Tag Archives: agriculture

Frêne et prunellier au menu du troupeau

Alors que la recherche se penche sur les arbres fourragers, des éleveur·se·sdu Maine-et-Loire expérimentent le pâturage de leurs haies.

L’Inrae de Lusignan, comme les éleveur·se·s du Maine-et-Loire, expérimente le pâturage d’arbres sur pied. (Crédit : Inrae)

En 1976, nombre d’éleveur·se·s ont sorti la tronçonneuse pour nourrir leur troupeau avec les feuilles des arbres bordant les pâtures, seule verdure ayant résisté à la sécheresse. Les vaches affamées accouraient au bruit du moteur et gare au paysan en équilibre sur son échelle ! Aujourd’hui, les sécheresses estivales sont courantes et il n’est pas rare d’entamer le stock de foin pour l’hiver au cœur de l’été. Face à ce constat, « beaucoup voient les arbres comme un fourrage d’avenir », affirme Sandra Novak, agronome. A l’Inrae de Lusignan (88), elle s’apprête à tester le pâturage d’arbres sur pied dans le cadre d’une expérimentation sur 20 ans visant à « proposer aux éleveurs des pratiques leur permettant de vivre de leur production laitière dans un contexte d’aléas climatiques et de raréfaction des ressources en eau et en énergie fossile ».

Innovation ou retour en arrière

Alors, face au changement climatique, rien de tel qu’un retour aux pratiques des ancien·ne·s ? C’est ce que pensent les membres du groupe Arbres et semences du Civam AD49, en Anjou, qui ont mis en place plusieurs tests en 2019. L’été dernier, Yohann Buret, éleveur de brebis laitières et de quelques bovins, a alterné foin et branches de frênes dans la ration de ces derniers. Dans le carnet de bord en ligne du groupe, Yohann partage quelques photos : il ne reste plus une feuille sur les branches après le passage des quatre vaches et leur suite et celles-ci n’ont pas maigri ! Il estime à 50 % l’économie de foin réalisée et à une heure le temps de la coupe. Mais il faut aussi retourner les branches pour que les ruminants aient accès aux feuilles du dessous, puis sortir le bois des champs… « L’objectif, c’est de savoir si c’est un surplus de travail. Et si ça entame la capacité de la haie à repousser au printemps… On fera le point au bout d’un an. »

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2020

« Au nom de la terre » : comment en parler

Le 25 septembre, le film Au nom de la terre est sorti, mettant à l’écran les difficultés de nombre d’agriculteurs et d’agricultrices.

Au nom de la terre, réalisé par Édouard Bergeon, sortie le 25 septembre 2019 – diffusé par Diaphana – plus d’infos : diaphana.fr/film/au-nom-de-la-terre.

Le film raconte l’histoire de Pierre qui reprend la ferme familiale et y vit heureux avec sa famille, « du moins au début » comme le précise le synopsis. Et pour cause, les dettes s’accumulent et Pierre s’épuise et sombre peu à peu.

Ce film est une surprise, un événement. Rares sont les productions grand public traitant du monde agricole avec autant de justesse et de franchise. La sensibilité qui s’en dégage met à mal les statistiques froides sur le suicide et les discours tièdes sur le monde agricole. Voir Au nom de la terre en salle, c’est comme se réunir autour d’un feu et écouter une histoire très dure mais merveilleusement racontée. C’est un film qui travaille les consciences, un film au constat implacable, un film question qui ne donne pas les réponses et c’est très bien ainsi. Mais c’est un film qui ne peut pas rester sans réponses.

Reconnecter agriculture et société

Édouard Bergeon, le réalisateur, met en scène l’histoire de son propre père et incarne un trait d’union parfait entre le monde agricole et le reste de la société ; il parle de sa vie, de celle de ses parents, de l’histoire contemporaine de l’agriculture. Son film soulève la poussière en abordant toutes les problématiques qui traversent nos campagnes.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Chambres d’agriculture : un outil à repenser

En janvier 2019, paysans et salariés agricoles choisiront leurs représentants dans ces organismes consulaires qui assurent des missions de représentation, de développement et de service public.

Source : APCA/Cour des comptes

Le 31 janvier prochain, le monde agricole aura choisi ses nouveaux représentants au sein des chambres d’agriculture. Ces élections professionnelles (cf. encadré), qui se tiennent tous les six ans, influeront sur les politiques agricoles départementales et nationales. La représentativité des différents syndicats agricoles, tirée de ces élections, joue sur leur poids dans les négociations avec les ministères, en charge de l’agriculture en premier lieu, et d’autres instances nationales voire européennes. D’ailleurs, cette dimension est davantage mise en avant dans les campagnes électorales qu’un programme pour réorienter – ou poursuivre – les politiques menées par les Chambres.

« À quoi sert la Chambre ? » ; « aucun conseiller n’est jamais venu sur ma ferme » ; « ce n’est pas là qu’on parle de réformer la Pac [Politique agricole commune]» ; « ils pourraient vraiment nous aider sur la commercialisation ? »… peut-on entendre dans les fermes. Est-ce car la complexité des missions des Chambres est mal appréhendée, que leur action n’est pas jugée efficace ou qu’elles n’ont pas assez de moyens ?

725 millions d’euros de budget
Établissements publics créés en 1924, les Chambres sont des organismes consulaires sous tutelle de l’État. Elles sont définies dans la loi comme « organes consultatifs, représentatifs et professionnels des intérêts agricoles » et constituent en quelque sorte des courroies de transmission des politiques agricoles. Leurs missions se sont étoffées dans les années 1950 avec la diffusion du « progrès agricole» puis, à partir des années 1990, avec le renforcement et la diversification des modes d’action publique et du fait de la multiplication des réglementations, notamment en matière d’urbanisme ou d’environnement.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

Le stage parrainage, un outil efficace pour la transmission

Ce dispositif permet aux porteurs de projet de travailler sur la ferme qu’ils envisagent de reprendre mais aussi de mieux connaître le territoire.

Ce livret publié par le collectif InPact en janvier 2014 présente différents témoignages, outils et méthodes pour faciliter la transmission.

Reprendre une ferme peut nécessiter un temps d’appropriation afin de mieux connaître le territoire, le fonctionnement de l’exploitation, voire d’acquérir savoirs et savoir-faire, d’autant plus pour des transmissions en dehors du cadre familial, de plus en plus fréquentes. Pour le cédant, ce temps peut aussi être l’occasion de s’assurer de l’avenir de sa ferme ou de partir progressivement. Une période de test est même indispensable dans le cadre du remplacement d’un associé.

Le stage parrainage, pouvant aller de trois à douze mois sur l’exploitation d’un cédant, est l’un des dispositifs financés par les pouvoirs publics. Il permet de tester la faisabilité et la rentabilité d’un projet de reprise ou de valider une association. Le principal avantage pour le cédant, par rapport au salariat, est la prise en charge de l’indemnité de stage soit par Pôle emploi pour les chômeurs, soit par les Régions ou l’État pour les autres, avec un montant allant de 300 à 800 euros par mois selon le statut antérieur du stagiaire.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

Acquérir de l’expérience grâce au stage

Malgré son intérêt, ce dispositif est peu utilisé du fait d’un manque d’agriculteurs encadrants et de contraintes liées au statut de stagiaire agricole.

©Lycée Suscinio – Wikimédia

Quoi de mieux que de faire pour apprendre ? Les candidats à l’installation agricole, dans le cadre du Plan de professionnalisation personnalisé (PPP), peuvent se voir prescrire ou demander à réaliser des stages en exploitation ou dans d’autres entreprises agricoles. Mais cette modalité d’apprentissage reste peu utilisée.

Les stages ont pour objectif de compléter et approfondir des compétences professionnelles ; de connaître un environnement autre que familial ; de développer des capacités professionnelles et relationnelles ; ou encore d’échanger avec un exploitant agricole en capacité d’apporter un appui à la réflexion du porteur de projet. Ils peuvent durer entre une semaine et un mois pour un stage d’observation ou de un à six mois pour un stage d’application. Sauf s’il souhaite conserver son statut, le candidat à l’installation devient stagiaire agricole1. Une bourse lui est accordée (230 à 325 euros par mois suivant sa situation)2 et l’agriculteur qui l’accueille, le « maître exploitant », peut obtenir une indemnité (90 euros par mois). Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

L’installation agricole « atypique », avec ou sans aides ?

En Bretagne, Solenn Gallo est entrée dans le dispositif d’accompagnement à l’installation qui lui a permis de bénéficier de différentes formations et de développer son réseau.

Depuis 2014, le dispositif d’accompagnement à l’installation est ouvert à tous les porteurs de projet, y compris ceux qui ne demandent pas la Dotation jeunes agriculteurs (DJA). C’est le cas de Solenn, 37 ans, qui cultive un terrain d’un hectare sur la commune de Guengat (29) avec son compagnon, Gaëtan Le Meil, 39 ans.

« Depuis longtemps, j’avais envie de concret. Ma rencontre avec Gaëtan en Bretagne et ce terrain qui s’est présenté à nous a accéléré les choses. Notre projet, c’était de développer des cultures maraîchères, des plantes aromatiques et médicinales et de les transformer. Mais avant tout, c’est un projet de vie », entame Solenn.

Difficile de rentrer dans les cases
Le couple en définit les grandes lignes et Solenn se présente en juin 2016 au Point accueil installation du Finistère. « Le Groupement des agriculteurs bio m’a orientée vers la Chambre d’agriculture. J’ai pris contact, complété les documents d’auto-évaluation et on a établi avec la conseillère de la chambre [une des structures labellisées Centre d’élaboration du plan de professionnalisation personnalisé] un Plan de professionnalisation personnalisé [PPP]. J’ai eu l’impression que certains modules ne correspondaient pas réellement au bilan de compétences réalisé mais qu’ils étaient obligatoires. » Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, Transrural 2018

L’installation agricole, un parcours administratif

À Beauvais, une dizaine de jeunes ont assisté, fin janvier, à une réunion du Point accueil installation présentant les différentes étapes et démarches du parcours.

 

L’installation agricole, pour nombre de porteurs de projets, est un parcours du combattant. En France, le parcours institutionnel, obligatoire pour prétendre à certains avantages comme la Dotation jeunes agriculteurs (DJA) débute dans les Points accueil installation (PAI) de chaque département. Dans l’Oise, la chambre d’agriculture et le Collectif pour une agriculture solidaire (Copasol) sont les deux structures labélisées PAI. Leur rôle est d’accueillir et informer tous ceux et celles qui souhaitent s’installer, de les orienter vers d’autres structures si besoin – notamment pour des formations – et de les guider dans l’élaboration de leur projet. Une réunion d’information destinée aux porteurs de projets, organisée le 31 janvier dernier à Beauvais dans les locaux de la chambre d’agriculture, a rassemblé une dizaine de jeunes, déjà bien avancés dans leur projet, presque tous de reprise de la ferme de leurs parents.

Une centaine d’installations par an
Astrid Degroote, conseillère installation à la chambre d’agriculture et Johanna Lomont, conseillère installation détachée par le syndicat Jeunes agriculteurs, détaillent les différentes étapes obligatoires : autodiagnostic du projet, plan de professionnalisation personnalisé, formation obligatoire dite « stage 21 heures » et plan d’entreprise à cinq ans. Elles précisent les conditions à remplir pour s’installer, celles pour toucher les aides, les critères de modulation de la DJA et donnent astuces ou conseils : « Si on te prête le matériel, cela ne marchera pas pour les aides » ; «  pensez aux Mesures agro-environnementales et climatiques, dans le coin, c’est assez facile à avoir ». Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2018

Faire de l’agriculture un sujet de l’agglomération

Dans la Drôme, les nouveaux découpages administratifs n’incitent pas forcément à la rencontre entre préoccupations des acteurs ruraux, notamment agricoles, et besoins des villes.

La Mairie de Peyrins (Drôme).

Depuis les dernières réformes territoriales, nombre d’intercommunalités se sont agrandies¹. C’est le cas de Valence Romans Agglo qui, après avoir absorbé des territoires périurbains et ruraux en 2014 et 2016, regroupe aujourd’hui 56 communes pour 220 000 habitants. Pour Jean-Pierre Cardi², premier adjoint au maire de Peyrins (Drôme) et membre du conseil communautaire de Valence Romans Agglo, « les processus de fusion consécutifs ont occupé les élus qui se sont détournés des agriculteurs et ces derniers ont abandonné les relations pourtant constructives avec ces élus absents ». Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, Transrural 2017

Grippe Aviaire : l’impossible coexistence de deux modèles

La dernière épidémie, loin d’être une crise strictement sanitaire, a ramené sur le devant de la scène la question des modèles de production dans la filière foie gras.

 

Entre fin 2016 et début 2017, la grippe aviaire a de nouveau touché le territoire français et plus précisément le Sud-Ouest. Localement, la filière palmipède gras se remettait tout juste de l’épizootie qui avait durement affecté la production en 2015-2016. Début 2016, l’État avait déclenché un vide sanitaire, mis en place des mesures de confinement et pratiqué de nombreux abattages. Mais, en fin d’année, le virus de la grippe aviaire revenait, sous la forme du H5N8. Le 5 mai 2017, la fin de ce nouvel épisode de crise était déclarée par arrêté ministériel, après plusieurs mois de déploiement de mesures extrêmes de confinement, d’abattage préventif et de police sanitaire. Au total, 4 millions de canards ont été abattus en quatre mois entre fin 2016 et le début de cette année. Lors de ses derniers mois au ministère en charge de l’agriculture, Stéphane Le Foll a mis un point d’honneur à faire que ce genre de crise ne se reproduise plus, en tentant de faire dialoguer tous les acteurs de la filière.

Les racines du virus
Pour endiguer une épizootie, il faut agir sur les facteurs de risque et un débat – non réellement tranché aujourd’hui pour l’industrie et les pouvoirs publics – s’ouvre alors : faut-il intervenir sur le transport par camion d’animaux vivants ou sur la protection des élevages vis-à-vis de l’avifaune sauvage ?

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles

Agriculture : demandez le programme !

Les principaux partis paraissent s’entendre sur les constats mais leurs propositions pour lutter contre les conséquences du libéralisme ou assurer un revenu décent aux paysans divergent.

Dessin Pinter Politique et agricultureLes cinq candidats aux Présidentielles crédités du plus d’intentions de vote¹ ont peu parlé de ruralité. Dans les programmes, elle est souvent intégrée dans une réflexion sur l’aménagement des territoires ou liée à l’agriculture. Nombre d’antiennes resurgissent dans les propositions, comme la couverture haut débit de l’ensemble du territoire ou l’équipement en services publics de base au niveau des communes, les objectifs annoncés à l’orée du précédent quinquennat n’étant pas atteints. Sur le volet agriculture, plus fourni, les candidats se rejoignent sur le fait que « les agriculteurs doivent vivre de leur métier » ou « disposer d’une certaine autonomie ».

Comment augmenter le revenu des paysans ?

Mais les solutions divergent : affaiblissement des normes environnementales et baisse des charges sociales pour Les Républicains (LR), régulation des prix et ouverture de droits au chômage pour le Parti Socialiste (PS) et En Marche! (EM, le « parti» d’Emmanuel Macron), revalorisation des retraites et accès garanti au statut d’exploitant et à une couverture sociale pour tous les actifs agricoles pour La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon (LFI). Afin de redonner une part de la valeur ajoutée créée dans les filières aux producteurs et augmenter leurs revenus, LR et EM souhaitent favoriser la constitution d’organisations de producteurs et encadrer par la loi les négociations commerciales, alors que le Front national (FN) envisage de supprimer la contractualisation, de rétablir des coefficients multiplicateurs sur les marges et d’interdire la vente à perte. Les autres partis insistent davantage  sur  le  développement de productions de meilleure qualité et des circuits courts ou le changement de système pour économiser (sur) les intrants. Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles