YouTube, Twitter… qui sont les agriculteurs « influenceurs » ?

Des agriculteurs investissent YouTube pour communiquer sur leur métier. Une étude publiée en 2022 nous en apprend un peu plus sur cette communauté très influente.

Capture d’écran d’une vidéo YouTube d’Étienne Fromont, avec l’ancien ministre en charge de l’agriculture, Julien Denormandie, le 10 mars 2022.

La scène se déroule lors du dernier salon de l’Agriculture en mars dernier. Étienne Fromont, éleveur de vaches laitières en Sarthe, s’entretient pendant dix minutes face caméra avec le ministre de l’Agriculture alors en exercice, Julien Denormandie. Parmi les questions posées : « Je suis un fana des nouvelles technologies, du progrès génétique […] si je veux utiliser des OGM, qui je vais secouer pour pouvoir en utiliser ? » Réponse du ministre qui déroule les éléments de langage : « Le sujet n’est pas tant les OGM mais les NBT [nouvelles biotechnologies, NDLR] […] et certains font des amalgames pour les empêcher. » L’agriculteur acquiesce, le ministre est dans un fauteuil et boit du petit-lait.

100 000 abonnés sur YouTube

Cette proximité entre l’agriculteur et le ministre interroge. Mais Étienne Fromont n’est pas un agriculteur comme les autres. Connu sous le pseudo « Étienne agri youtubeurre« , il fait partie des « agri-youtubeurs », ces agriculteurs qui filment leur quotidien et publient leurs vidéos sur la plateforme YouTube. Passé par les rangs du syndicat Jeunes agriculteurs, il cumule aujourd’hui plus de 100 000 abonnés.

Autre exemple, Thierry Baillet, céréalier dans la Somme, a enregistré 22 millions de vues sur ses vidéos. Il est à l’initiative du « Tour de France en tracteur » et ses vidéos n’ont évidemment pas échappé aux marques de constructeurs, qui y voient un bel intérêt. Dans Ouest-France du 2 octobre 2021, il disait : « Je touche environ un Smic par mois, en dehors de mon travail purement agricole, entre les publicités YouTube, les vidéos à la demande de marques et les activités qui en découlent. »

Ces agriculteurs ne sont que deux exemples au sein d’une petite communauté qui met les réseaux sociaux au service du modèle agricole dominant : une agriculture productiviste où les nouvelles technologies occupent une place de choix.

Lutter contre l’ « agri-bashing » ?

Dans une étude sortie en 2022, une équipe de quatre chercheurs s’est penchée sur dix-sept chaînes YouTube, les plus connues, ayant en moyenne 33 800 abonnés. Quelques chiffres : quinze hommes pour deux femmes, sept sont céréaliers contre huit éleveurs, trois sont en agriculture biologique, sept en agriculture de conservation des sols, technique excluant un travail profond des sols mais pas les pesticides.

En introduction, les chercheurs indiquent que toutes les composantes de l’agriculture sont présentes sur la plateforme : « Agriculteurs, institutions de recherche et de développement agricole, syndicats, presse agricole ou encore firmes de l’agrofourniture […] dans une double intention : celle d’un “échange avec les autres agriculteurs”, et celle d’une adresse “au grand public pour expliquer [leur] métier” ».

C’est en 2017 que les publications s’intensifient. Nous sommes alors en plein dans le moment « agri-bashing », terme brandi de toute part par la FNSEA et le ministre de l’Agriculture, pour dénoncer les attaques sociétales dont seraient victimes les agriculteurs. Ceci est contredit par des enquêtes. Cette partie de la profession cherche alors à reprendre en main la communication et à montrer une « agriculture positive » au grand public.

Francis Larrea, du Civam BLE.

Une voix dissonante chez les FranceAgriTwittos
« Je suis Francis Larrea, maraîcher et arboriculteur en bio au Pays basque depuis dix ans. Je suis aussi président d’une association qui compte 450 adhérents et qui a pour but de mener nos fermes vers l’agriculture biologique : le Civam bio Biharko Lurraren Elkartea1. Je suis présent sur les réseaux sociaux depuis de nombreuses années, même avant de m’installer, car j’adore discuter d’agriculture et de politique. J’ai eu d’abord un compte Facebook où j’ai 45 000 abonnés. Ensuite j’ai commencé à m’intéresser à Twitter car les échanges sont plus politiques et professionnels. C’est là que j’ai fait connaissance avec les membres de l’association FranceAgriTwittos et j’ai décidé d’y adhérer pour amener mon poil à gratter et essayer de comprendre leur idéologie, l’agriculture conventionnelle à grande échelle orientée vers l’industrie, très différente de la mienne. J’essaye par des échanges parfois constructifs, parfois bloquants, d’amener de nouvelles idées. En effet, dans nos Civam, nous défendons plutôt une agriculture autonome, économe en intrants, solidaire et qui reste proche de ses consommateurs. J’essaye aussi d’écouter leurs arguments, de voir le fonctionnement de leurs systèmes agricoles et de trouver des points de convergence. Mais c’est assez compliqué car il existe des barrières dogmatiques difficiles à lever. Voilà mes motivations. Je ne cherche pas forcément des gens de chez moi et je préfère discuter avec ceux qui ont une vision différente pour essayer de comprendre où se situe le blocage pour passer en bio (économique, idéologique, technique) et en convaincre certains. Mais c’est peut-être une utopie. Ma légitimité a rarement été mise en cause, sauf peut-être pour la taille de ma ferme (cinq hectares)… qui ne nourrit “que” 150 familles par semaine. Mais la plupart écoutent, sauf quelques-uns qui sont des “trolls”2 des coopératives et qui ne sont pas agriculteurs. » Propos recueillis par Aude Vidal
1 – « Association pour la terre de demain »
2 – Personnes à l’origine de messages postés sur Internet, souvent par provocation, afin de susciter une polémique ou simplement de perturber une discussion.

Un public agricole

Outre l’utilisation d’outils communs (petite caméra ou drone), les chaînes proposent du contenu du même genre : « je rends visite à… », « une journée sur ma ferme », etc. sans oublier la visite caméra à la main du salon de l’agriculture, lieu de communication par excellence. « Ces agriculteurs interagissent entre eux, coordonnent leurs modes de communication et forment ainsi une communauté », renseigne l’étude. In fine, à qui s’adressent ces agriculteurs dont l’ambition est de « parler au grand public » ? Les commentaires dithyrambiques sous les vidéos donnent une indication : « Il semble toutefois que le public touché par ces vidéos soit majoritairement agricole », expliquent les chercheurs.

Cette communauté investit également le réseau social Twitter et crée en 2017 « France AgriTwittos » (cf. encadré), association très influente dans les médias dont le président est Denis Beauchamp, président d’une coopérative de céréales. Comme sur YouTube, les communicants du secteur et représentants de start-ups, interprofessions, semenciers ou de multinationales comme Bayer investissent massivement le réseau social pour faire passer leurs idées et ainsi entretenir le modèle et le discours dominant. ■ Etienne Martin (MRJC)

Cet article est extrait du Transrural initiatives n°493, daté de septembre-octobre 2022.
Le sommaire complet ainsi qu’un extrait du magazine et de son dossier « Les Paysannes ouvrent la voix », sont disponibles ici.
Pour commander ce numéro, rendez-vous sur notre boutique en ligne. S’il ne figure plus dans l’onglet « Le numéro du mois », choisir « Ancien(s) numéro(s) » et indiquer « 493 » dans la commande.

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2022

Comments are closed.