessine en France. Bien moins développé que dans certains pays voisins, il pourrait aisément s’amplifier.

 

On peut apprendre à constuire des éoliennes domestoiques à l’occasion de strages (www.tripalium.com)

Pollution, réchauffement climatique, risques  de catastrophes nucléaires… Est-il nécessaire, pour les lecteurs de Transrural, de détailler les bonnes raisons de remplacer les énergies fossiles et fissiles par des énergies renouvelables ? Une autre raison, bien moins souvent évoquée, est celle de la concentration capitalistique des industries « classiques » de production d’énergie. Leur haut degré de technicité et les investissements qu’elles requièrent ont longtemps impliqué que seuls les États et les grands groupes industriels occupent le champ. 

Mais les sources « naturelles » d’énergie (charbon, pétrole, uranium) ne se limitent pas aux sous-sols de quelques pays. Le soleil, le vent, le mouvement de l’eau ou encore la biomasse sont disponibles dans beaucoup de territoires et les coûts de production d’énergie à partir de ces ressources renouvelables ont beaucoup diminué en quelques décennies. Elles sont aujourd’hui accessibles aux citoyens même si leur exploitation dépend encore partiellement de technologies, matières premières ou équipements imposant un minimum de dépendance à des groupes industriels.

Se grouper pour devenir producteur
De plus en plus de particuliers installent des panneaux photovoltaïques ou thermiques solaires sur leurs toits et d’autres optent, plus rarement, pour des éoliennes domestiques1 ou des micro-barrages. De même, un nombre croissant d’éleveurs installent des digesteurs de biomasse pour la production de méthane ou d’électricité. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Initiatives, Transrural 2018

L’installation agricole, un parcours administratif

À Beauvais, une dizaine de jeunes ont assisté, fin janvier, à une réunion du Point accueil installation présentant les différentes étapes et démarches du parcours.

 

L’installation agricole, pour nombre de porteurs de projets, est un parcours du combattant. En France, le parcours institutionnel, obligatoire pour prétendre à certains avantages comme la Dotation jeunes agriculteurs (DJA) débute dans les Points accueil installation (PAI) de chaque département. Dans l’Oise, la chambre d’agriculture et le Collectif pour une agriculture solidaire (Copasol) sont les deux structures labélisées PAI. Leur rôle est d’accueillir et informer tous ceux et celles qui souhaitent s’installer, de les orienter vers d’autres structures si besoin – notamment pour des formations – et de les guider dans l’élaboration de leur projet. Une réunion d’information destinée aux porteurs de projets, organisée le 31 janvier dernier à Beauvais dans les locaux de la chambre d’agriculture, a rassemblé une dizaine de jeunes, déjà bien avancés dans leur projet, presque tous de reprise de la ferme de leurs parents.

Une centaine d’installations par an
Astrid Degroote, conseillère installation à la chambre d’agriculture et Johanna Lomont, conseillère installation détachée par le syndicat Jeunes agriculteurs, détaillent les différentes étapes obligatoires : autodiagnostic du projet, plan de professionnalisation personnalisé, formation obligatoire dite « stage 21 heures » et plan d’entreprise à cinq ans. Elles précisent les conditions à remplir pour s’installer, celles pour toucher les aides, les critères de modulation de la DJA et donnent astuces ou conseils : « Si on te prête le matériel, cela ne marchera pas pour les aides » ; «  pensez aux Mesures agro-environnementales et climatiques, dans le coin, c’est assez facile à avoir ». Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

L’écoquartier, quartier tout court ?

Ces infrastructures, à l’origine pensées dans le cadre du renouvellement urbain, se multiplient en marge des villes et dans les campagnes sans parfois être plus écologiques que d’autres.

L’écoquartier est à la mode. Pas une commune, une agglomération, qui ne veuille le sien. Leur aménagement est encouragé par de multiples dipositifs1 et par les communes qui souhaitent attirer de nouveaux habitants. Vinci, Eiffage ou Bouygues y participent activement2. Mais en quoi, concrètement, ces quartiers sont-ils être plus « éco » que les autres ?

Les premiers ont vu le jour en Allemagne. Au début des années 1990, Fribourg-en-Brisgau récupère des bâtiments militaires pour loger 15 000 habitants : logements à basse consommation, production de chaleur et d’électricité à partir de déchets forestiers, panneaux solaires, récupération des eaux de pluie, mobilités douces… Au début des années 2000, d’autres projets de renouvellement urbain sont menés en Europe et en France : l’écoquartier de Bonne installé dans une ancienne caserne militaire à Grenoble est achevé en 2009, celui de Wolf Wagner à Mulhouse, en 2011, etc.

500 projets engagés fin 2017
Le mouvement s’accélère et s’institutionnalise avec, en 2009, un premier appel à projets de l’État puis la création en 2012 du label « ÉcoQuartier » (cf. encadré), qui regroupait 500 projets fin 2017. Aux opérations de renouvellement urbain s’ajoutent des constructions en périurbain voire en milieu rural3 qui consomment des terres non urbanisées et souvent dédiées à l’agriculture. Des projets difficilement compatibles avec des objectifs de relocalisation de l’alimentation ou de lutte contre l’étalement urbain.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018