Category Archives: Transrural 2020

Face à la pandémie, les circuits courts ?

Le Covid-19 a mis sous pression nombre de paysan·nes et renforce l’attrait pour la vente directe, les magasins de producteur·rices et les commandes en ligne. Aperçu en sud-Aveyron.

La réserve de la Biocoop de Saint-Affrique reconvertie en terminal de remise des commandes.

A Saint-Affrique, 8 000 habitant·es, les habitué·es du marché du samedi matin ont dû changer leurs habitudes : ce rendez-vous vital pour les producteur·rices locaux·ales avait été suspendu le 20 mars, par décision du maire à la suite des annonces gouvernementales.

Comme ailleurs, nombre de voix ont pointé l’injustice et l’incohérence de laisser, en parallèle, les grandes surfaces fonctionner quasiment sans changement.En dialogue avec la mairie, l’association des commerçant·es et des exploitant·es agricoles du marché a fini par obtenir de la préfecture sa réouverture : le 18 avril, un quart des 66 étals habituels ont pu s’installer dans les locaux de l’école publique en suivant un protocole concerté : limitation des flux, marche en avant, service par les vendeur·ses, port de protections…

Pour les paysan·nes, le confinement entraîne une difficulté à commercialiser sa production par les circuits habituels ; la gestion des stocks s’avère problématique – notamment pour les éleveur·ses ; la garde des enfants ou l’éloignement des proches ne facilitent pas l’adaptation du travail. La situation est particulièrement tendue pour celles et ceux, nombreux·ses dans la région, dont le réseau est diffus ou qui viennent de démarrer.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Frêne et prunellier au menu du troupeau

Alors que la recherche se penche sur les arbres fourragers, des éleveur·se·sdu Maine-et-Loire expérimentent le pâturage de leurs haies.

L’Inrae de Lusignan, comme les éleveur·se·s du Maine-et-Loire, expérimente le pâturage d’arbres sur pied. (Crédit : Inrae)

En 1976, nombre d’éleveur·se·s ont sorti la tronçonneuse pour nourrir leur troupeau avec les feuilles des arbres bordant les pâtures, seule verdure ayant résisté à la sécheresse. Les vaches affamées accouraient au bruit du moteur et gare au paysan en équilibre sur son échelle ! Aujourd’hui, les sécheresses estivales sont courantes et il n’est pas rare d’entamer le stock de foin pour l’hiver au cœur de l’été. Face à ce constat, « beaucoup voient les arbres comme un fourrage d’avenir », affirme Sandra Novak, agronome. A l’Inrae de Lusignan (88), elle s’apprête à tester le pâturage d’arbres sur pied dans le cadre d’une expérimentation sur 20 ans visant à « proposer aux éleveurs des pratiques leur permettant de vivre de leur production laitière dans un contexte d’aléas climatiques et de raréfaction des ressources en eau et en énergie fossile ».

Innovation ou retour en arrière

Alors, face au changement climatique, rien de tel qu’un retour aux pratiques des ancien·ne·s ? C’est ce que pensent les membres du groupe Arbres et semences du Civam AD49, en Anjou, qui ont mis en place plusieurs tests en 2019. L’été dernier, Yohann Buret, éleveur de brebis laitières et de quelques bovins, a alterné foin et branches de frênes dans la ration de ces derniers. Dans le carnet de bord en ligne du groupe, Yohann partage quelques photos : il ne reste plus une feuille sur les branches après le passage des quatre vaches et leur suite et celles-ci n’ont pas maigri ! Il estime à 50 % l’économie de foin réalisée et à une heure le temps de la coupe. Mais il faut aussi retourner les branches pour que les ruminants aient accès aux feuilles du dessous, puis sortir le bois des champs… « L’objectif, c’est de savoir si c’est un surplus de travail. Et si ça entame la capacité de la haie à repousser au printemps… On fera le point au bout d’un an. »

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020