Category Archives: Idées

« On se fait tous un brin piéger par les alternatives qui n’affectent que très peu le capitalisme »

Après « Rurals ou la convergence des rustres », Hervé Chaplais, éducateur populaire et conférencier gesticulant, revient avec une nouvelle réflexion sur les communs. Rencontre.

Pour Hervé, ici en représentation à Cluny (71) à l’invitation de l’Amap des Grosnes, « partir de son expérience et en faire un récit politique, c’est le principe des conférences gesticulées ». © DR.

Dans ta première conférence gesticulée, tu évoquais le milieu rural à partir de ta propre histoire et tu terminais en distinguant plusieurs formes d’écologie…
Hervé Chaplais : Partir de son expérience et en faire un récit politique, c’est le principe des conférences gesticulées. Je suis parti de mon histoire et je développe l’idée que le rural, c’est le plouc. C’est celui qui n’a pas les bons codes, à l’inverse de l’urbain, distingué, courtois et poli. Le prolo d’un côté et le bourgeois de l’autre. Ajouté à cela, comme le dit le sociologue et urbaniste Jean-Pierre Garnier, l’utilisation des termes rural et urbain participe à « territorialiser un problème pour mieux le dépolitiser ».

À la fin, je remettais un bon coup de rouge dans le vert… De la même façon que Franck Lepage dit que la « culture avec un grand Q » est faite pour délégitimer les formes de culture populaire, l’écologie a deux facettes : il y a une écologie pour les classes solvables, bourgeoises, et une écologie populaire qui a toujours existé mais qui est invisibilisée. Dans cette écologie populaire on trouve des formes d’organisations sociales reposant sur un système d’obligations et d’entraide réciproques qu’on appelle « les communs ».

Et cette notion de communs, c’est le sujet de ta deuxième conférence gesticulée qui commence à tourner. De quoi parles-tu concrètement ?
C. : Dans « Rurals 2, le retour… des communs », j’approfondis cette notion d’écologie populaire à travers l’exemple des communs. « Les biens communs», « le commun», « les communs » sont de retour dans les discours. Ces notions redeviennent tendance mais on est en train de réinventer l’eau chaude…

Ça frôle la gentrification des pratiques populaires ! Alors que l’on a tant « craché » sur le communisme et sa fin annoncée, v’la ti pas que le commun revient par la fenêtre. Or les communs, comme l’écologie et la culture, sont traversés par des luttes de classe. Et le but du communisme est précisément de répondre aux inégalités de classes.

Concrètement, je parle d’un commun dont je fais partie : le Gase [Groupement d’achat service épicerie] de l’association Le Pot Commun, à Rochefort-en-Terre dans le Morbihan. Mais je vais aussi au magasin de la coopérative Système U [coopérative de directeurs de Super U]. Pour moi et pour beaucoup de gens, le Super U, comme lieu d’apprentissage des rapports économiques et de socialisation, c’est tout une histoire qui marque ma position et ma conscience de classe. Je me pose donc aussi la question : « En quoi le Super U fait-il aussi “commun” ? »

Qui a recours à cette idée de communs et comment la définirais-tu ?
C. : En gros, le retour des communs dans les discours, c’est dans tout le milieu « écolo-alternatif ». Il y a aussi tout un mouvement contradictoire d’universitaires qui s’arrachent les cheveux pour les définir. Ça va du champ de « l’économie sociale, solidaire, collaborative, coopérative et participative » – qui s’intègre finalement assez bien au monde macron-compatible version « start-up nation éco-connectée ubérisée» – jusqu’aux stratégies d’autonomie « je recrée mon petit paradis avec mon réseau de colibris »1. On se fait tous un brin piéger par ces formes d’alternatives qui n’affectent que très peu les structures sociales du capitalisme.

Qu’est-ce qui, selon toi, peut affecter le capitalisme ?
C. : Ce qu’il déteste par-dessus tout ! Dans la conférence, je donne deux exemples parmi d’autres, deux stratégies gagnantes qui ont le point commun d’êtres issues d’un processus d’éducation populaire. Le premier, c’est la lutte contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes et la constitution d’une « nouvelle tradition » de lutte dans des Zad [Zones à défendre] ; les Zad sont un espace d’expérimentation et de conflit en interne pour définir des modes de fonctionnement et, en externe, pour saboter des structures sociales et économiques du capitalisme.

Le deuxième exemple que je détaille, c’est le régime général de Sécurité sociale, pure production de la classe ouvrière généralisée à l’ensemble de la population grâce aux militants et militantes communistes de la CGT. Ce sont deux exemples de communs qui ne sont pas compatibles avec le capitalisme.

Ces deux courants peuvent-ils s’entendre, voire se rejoindre, et comment ?
C. : Là est le nœud, la crête sur laquelle on chemine actuellement. Tant que nous ne construirons pas d’alliances, y compris contradictoires, entre les formes les plus détestées par le capitalisme, il aura de beaux jours devant lui. Je vois une stratégie possible, issue de ma position sociale : le cul entre deux chaises, entre la Sécu et la Zad. Avec ma conférence gesticulée et l’atelier qui l’accompagne, le but est de créer des ponts.

La ligne conductrice pourrait être la suivante : légitimer les classes populaires, ouvrières et paysannes qui ont toujours produit, imposé et entretenu des institutions d’entraide et des règles d’usage contre les intérêts des propriétaires lucratifs ; radicaliser les classes intermédiaires pour ne pas qu’elles se suffisent à elles-mêmes et se recroquevillent sur leurs initiatives écologiques et solidaires. Et, enfin, cibler clairement la classe des riches qui vampirise à son seul profit l’ensemble des énergies de ce monde, les ressources naturelles et la puissance d’agir des peuples.

Propos recueillis par Arnaud Lecler – Article publié dans Transrural iniitiaves n°468 (avril-mai 2018)

Voir la conférence : le 22/09/18 à Mens (38), mi-octobre à la Ferme du Buisson à Noisiel (77) et toutes les dates dans l’agenda de l’association l’Ardeur.

1 – Aude Vidal traite très bien du sujet dans son petit livre Égologie – Écologie, individualisme et course au bonheur, paru en 2017 aux éditions Le monde à l’envers.

 

Leave a Comment

Filed under articles, Idées, Transrural 2018

Transitions : travailler les ruptures

Depuis 2015, l’Union nationale des acteurs du développement local (Unadel) et Territoires Conseils (TC) réalisent un travail d’enquête sur des démarches locales de transition plaçant au cœur de leur logique les enjeux du développement durable. Ce travail « d’écoutes territoriales » se fonde sur la rencontre et des échanges avec les protagonistes de ces dynamiques. Une série d’articles, explorant et illustrant ces démarches de transition, restitue quelques enseignements de ce travail. Troisième et dernier volet : les ruptures de trajectoires.

Rencontre avec Claude Grivel et Catherine Lapierre, respectivement président et membre de l’Unadel, impliqués dans le travail d’écoute

Les ruptures constituent des impondérables dans les trajectoires des territoires. De quelles natures peuvent-elles être ces ruptures ?

Catherine Lapierre : Elles peuvent prendre plusieurs formes. La première et la plus évidente concerne la rupture politique, due à une élection qui amène de nouveaux élus et potentiellement de nouvelles visions politiques. La deuxième est la rupture due à une modification du périmètre administratif. Celle-ci est particulièrement d’actualité suite aux récentes lois de réorganisation territoriale et aux modifications profondes qui ont touché la plupart des intercommunalités. Enfin, une rupture peut se créer entre les élus et les agents qui portent la transition écologique, mais aussi et plus encore, entre le projet de transition et les habitants du territoire. Conduire une transition suppose donc un travail permanent d’inclusion des différents types d’acteurs du territoire.

Claude Grivel : Ce qui est paradoxal c’est qu’il est nécessaire de créer des ruptures pour entrer en transition, avec les habitudes et les modes de fonctionnement cloisonnés et descendants, notamment vis-à-vis des habitants. Une rupture culturelle et dans les pratiques est impérative pour entrer dans une démarche de changement. Cependant, celles qui interviennent dans des démarches de transition enclenchées marquent parfois leur d’arrêt. En particulier, la fin ou la baisse de financements peut avoir de grosses conséquences. La question de la continuité des politiques publiques est donc centrale. Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées, Transrural 2017

Les paiements pour services environnementaux, l’arbre qui cache la forêt ?

Ces dispositifs apparaissent comme une solution rapide pour pallier le manque de politiques visionnaires et transversales.

 

Les rencontres annuelles 2017 de la commission Systèmes de production autonome et économe du réseau des Civam ont eu lieu en Limousin, fin septembre. © G. Le Bahers.

Les 26 et 27 septembre derniers, la commission Systèmes de production autonome et économe (SPEA) du réseau des Civam se réunissait en Limousin. Au programme : réflexion autour des paiements pour services environnementaux. Peu de sujets d’actualité suscitent aussi peu d’appropriation… Celui-ci est obscur et, entre une nature à reconstruire dans les plaines de Champagne-Ardenne, des zones humides à maintenir dans le Limousin, ou améliorer la qualité de l’eau en Bretagne, les situations régionales sont très variables…

Définis comme des actions qui restaurent ou maintiennent une nature efficace au service de l’humain, les services environnementaux sont l’objet de nombreux dispositifs. Lors des rencontres, le Cedapa, groupe Civam des Côtes-d’Armor, a présenté les premières Mesures agro-environnementales (MAE)1 systèmes, initiées dans les années 1990 pour encourager les fermes herbagères dans un contexte laitier très industriel.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées, Transrural 2017

Dessiner une démocratie alimentaire

Si l’alimentation est un bien public, elle doit être gérée par les citoyens. Des initiatives locales esquissent ce que pourrait être un système politique de gestion de l’alimentation.

Dessin de Pinter

En s’intéressant aux conditions sociales, économiques et environnementales de la production et de la distribution de leur nourriture, les populations pour- raient décider des modèles agroalimentaires et agricoles qu’elles souhaitent défendre, allant au-delà du simple fait d’acheter ou de ne pas acheter tel ou tel produit. C’est à partir de cette idée que le concept de démocratie alimentaire est développé depuis les années 1990. Dans le monde de la recherche en sciences sociales appliquées à l’alimentation, cette approche prend progressivement de l’ampleur, consacrant la dimension transversale de la question alimentaire.

Ce concept s’appuie sur deux postulats : la qualité de bien public de l’alimentation (qui véhicule tant des notions de solidarité, de responsabilité que d’identité collective¹) et le principe politique et éthique selon lequel c’est aux populations elles- mêmes que doivent revenir les décisions fondamentales concernant la gestion des biens publics (matériels comme immatériels).

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Idées