Tag Archives: capitalisme

« On se fait tous un brin piéger par les alternatives qui n’affectent que très peu le capitalisme »

Après « Rurals ou la convergence des rustres », Hervé Chaplais, éducateur populaire et conférencier gesticulant, revient avec une nouvelle réflexion sur les communs. Rencontre.

Pour Hervé, ici en représentation à Cluny (71) à l’invitation de l’Amap des Grosnes, « partir de son expérience et en faire un récit politique, c’est le principe des conférences gesticulées ». © DR.

Dans ta première conférence gesticulée, tu évoquais le milieu rural à partir de ta propre histoire et tu terminais en distinguant plusieurs formes d’écologie…
Hervé Chaplais : Partir de son expérience et en faire un récit politique, c’est le principe des conférences gesticulées. Je suis parti de mon histoire et je développe l’idée que le rural, c’est le plouc. C’est celui qui n’a pas les bons codes, à l’inverse de l’urbain, distingué, courtois et poli. Le prolo d’un côté et le bourgeois de l’autre. Ajouté à cela, comme le dit le sociologue et urbaniste Jean-Pierre Garnier, l’utilisation des termes rural et urbain participe à « territorialiser un problème pour mieux le dépolitiser ».

À la fin, je remettais un bon coup de rouge dans le vert… De la même façon que Franck Lepage dit que la « culture avec un grand Q » est faite pour délégitimer les formes de culture populaire, l’écologie a deux facettes : il y a une écologie pour les classes solvables, bourgeoises, et une écologie populaire qui a toujours existé mais qui est invisibilisée. Dans cette écologie populaire on trouve des formes d’organisations sociales reposant sur un système d’obligations et d’entraide réciproques qu’on appelle « les communs ».

Et cette notion de communs, c’est le sujet de ta deuxième conférence gesticulée qui commence à tourner. De quoi parles-tu concrètement ?
C. : Dans « Rurals 2, le retour… des communs », j’approfondis cette notion d’écologie populaire à travers l’exemple des communs. « Les biens communs», « le commun», « les communs » sont de retour dans les discours. Ces notions redeviennent tendance mais on est en train de réinventer l’eau chaude…

Ça frôle la gentrification des pratiques populaires ! Alors que l’on a tant « craché » sur le communisme et sa fin annoncée, v’la ti pas que le commun revient par la fenêtre. Or les communs, comme l’écologie et la culture, sont traversés par des luttes de classe. Et le but du communisme est précisément de répondre aux inégalités de classes.

Concrètement, je parle d’un commun dont je fais partie : le Gase [Groupement d’achat service épicerie] de l’association Le Pot Commun, à Rochefort-en-Terre dans le Morbihan. Mais je vais aussi au magasin de la coopérative Système U [coopérative de directeurs de Super U]. Pour moi et pour beaucoup de gens, le Super U, comme lieu d’apprentissage des rapports économiques et de socialisation, c’est tout une histoire qui marque ma position et ma conscience de classe. Je me pose donc aussi la question : « En quoi le Super U fait-il aussi “commun” ? »

Qui a recours à cette idée de communs et comment la définirais-tu ?
C. : En gros, le retour des communs dans les discours, c’est dans tout le milieu « écolo-alternatif ». Il y a aussi tout un mouvement contradictoire d’universitaires qui s’arrachent les cheveux pour les définir. Ça va du champ de « l’économie sociale, solidaire, collaborative, coopérative et participative » – qui s’intègre finalement assez bien au monde macron-compatible version « start-up nation éco-connectée ubérisée» – jusqu’aux stratégies d’autonomie « je recrée mon petit paradis avec mon réseau de colibris »1. On se fait tous un brin piéger par ces formes d’alternatives qui n’affectent que très peu les structures sociales du capitalisme.

Qu’est-ce qui, selon toi, peut affecter le capitalisme ?
C. : Ce qu’il déteste par-dessus tout ! Dans la conférence, je donne deux exemples parmi d’autres, deux stratégies gagnantes qui ont le point commun d’êtres issues d’un processus d’éducation populaire. Le premier, c’est la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et la constitution d’une « nouvelle tradition » de lutte dans des Zad [Zones à défendre] ; les Zad sont un espace d’expérimentation et de conflit en interne pour définir des modes de fonctionnement et, en externe, pour saboter des structures sociales et économiques du capitalisme.

Le deuxième exemple que je détaille, c’est le régime général de Sécurité sociale, pure production de la classe ouvrière généralisée à l’ensemble de la population grâce aux militants et militantes communistes de la CGT. Ce sont deux exemples de communs qui ne sont pas compatibles avec le capitalisme.

Ces deux courants peuvent-ils s’entendre, voire se rejoindre, et comment ?
C. : Là est le nœud, la crête sur laquelle on chemine actuellement. Tant que nous ne construirons pas d’alliances, y compris contradictoires, entre les formes les plus détestées par le capitalisme, il aura de beaux jours devant lui. Je vois une stratégie possible, issue de ma position sociale : le cul entre deux chaises, entre la Sécu et la Zad. Avec ma conférence gesticulée et l’atelier qui l’accompagne, le but est de créer des ponts.

La ligne conductrice pourrait être la suivante : légitimer les classes populaires, ouvrières et paysannes qui ont toujours produit, imposé et entretenu des institutions d’entraide et des règles d’usage contre les intérêts des propriétaires lucratifs ; radicaliser les classes intermédiaires pour ne pas qu’elles se suffisent à elles-mêmes et se recroquevillent sur leurs initiatives écologiques et solidaires. Et, enfin, cibler clairement la classe des riches qui vampirise à son seul profit l’ensemble des énergies de ce monde, les ressources naturelles et la puissance d’agir des peuples.

Propos recueillis par Arnaud Lecler – Article publié dans Transrural iniitiaves n°468 (avril-mai 2018)

Voir la conférence : le 22/09/18 à Mens (38), mi-octobre à la Ferme du Buisson à Noisiel (77) et toutes les dates dans l’agenda de l’association l’Ardeur.

1 – Aude Vidal traite très bien du sujet dans son petit livre Égologie – Écologie, individualisme et course au bonheur, paru en 2017 aux éditions Le monde à l’envers.

 

Leave a Comment

Filed under articles, Idées, Transrural 2018