Category Archives: Transrural 2020

Réforme de la PAC : les enjeux du Plan stratégique national

La prochaine politique agricole de l’Union européenne (UE) laissera davantage de marge de manœuvre aux États. D’où l’importance des négociations sur les objectifs et mesures qui sont menées au niveau français.

La future Politique agricole commune (PAC), dont la mise en œuvre a été reportée de 2021 à 2023, pourrait être dotée d’un budget plus important que prévu1. Mais ce sont surtout ses grandes orientations et les déclinaisons nationales qui détermineront si un virage est opéré pour cesser de soutenir le système industriel et intensif.

À partir de 2023, les États devraient disposer d’une plus grande liberté dans leurs interventions, toujours dans le cadre des grands instruments de la PAC (aides à la surface, à l’installation, à l’agriculture biologique, programme Leader…). Leurs mesures pour atteindre les dix objectifs fixés par l’UE2 devront être décrites dans un Plan stratégique national (PSN) établi sur sept ans puis validé par la Commission européenne. 

Des objectifs contradictoires

En France, le diagnostic préalable à l’élaboration du PSN a été publié en février 2020 après quelques débats. Mais les objectifs restent vagues et parfois contradictoires. Le document3, qui note par ailleurs que « les aides de la PAC ont accompagné le mouvement d’agrandissement et de spécialisation des exploitations et l’intensification des modes de production », propose de réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’élevage mais ne parle pas de diminution du cheptel.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2020

Kochersberg : d’un grand projet inutile à la recherche de résilience

Le jeune collectif La Traverse, constitué de trois diplômé•es en politique territoriale, sillonne les routes de France à la rencontre des acteur•rices qui font des territoires ruraux des lieux de vie singuliers et favorables à la transition écologique et sociale. Une série d’articles restitue quelques-unes de ces rencontres, détaillées dans des podcasts sur le site : latraverse.lepodcast.fr. Quatrième étape dans le Bas-Rhin

La construction d’une autoroute sur les territoires ruraux proches de Strasbourg a rencontré une vive opposition. Celle-ci a permis d’impulser des dynamiques locales de transition.

Le Kochersberg est une région naturelle située à l’ouest de Strasbourg, qui tend à devenir une zone périurbaine. Elle s’étend sur la Communauté de communes du Kochersberg (25 000 habitants, 130 km2) et sur la partie occidentale de l’Eurométropole de Strasbourg (500 000 habitants, 340 km2). Sur ce territoire, la réalisation du grand contournement ouest (GCO), dans les cartons depuis les années 1970, est en cours. Construite par l’entreprise Vinci, cette autoroute de 24 km a officiellement pour objectif de diminuer l’engorgement des routes dû au trafic pendulaire entre la métropole et les territoires alentours.

Toutefois, au vu des nombreux rapports qui ont prouvé que cette solution était inadaptée (1), l’ambition principale de ce projet est plutôt de faciliter le trafic routier européen. Il constitue une pièce d’un ensemble d’infrastructures visant, selon ses opposants, « à transformer la plaine d’Alsace en couloir à camions ». Pour eux, l’autoroute rentre dans la catégorie des « grands projet inutiles et imposés ». Ils se caractérisent par le fait d’être imposés par le haut, ici l’État, de correspondre à un impératif de croissance économique, et de se faire au mépris des impacts localisés sur la santé et l’environnement (2).

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2020

Face à la pandémie, les circuits courts ?

Le Covid-19 a mis sous pression nombre de paysan·nes et renforce l’attrait pour la vente directe, les magasins de producteur·rices et les commandes en ligne. Aperçu en sud-Aveyron.

La réserve de la Biocoop de Saint-Affrique reconvertie en terminal de remise des commandes.

A Saint-Affrique, 8 000 habitant·es, les habitué·es du marché du samedi matin ont dû changer leurs habitudes : ce rendez-vous vital pour les producteur·rices locaux·ales avait été suspendu le 20 mars, par décision du maire à la suite des annonces gouvernementales.

Comme ailleurs, nombre de voix ont pointé l’injustice et l’incohérence de laisser, en parallèle, les grandes surfaces fonctionner quasiment sans changement.En dialogue avec la mairie, l’association des commerçant·es et des exploitant·es agricoles du marché a fini par obtenir de la préfecture sa réouverture : le 18 avril, un quart des 66 étals habituels ont pu s’installer dans les locaux de l’école publique en suivant un protocole concerté : limitation des flux, marche en avant, service par les vendeur·ses, port de protections…

Pour les paysan·nes, le confinement entraîne une difficulté à commercialiser sa production par les circuits habituels ; la gestion des stocks s’avère problématique – notamment pour les éleveur·ses ; la garde des enfants ou l’éloignement des proches ne facilitent pas l’adaptation du travail. La situation est particulièrement tendue pour celles et ceux, nombreux·ses dans la région, dont le réseau est diffus ou qui viennent de démarrer.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Frêne et prunellier au menu du troupeau

Alors que la recherche se penche sur les arbres fourragers, des éleveur·se·sdu Maine-et-Loire expérimentent le pâturage de leurs haies.

L’Inrae de Lusignan, comme les éleveur·se·s du Maine-et-Loire, expérimente le pâturage d’arbres sur pied. (Crédit : Inrae)

En 1976, nombre d’éleveur·se·s ont sorti la tronçonneuse pour nourrir leur troupeau avec les feuilles des arbres bordant les pâtures, seule verdure ayant résisté à la sécheresse. Les vaches affamées accouraient au bruit du moteur et gare au paysan en équilibre sur son échelle ! Aujourd’hui, les sécheresses estivales sont courantes et il n’est pas rare d’entamer le stock de foin pour l’hiver au cœur de l’été. Face à ce constat, « beaucoup voient les arbres comme un fourrage d’avenir », affirme Sandra Novak, agronome. A l’Inrae de Lusignan (88), elle s’apprête à tester le pâturage d’arbres sur pied dans le cadre d’une expérimentation sur 20 ans visant à « proposer aux éleveurs des pratiques leur permettant de vivre de leur production laitière dans un contexte d’aléas climatiques et de raréfaction des ressources en eau et en énergie fossile ».

Innovation ou retour en arrière

Alors, face au changement climatique, rien de tel qu’un retour aux pratiques des ancien·ne·s ? C’est ce que pensent les membres du groupe Arbres et semences du Civam AD49, en Anjou, qui ont mis en place plusieurs tests en 2019. L’été dernier, Yohann Buret, éleveur de brebis laitières et de quelques bovins, a alterné foin et branches de frênes dans la ration de ces derniers. Dans le carnet de bord en ligne du groupe, Yohann partage quelques photos : il ne reste plus une feuille sur les branches après le passage des quatre vaches et leur suite et celles-ci n’ont pas maigri ! Il estime à 50 % l’économie de foin réalisée et à une heure le temps de la coupe. Mais il faut aussi retourner les branches pour que les ruminants aient accès aux feuilles du dessous, puis sortir le bois des champs… « L’objectif, c’est de savoir si c’est un surplus de travail. Et si ça entame la capacité de la haie à repousser au printemps… On fera le point au bout d’un an. »

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020