Category Archives: Analyses

Sortir des mythes de l’aménagement

Lecture par les associations d’éducation populaire du Réseau des Créfad1 d’un essai récent sur l’émergence d’une mythologie séduisante dans le champ du développement économique et de l’aménagement.

La Silicon Valley, en Californie, est prise comme modèle de développement économique par beaucoup. Elle était au départ une zone industrielle située à l’écart de la ville de San Francisco. Sa croissance a entraîné de nombreux problèmes depuis le milieu des années 2010 : gentrification croissante de San Francisco, plusieurs milliers de sans-abris dans « La Jungle » de San José, manifestations des chauffeurs de bus affrétés par les Google, Yahoo !, Apple et Facebook, qui réclament une hausse de leurs salaires… © Patrick Nouhailler/FlickR

Compétitivité, attractivité, métropolisation, excellence. Tels sont les ingrédients que l’on retrouve dans nombre de discours, de rapports, d’études et de politiques publiques dans les domaines du développement territorial, économique et de l’aménagement. Dans un article paru en mars dernier2, l’économiste Olivier Bouba-Olga et le sociologue Michel Grossetti, posent ce constat – qu’ils appellent « mythologie CAME » – et proposent une analyse critique qui en pointe les limites.

Cette mythologie pourrait se résumer ainsi : face à la concurrence mondialisée, l’innovation constituerait l’unique voie pour créer de l’emploi et de la richesse sur un territoire. Or, l’innovation serait le fruit de talents créatifs, qualifiés, jeunes qui préfèrent les espaces denses. Ce discours défend une priorisation des moyens publics sur les aires urbaines dynamiques, les autres territoires dits périphériques devant s’inscrire dans une complémentarité ou bénéficier du ruissellement des richesses produites. Cette concentration des moyens serait la meilleure issue pour s’en sortir dans une économie mondialisée, en étant plus compétitif.

Pour Julie Champagne, animatrice-formatrice au Crefad Loire basé à Saint Etienne, « on subit une concurrence entre quartiers au sein même de la ville. Le développement d’un quartier “créatif” sur une ancienne friche concentre une grande partie des moyens dédiés à l’innovation, en ciblant un public particulier de porteurs de projet dans le champ du design, artistique, numérique, startuper… Il est difficile de trouver des moyens pour les projets que nous accompagnons sur des quartiers populaires du centre-ville et qui proposent pourtant des modèles économiques alternatifs (café associatif, atelier de bricolage mutualisé, boutique-test…) mixant du salariat, de l’entrepreneuriat, du bénévolat, du service civique, agissant sur le lien social et ayant des impacts économiques réels. Avec les dernières refontes territoriales, un mythe de métropolisation s’est construit pour des villes comme Saint-Étienne ou Clermont-Ferrand, qui nous paraît déconnecté de la réalité ».

Confronter analyse et pratique
Dans la mythologie CAME, l’attractivité est également un ingrédient majeur. L’avantage d’un territoire résulterait de sa capacité à attirer des talents, des « créatifs »3, et à accompagner leur mobilité. Or les auteurs observent que la mobilité géographique y compris celle des créateurs d’entreprise est beaucoup plus faible qu’on ne l’imagine : au recensement de 2013, seuls 2% des personnes avaient changé de région par rapport à l’année précédente et on crée majoritairement son entreprise là où on habite…

Nous sommes plusieurs associations du Réseau des Crefad à travailler sur des territoires ruraux du Massif central, montagneux et à faible densité de population. Depuis la fin des années 1990, des moyens importants ont été mis sur les politiques d’attractivité territoriale et d’accueil de nouvelles populations. Nous avons pu observer que les facteurs déterminants des choix des personnes que nous accueillons et accompagnons n’étaient pas uniquement l’image du territoire ou les services à la population. Parmi ces facteurs on trouve, par exemple, la présence d’une dynamique locale associative riche, d’un réseau de personnes qui jouent un rôle d’accueil sur le territoire, des initiatives culturelles, le tout mixé à des opportunités locales (foncier, création d’activités, emploi).  

« À travers nos actions, nous cherchons à cultiver un terreau favorable à l’accueil, en soutenant dans la durée des dynamiques locales, en créant des rencontres, du lien entre les personnes, en animant des réseaux et en permettant l’accès à la culture, explique Cécile Surville, animatrice-formatrice à l’association dASA installée à Brioude en Haute-Loire. Tout cela contribue à créer de l’économie et des richesses localement, même si ce n’est pas toujours quantifiable et visible. »

Partager et faire réagir  
Forte de cette lecture et de nos constats, l’association La Brèche, active en Haute-Loire et dans le Puy-de-Dôme, a récemment proposé un travail sur l’article d’Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti à des élus et agents de la Communauté de communes Ambert Livradois Forez, lors d’une séance de formation-action dédiée à l’élaboration d’un projet de territoire. « D’abord déroutés par cet article engagé, les participants et les participantes se sont rapidement interrogés sur la notion de richesse d’un territoire et ses singularités, indique Jean-Marie Perrinel, animateur-formateur à La Brèche. Mais certaines réactions ont été sans appel : “la théorie du ruissellement ne fonctionne pas”, “les politiques se référant à cette mythologie CAME sont un échec”, “accueillir [des habitants, des porteurs de projets…] n’est plus une fin en soi”… »

Pour autant, l’actuelle vision négative du « saupoudrage des financements » sur de multiples structures et projets n’a pas été rediscutée. Pour Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti, « il est important de soutenir un large ensemble d’initiatives innovantes, sans se limiter à quelques startups incubées dans les tiers-lieux des plus grandes métropoles  »2. Les auteurs préfèrent d’ailleurs parler d’« arrosage » (et comme personne ne sait où vont éclore les projets demain alors… il faut s’organiser pour arroser partout !).

S’outiller pour mieux dialoguer
« Toute innovation a pour objectif de se développer », « l’enjeu pour la métropole et les prochaines élections est d’attirer les créatifs, les entrepreneurs sociaux, pour ne pas être ringards, c’est pour cela que l’on met le paquet sur la politique culturelle  », « il faudrait peut-être accompagner des vrais créateurs d’activité, pas des naturopathes ou des chanteuses »… Dans nos relations aux collectivités territoriales, nous entendons (et questionnons !) régulièrement des positions empreintes de cette mythologie CAME. La lecture de l’article d’Olivier Bouba-Olga et Michel Grossetti facilite la remise en cause de ce qui semble pourtant aller de soi, afin de comprendre la distance entre notre point de vue et celui de nos interlocuteurs.

Si la mythologie CAME semble fortement à l’œuvre chez eux, nous défendons pour notre part une position visant à s’extraire de systèmes ayant pour seules finalités la compétition et la croissance économique.  L’enjeu est alors de construire le dialogue entre ces positions pour soutenir des initiatives centrées sur les personnes et inventant des modèles alternatifs.

Cécile Surville, Marie-Anne Lenain, Julie Champagne et Jean-Marie Perrinel (Réseau des Crefad) – article publié dans Transrural initiatives n°469 (juillet-août 2018)

1 – Elles travaillent notamment sur les thèmes de l’accompagnement, de la formation des adultes, de l’habiter, de la vitalité des territoires ruraux, de la jeunesse, de la création d’activités, de l’interculturel, du rapport à la lecture et à l’écriture. Plus d’infos : reseaucrefad.or

2 – La mythologie CAME (Compétitivité, Attractivité, Métropolisation, Excellence) : comment s’en désintoxiquer ? – O. Bouba-Olga et M. Grossetti – disponible sur : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01724699/document.

3 – Les auteurs font référence aux travaux de Richard Florida, professeur étatsunien en aménagement urbain, affirmant l’existence d’une « classe créative » sensible aux aménités urbaines que les métropoles auraient vocation à attirer pour favoriser l’innovation et par conséquent la création d’emploi et de richesses.

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

L’installation agricole « atypique », avec ou sans aides ?

En Bretagne, Solenn Gallo est entrée dans le dispositif d’accompagnement à l’installation qui lui a permis de bénéficier de différentes formations et de développer son réseau.

Depuis 2014, le dispositif d’accompagnement à l’installation est ouvert à tous les porteurs de projet, y compris ceux qui ne demandent pas la Dotation jeunes agriculteurs (DJA). C’est le cas de Solenn, 37 ans, qui cultive un terrain d’un hectare sur la commune de Guengat (29) avec son compagnon, Gaëtan Le Meil, 39 ans.

« Depuis longtemps, j’avais envie de concret. Ma rencontre avec Gaëtan en Bretagne et ce terrain qui s’est présenté à nous a accéléré les choses. Notre projet, c’était de développer des cultures maraîchères, des plantes aromatiques et médicinales et de les transformer. Mais avant tout, c’est un projet de vie », entame Solenn.

Difficile de rentrer dans les cases
Le couple en définit les grandes lignes et Solenn se présente en juin 2016 au Point accueil installation du Finistère. « Le Groupement des agriculteurs bio m’a orientée vers la Chambre d’agriculture. J’ai pris contact, complété les documents d’auto-évaluation et on a établi avec la conseillère de la chambre [une des structures labellisées Centre d’élaboration du plan de professionnalisation personnalisé] un Plan de professionnalisation personnalisé [PPP]. J’ai eu l’impression que certains modules ne correspondaient pas réellement au bilan de compétences réalisé mais qu’ils étaient obligatoires. » Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, Transrural 2018

L’installation agricole, un parcours administratif

À Beauvais, une dizaine de jeunes ont assisté, fin janvier, à une réunion du Point accueil installation présentant les différentes étapes et démarches du parcours.

 

L’installation agricole, pour nombre de porteurs de projets, est un parcours du combattant. En France, le parcours institutionnel, obligatoire pour prétendre à certains avantages comme la Dotation jeunes agriculteurs (DJA) débute dans les Points accueil installation (PAI) de chaque département. Dans l’Oise, la chambre d’agriculture et le Collectif pour une agriculture solidaire (Copasol) sont les deux structures labélisées PAI. Leur rôle est d’accueillir et informer tous ceux et celles qui souhaitent s’installer, de les orienter vers d’autres structures si besoin – notamment pour des formations – et de les guider dans l’élaboration de leur projet. Une réunion d’information destinée aux porteurs de projets, organisée le 31 janvier dernier à Beauvais dans les locaux de la chambre d’agriculture, a rassemblé une dizaine de jeunes, déjà bien avancés dans leur projet, presque tous de reprise de la ferme de leurs parents.

Une centaine d’installations par an
Astrid Degroote, conseillère installation à la chambre d’agriculture et Johanna Lomont, conseillère installation détachée par le syndicat Jeunes agriculteurs, détaillent les différentes étapes obligatoires : autodiagnostic du projet, plan de professionnalisation personnalisé, formation obligatoire dite « stage 21 heures » et plan d’entreprise à cinq ans. Elles précisent les conditions à remplir pour s’installer, celles pour toucher les aides, les critères de modulation de la DJA et donnent astuces ou conseils : « Si on te prête le matériel, cela ne marchera pas pour les aides » ; «  pensez aux Mesures agro-environnementales et climatiques, dans le coin, c’est assez facile à avoir ». Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

L’écoquartier, quartier tout court ?

Ces infrastructures, à l’origine pensées dans le cadre du renouvellement urbain, se multiplient en marge des villes et dans les campagnes sans parfois être plus écologiques que d’autres.

L’écoquartier est à la mode. Pas une commune, une agglomération, qui ne veuille le sien. Leur aménagement est encouragé par de multiples dipositifs1 et par les communes qui souhaitent attirer de nouveaux habitants. Vinci, Eiffage ou Bouygues y participent activement2. Mais en quoi, concrètement, ces quartiers sont-ils être plus « éco » que les autres ?

Les premiers ont vu le jour en Allemagne. Au début des années 1990, Fribourg-en-Brisgau récupère des bâtiments militaires pour loger 15 000 habitants : logements à basse consommation, production de chaleur et d’électricité à partir de déchets forestiers, panneaux solaires, récupération des eaux de pluie, mobilités douces… Au début des années 2000, d’autres projets de renouvellement urbain sont menés en Europe et en France : l’écoquartier de Bonne installé dans une ancienne caserne militaire à Grenoble est achevé en 2009, celui de Wolf Wagner à Mulhouse, en 2011, etc.

500 projets engagés fin 2017
Le mouvement s’accélère et s’institutionnalise avec, en 2009, un premier appel à projets de l’État puis la création en 2012 du label « ÉcoQuartier » (cf. encadré), qui regroupait 500 projets fin 2017. Aux opérations de renouvellement urbain s’ajoutent des constructions en périurbain voire en milieu rural3 qui consomment des terres non urbanisées et souvent dédiées à l’agriculture. Des projets difficilement compatibles avec des objectifs de relocalisation de l’alimentation ou de lutte contre l’étalement urbain.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

Quel avenir pour nos églises et chapelles ?

De plus en plus de bâtiments religieux, de moins en moins fréquentés, sont reconvertis.

L’église Saint-Jean de Dijon qui accueille désormais le centre dramatique national de la ville. ©François de Dijon.

Au 1er mai 2017, l’Observatoire du patrimoine religieux (OPR) recensait 71 270 édifices religieux, dont 50 127 églises et chapelles. 40 000 d’entre-elles sont détenues par les collectivités publiques et 5 000 autres par l’Église catholique. Mais beaucoup ne sont plus utilisées comme lieu de culte : seuls 4,5% des catholiques assistent à une messe chaque semaine. Or ces édifices coûtent cher à entretenir : les travaux de rénovation peuvent atteindre le million d’euros. « Certaines communes souhaitent s’en défaire, mais les lois qui encadrent la désaffection d’un lieu de culte sont très strictes, précise Claire Danieli, responsable de l’inventaire à l’OPR. Les ventes sont aujourd’hui surtout l’initiative de particuliers propriétaires d’églises désaffectées depuis des décennies. » Selon l’OPR, une vingtaine d’églises sont ainsi vendues puis conservées ou transformées chaque année en France.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2017

Faire de l’agriculture un sujet de l’agglomération

Dans la Drôme, les nouveaux découpages administratifs n’incitent pas forcément à la rencontre entre préoccupations des acteurs ruraux, notamment agricoles, et besoins des villes.

La Mairie de Peyrins (Drôme).

Depuis les dernières réformes territoriales, nombre d’intercommunalités se sont agrandies¹. C’est le cas de Valence Romans Agglo qui, après avoir absorbé des territoires périurbains et ruraux en 2014 et 2016, regroupe aujourd’hui 56 communes pour 220 000 habitants. Pour Jean-Pierre Cardi², premier adjoint au maire de Peyrins (Drôme) et membre du conseil communautaire de Valence Romans Agglo, « les processus de fusion consécutifs ont occupé les élus qui se sont détournés des agriculteurs et ces derniers ont abandonné les relations pourtant constructives avec ces élus absents ». Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, Transrural 2017

Grippe Aviaire : l’impossible coexistence de deux modèles

La dernière épidémie, loin d’être une crise strictement sanitaire, a ramené sur le devant de la scène la question des modèles de production dans la filière foie gras.

 

Entre fin 2016 et début 2017, la grippe aviaire a de nouveau touché le territoire français et plus précisément le Sud-Ouest. Localement, la filière palmipède gras se remettait tout juste de l’épizootie qui avait durement affecté la production en 2015-2016. Début 2016, l’État avait déclenché un vide sanitaire, mis en place des mesures de confinement et pratiqué de nombreux abattages. Mais, en fin d’année, le virus de la grippe aviaire revenait, sous la forme du H5N8. Le 5 mai 2017, la fin de ce nouvel épisode de crise était déclarée par arrêté ministériel, après plusieurs mois de déploiement de mesures extrêmes de confinement, d’abattage préventif et de police sanitaire. Au total, 4 millions de canards ont été abattus en quatre mois entre fin 2016 et le début de cette année. Lors de ses derniers mois au ministère en charge de l’agriculture, Stéphane Le Foll a mis un point d’honneur à faire que ce genre de crise ne se reproduise plus, en tentant de faire dialoguer tous les acteurs de la filière.

Les racines du virus
Pour endiguer une épizootie, il faut agir sur les facteurs de risque et un débat – non réellement tranché aujourd’hui pour l’industrie et les pouvoirs publics – s’ouvre alors : faut-il intervenir sur le transport par camion d’animaux vivants ou sur la protection des élevages vis-à-vis de l’avifaune sauvage ?

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Agriculture : demandez le programme !

Les principaux partis paraissent s’entendre sur les constats mais leurs propositions pour lutter contre les conséquences du libéralisme ou assurer un revenu décent aux paysans divergent.

Dessin Pinter Politique et agricultureLes cinq candidats aux Présidentielles crédités du plus d’intentions de vote¹ ont peu parlé de ruralité. Dans les programmes, elle est souvent intégrée dans une réflexion sur l’aménagement des territoires ou liée à l’agriculture. Nombre d’antiennes resurgissent dans les propositions, comme la couverture haut débit de l’ensemble du territoire ou l’équipement en services publics de base au niveau des communes, les objectifs annoncés à l’orée du précédent quinquennat n’étant pas atteints. Sur le volet agriculture, plus fourni, les candidats se rejoignent sur le fait que « les agriculteurs doivent vivre de leur métier » ou « disposer d’une certaine autonomie ».

Comment augmenter le revenu des paysans ?

Mais les solutions divergent : affaiblissement des normes environnementales et baisse des charges sociales pour Les Républicains (LR), régulation des prix et ouverture de droits au chômage pour le Parti Socialiste (PS) et En Marche! (EM, le « parti» d’Emmanuel Macron), revalorisation des retraites et accès garanti au statut d’exploitant et à une couverture sociale pour tous les actifs agricoles pour La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon (LFI). Afin de redonner une part de la valeur ajoutée créée dans les filières aux producteurs et augmenter leurs revenus, LR et EM souhaitent favoriser la constitution d’organisations de producteurs et encadrer par la loi les négociations commerciales, alors que le Front national (FN) envisage de supprimer la contractualisation, de rétablir des coefficients multiplicateurs sur les marges et d’interdire la vente à perte. Les autres partis insistent davantage  sur  le  développement de productions de meilleure qualité et des circuits courts ou le changement de système pour économiser (sur) les intrants. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

La fausse révolution des micro-fermes

Porte-étendard du mouvement des micro-fermes en France, l’association Fermes d’avenir ne laisse pas le monde paysan de marbre.

La ferme de la Bourdaisière

La ferme de la Bourdaisière, créée en 2014 est le support de l’expérimentation de l’association Ferme d’avenir. les 1,4ha sont mis à disposition par le propriétaire du château. © Pauline Salcedo.

Télérama le surnomme « le révolutionnaire des champs ». Maxime de Rostolan, directeur et fondateur de l’association Fermes d’avenir n’y va pas par quatre chemins : il veut métamorphoser l’agriculture dans les vingt ans à venir. Sa solution ? Des micro-fermes (d’une superficie inférieure à 2ha) en maraîchage issues d’une « conception permaculturelle ». Libération le qualifie au bas mot d’ambitieux, lorsqu’il présente son projet d’implantation de 200 000 micro-fermes en France. Projet qu’il développe, avec l’aide du cabinet d’étude Auxilia, dans un plaidoyer de 140 pages, dévoilé en grande pompe le 6 octobre dernier au château de la Bourdaisière (Indre-et-Loire). Si Maxime fait le buzz autant dans la presse que sur les réseaux sociaux (60 776 « J’aime » sur Facebook), il ne fait par contre pas l’unanimité dans les réseaux militants pour une autre agriculture. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

“La ville nous échappe et nous nous échappons”

Les Carnets de la décroissance proposaient dans leur n°2 paru en avril 2016 le premier volet d’une réflexion critique sur les impensés de la métropolisation. Retour sur la récente réforme territoriale avec Guillaume Faburel, géographe, coordinateur de cette publication.

"On passe sous le boisseau de vrais désirs de partir, du fait des rhytmes de plus en plus effrénés de la grande ville d'ores et déjà métropolisée." © JL ZIMMERMANN/FLICKR.

“On passe sous le boisseau de vrais désirs de partir, du fait des rhytmes de plus en plus effrénés de la grande ville d’ores et déjà métropolisée.” © JL ZIMMERMANN/FLICKR.

Début septembre 2016 Manuel Valls renonçait à la hausse du fonds national de péréquation des ressources communales alors que les inégalités entre territoires ne cessent d’augmenter. Les mécanismes de régulation régaliens et la notion d’égalité territoriale semblent avoir du plomb dans l’aile… ?

Guillaume Faburel : En France, la production industrielle a longtemps divisé le travail entre régions au sein du pays : les régions de conception, les plus riches, avaient besoin des régions de fabrication, plus pauvres. Si les régions  riches  acceptaient de subventionner les régions plus pauvres, via le système redistributif de l’État, c’était pour que ces dernières puissent disposer de produits de consommation. Le profit de la nation était dès lors globalement assuré par les marchés intérieurs auxquels étaient destinés des produits en voie de standardisation par le fordisme tout puissant. Nous étions à l’ère du keynésianisme¹ spatial d’État et des grandes politiques d’aménagement du territoire. La division spatiale du travail et des richesses était sous le contrôle de l’État.

Avec le tournant néolibéral des années 1970-1980 et le changement radical qu’il a produit, les politiques keynésiennes ont laissé peu à peu la place à la concurrence entre territoires et les pouvoirs ont été transférés aux grandes villes. L’égalité des territoires, historiquement une vertu cardinale de la République, a effectivement  du « plomb dans l’aile » aujourd’hui où les pouvoirs économiques ont pris beaucoup d’importance, et même si on a vu réapparaître la question dans le champ politique. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles