Transitions : travailler les ruptures

Depuis 2015, l’Union nationale des acteurs du développement local (Unadel) et Territoires Conseils (TC) réalisent un travail d’enquête sur des démarches locales de transition plaçant au cœur de leur logique les enjeux du développement durable. Ce travail « d’écoutes territoriales » se fonde sur la rencontre et des échanges avec les protagonistes de ces dynamiques. Une série d’articles, explorant et illustrant ces démarches de transition, restitue quelques enseignements de ce travail. Troisième et dernier volet : les ruptures de trajectoires.

Rencontre avec Claude Grivel et Catherine Lapierre, respectivement président et membre de l’Unadel, impliqués dans le travail d’écoute

Les ruptures constituent des impondérables dans les trajectoires des territoires. De quelles natures peuvent-elles être ces ruptures ?

Catherine Lapierre : Elles peuvent prendre plusieurs formes. La première et la plus évidente concerne la rupture politique, due à une élection qui amène de nouveaux élus et potentiellement de nouvelles visions politiques. La deuxième est la rupture due à une modification du périmètre administratif. Celle-ci est particulièrement d’actualité suite aux récentes lois de réorganisation territoriale et aux modifications profondes qui ont touché la plupart des intercommunalités. Enfin, une rupture peut se créer entre les élus et les agents qui portent la transition écologique, mais aussi et plus encore, entre le projet de transition et les habitants du territoire. Conduire une transition suppose donc un travail permanent d’inclusion des différents types d’acteurs du territoire.

Claude Grivel : Ce qui est paradoxal c’est qu’il est nécessaire de créer des ruptures pour entrer en transition, avec les habitudes et les modes de fonctionnement cloisonnés et descendants, notamment vis-à-vis des habitants. Une rupture culturelle et dans les pratiques est impérative pour entrer dans une démarche de changement. Cependant, celles qui interviennent dans des démarches de transition enclenchées marquent parfois leur d’arrêt. En particulier, la fin ou la baisse de financements peut avoir de grosses conséquences. La question de la continuité des politiques publiques est donc centrale. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées, Transrural 2017

Défi’Frip, l’histoire tendance d’une mode sans âge

Dans la Brenne (Indre), la mobilisation d’associations, de lycéens et de résidents d’une maison de retraite a abouti à la création d’un spectacle sur l’histoire de la mode qui, deux ans après sa création, continue de tourner.

 

Le Défi’Frip s’intéresse à l’histoire de la mode et revisite le défilé, avec des jeunes et des moins jeunes…

Le Défi’Frip, c’est l’histoire de vieux habillés en jeune ; c’est l’histoire de jeunes habillés en vieux ; c’est l’histoire de Roger qui retrouve la parole ; c’est l’histoire d’une tournée internationale ; c’est l’histoire d’un projet un peu « fou », diront certains. Tout a commencé en 2015 dans le Parc naturel régional (PNR) de la Brenne quand est née, entre l’Ehpad1 de Mézières-en-Brenne et le lycée Pasteur du Blanc, une dynamique de réflexion et de formation initiée par l’association Kaléidoscope sur le thème des « habits ». Combien on en a ; comment on les consomme ; comment ils sont conçus ; quelle est la responsabilité environnementale et sociale des gens qui les font fabriquer…
Voici quelques-unes des problématiques soulevées par ce projet mené en partenariat avec le Relais Brenne initiatives jeunes – RBIJ (« service jeunesse » du PNR, géré par la Fédération des organisations laïques de l’Indre) et l’association les Orchidées (dont le but est de développer et promouvoir l’animation et l’action socioculturelle dans les Ehpad). Des premières rencontres intergénérationnelles, l’envie de créer un spectacle avec des jeunes et des vieux pour retracer l’histoire de la mode, a pris corps sous forme d’un défilé revisité. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2017

Les paiements pour services environnementaux, l’arbre qui cache la forêt ?

Ces dispositifs apparaissent comme une solution rapide pour pallier le manque de politiques visionnaires et transversales.

 

Les rencontres annuelles 2017 de la commission Systèmes de production autonome et économe du réseau des Civam ont eu lieu en Limousin, fin septembre. © G. Le Bahers.

Les 26 et 27 septembre derniers, la commission Systèmes de production autonome et économe (SPEA) du réseau des Civam se réunissait en Limousin. Au programme : réflexion autour des paiements pour services environnementaux. Peu de sujets d’actualité suscitent aussi peu d’appropriation… Celui-ci est obscur et, entre une nature à reconstruire dans les plaines de Champagne-Ardenne, des zones humides à maintenir dans le Limousin, ou améliorer la qualité de l’eau en Bretagne, les situations régionales sont très variables…

Définis comme des actions qui restaurent ou maintiennent une nature efficace au service de l’humain, les services environnementaux sont l’objet de nombreux dispositifs. Lors des rencontres, le Cedapa, groupe Civam des Côtes-d’Armor, a présenté les premières Mesures agro-environnementales (MAE)1 systèmes, initiées dans les années 1990 pour encourager les fermes herbagères dans un contexte laitier très industriel.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées, Transrural 2017

Quel avenir pour nos églises et chapelles ?

De plus en plus de bâtiments religieux, de moins en moins fréquentés, sont reconvertis.

L’église Saint-Jean de Dijon qui accueille désormais le centre dramatique national de la ville. ©François de Dijon.

Au 1er mai 2017, l’Observatoire du patrimoine religieux (OPR) recensait 71 270 édifices religieux, dont 50 127 églises et chapelles. 40 000 d’entre-elles sont détenues par les collectivités publiques et 5 000 autres par l’Église catholique. Mais beaucoup ne sont plus utilisées comme lieu de culte : seuls 4,5% des catholiques assistent à une messe chaque semaine. Or ces édifices coûtent cher à entretenir : les travaux de rénovation peuvent atteindre le million d’euros. « Certaines communes souhaitent s’en défaire, mais les lois qui encadrent la désaffection d’un lieu de culte sont très strictes, précise Claire Danieli, responsable de l’inventaire à l’OPR. Les ventes sont aujourd’hui surtout l’initiative de particuliers propriétaires d’églises désaffectées depuis des décennies. » Selon l’OPR, une vingtaine d’églises sont ainsi vendues puis conservées ou transformées chaque année en France.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2017

Faire de l’agriculture un sujet de l’agglomération

Dans la Drôme, les nouveaux découpages administratifs n’incitent pas forcément à la rencontre entre préoccupations des acteurs ruraux, notamment agricoles, et besoins des villes.

La Mairie de Peyrins (Drôme).

Depuis les dernières réformes territoriales, nombre d’intercommunalités se sont agrandies¹. C’est le cas de Valence Romans Agglo qui, après avoir absorbé des territoires périurbains et ruraux en 2014 et 2016, regroupe aujourd’hui 56 communes pour 220 000 habitants. Pour Jean-Pierre Cardi², premier adjoint au maire de Peyrins (Drôme) et membre du conseil communautaire de Valence Romans Agglo, « les processus de fusion consécutifs ont occupé les élus qui se sont détournés des agriculteurs et ces derniers ont abandonné les relations pourtant constructives avec ces élus absents ». Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, Transrural 2017

« Chacun a du chemin à faire pour se rencontrer »

Séance avec le photographe et plasticien Philippe Assalit, Tarnais de naissance qui, après avoir commencé sa carrière à Toulouse il y a une trentaine d’années, a décidé en 2015 de quitter Paris pour le Gers.

Marciac, le 29 juillet 2017, Philippe et sept amis photographes (PP Atocha, F. Canard, M. Frecon, A. Henelrijk, Not, G. Senges, B. Wagner) viennent d’inaugurer l’exposition collective Grand Huit, visible pendant quinze jours au cœur du village gersois transformé en capitale mondiale du jazz à l’occasion du festival Jazz in Marciac. © Adir.

Qu’est-ce qui t’a incité à t’installer à Vozan (1000 habitants) ?
Philippe Assalit :
J’ai toujours montré mon travail dans « les institutions », musées ou galeries, et dans des lieux atypiques où l’on est souvent surpris de l’accueil, de la sensibilité, voire de la connaissance des gens. Il y a quelques années, j’ai voulu repartir sur un contact avec d’autres publics que ceux des institutions et aussi reprendre en main de A à Z mes projets artistiques : créer, trouver et arranger les espaces, communiquer…

Les dynamiques rencontrées sur différents territoires où j’ai exposé m’ont fait envie et je pense aussi qu’en tant qu’artiste, on aime le changement et les découvertes. Ici, dans le Gers, la musique se développe et c’était bien pour un de mes enfants, musicien. Nous voulions également retrouver un lien avec la nature, alors nous sommes partis, en faisant le choix de couple de recentrer nos activités autour de mon œuvre. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2017

Grippe Aviaire : l’impossible coexistence de deux modèles

La dernière épidémie, loin d’être une crise strictement sanitaire, a ramené sur le devant de la scène la question des modèles de production dans la filière foie gras.

 

Entre fin 2016 et début 2017, la grippe aviaire a de nouveau touché le territoire français et plus précisément le Sud-Ouest. Localement, la filière palmipède gras se remettait tout juste de l’épizootie qui avait durement affecté la production en 2015-2016. Début 2016, l’État avait déclenché un vide sanitaire, mis en place des mesures de confinement et pratiqué de nombreux abattages. Mais, en fin d’année, le virus de la grippe aviaire revenait, sous la forme du H5N8. Le 5 mai 2017, la fin de ce nouvel épisode de crise était déclarée par arrêté ministériel, après plusieurs mois de déploiement de mesures extrêmes de confinement, d’abattage préventif et de police sanitaire. Au total, 4 millions de canards ont été abattus en quatre mois entre fin 2016 et le début de cette année. Lors de ses derniers mois au ministère en charge de l’agriculture, Stéphane Le Foll a mis un point d’honneur à faire que ce genre de crise ne se reproduise plus, en tentant de faire dialoguer tous les acteurs de la filière.

Les racines du virus
Pour endiguer une épizootie, il faut agir sur les facteurs de risque et un débat – non réellement tranché aujourd’hui pour l’industrie et les pouvoirs publics – s’ouvre alors : faut-il intervenir sur le transport par camion d’animaux vivants ou sur la protection des élevages vis-à-vis de l’avifaune sauvage ?

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Un bistrot d’échanges et de savoirs

À Beauvais, un lieu de mixité et de lien social a donné naissance à de nombreuses initiatives portées par des bénévoles.

 

L’Écume du jour, un café-restaurant associatif de Beauvais (Oise) créé il y a vingt ans par l’association éponyme pour développer un réseau d’échanges réciproques de savoirs, est un peu une auberge espagnole. On y voit passer des jeunes étrangers venus apprendre le français, des jardiniers, des enfants accompagnés par des animateurs de rue, des personnes dans un parcours de soin, des musiciens, de « simples clients »… « Le principe, c’est que l’on sait tous quelque chose et que l’on a tous quelque chose à apprendre, explique Marie Herrault, une des quatre salariés. Il n’y pas de hiérarchie dans les savoirs. Les échanges, c’est aussi un moyen de favoriser la rencontre, de valoriser chacun, de lutter contre l’isolement et les discriminations, d’animer le territoire… » À Beauvais (55 000 habitants), îlot urbain en rural, le taux de pauvreté dépasse les 23 %, contre 14 % en moyenne en France. Pour les salariés de L’Écume du jour, beaucoup de personnes sont isolées et la précarité sociale est forte.

Tout le monde peut venir
À deux pas de la gare, dans une maison de ville, clients et salariés déjeunent dans la cour intérieure, décorée de fanions multicolores en ce mercredi 10 mai. Le bar sans alcool et le restaurant sont tenus par les bénévoles et une cuisinière. Des ardoises affichent le compteur des cafés et soupes « suspendus », payés d’avance par des clients pour d’autres qui n’en auraient pas les moyens. Une petite bibliothèque, des journaux, des produits du commerce équitable et de l’artisanat, des informations sur les évènements à Beauvais, des pétitions contre les insecticides… chacun apporte sa touche. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives

Transrural n°467 (mars-avril 2018)

| VIVRE ENSEMBLE |

Initiatives
Scopez-vous !

Aménagement
Changeons de regard dans l’aménagement de nos territoires

Collectivités
Pourquoi créer des communes nouvelles en 2018

Société
Cap 2022, droit dans le mur ?

Agriculture
Mieux comprendre le suicide des agriculteurs

| MÉNAGER LES RESSOURCES |

Collectivités
Des plans climat, pour de bon ?

Initiatives
Se réapproprier la production d’énergie

DOSSIER | Le printemps de l’agriculture citoyenne et territoriale

Ce dossier expose une photographie du pôle Initiatives pour une agriculture citoyenne et territoriale (Inpact) : ses membres, le projet de société reposant sur des agricultures à taille et finalité humaines qu’ils portent et ses actions, allant des projets de terrain aux contributions pour faire évoluer les politiques publiques.

 | UN AUTRE DÉVELOPPEMENT |

Installation
L’installation agricole “atypique”, avec ou sans aides ?

Agriculture
Quelle politique agricole après 2020 ?

Initiatives
Les symboles de nos territoires
Des comptoirs de services en milieu rural

Société
Que fait l’Inra pour sortir des pesticides ?

Environnement
Vos huîtres, vous les voulez au naturel ou triploïdes ?

Chronique
La guerre des mots – acte XXII

| DÉCOUVRIR |

En revues
Au fil des lectures

| LA VIE DES RÉSEAUX |

Crédit de la couverture : Armand Foutelet – mydondiego.tumblr.com
Crédit de la couverture du dossier : Axel-Poisson Courtial pour l’Atelier Paysan

Leave a Comment

Filed under Anciens Transrural, Transrural 2018

Agriculture : demandez le programme !

Les principaux partis paraissent s’entendre sur les constats mais leurs propositions pour lutter contre les conséquences du libéralisme ou assurer un revenu décent aux paysans divergent.

Dessin Pinter Politique et agricultureLes cinq candidats aux Présidentielles crédités du plus d’intentions de vote¹ ont peu parlé de ruralité. Dans les programmes, elle est souvent intégrée dans une réflexion sur l’aménagement des territoires ou liée à l’agriculture. Nombre d’antiennes resurgissent dans les propositions, comme la couverture haut débit de l’ensemble du territoire ou l’équipement en services publics de base au niveau des communes, les objectifs annoncés à l’orée du précédent quinquennat n’étant pas atteints. Sur le volet agriculture, plus fourni, les candidats se rejoignent sur le fait que « les agriculteurs doivent vivre de leur métier » ou « disposer d’une certaine autonomie ».

Comment augmenter le revenu des paysans ?

Mais les solutions divergent : affaiblissement des normes environnementales et baisse des charges sociales pour Les Républicains (LR), régulation des prix et ouverture de droits au chômage pour le Parti Socialiste (PS) et En Marche! (EM, le « parti» d’Emmanuel Macron), revalorisation des retraites et accès garanti au statut d’exploitant et à une couverture sociale pour tous les actifs agricoles pour La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon (LFI). Afin de redonner une part de la valeur ajoutée créée dans les filières aux producteurs et augmenter leurs revenus, LR et EM souhaitent favoriser la constitution d’organisations de producteurs et encadrer par la loi les négociations commerciales, alors que le Front national (FN) envisage de supprimer la contractualisation, de rétablir des coefficients multiplicateurs sur les marges et d’interdire la vente à perte. Les autres partis insistent davantage  sur  le  développement de productions de meilleure qualité et des circuits courts ou le changement de système pour économiser (sur) les intrants. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles