Tag Archives: histoire

Amap : les 20 ans d’un mouvement

Nées des réflexions d’organisations de paysans, consommateurs et écologistes et d’initiatives similaires développées en France et ailleurs, les Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (Amap) forment aujourd’hui un mouvement défendant l’instauration d’une démocratie alimentaire et agricole territorialisée.

Les premières Amap sont nées il y a vingt ans et on estime en 2021 leur nombre à 2200 pour plus de 200 000 mangeurs et mangeuses et environ 3700 fermes. Mais d’où viennent-elles ? Pour le Mouvement interrégional des Amap (Miramap), elles ne proviennent pas d’un « couple d’inventeurs » d’Aubagne mais plutôt d’un large mouvement de contestation né sur le plateau du Larzac et de multiples organisations reliant paysans, consommateurs et écologistes.

Au croisement de l’agriculture paysanne, de l’agriculture biologique, de l’éducation populaire et de l’économie sociale et solidaire, les Amap se sont constituées en réseaux à leur tour rassemblés au sein du Miramap. Leurs objectifs sont d’accompagner les paysans en Amap ou ceux qui souhaitent s’installer, d’aider à la création de nouveaux groupes et d’influencer les décideurs publics pour créer une démocratie alimentaire et agricole territorialisée.

Contre la malbouffe

Reprenons depuis le début cette histoire, car les Amap puisent leur origine dans un creuset d’initiatives et de réflexions multiples. À la fin des années 1990, la confiance dans notre système alimentaire est ébranlée, notamment par la crise de la vache folle. Le « démontage » du McDonald’s de Millau le 12 août 1999 par des militants de la Confédération paysanne constitue une action symbolique contre la malbouffe et le mouvement anti-OGM prend de l’ampleur. Les énormes dommages causés par l’agriculture industrielle en moins de cinquante ans sont de plus en plus visibles : disparition progressive des paysans et des terres agricoles, appauvrissement des sols, perte de biodiversité, production d’une alimentation de faible qualité nutritionnelle et contenant des pesticides favorisant de graves problèmes de santé (obésité, diabète, cancers, etc.)…

Continue reading

2 Comments

Filed under Analyses, Transrural 2021

Don alimentaire et contrôle social

Si l’aide alimentaire est une pratique ancienne, les formes qu’elle a prises au cours du temps ont changé. Appréhender les modalités du don et leurs conséquences pour celui qui reçoit, telle est la proposition du sociologue Jean-Noël Retière.

Demander, donner, recevoir, rendre… En quoi les pratiques actuelles du don alimentaire sont-elles porteuses d’une violence pour les personnes qui n’ont d’autre solution que de recourir à l’aide alimentaire ? Le Palais de la Femme, centre d’hébergement et de réinsertion sociale de l’Armée du Salut situé au cœur du xie arrondissement de Paris, accueillait les 3 et 4 décembre derniers une conférence sur le thème du don et des violences alimentaire. Ces deux journées ont réuni à la fois des chercheurs, des bénévoles et des personnes en situation de précarité. Jean-Noël Retière, professeur au Centre nantais de sociologie, y a proposé une intervention sur les formes du don.

Une socio-histoire de l’aide alimentaire

Donner à manger via des restaurants à bon marché ou des cantines collectives, sous forme de colis alimentaire, en procurant de l’argent pour des achats ciblés… Autant de formes de secours alimentaire qui ont existé au fil du temps. Comment le choix de l’une ou de l’autre se justifie-t-il ?

C’est à partir d’analyses d’archives et d’entretiens ethnographiques que Jean-Noël Retière et l’historien du droit social Jean-Pierre Le Crom ont retracé une histoire du don alimentaire sur l’espace nantais, des années 1930 à nos jours1. Dans ce travail, ils montrent que la nature et le sens du don changent en fonction du profil des secourus et de la vision que s’en fait la société.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées