Poiscaille, le circuit court de la mer qui grandit

Depuis 2015, Poiscaille propose des paniers de poissons et coquillages pêchés en France selon des pratiques durables, avec la volonté de garantir des prix rémunérateurs aux pêcheurs qui s’engagent. Tour d’horizon de cette poissonnerie qui n’arrête pas de grandir.

Le chinchard, proche du maquereau, fait partie des poissons peu connus du grand public qui sont proposés par Poiscaille dans ses paniers. Photo : LMBUGA COMMONS

Comment bien choisir son poisson si l’on veut limiter son impact sur l’environnement ? Voilà une question compliquée : nous serons sans doute plus nombreux à connaître la saison des tomates que celle de la dorade ou du maquereau. Pourtant, la pêche est le principal facteur impactant les écosystèmes marins1.

Charles Guirriec, co-fondateur et directeur actuel de Poiscaille, s’est fait une idée de la pêche qu’il voulait défendre au contact des marins, comme observateur des pêches2. Il examine ainsi les logiques des « gros bateaux » qui cherchent le volume pour pallier les aléas de prix, mais aussi les pratiques des pêcheurs artisanaux et le souhait de certains de s’émanciper des prix à la criée grâce à des circuits plus courts.

Impliqué dans des Associations de maintien de l’agriculture paysanne (Amap), il propose d’abord d’y inclure du poisson, mais ça ne prend pas. Ce modèle inspirera tout de même la création de Poiscaille en 2015 : l’entreprise propose de livrer en point relais ou à domicile des paniers de poissons et coquillages, issus d’une pêche française durable et assurant une juste rémunération à ses pêcheurs.

Pas de chaluts ni de saumons

Pour tenter d’objectiver cette question de durabilité, Poiscaille affiche des critères simples : des bateaux de moins de douze mètres, des sorties à la journée à trois pêcheurs maximum et des engins passifs – pas de chaluts et pas de drague pour ne pas abîmer les fonds marins. Le saumon et le cabillaud, qui font partie des espèces les plus consommées, sont aussi absents des paniers qui proposent de valoriser des poissons plus méconnus, comme la vieille ou le chinchard.

Pour les 21 000 abonnés, la livraison s’effectue de façon hebdomadaire, bimensuelle ou mensuelle. L’entreprise garantit 48 heures entre la pêche et la remise du panier au consommateur. La veille de la livraison, l’abonné peut choisir, sur le principe du « premier arrivé, premier servi », parmi les paniers qui ont pu être composés suite à la pêche du jour : poissons entiers, darnes, coquillages… Si c’est un poisson entier qui arrive dans la cuisine, pas de panique, Poiscaille apprend en vidéo à ses abonnés à écailler, lever les filets et cuisiner ses poissons.

Depuis sa création, la structure s’est beaucoup développée3 et compte aujourd’hui une quarantaine de salariés et 1600 points relais en France.

Offrir un revenu plus stable

Du côté des 240 pêcheurs, le poisson est payé environ 20 % de plus que dans la filière traditionnelle, d’après Poiscaille qui affirme sur son site : « Quand on donne vingt euros à Poiscaille, dix vont directement au pêcheur. Contre trois à quatre dans la filière traditionnelle. » La fréquence des paniers leur permet d’avoir un débouché quotidien et un revenu plus stable. Annie Castaldo, ostréicultrice, se dit satisfaite du modèle proposé : « Nous, on a le savoir-faire de pêche et Poiscaille permet d’avoir le réseau pour alimenter directement les villes. Même maintenant que le projet a pris de l’ampleur, les valeurs n’ont pas changé : ils ont pris du personnel, changé de local, mais il y a du lien social et le poisson est découpé à la main. Je suis fière de travailler avec cette entreprise-là. » ■ Anaïs Chapot (Réseau Civam)

1- Didier Gascuel, Pour une révolution dans la mer : De la surpêche à la résilience. Actes Sud, 2019.

2- Les observateurs/observatrices de pêche surveillent les activités de pêche et le respect des mesures de conservation en contrôlant la position du navire, l’utilisation des engins de pêche et les prises.

3- Entre 2018 et 2022, Poiscaille est passée de 2 000 à 21 000 abonnés. À voir si cette évolution d’ampleur a été suivie des ajustements nécessaires pour les conditions de travail des salariés.

Cet article est extrait du Transrural initiatives n°493, daté de septembre-octobre 2022.
Le sommaire complet ainsi qu’un extrait du magazine et de son dossier « Les Paysannes ouvrent la voix », sont disponibles ici.
Pour commander ce numéro, rendez-vous sur notre boutique en ligne. S’il ne figure plus dans l’onglet « Le numéro du mois », choisir « Ancien(s) numéro(s) » et indiquer « 493 » dans la commande.

1 Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2022

One Response to Poiscaille, le circuit court de la mer qui grandit

  1. Pingback: Décembre – Écologie | Revue de presse Emancipation