Habitats légers dans une démarche solidaire et écologique

Pour répondre aux besoins croissants de logement et dans une recherche de résilience de son territoire, la commune de Plessé a lancé le premier appel à projet de hameau léger et réversible.

« Afin de proposer une réponse écologique et accessible financièrement au besoin croissant de logement dans la commune, le conseil municipal de Plessé a décidé d’impulser la création d’un hameau léger. » C’est ainsi que la commune de Plessé (44) présente son appel à projet.

Il s’agit d’installer des habitats légers et réversibles dans un cadre collectif. Selon l’association Hameaux légers (cf. TRI n°483), qui vient en appui aux initiateurs, l’intérêt de ces habitats consiste entre autres à limiter l’imperméabilisation des sols, qui peuvent être restitués à la nature ensuite.

Dynamique collective

On construit des logements de taille modeste (entre 40 et 80 m²) disposant d’annexes collectives – buanderie, logements d’appoint… – pour les besoins « mutualisables » en utilisant les matériaux les plus écologiques. Les constructions sont des yourtes, des maisons-containers, des constructions en terre, bois… toujours démontables. Mais ces hameaux légers ne peuvent fonctionner que s’il y a une dynamique collective et solidaire, une volonté de services mutualisés, de vivre en proximité, etc.

Ce projet a été initié par le comité consultatif « Cadre de vie et transition territoriale », composé d’élus et de VIP (volontaires investis à Plessé). Soucieux de répondre à de fortes demandes de logement – Plessé se situe dans l’agglomération de Redon, à 50 km de Nantes, proche également de Saint-Nazaire – et d’amener leur territoire à être résilient après des années d’agriculture intensive et de bétonnisation, le comité a accéléré ses réflexions suite à sa rencontre avec l’association Hameaux légers. Son choix s’est porté sur un terrain de 7 000 m² appartenant à la commune, en proximité du bourg du Coudray, ce qui permet une proximité des services.

650 demandes

L’appel à projet est conçu pour que des groupes de familles ou personnes y répondent avant le 13 mars en se constituant en association ; c’est la municipalité qui fera la sélection. L’association devra regrouper au minimum trois familles ou personnes et s’élargir ensuite ; ceci pour garantir la fiabilité du groupe de départ. Depuis cet automne, la commune a recensé quelque 650 demandes !

Le comité consultatif imagine que ce premier hameau sera composé de douze habitations. La commune va louer le terrain à l’association retenue via un bail emphytéotique de 99 ans. Chaque foyer versera un loyer mensuel de 150 €. Les constructions seront financées par les habitants. On estime des budgets de 40 000 à 80 000 €.

Fin janvier, un séminaire de réflexions sur ces questions d’habitat et de résilience a regroupé une centaine de personnes. Des curieux, mais aussi des personnes directement intéressées, de jeunes couples séduits par l’idée d’habiter avec un minimum d’impact sur le milieu, n’ayant pas de très gros moyens financiers et intéressés par la démarche coopérative.

Pour la municipalité et le comité consultatif, il y a un très gros enjeu à ce que ce projet et les futurs habitants s’insèrent dans la vie locale. Thierry Lohr, adjoint à la maire et pilote de ce projet, attache une grande importance à la qualité du « vivre ensemble », condition indispensable pour la résilience du territoire.

Les premiers habitats doivent émerger en septembre 2023. D’autres communes suivent avec intérêt l’initiative, notamment des membres de l’association Bruded, réseau d’échange de pratiques et de savoirs entre élus. ■ Michel Carré

Cet article est extrait du Transrural initiatives n°490, daté de février-mars-avril 2022.
Le sommaire complet ainsi qu’un extrait du magazine et de son dossier « Repenser le travail en rural », sont disponibles ici.
Pour commander ce numéro, rendez-vous sur notre boutique en ligne. S’il ne figure plus dans l’onglet « Le numéro du mois », choisir « Ancien(s) numéro(s) » et indiquer « 490 » dans la commande.

1 Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2022

One Response to Habitats légers dans une démarche solidaire et écologique

  1. Pingback: Juin – Ecologie | Revue de presse Emancipation