Tag Archives: agriculture

En Anjou, la solidarité face au coup de froid sur les vignes

En avril, un redoutable épisode de gel a touché la vigne française. Reportage auprès de Paul et Jean-Camille qui ont lutté pendant une semaine pour sauver leur récolte. Cet épisode questionne la pérennité du métier.

Les vignes protégées par les bougies sur l’une des parcelles du domaine de Jean-Camille et Paul à Tigné (49). Crédit photo : Adeline Auduit.

II est 3 heures du matin ce mercredi 14 avril à Tigné, petit village de 700 habitants dans le département du Maine-et-Loire. Jean- Camille et Paul, vignerons sur un domaine bio de 15 hectares, ne ferment plus l’oeil depuis une semaine : leurs vignes, qui produisent du Rosé d’Anjou, sont touchées par un long et redoutable gel.

Des bourgeons exposés au gel

« Normalement à cette période, l’épisode de gel dure un ou deux jours », explique Paul, 28 ans, installé sur l’exploitation avec son père depuis début janvier. « Ça fait 30 ans que je suis installé et je n’ai jamais vu ça », note ce dernier, Jean-Camille.

Il n’y a rien de surprenant à voir du gel à cette période de l’année. Ce qui est plus exceptionnel, ce sont les températures printanières aussi précoces (jusqu’à 25 degrés) quelques jours auparavant. Les premiers bourgeons et les feuilles sont sortis et se sont exposés au gel. « On croisait tous les doigts, mais là on ne s’attendait pas à une pareille catastrophe, reconnaît Paul. On a été surpris par les températures qui sont descendues très vite. Par exemple, le 7 avril, à 6 heures, il faisait zéro, à 7h30, -5 degrés. » Au cinquième jour de gel, 13 hectares sur 15 sont touchés et les premières estimations laissent présager une perte de 80 % de la récolte.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

« Face au changement climatique, l’adaptation c’est d’abord pour continuer à produire »

Ewa Kaniowska, animatrice à la FRCivam Limousin présente un livret recensant des expériences menées dans des fermes agroécologiques du territoire.

Quel est l’objectif de ce livret ?

Depuis 2012, j’accompagne des paysans qui se retrouvent autour de la notion de système de productions diversifiées. Le noyau du groupe, c’est trente à quarante personnes. Il y a beaucoup d’installations de néoruraux et ils nous rejoignent à un moment ou à un autre. Ce sont des fermes avec beaucoup de maraîchage et un peu d’élevage pour certaines. Ce guide a été publié avant tout pour présenter leur approche systémique et politique de l’agriculture sur des petites fermes diversifiées, souligner les problématiques liées au changement climatique et donner à voir leurs leviers d’actions et leur expériences. On part d’un problème, puis on se demande pourquoi cela arrive, dans quel contexte, comment fonctionne le système de la ferme et le système vivant. Les paysans travaillent avec des outils du design permacole même s’ils ne font pas nécessairement de la permaculture.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2021

Au sommaire du Transrural initiatives n°484

Ce numéro est en rupture de stock ! Nous vous l’offrons donc en version numérique, à télécharger ici.

Février-mars 2021

Transrural initiatives n°484 by Transrural on Scribd

| VIVRE ENSEMBLE |

Politique
Impuissantes régions ?
Associations
Nouvelles régions, adieu subventions
Mobilisation
Manifestations paysannes en Inde pour des prix équitables
Initiative
En Occitanie, Solid’R avec les personnes réfugiées
Politique
Suicide des paysans, quels rapports ?
Association
La radio locale, un outil de communication

Continue reading

1 Comment

Filed under Sommaires 2021, Transrural 2021

Les maillots verts du tour de France agricole

Dix-huit jeunes du MRJC ont effectué cet été un road-trip, pensé comme un outil de formation et de sensibilisation à l’agroécologie,notamment à travers la réalisation d’un fi lm documentaire.

Chez Georges Joya, à Aubier dans le Gers, le 17 août 2020. Crédit : MRJC 54

Et si, pour donner un nouveau visage à l’agriculture, il fallait que de nouvelles bouilles s’y engagent ? Et si, pour que l’agroécologie ne soit pas qu’une belle idée, il fallait chausser les bottes ? Et si se former rimait avec s’engager, fêter, partager ?Avec des si, on fait… un tour de France agri ! Passionnés par la ruralité et la paysannerie, mais peu en accord avec les trajectoires que prend l’agriculture industrielle, 18 jeunes de 20 à 28 ans ont parcouru la France l’été dernier pendant quinze jours, pour échanger avec les précurseurs de l’agroécologie : les agriculteurs.

À l’origine du projet : trois militants du Mouvement rural de jeunesse chrétienne (MRJC) Lorraine. Issus du milieu agricole, ils désirent découvrir un maximum de systèmes agricoles dans la perspective d’une prochaine installation. Ce projet prend de l’ampleur et devient un road-trip agricole autogéré. Dans un esprit d’éducation populaire, chaque membre du groupe a pris des responsabilités pour organiser ce tour en fonction de ses qualités et de son expérience : communication, recherche de partenaires, logistique… Ces rencontres avec des agriculteurs, en plus de former les participants, font l’objet d’un film né d’une volonté de sensibilisation et de la participation de trois jeunes cinéastes à l’aventure.1

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Dialogue forcé entre paysans et collectivités publiques !

Une partie des terres du Gaec Vert de Lait devait être dédiée à une future zone d’activités mais une mobilisation a conduit les élus à dialoguer pour envisager d’autres solutions

Au-delà de la défense de leur ferme, Maud et Franck entendent engager un débat sur l’utilisation des terres et l’artificialisation des sols. – Crédit photo : Gaec Vert de Lait.

Maud et Franck sont installés en agriculture biologique depuis plusieurs années au Haut Corlay, dans les Côtes d’Armor. Ils produisent notamment du lait avec 45 vaches, uniquement nourries à l’herbe, sur les 68 hectares (ha) du Gaec Vert de Lait. Mais le fonctionnement de leur exploitation pourrait être remis en cause par la volonté de Loudéac Communauté Bretagne Centre (LCBC), 41 communes dont celle du Haut Corlay, de récupérer 2,7 ha de leurs terres pour une future zone d’activités. C’est ce que prévoit le projet de Plan local d’urbanisme intercommunal (PLUI ) arrêté le 11 février 2020, un document qui cadre l’affectation des terrains selon leurs usages : habitat, zones d’activités ou naturelles, agriculture…

Économiser le foncier

Dans ce territoire, en perte de vitesse sur le plan démographique et économique, la plupart des élus font le pari qu’en ayant des terrains disponibles pour des entreprises, ils se donnent plus de chances « d’en capter » quelques-unes. Le PLUI doit à la fois « économiser le foncier » (toutes les directives vont dans ce sens) et répartir des zones d’activités sur la communauté. Mais chaque conseil municipal fait pression pour en avoir et certains ne veulent pas se retrouver sans proposition pour des entreprises qui seraient attachées à venir sur leur commune à l’avenir.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Dans le Gers, une start-up du Moyen Âge

Les moniales de l’abbaye de Boulaur (Gers) construisent une grange cistercienne en chantier participatif pour développer leur activité agricole et accroître leurs liens avec le territoire.

Bientôt, les moniales de Boulaur pourront compter sur une nouvelle salle de traite pour leur élevage biologique (Crédit : Abbaye de Boulaur)

Imaginez… un chantier participatif visant à construire les murs en terre crue d’un bâtiment destiné à accueillir un « projet structurant pour le territoire », à la fois agricole, culturel, spirituel, touristique, patrimonial et de développement économique, un bâtiment créateur de liens dans la logique des tiers-lieux, « où il fait bon se retrouver faire des choses ensemble ».

La grange cistercienne n’est pas la première référence qui vient à l’esprit, mais c’en est bien une que les moniales de l’abbaye de Boulaur, dans le Gers, ont commencé à ériger en mai dernier… 600 ans après l’apogée de ces lieux de vie et de travail (cf. plus bas, l’interview de l’historien François Blary).

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

Réforme de la PAC : les enjeux du Plan stratégique national

La prochaine politique agricole de l’Union européenne (UE) laissera davantage de marge de manœuvre aux États. D’où l’importance des négociations sur les objectifs et mesures qui sont menées au niveau français.

La future Politique agricole commune (PAC), dont la mise en œuvre a été reportée de 2021 à 2023, pourrait être dotée d’un budget plus important que prévu1. Mais ce sont surtout ses grandes orientations et les déclinaisons nationales qui détermineront si un virage est opéré pour cesser de soutenir le système industriel et intensif.

À partir de 2023, les États devraient disposer d’une plus grande liberté dans leurs interventions, toujours dans le cadre des grands instruments de la PAC (aides à la surface, à l’installation, à l’agriculture biologique, programme Leader…). Leurs mesures pour atteindre les dix objectifs fixés par l’UE2 devront être décrites dans un Plan stratégique national (PSN) établi sur sept ans puis validé par la Commission européenne. 

Des objectifs contradictoires

En France, le diagnostic préalable à l’élaboration du PSN a été publié en février 2020 après quelques débats. Mais les objectifs restent vagues et parfois contradictoires. Le document3, qui note par ailleurs que « les aides de la PAC ont accompagné le mouvement d’agrandissement et de spécialisation des exploitations et l’intensification des modes de production », propose de réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’élevage mais ne parle pas de diminution du cheptel.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2020

Frêne et prunellier au menu du troupeau

Alors que la recherche se penche sur les arbres fourragers, des éleveur·se·sdu Maine-et-Loire expérimentent le pâturage de leurs haies.

L’Inrae de Lusignan, comme les éleveur·se·s du Maine-et-Loire, expérimente le pâturage d’arbres sur pied. (Crédit : Inrae)

En 1976, nombre d’éleveur·se·s ont sorti la tronçonneuse pour nourrir leur troupeau avec les feuilles des arbres bordant les pâtures, seule verdure ayant résisté à la sécheresse. Les vaches affamées accouraient au bruit du moteur et gare au paysan en équilibre sur son échelle ! Aujourd’hui, les sécheresses estivales sont courantes et il n’est pas rare d’entamer le stock de foin pour l’hiver au cœur de l’été. Face à ce constat, « beaucoup voient les arbres comme un fourrage d’avenir », affirme Sandra Novak, agronome. A l’Inrae de Lusignan (88), elle s’apprête à tester le pâturage d’arbres sur pied dans le cadre d’une expérimentation sur 20 ans visant à « proposer aux éleveurs des pratiques leur permettant de vivre de leur production laitière dans un contexte d’aléas climatiques et de raréfaction des ressources en eau et en énergie fossile ».

Innovation ou retour en arrière

Alors, face au changement climatique, rien de tel qu’un retour aux pratiques des ancien·ne·s ? C’est ce que pensent les membres du groupe Arbres et semences du Civam AD49, en Anjou, qui ont mis en place plusieurs tests en 2019. L’été dernier, Yohann Buret, éleveur de brebis laitières et de quelques bovins, a alterné foin et branches de frênes dans la ration de ces derniers. Dans le carnet de bord en ligne du groupe, Yohann partage quelques photos : il ne reste plus une feuille sur les branches après le passage des quatre vaches et leur suite et celles-ci n’ont pas maigri ! Il estime à 50 % l’économie de foin réalisée et à une heure le temps de la coupe. Mais il faut aussi retourner les branches pour que les ruminants aient accès aux feuilles du dessous, puis sortir le bois des champs… « L’objectif, c’est de savoir si c’est un surplus de travail. Et si ça entame la capacité de la haie à repousser au printemps… On fera le point au bout d’un an. »

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

« Au nom de la terre » : comment en parler

Le 25 septembre, le film Au nom de la terre est sorti, mettant à l’écran les difficultés de nombre d’agriculteurs et d’agricultrices.

Au nom de la terre, réalisé par Édouard Bergeon, sortie le 25 septembre 2019 – diffusé par Diaphana – plus d’infos : diaphana.fr/film/au-nom-de-la-terre.

Le film raconte l’histoire de Pierre qui reprend la ferme familiale et y vit heureux avec sa famille, « du moins au début » comme le précise le synopsis. Et pour cause, les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise et sombre peu à peu.

Ce film est une surprise, un événement. Rares sont les productions grand public traitant du monde agricole avec autant de justesse et de franchise. La sensibilité qui s’en dégage met à mal les statistiques froides sur le suicide et les discours tièdes sur le monde agricole. Voir Au nom de la terre en salle, c’est comme se réunir autour d’un feu et écouter une histoire très dure mais merveilleusement racontée. C’est un film qui travaille les consciences, un film au constat implacable, un film question qui ne donne pas les réponses et c’est très bien ainsi. Mais c’est un film qui ne peut pas rester sans réponses.

Reconnecter agriculture et société

Édouard Bergeon, le réalisateur, met en scène l’histoire de son propre père et incarne un trait d’union parfait entre le monde agricole et le reste de la société ; il parle de sa vie, de celle de ses parents, de l’histoire contemporaine de l’agriculture. Son film soulève la poussière en abordant toutes les problématiques qui traversent nos campagnes.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Chambres d’agriculture : un outil à repenser

En janvier 2019, paysans et salariés agricoles choisiront leurs représentants dans ces organismes consulaires qui assurent des missions de représentation, de développement et de service public.

Source : APCA/Cour des comptes

Le 31 janvier prochain, le monde agricole aura choisi ses nouveaux représentants au sein des chambres d’agriculture. Ces élections professionnelles (cf. encadré), qui se tiennent tous les six ans, influeront sur les politiques agricoles départementales et nationales. La représentativité des différents syndicats agricoles, tirée de ces élections, joue sur leur poids dans les négociations avec les ministères, en charge de l’agriculture en premier lieu, et d’autres instances nationales voire européennes. D’ailleurs, cette dimension est davantage mise en avant dans les campagnes électorales qu’un programme pour réorienter – ou poursuivre – les politiques menées par les Chambres.

« À quoi sert la Chambre ? » ; « aucun conseiller n’est jamais venu sur ma ferme » ; « ce n’est pas là qu’on parle de réformer la Pac [Politique agricole commune]» ; « ils pourraient vraiment nous aider sur la commercialisation ? »… peut-on entendre dans les fermes. Est-ce car la complexité des missions des Chambres est mal appréhendée, que leur action n’est pas jugée efficace ou qu’elles n’ont pas assez de moyens ?

725 millions d’euros de budget
Établissements publics créés en 1924, les Chambres sont des organismes consulaires sous tutelle de l’État. Elles sont définies dans la loi comme « organes consultatifs, représentatifs et professionnels des intérêts agricoles » et constituent en quelque sorte des courroies de transmission des politiques agricoles. Leurs missions se sont étoffées dans les années 1950 avec la diffusion du « progrès agricole» puis, à partir des années 1990, avec le renforcement et la diversification des modes d’action publique et du fait de la multiplication des réglementations, notamment en matière d’urbanisme ou d’environnement.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018