Category Archives: Initiatives

« Chacun a du chemin à faire pour se rencontrer »

Séance avec le photographe et plasticien Philippe Assalit, Tarnais de naissance qui, après avoir commencé sa carrière à Toulouse il y a une trentaine d’années, a décidé en 2015 de quitter Paris pour le Gers.

Marciac, le 29 juillet 2017, Philippe et sept amis photographes (PP Atocha, F. Canard, M. Frecon, A. Henelrijk, Not, G. Senges, B. Wagner) viennent d’inaugurer l’exposition collective Grand Huit, visible pendant quinze jours au cœur du village gersois transformé en capitale mondiale du jazz à l’occasion du festival Jazz in Marciac. © Adir.

Qu’est-ce qui t’a incité à t’installer à Vozan (1000 habitants) ?
Philippe Assalit :
J’ai toujours montré mon travail dans « les institutions », musées ou galeries, et dans des lieux atypiques où l’on est souvent surpris de l’accueil, de la sensibilité, voire de la connaissance des gens. Il y a quelques années, j’ai voulu repartir sur un contact avec d’autres publics que ceux des institutions et aussi reprendre en main de A à Z mes projets artistiques : créer, trouver et arranger les espaces, communiquer…

Les dynamiques rencontrées sur différents territoires où j’ai exposé m’ont fait envie et je pense aussi qu’en tant qu’artiste, on aime le changement et les découvertes. Ici, dans le Gers, la musique se développe et c’était bien pour un de mes enfants, musicien. Nous voulions également retrouver un lien avec la nature, alors nous sommes partis, en faisant le choix de couple de recentrer nos activités autour de mon œuvre. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2017

Un bistrot d’échanges et de savoirs

À Beauvais, un lieu de mixité et de lien social a donné naissance à de nombreuses initiatives portées par des bénévoles.

 

L’Écume du jour, un café-restaurant associatif de Beauvais (Oise) créé il y a vingt ans par l’association éponyme pour développer un réseau d’échanges réciproques de savoirs, est un peu une auberge espagnole. On y voit passer des jeunes étrangers venus apprendre le français, des jardiniers, des enfants accompagnés par des animateurs de rue, des personnes dans un parcours de soin, des musiciens, de « simples clients »… « Le principe, c’est que l’on sait tous quelque chose et que l’on a tous quelque chose à apprendre, explique Marie Herrault, une des quatre salariés. Il n’y pas de hiérarchie dans les savoirs. Les échanges, c’est aussi un moyen de favoriser la rencontre, de valoriser chacun, de lutter contre l’isolement et les discriminations, d’animer le territoire… » À Beauvais (55 000 habitants), îlot urbain en rural, le taux de pauvreté dépasse les 23 %, contre 14 % en moyenne en France. Pour les salariés de L’Écume du jour, beaucoup de personnes sont isolées et la précarité sociale est forte.

Tout le monde peut venir
À deux pas de la gare, dans une maison de ville, clients et salariés déjeunent dans la cour intérieure, décorée de fanions multicolores en ce mercredi 10 mai. Le bar sans alcool et le restaurant sont tenus par les bénévoles et une cuisinière. Des ardoises affichent le compteur des cafés et soupes « suspendus », payés d’avance par des clients pour d’autres qui n’en auraient pas les moyens. Une petite bibliothèque, des journaux, des produits du commerce équitable et de l’artisanat, des informations sur les évènements à Beauvais, des pétitions contre les insecticides… chacun apporte sa touche. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives

Une malterie qui s’affine avec l’âge

Transrural initiatives a rencontré la malterie  artisanale  Malteurs  Echos, en Ardèche, quelques mois après leur lancement  à  l’automne  2013. Trois ans plus tard, que sont-ils devenus ?

Malteurs Echos

La malterie Malteurs Echos, dont l’activité a démarré à l’automne 2013, travaille aujourd’hui avec plus de 120 brasseries du quart Sud-Sud-Est. ©Malteurs Echos.

En novembre 2014, Baptiste François, Marie et Guillaume Bourdon, fondateurs de Malteurs Echos ont transformé leur malterie associative en Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). « À l’époque, le développement de la structure semblait inévitable », indique Guillaume ; il fallait mettre des moyens pour répondre aux engagements pris auprès des coopératives et des agriculteurs. S’ajoutaient à cela un désir fort des fondateurs de conserver une structure à taille humaine et des démarches engagées pour être reconnue structure d’insertion par l’activité économique.

Plusieurs perspectives de développement pointaient donc leur nez, guidées par les objectifs de l’association : produire localement du malt biologique, développer une structure d’insertion, permettre à chaque acteur de la filière de comprendre les enjeux de celle-ci, mettre en place une gouvernance partagée et, enfin, favoriser l’émergence de nouvelles malteries artisanales. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives

L’URSS, les jardiniers lyonnais et des végétaux disparus

À Lyon, une association œuvre à la vulgarisation des connaissances potagères et botaniques, et à la remise en culture de variétés anciennes.

Dans le cadre d'une éxpérimentation menée avec l'Institut russe Vavilov, les "adoptants" seèment, observent et récoltent des graines de variétés anciennes.  ©CRBA

Dans le cadre d’une éxpérimentation menée avec l’Institut russe Vavilov, les « adoptants » seèment, observent et récoltent des graines de variétés anciennes. ©CRBA

D’après l’Institut Vavilov, plus ancienne banque de semences au monde fondée en 1894, la France aurait perdu en un siècle, près de 85 % de sa biodiversité végétale domestiquée. Au XXe siècle, les hommes ayant délaissé leur pioche pour leur fusil, il ne restait que les femmes et les anciens pour nourrir toute une partie de la population au front. Des espèces et des variétés végétales ont été choisies pour produire avec le moins de main d’œuvre possible cette nourriture. S’en suivirent la standardisation et l’industrialisation de l’agriculture puis l’appropriation du vivant par les entreprises. Au fur et à mesure la richesse végétale cultivée s’est affaiblie. Au début du siècle dernier, Nikolaï Ivanovitch Vavilov (1887- 1943), agronome, généticien et botaniste russe, a conduit 115 expéditions de collecte de végétaux dans 64 pays avec une seule obsession : préserver l’humanité de la famine par la biodiversité. Il est passé par la France et notamment par la région lyonnaise. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Non classé

Donner de la vois contre le Tafta

Saâles, village bas-rhinois situé à plus d’une heure de train de Strasbourg, a choisi de s’opposer au traité de libre-échange entre l’Europe et les États-Unis (Tafta). Rencontre avec le maire, Jean  Vogel.

Jean Vogel, venu s’installer dans la commune maternelle après une enfance citadine à Mulhouse, est producteur de petits fruits et maire depuis 1995. DR.

Jean Vogel, venu s’installer dans la commune maternelle après une enfance citadine à Mulhouse, est producteur de petits fruits et maire depuis 1995. DR.

À l’entrée  du  village  de  Saâles, 850 habitants, un panneau informe le visiteur qu’ici se tient chaque semaine un marché de producteurs de montagne. C’est le seul de la Vallée de la Bruche ; il fait la fierté de la commune. En face de la mairie, un restaurant, fermé pour travaux avant sa mise en vente. Jean Vogel nous accueille dans la grande bâtisse en grès rose de l’Hôtel de ville. Alors, monsieur le maire, pourquoi était- il important à vos yeux de prendre position contre le Tafta ? « Vous savez, quand on est loin de la Préfecture, il faut crier fort pour se faire entendre ! Donc il faut prendre des décisions qui marquent », répond l’élu avec un sourire. Plus sérieusement, il en a marre de constater que nombre d’accords et de lois sont signés dans la discrétion et que, malheureusement, « c’est toujours le plus petit, le plus fragile, qui paie les pots cassés et qui disparaît ». Il donne l’exemple des normes européennes qui ont obligé de petits producteurs de lait à mettre la clef sous la porte faute d’avoir pu investir pour coller à la réglementation. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives

Réfugiés : créer le lien avec la population locale

À Boën, dans la Loire, des habitants facilitent l’accueil des réfugiés.

457 - p7

Ils sont officiellement 150, de toutes les nationalités : congolaise,  rwandaise,  soudanaise, algérienne, iranienne, géorgienne, arménienne, coréenne… Ils sont hébergés sur le site d’un ancien hôpital, réquisitionné par la préfète, le temps que dureront leurs démarches de demande d’asile. À Paris ? Non. À Boën-sur-Lignon, une commune de 3 000 habitants, située près de Montbrison, dans la Loire.

Accueillir en rural, à quelles conditions
L’explosion du nombre de personnes déplacées dans le monde, et de celles venant chercher refuge en Europe, interpelle la politique d’asile de l’Union européenne. En France, les avis sur les moyens d’accueil des réfugiés sont nombreux et divergents. Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, propose en juin 2015 d’orienter les immigrés vers les campagnes qui connaissent un déficit démographique. Interrogée au micro de France 3, en septembre 2015, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, y voit une chance pour les écoles dont des classes ferment faute d’élèves. L’idée a l’air simple. De fait, loin des clichés d’une France rurale hostile à l’arrivée des étrangers, de nombreuses communes rurales se sont déclarées volontaires pour accueillir des personnes migrantes. Beaucoup attendent encore que l’État les oriente vers elles (cf. TRI n°452). Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives