Installation agricole : quelles déclinaisons de la PAC dans les régions ?

Les conseils régionaux ont récupéré quelques marges de manœuvre mais les objectifs et moyens annoncés ne suffiront pas à enrayer la baisse du nombre de paysans.

La Nouvelle-Aquitaine compte environ 64 000 fermes en 2020, 19 000 de moins qu’en 2010 (-23%). Crédit photo : CC – Bernard Blanc

Fin 2022, la plupart des Régions finalisaient leur déclinaison de la nouvelle Politique agricole commune (PAC) pour la période 2023-2027, au travers de Plans stratégiques régionaux. Dans le cadre du second pilier de la PAC, elles gèrent désormais toutes les interventions non liées à la surface : développement rural, industries agro-alimentaires, installation- transmission et doivent arbitrer l’utilisation des 700 millions d’euros de fonds européens qu’elles toucheront chaque année.

Contraintes budgétaires

Sur l’installation-transmission, des cadres restent imposés par l’État et les Régions ont des contraintes budgétaires. « Le taux de cofinancement européen sur le second pilier a été réduit. Les États et Régions devaient apporter 20 % mais à partir de 2023, suivant les mesures, ce sera de 30 à 40 %. La Conf’ est extrêmement déçue, il y a peu d’avancées sur l’installation et presque rien sur la transmission », déplore Laurence Marandola, secrétaire nationale de la Confédération paysanne.

De plus, 3 % des fonds européens seront consacrés au renouvellement des générations, soit environ 218 millions d’euros par an, alors que l’Europe permettait d’aller jusqu’à 4 %. Dans le détail, le ministère de l’Agriculture gère directement environ 101 millions d’euros par an de financements européens provenant du premier pilier de la PAC, qui seront dédiés à l’aide complémentaire au revenu pour les jeunes agriculteurs1. Le ministère met également en œuvre, hors des financements européens, le programme d’accompagnement à l’installation transmission (AITA), soit les fonds nécessaires au fonctionnement du parcours à l’installation2. Un regret pour certaines Régions, qui souhaitaient gérer directement ce programme, dont une refonte est prévue en 2023.

Les Régions en charge des dossiers DJA

Les Régions, elles, assurent la gestion de plusieurs dispositifs du second pilier concourant à l’installation : elles sont en charge de l’instruction des dossiers (avec leurs propres logiciels pour certaines) et pourront adapter les règles déterminants les conditions d’accès et les montants dans le cadre fixé par l’Europe et l’État.

Ainsi, la dotation jeune agriculteur (DJA) reste réservée aux moins de 40 ans ayant un niveau de formation ou de compétence minimum et la dotation moyenne – environ 30 000 euros avant la réforme – devrait peu bouger. « On s’est battu pour avoir une meilleure DJA, on ne l’a pas eue », déplorait le vice-président en charge de l’agriculture en Bretagne, Arnaud Lécuyer, en septembre dernier, dans un communiqué.

Arbitrages en cours

Des arbitrages sont encore en cours et les nouvelles règles ne seront appliquées qu’en 2024 dans plusieurs régions. Certaines devraient restreindre l’accès à la DJA, comme la Bourgogne-Franche-Comté, en imposant une étude de marché pour les productions atypiques ou des contrats d’assurances.

La Région Grand Est, elle, souhaiterait supprimer les modulations3 de la DJA en faveur des installations hors cadre familial, de l’agriculture biologique (AB) ou de l’agroécologie.

En Auvergne-Rhône-Alpes, où les modulations seront du même montant pour l’AB ou le label Haute valeur environnementale, la suppression des commissions départementales d’orientation agricole (CDOA) au profit de comités dont les compositions ne sont pas connues inquiète des membres d’Inpact4 habitués à pouvoir « défendre » des dossiers en CDOA.

À l’inverse, des Régions ont mis en place des modulations jusqu’à 10 000 euros en faveur de l’agriculture biologique, des hors cadre familial, des femmes… Les Régions peuvent aussi activer d’autres leviers de la PAC pour favoriser l’installation et la transmission, comme les aides aux investissements, les programmes Leader, des prêts d’honneur… ainsi que leurs propres budgets. Parmi les nouveaux dispositifs, figurent l’aide à la création d’entreprises en milieu rural et l’aide au nouvel installé en agriculture (DNA).

L’aide au nouvel agriculteur

Des aides aux nouveaux installés, des agriculteurs actifs de plus de 40 ans ou non diplômés agricoles mais « détenant une expérience professionnelle significative », seront proposées dans deux tiers des régions métropolitaines, avec des montants allant de 4 500 à 20 000 €. Certaines ont débloqué des budgets pour une dizaine de dossiers par an mais d’autres ont mis davantage de moyens.

En Occitanie, une aide de 4 500 à 11 500 € pour 350 dossiers par an est en cours de négociation. « La Conf’ est intervenue auprès de la Région pour la consolidation des aides aux nouveaux agriculteurs qui existaient déjà. Ils ont pu voir l’intérêt car cela a porté ses fruits sur le territoire, même si pour cela il a fallu baisser le niveau de la DJA », explique une personne impliquée dans les négociations.

La Nouvelle Aquitaine, qui vise 1 000 installations aidées (+ 60 %) après 2023 avec un budget de 27,3 millions d’euros par an (+ 60 %), prévoit 250 dossiers « nouvel agriculteur » par an, qui seront aidés pour leurs investissements et non pour un complément de revenu comme les jeunes agriculteurs. Mais alors que les plus de 40 ans constituent plus de 35 % des installations dans la région, le montant global d’aides qui leur sera consacré ne sera que de 3,5 millions d’euros, soit 12,5 % du total. « Dans le cadre de la PAC, nous avons dû mettre des budgets pour chaque aide, mais on pense cette politique comme un tout et on pourra la faire évoluer », explique Claire Hervy, de la sous-direction Feader de Nouvelle Aquitaine.

Jusqu’à présent, 2 000 agriculteurs s’installaient chaque année dans la région, pour environ 3 500 départs. Même en visant l’objectif d’aider 1 000 de ces 2 000 installations, la région devrait perdre 1 000 à 1 500 fermes par an. Même constat dans d’autre régions volontaristes, comme la Bretagne ou la Normandie. Le cumul des objectifs régionaux, même s’ils sont atteints, conduiront donc à une baisse d’au moins 50 000 paysans en France en dix ans.

Des freins subsistent

Cette réforme des aides à l’installation ne suffira donc pas, notamment car de nombreux freins subsistent : critères d’âge, de formation, de revenu minimum à dégager, d’investissements à réaliser… Dans un rapport sur « Les politiques régionales en faveur de l’installation et la transmission en agriculture », Régions de France note que l’objectif de 20 000 installations aidées avancé par le gouvernement « fait indirectement le constat de défaillances des politiques actuelles et reste non traduit budgétairement ». Surtout, cette politique reste insuffisante : attirer davantage de travailleurs dans l’agriculture nécessite d’agir sur la transmission, l’accès au foncier, la formation, les conditions de travail, les revenus, les normes…

Emmanuel Macron a lancé mi-décembre une « grande concertation » sur le pacte et la loi d’orientation et d’avenir agricoles, dont le vote est prévu avant l’été, autour du renouvellement des générations. Qu’en attendre, après un quinquennat d’occasions ratées – réforme du foncier, de la PAC, loi Egalim – et alors que nombre de présidents des groupes de travail ont déjà affiché leur opposition à l’interdiction du glyphosate ou leur soutien aux nouvelles technologies comme principale solution pour la transition agroécologique ? ■ Fabrice Bugnot (Transrural)

1 – Auparavant liée à la surface, elle est désormais d’environ 4 500 euros par an, favorisant les exploitations de moins de 30 ha.

2 – Point d’accueil installation, stages 21h, formations…

3 – La DJA est composée d’un montant de base et de « bonus » liés à plusieurs critères.

4 – Pôle d’Initiatives pour une agriculture citoyenne et territoriale.

Cet article est extrait du Transrural initiatives n°494, daté de novembre-décembre 2022.
Le sommaire complet ainsi qu’un extrait du magazine et de son dossier « En rural, refuge, résistance et relégation », sont disponibles ici.
Pour commander ce numéro, rendez-vous sur notre boutique en ligne. S’il ne figure plus dans l’onglet « Le numéro du mois », choisir « Ancien(s) numéro(s) » et indiquer « 494 » dans la commande.

1 Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2022

One Response to Installation agricole : quelles déclinaisons de la PAC dans les régions ?

  1. Pingback: Janvier – Economie | Revue de presse Emancipation