Breizh bocage : peu d’avancées sur les haies

L’évaluation de ce programme doté de 25 millions d’euros sur six ans montre qu’il n’a pas permis de compenser les dégâts environnementaux liés à l’arrachage des haies ces vingt-cinq dernières années.

En Bretagne, l’urbanisation et l’agrandissement des exploitations agricoles contribuent à la transformation des paysages et à la disparition des haies. © Daniel Jolivet

Depuis plus de vingt ans, de plus en plus d’acteurs des territoires vantent les mérites de la haie, que ce soit d’un point de vue paysager, pour la protection de la biodiversité animale et végétale, pour la lutte contre l’érosion des sols, la fuite trop rapide des eaux de pluie vers les cours d’eau, sans parler des usages à retrouver pour l’utilisation du bois d’oeuvre et de chauffage, pour abriter les animaux d’élevage lors de vents froids ou de fortes chaleurs…

En Bretagne, conscientes de la dégradation continue de la quantité et de la qualité des haies, plusieurs institutions dont le conseil régional et les départements se sont mobilisées au travers de deux programmes nommés « Breizh bocage » depuis 2008.

Breizh bocage 2, de 2015 à 2021, a bénéficié d’un appui important de la Politique agricole commune de l’Europe (Feader) et de fonds nationaux (agences de l’eau Loire-Bretagne et Seine-Normandie, notamment) pour un total de 20,4 M€, complété par les financements des « maîtres d’œuvre » que sont les syndicats de bassins versants et les intercommunalités (5,4 M€).

Ces financements, en plus des actions de plantation, ont permis de porter en moyenne 42 postes équivalents temps plein pour assurer l’animation et le suivi. Il s’agissait a minima d’arrêter la destruction massive des linéaires de haies et si possible d’inverser les tendances.

Des haies en bord de route

Une évaluation du programme Breizh bocage 2 (2015-2021) a été réalisée en partant d’un état des lieux produit en 2008 dans le cadre des enquêtes Teruti Lucas1. En chiffres, tout d’abord. Ceux-ci ne manquant pas dans le rapport mais, en lecture rapide, on peut s’y tromper. Ainsi, l’étude note que 88 % du territoire breton est couvert par les actions de sensibilisation et de replantation. Mais au total, on a replanté en moyenne 339 km de haies par an, c’est à dire 2032 km sur la période, avec une modification des paysages, dans la mesure où les haies sont davantage replantées en bord de route et moins dans les parcelles qui ont donc tendance à s’agrandir. Chiffres qu’il faut rapporter aux 182 500 km de haies bocagères bretonnes en 2008.

Le bocage progresse de 0,3%

L’étude indique également qu’il y a eu 3 722 « agriculteurs-planteurs », à rapporter aux quelque 44 500 exploitants bretons en 2017, installés seuls ou en association, soit une moyenne d’un peu plus de 8,5 % d’entre eux. Selon l’état des lieux Teruti Lucas, le bocage progresse de 0,3 % entre 2008 et 2020 sur les secteurs où il y a un programme Breizh bocage et il régresse de 0,3 % là où il n’y a pas de programme… Il faut quand même garder à l’esprit que sur la période précédente (1996-2007) le bocage a reculé de 12 %.

LE RÔLE DE LA PAC DANS LA DESTRUCTION DES HAIES
La politique agricole commune (PAC), en consacrant l’essentiel des subventions à des aides en fonction des surfaces cultivées, a contribué pendant des années au recul des « surfaces non productives » telles que les haies. Les différents aménagements de cette politique n’ont pas permis d’inverser la tendance. La future PAC (2023-2027) fixe, comme condition afin de pouvoir toucher la totalité des aides à la production, une surface minimale d’intérêt écologique qui correspond à l’équivalent de six arbres par hectare. Deux fois plus que la précédente PAC mais 2,5 fois moins que demandé par l’Afac-Agroforesterie, fédération qui regroupe 235 organisations engagées pour promouvoir, accompagner et mettre en oeuvre des politiques globales de développement de l’arbre. Le réseau déplore également que le soutien à l’entretien des haies – dont l’intérêt en termes de biodiversité, de gestion de l’eau ou de carbone dépend de leur bonne gestion – dans le cadre du futur éco-régime de la PAC ne soit que de 7 euros par hectare. De même, l’enveloppe qui sera consacrée au soutien de l’entretien des haies pour les agriculteurs signataires d’une mesure agro-environnementale et climatique sera insuffisante pour rémunérer correctement l’ensemble des agriculteurs qui pourraient s’engager. Quel sera le bilan, fin 2027, entre la poursuite des aides à la surface et les aides environnementales pour favoriser le maintien et l’entretien des haies ? F.B.

L’étude donne quelques éléments d’explication de ces résultats. Elle pointe l’entretien de ces haies comme frein principal à la replantation ; notamment à cause de l’absence de vraie filière de valorisation, que ce soit en bois d’œuvre ou en bois de chauffage. D’autant plus qu’envisager une valorisation suppose un entretien adéquat, sans « massacrer » la haie existante pour permettre sa repousse, et conduire un chantier permettant « la reprise » d’un bois trié ce qui suppose plus de travail sans rémunération vraiment garantie. L’étude explique que « 41% des animateurs estiment que seuls 1 % à 20 % des agriculteurs bénéficiaires de Breizh Bocage 2 entretiennent leurs haies de manière adéquate ». Un peu moins de 500 agriculteurs ont sollicité une mesure agro-environnementale et climatique finançant l’entretien de leur haie, alors que le programme BB2 mettait l’accent sur la conduite de la haie, au moins jusqu’au terme de sa première année.

Comment faire adhérer les agriculteurs ?

Il y a une vraie difficulté à faire adhérer les agriculteurs bénéficiaires. D’après l’association Terres et Bocages citée dans le rapport, « bien que propriétaires des terrains implantés, les agriculteurs ne se sentent pas propriétaires de la haie. Considérée comme un aménagement environnemental mis en place par la collectivité, ils l’entretiennent pour limiter son empiètement dans leur espace de production. Une telle logique qui dissocie environnement et production induit un entretien de stricte réduction d’emprise. Dès lors, le développement des arbres est entravé et la haie n’assure plus les fonctions environnementales associées, pour lesquelles son implantation a été financée. » Il reste donc beaucoup à faire d’abord pour arrêter de régresser, ensuite, pour améliorer. L’enjeu est bien d’intégrer ces haies dans « la vie » des exploitations. L’explosion des coûts des énergies, très majoritairement importées, pourraient peut-être y contribuer. ■ Michel Carré

1- Enquête annuelle réalisée par les services statistiques du ministère en charge de l’agriculture ayant pour objectif de suivre l’évolution de l’occupation et de l’usage des sols sur tout le territoire national. Plus
d’infos : https://www.casd.eu/source/utilisation-du-territoire-teruti-lucas/

Cet article est extrait du Transrural initiatives n°492, daté de juillet-août 2022.
Le sommaire complet ainsi qu’un extrait du magazine et de son dossier « Bien vivre ensemble en rural », sont disponibles ici.
Pour commander ce numéro, rendez-vous sur notre boutique en ligne. S’il ne figure plus dans l’onglet « Le numéro du mois », choisir « Ancien(s) numéro(s) » et indiquer « 492 » dans la commande.

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2022

Comments are closed.