Category Archives: Initiatives

Ma bouteille s’appelle Reviens !

Une association drômoise a mis en place un système de consignes de bouteilles en verre malgré les défis logistiques et économiques, grâce à une mobilisation des producteurs, magasins et consommateurs.

Plusieurs outils de communication, sacs et contenants pour la collecte sont proposés aux partenaires sur le site internet de l’association. Crédit photo : Locaverre

Chez les écolos, la plupart voit ça comme une évidence : le système de consigne de bouteilles en verre permettrait d’économiser de la matière première, et peut-être d’autres facteurs de production. Cela semblerait plus logique que de les jeter en vrac dans les conteneurs à verre. Mais la faisabilité technique et économique se complexifie, il ne s’agit plus de laver ses pots de confiture à la maison… Le nombre de problèmes à résoudre devient impressionnant. Sans être impossible, puisque en Drôme et Ardèche, l’association Locaverre est en train de prouver que cela peut marcher avec le système Ma bouteille s’appelle Reviens.

Au cœur de la filière de récupération-réemploi, une chaîne de lavage basée à Chabeuil près de Valence, a démarré mi-2019. Les lots de bouteilles y arrivent triés, une première étape permet de décoller les étiquettes, justement fixées avec une colle soluble dans l’eau. Elles ressortent ensuite prêtes à être revendues aux producteurs. L’objectif pour 2021 est de passer à 500 000 bouteilles traitées. L’année 2020 avait déjà permis d’en traiter 100 000.

« Le nœud de l’organisation est en fait la logistique qui permet aux bouteilles vendues et dispersées de revenir. »

Sur le territoire existe un vrai gisement de bouteilles à laver puis redistribuer. En plein cœur de la vallée du Rhône, les vergers occupent une place importante et nombre de producteurs vendent des jus ou compotes le plus souvent embouteillés sur l’exploitation. Le nœud de l’organisation est en fait la logistique qui permet aux bouteilles vendues et dispersées de revenir.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

En Anjou, la solidarité face au coup de froid sur les vignes

En avril, un redoutable épisode de gel a touché la vigne française. Reportage auprès de Paul et Jean-Camille qui ont lutté pendant une semaine pour sauver leur récolte. Cet épisode questionne la pérennité du métier.

Les vignes protégées par les bougies sur l’une des parcelles du domaine de Jean-Camille et Paul à Tigné (49). Crédit photo : Adeline Auduit.

II est 3 heures du matin ce mercredi 14 avril à Tigné, petit village de 700 habitants dans le département du Maine-et-Loire. Jean- Camille et Paul, vignerons sur un domaine bio de 15 hectares, ne ferment plus l’oeil depuis une semaine : leurs vignes, qui produisent du Rosé d’Anjou, sont touchées par un long et redoutable gel.

Des bourgeons exposés au gel

« Normalement à cette période, l’épisode de gel dure un ou deux jours », explique Paul, 28 ans, installé sur l’exploitation avec son père depuis début janvier. « Ça fait 30 ans que je suis installé et je n’ai jamais vu ça », note ce dernier, Jean-Camille.

Il n’y a rien de surprenant à voir du gel à cette période de l’année. Ce qui est plus exceptionnel, ce sont les températures printanières aussi précoces (jusqu’à 25 degrés) quelques jours auparavant. Les premiers bourgeons et les feuilles sont sortis et se sont exposés au gel. « On croisait tous les doigts, mais là on ne s’attendait pas à une pareille catastrophe, reconnaît Paul. On a été surpris par les températures qui sont descendues très vite. Par exemple, le 7 avril, à 6 heures, il faisait zéro, à 7h30, -5 degrés. » Au cinquième jour de gel, 13 hectares sur 15 sont touchés et les premières estimations laissent présager une perte de 80 % de la récolte.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

« Face au changement climatique, l’adaptation c’est d’abord pour continuer à produire »

Ewa Kaniowska, animatrice à la FRCivam Limousin présente un livret recensant des expériences menées dans des fermes agroécologiques du territoire.

Quel est l’objectif de ce livret ?

Depuis 2012, j’accompagne des paysans qui se retrouvent autour de la notion de système de productions diversifiées. Le noyau du groupe, c’est trente à quarante personnes. Il y a beaucoup d’installations de néoruraux et ils nous rejoignent à un moment ou à un autre. Ce sont des fermes avec beaucoup de maraîchage et un peu d’élevage pour certaines. Ce guide a été publié avant tout pour présenter leur approche systémique et politique de l’agriculture sur des petites fermes diversifiées, souligner les problématiques liées au changement climatique et donner à voir leurs leviers d’actions et leur expériences. On part d’un problème, puis on se demande pourquoi cela arrive, dans quel contexte, comment fonctionne le système de la ferme et le système vivant. Les paysans travaillent avec des outils du design permacole même s’ils ne font pas nécessairement de la permaculture.

Continue reading

1 Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

Intervenir sur les violences faites aux femmes en rural

L’association Paroles de Femmes forme des relais pour informer les femmes victimes de violences en milieu rural.

Œuvre du mouvement Collages féminicides dans le XIIIe arrondissement de Paris. Crédit : GrandEscogriffe sur Wikimedia Commons

47% des féminicides ont lieu en zones rurales alors qu’elles rassemblent 20 % seulement de la population française. En 2012,une étude menée par la Fédération nationale solidarités femmes sur les violences faites aux femmes en Midi-Pyrénées et en Pays-de-la-Loire mettait en évidence les difficultés particulières des femmes victimes de violences en milieu rural. Le manque d’accès à l’information, l’éloignement des lieux d’accueil possibles, l’interconnaissance très forte, le poids des relations sociales… « Et puis la précarité financière, la difficulté parfois d’être mobile, de trouver un emploi et sortir d’un milieu violent », nous dit Céline Roucolle, salariée de Paroles de femmes 811 à Gaillac (Tarn).

Cette association de solidarité féminine, fondée en 2005, décide alors de mener une action spécifique sur les zones éloignées des centres urbains. C’est le démarrage des permanences dans plusieurs communes du département et des rencontres avec les municipalités pour sensibiliser les élus. L’association développe un réseau de personnes relais (parfois d’anciennes victimes) qui sont là pour diffuser de l’information, repérer,se tenir à l’écoute. Une formation de quelques heures leur est proposée,qui donne des clés pour comprendre les violences, être attentif aux signaux indicateurs,savoir donner ou laisser l’information à disposition, orienter.

Continue reading

1 Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Les maillots verts du tour de France agricole

Dix-huit jeunes du MRJC ont effectué cet été un road-trip, pensé comme un outil de formation et de sensibilisation à l’agroécologie,notamment à travers la réalisation d’un fi lm documentaire.

Chez Georges Joya, à Aubier dans le Gers, le 17 août 2020. Crédit : MRJC 54

Et si, pour donner un nouveau visage à l’agriculture, il fallait que de nouvelles bouilles s’y engagent ? Et si, pour que l’agroécologie ne soit pas qu’une belle idée, il fallait chausser les bottes ? Et si se former rimait avec s’engager, fêter, partager ?Avec des si, on fait… un tour de France agri ! Passionnés par la ruralité et la paysannerie, mais peu en accord avec les trajectoires que prend l’agriculture industrielle, 18 jeunes de 20 à 28 ans ont parcouru la France l’été dernier pendant quinze jours, pour échanger avec les précurseurs de l’agroécologie : les agriculteurs.

À l’origine du projet : trois militants du Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) Lorraine. Issus du milieu agricole, ils désirent découvrir un maximum de systèmes agricoles dans la perspective d’une prochaine installation. Ce projet prend de l’ampleur et devient un road-trip agricole autogéré. Dans un esprit d’éducation populaire, chaque membre du groupe a pris des responsabilités pour organiser ce tour en fonction de ses qualités et de son expérience : communication, recherche de partenaires, logistique… Ces rencontres avec des agriculteurs, en plus de former les participants, font l’objet d’un film né d’une volonté de sensibilisation et de la participation de trois jeunes cinéastes à l’aventure.1

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Dialogue forcé entre paysans et collectivités publiques !

Une partie des terres du Gaec Vert de Lait devait être dédiée à une future zone d’activités mais une mobilisation a conduit les élus à dialoguer pour envisager d’autres solutions

Au-delà de la défense de leur ferme, Maud et Franck entendent engager un débat sur l’utilisation des terres et l’artificialisation des sols. – Crédit photo : Gaec Vert de Lait.

Maud et Franck sont installés en agriculture biologique depuis plusieurs années au Haut Corlay, dans les Côtes d’Armor. Ils produisent notamment du lait avec 45 vaches, uniquement nourries à l’herbe, sur les 68 hectares (ha) du Gaec Vert de Lait. Mais le fonctionnement de leur exploitation pourrait être remis en cause par la volonté de Loudéac Communauté Bretagne Centre (LCBC), 41 communes dont celle du Haut Corlay, de récupérer 2,7 ha de leurs terres pour une future zone d’activités. C’est ce que prévoit le projet de Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI ) arrêté le 11 février 2020, un document qui cadre l’affectation des terrains selon leurs usages : habitat, zones d’activités ou naturelles, agriculture…

Économiser le foncier

Dans ce territoire, en perte de vitesse sur le plan démographique et économique, la plupart des élus font le pari qu’en ayant des terrains disponibles pour des entreprises, ils se donnent plus de chances « d’en capter » quelques-unes. Le PLUI doit à la fois « économiser le foncier » (toutes les directives vont dans ce sens) et répartir des zones d’activités sur la communauté. Mais chaque conseil municipal fait pression pour en avoir et certains ne veulent pas se retrouver sans proposition pour des entreprises qui seraient attachées à venir sur leur commune à l’avenir.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Dans le Gers, une start-up du Moyen Âge

Les moniales de l’abbaye de Boulaur (Gers) construisent une grange cistercienne en chantier participatif pour développer leur activité agricole et accroître leurs liens avec le territoire.

Bientôt, les moniales de Boulaur pourront compter sur une nouvelle salle de traite pour leur élevage biologique (Crédit : Abbaye de Boulaur)

Imaginez… un chantier participatif visant à construire les murs en terre crue d’un bâtiment destiné à accueillir un « projet structurant pour le territoire », à la fois agricole, culturel, spirituel, touristique, patrimonial et de développement économique, un bâtiment créateur de liens dans la logique des tiers-lieux, « où il fait bon se retrouver faire des choses ensemble ».

La grange cistercienne n’est pas la première référence qui vient à l’esprit, mais c’en est bien une que les moniales de l’abbaye de Boulaur, dans le Gers, ont commencé à ériger en mai dernier… 600 ans après l’apogée de ces lieux de vie et de travail (cf. plus bas, l’interview de l’historien François Blary).

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Les rêves du Pays d’Othe

Ce projet culturel, autour de portraits et enregistrements sonores des
habitants du territoire, a conduit à un rapprochement des artistes locaux
et à l’implication d’élus et citoyens.

Crédit : Fais-moi rêver !

Sur les photos, des visages d’hommes et de femmes de 1 à 100 ans, habitant le Pays d’Othe, région naturelle rurale et boisée, à cheval entre plusieurs communautés de communes de l’Aube et de l’Yonne. 192 en tout, presque deux pour chaque âge.

Il a été compliqué de trouver des hommes de plus de 90 ans. Ces portraits, présentés notamment dans une quinzaine de lavoirs du territoire l’été 2018, sont une des réalisations d’un « projet culturel de territoire » imaginé et mené en 2017 et 2018 par deux associations avec le soutien de la Région Grand Est, du fonds Leader et du Groupe d’action local Othe-Armance : « À quoi rêve le pays d’Othe ? ».

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Face à la pandémie, les circuits courts ?

Le Covid-19 a mis sous pression nombre de paysan·nes et renforce l’attrait pour la vente directe, les magasins de producteur·rices et les commandes en ligne. Aperçu en sud-Aveyron.

La réserve de la Biocoop de Saint-Affrique reconvertie en terminal de remise des commandes.

A Saint-Affrique, 8 000 habitant·es, les habitué·es du marché du samedi matin ont dû changer leurs habitudes : ce rendez-vous vital pour les producteur·rices locaux·ales avait été suspendu le 20 mars, par décision du maire à la suite des annonces gouvernementales.

Comme ailleurs, nombre de voix ont pointé l’injustice et l’incohérence de laisser, en parallèle, les grandes surfaces fonctionner quasiment sans changement.En dialogue avec la mairie, l’association des commerçant·es et des exploitant·es agricoles du marché a fini par obtenir de la préfecture sa réouverture : le 18 avril, un quart des 66 étals habituels ont pu s’installer dans les locaux de l’école publique en suivant un protocole concerté : limitation des flux, marche en avant, service par les vendeur·ses, port de protections…

Pour les paysan·nes, le confinement entraîne une difficulté à commercialiser sa production par les circuits habituels ; la gestion des stocks s’avère problématique – notamment pour les éleveur·ses ; la garde des enfants ou l’éloignement des proches ne facilitent pas l’adaptation du travail. La situation est particulièrement tendue pour celles et ceux, nombreux·ses dans la région, dont le réseau est diffus ou qui viennent de démarrer.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Frêne et prunellier au menu du troupeau

Alors que la recherche se penche sur les arbres fourragers, des éleveur·se·sdu Maine-et-Loire expérimentent le pâturage de leurs haies.

L’Inrae de Lusignan, comme les éleveur·se·s du Maine-et-Loire, expérimente le pâturage d’arbres sur pied. (Crédit : Inrae)

En 1976, nombre d’éleveur·se·s ont sorti la tronçonneuse pour nourrir leur troupeau avec les feuilles des arbres bordant les pâtures, seule verdure ayant résisté à la sécheresse. Les vaches affamées accouraient au bruit du moteur et gare au paysan en équilibre sur son échelle ! Aujourd’hui, les sécheresses estivales sont courantes et il n’est pas rare d’entamer le stock de foin pour l’hiver au cœur de l’été. Face à ce constat, « beaucoup voient les arbres comme un fourrage d’avenir », affirme Sandra Novak, agronome. A l’Inrae de Lusignan (88), elle s’apprête à tester le pâturage d’arbres sur pied dans le cadre d’une expérimentation sur 20 ans visant à « proposer aux éleveurs des pratiques leur permettant de vivre de leur production laitière dans un contexte d’aléas climatiques et de raréfaction des ressources en eau et en énergie fossile ».

Innovation ou retour en arrière

Alors, face au changement climatique, rien de tel qu’un retour aux pratiques des ancien·ne·s ? C’est ce que pensent les membres du groupe Arbres et semences du Civam AD49, en Anjou, qui ont mis en place plusieurs tests en 2019. L’été dernier, Yohann Buret, éleveur de brebis laitières et de quelques bovins, a alterné foin et branches de frênes dans la ration de ces derniers. Dans le carnet de bord en ligne du groupe, Yohann partage quelques photos : il ne reste plus une feuille sur les branches après le passage des quatre vaches et leur suite et celles-ci n’ont pas maigri ! Il estime à 50 % l’économie de foin réalisée et à une heure le temps de la coupe. Mais il faut aussi retourner les branches pour que les ruminants aient accès aux feuilles du dessous, puis sortir le bois des champs… « L’objectif, c’est de savoir si c’est un surplus de travail. Et si ça entame la capacité de la haie à repousser au printemps… On fera le point au bout d’un an. »

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020