Tag Archives: agriculture paysanne

Vallée de la Roya : comment habiter un territoire abîmé ?

Un an après la tempête Allex, les habitants de la Roya cherchent à maintenir la vallée vivante. Entre optimisme, doute et fragilité : témoignages d’une artisane semencière et d’un instituteur.

Le 4 octobre 2020, la vallée de la Roya (06) est traversée par une tempête d’ampleur inédite. Les dégâts matériels et humains sont multiples : routes cassées, maisons détruites, paysages transformés, départ de populations et fragilisation économique. Un « sinistre » ? Certains préfèrent parler de révélateur de dysfonctionnements préexistants, à l’image d’une faille qui en s’élargissant soudain, attaque nos fondations autant qu’elle dégage de nouvelles ouvertures. Comment la tempête a-t-elle bousculé les gens qui vivent ici et leurs écosystèmes ? Deux habitant·es témoignent.1

Marie Bonneville, artisane semencière

Marie s’est installée sur les terres familiales à la Brigue, où elle produit des plants et semences biologiques pour redonner vie aux variétés potagères anciennes de la région. Crédit photo : Boris Munger.

1200 m d’altitude, à quelques kilomètres du Piémont italien. Marie cultive depuis dix ans des plants et semences paysannes2 au Jardin Rocambole. Un projet agricole de petite échelle, adapté aux contraintes du territoire : terrasses étroites, neige une bonne partie de l’hiver et début de saison à -10°C.

Composer avec les aléas climatiques n’est pas une nouveauté pour Marie, qui a toujours vécu ici. Mais l’ampleur de la tempête Allex est « vraiment monstrueuse » et vient ébranler son mode de vie et de travail. « J’ai démarré la saison avec un chantier pour remonter des murs, en ne sachant pas si j’allais pouvoir vendre sur le littoral ou pas. »

Avant la tempête, elle commercialisait la majeure partie de sa production sur la côte d’Azur. Mais les fermetures inopinées de la route pour cause de chantier, puis les convois trois fois par jour, et enfin l’impossibilité d’affréter la marchandise via le train, rendent la tâche quasi-impossible. Elle envisage alors de suspendre temporairement son activité.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2021

Installer par millions pour une société paysanne

Si ré-installer des millions de paysans est probablement le seul horizon crédible pour relever les défis écologiques et sociaux de l’agriculture, cette ambition nécessite un véritable un plan de bataille.

On comptait plus de 8 millions de paysannes et paysans au début du XXe siècle, 1,6 million (7,2% de la population active) au début des années 1980 et 391 000 en 2020, selon le dernier recensement agricole (1,5 % de la population active). Les trois quarts sont des hommes et plus de la moitié ont 50 ans ou plus. Depuis une quinzaine d’années, le nombre de chefs d’exploitation baisse d’environ 2 % par an, les installations ne permettant pas de compenser les départs. Le calcul est simple : à la fin de ce siècle, il y aura moins de 100 000 agriculteurs… Avec son corollaire : des exploitations qui portent bien leur nom, toujours plus grandes, plus mécanisées, plus connectées. Non plus seulement la disparation des paysan·nes mais de l’agriculture toute entière au profit d’une agro-industrie triomphante. Ces rappels sonnent un peu comme les rapports du Giec – Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat – vous ne trouvez pas ?

Combien d’œufs, de poules et de paysans ?

Nous avons pourtant entendu à l’occasion de la troisième édition du festival Atout bout d’champ (Mâlain, Côte-d’or) que l’enjeu était bien la ré-installation massive de millions de paysans et les chiffres, là aussi, ont fusé : un million pour Terre de Liens (à l’appui de son outil Parcel1), deux millions pour l’Atelier paysan, six millions pour les Civam… Pour mieux appréhender la réalité vertigineuse de ces chiffres, prenons l’exemple des œufs.

Continue reading

1 Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2021

Amap : les 20 ans d’un mouvement

Nées des réflexions d’organisations de paysans, consommateurs et écologistes et d’initiatives similaires développées en France et ailleurs, les Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne (Amap) forment aujourd’hui un mouvement défendant l’instauration d’une démocratie alimentaire et agricole territorialisée.

Les premières Amap sont nées il y a vingt ans et on estime en 2021 leur nombre à 2200 pour plus de 200 000 mangeurs et mangeuses et environ 3700 fermes. Mais d’où viennent-elles ? Pour le Mouvement interrégional des Amap (Miramap), elles ne proviennent pas d’un « couple d’inventeurs » d’Aubagne mais plutôt d’un large mouvement de contestation né sur le plateau du Larzac et de multiples organisations reliant paysans, consommateurs et écologistes.

Au croisement de l’agriculture paysanne, de l’agriculture biologique, de l’éducation populaire et de l’économie sociale et solidaire, les Amap se sont constituées en réseaux à leur tour rassemblés au sein du Miramap. Leurs objectifs sont d’accompagner les paysans en Amap ou ceux qui souhaitent s’installer, d’aider à la création de nouveaux groupes et d’influencer les décideurs publics pour créer une démocratie alimentaire et agricole territorialisée.

Contre la malbouffe

Reprenons depuis le début cette histoire, car les Amap puisent leur origine dans un creuset d’initiatives et de réflexions multiples. À la fin des années 1990, la confiance dans notre système alimentaire est ébranlée, notamment par la crise de la vache folle. Le « démontage » du McDonald’s de Millau le 12 août 1999 par des militants de la Confédération paysanne constitue une action symbolique contre la malbouffe et le mouvement anti-OGM prend de l’ampleur. Les énormes dommages causés par l’agriculture industrielle en moins de cinquante ans sont de plus en plus visibles : disparition progressive des paysans et des terres agricoles, appauvrissement des sols, perte de biodiversité, production d’une alimentation de faible qualité nutritionnelle et contenant des pesticides favorisant de graves problèmes de santé (obésité, diabète, cancers, etc.)…

Continue reading

2 Comments

Filed under Analyses, Transrural 2021