Tag Archives: Strasbourg

Kochersberg : d’un grand projet inutile à la recherche de résilience

Le jeune collectif La Traverse, constitué de trois diplômé•es en politique territoriale, sillonne les routes de France à la rencontre des acteur•rices qui font des territoires ruraux des lieux de vie singuliers et favorables à la transition écologique et sociale. Une série d’articles restitue quelques-unes de ces rencontres, détaillées dans des podcasts sur le site : latraverse.lepodcast.fr. Quatrième étape dans le Bas-Rhin

La construction d’une autoroute sur les territoires ruraux proches de Strasbourg a rencontré une vive opposition. Celle-ci a permis d’impulser des dynamiques locales de transition.

Le Kochersberg est une région naturelle située à l’ouest de Strasbourg, qui tend à devenir une zone périurbaine. Elle s’étend sur la Communauté de communes du Kochersberg (25 000 habitants, 130 km2) et sur la partie occidentale de l’Eurométropole de Strasbourg (500 000 habitants, 340 km2). Sur ce territoire, la réalisation du grand contournement ouest (GCO), dans les cartons depuis les années 1970, est en cours. Construite par l’entreprise Vinci, cette autoroute de 24 km a officiellement pour objectif de diminuer l’engorgement des routes dû au trafic pendulaire entre la métropole et les territoires alentours.

Toutefois, au vu des nombreux rapports qui ont prouvé que cette solution était inadaptée (1), l’ambition principale de ce projet est plutôt de faciliter le trafic routier européen. Il constitue une pièce d’un ensemble d’infrastructures visant, selon ses opposants, « à transformer la plaine d’Alsace en couloir à camions ». Pour eux, l’autoroute rentre dans la catégorie des « grands projet inutiles et imposés ». Ils se caractérisent par le fait d’être imposés par le haut, ici l’État, de correspondre à un impératif de croissance économique, et de se faire au mépris des impacts localisés sur la santé et l’environnement (2).

L’opposition

C’est justement au nom de ces deux enjeux que des habitants du Kochersberg se sont massivement mobilisés contre le projet. L’association Duppigheim qualité de vie (DQV) a mis en avant le manque de considération pour les impacts sur la santé des riverains dans les villages proches du GCO, et a prévu de réaliser des relevés de pollutions atmosphérique et sonore sur le tracé avant et après la mise en activité de cette route. Le collectif Strasbourg respire, créé en 2014 par un groupe de médecins, pointe du doigt ces effets et déplore que les autres options telles que le ferroutage ou le fret fluvial n’aient pas été privilégiées (3). Le GCO entraîne également la bétonisation d’espaces agricoles et forestiers, dont 300 hectares de terres agricoles. « On est sur des terres parmi les plus fertiles d’Europe, qui vont être bétonnées alors qu’elles sont vitales pour notre autonomie alimentaire », déclare Luc Huber, maire de Pfettisheim.

Dix hectares de forêts centenaires ont également été détruites, alors qu’elles jouaient un rôle d’atténuation de la pollution atmosphérique autour de Vendenheim et permettaient que la ville, bien qu’adjacente à une autoroute pré-existante, soient relativement peu polluée. La mobilisation contre ce projet, depuis son retour en force en 2005, a pris différentes formes : distributions de tracts, manifestations, blocages de machines et installation d’une éphémère zone à défendre (ZAD). Située à Kolbsheim, celle-ci avait pour vocation d’héberger les opposants à proximité des lieux du chantier, pour qu’ils puissent alerter les habitants, notamment en sonnant au clocher du village. La lutte s’est également déclinée sur le terrain du droit, avec de nombreux recours juridiques et des études supplémentaires, sous l’impulsion entre autres de l’association Alsace Nature.

Prise de conscience accélérée

Si cette forte mobilisation n’a pas suffi à empêcher le début des travaux, elle laisse des marques durables, notamment grâce aux liens créés entre les opposants. Elle a entraîné, chez des personnes qui n’étaient pas forcément des militants de longue date, une prise de conscience accélérée des effets destructeurs du modèle dominant. C’est bien le fait d’être touché dans sa vie quotidienne et dans sa santé, et d’être confronté à la violence policière4, qui permet de s’interroger sur des problèmes systémiques. Cette lutte a ainsi entraîné, chez les opposants, un regain d’intérêt pour la transition écologique. En témoigne par exemple l’organisation à l’été 2018 d’un festival construit sur deux axes : une impasse Robert Herrmann (du nom du président de l’Eurométropole), et une autoroute de la transition, présentant les alternatives dans le domaine de la mobilité (organisation de covoiturage à l’échelle d’un village, autostop organisé…) ou afin de développer l’autonomie du territoire pour qu’il puisse se passer des flux de camions.

De nouvelles vocations

Plusieurs associations créées à l’occasion de la lutte contre le GCO élargissent aujourd’hui leurs missions. C’est le cas de l’association La réserve du Bishnoï, qui a organisé, malgré le confinement, un marché aux plantes reproductibles, et cherche à pérenniser un marché local et de vrac dans le village d’Ernoslheim. Même son de cloche à Duppigheim, où Julien Haegy, de l’association DQV, déclare : « même si l’autoroute se fait, il y a d’autres choses à défendre, d’autres combats à mener ». L’opposition a également créé des vocations, puisque, d’après Christine Ludes, du collectif GCO non merci, « on a dans le Kochersberg entre 10 et 20 listes pour les municipales qui contiennent des anti-GCO. Bon nombre d’entre eux ne se seraient jamais présentés sans cette aventure. » Plusieurs, dont Julien Haegy et Guillaume Bourlier, de La réserve du Bishnoï, ont été élus et sont bien déterminés, chantier ou pas, à accélérer la transition écologique de leur village.

Alexia Beaujeux (La Traverse) – Article publié dans Transrural initiatives n°480

1 – Voir par exemple celui du bureau d’étude TTK de 2005 : https:// gcononmerci.org/tout-sur-le-gco/rapports.
2 – Collectif des plumes dans le goudron, Résister au grands projets inutiles et imposés, Editions textuel, 2018.
3 – Voir à ce sujet les positions de l’association : https://strasbourgrespire.fr.
4 – Comme au moment de l’évacuation de la ZAD de Kolbsheim, qui avait réuni plusieurs centaines d’habitants du village.

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2020