Author Archives: Transrural

Poiscaille, le circuit court de la mer qui grandit

Depuis 2015, Poiscaille propose des paniers de poissons et coquillages pêchés en France selon des pratiques durables, avec la volonté de garantir des prix rémunérateurs aux pêcheurs qui s’engagent. Tour d’horizon de cette poissonnerie qui n’arrête pas de grandir.

Le chinchard, proche du maquereau, fait partie des poissons peu connus du grand public qui sont proposés par Poiscaille dans ses paniers. Photo : LMBUGA COMMONS

Comment bien choisir son poisson si l’on veut limiter son impact sur l’environnement ? Voilà une question compliquée : nous serons sans doute plus nombreux à connaître la saison des tomates que celle de la dorade ou du maquereau. Pourtant, la pêche est le principal facteur impactant les écosystèmes marins1.

Charles Guirriec, co-fondateur et directeur actuel de Poiscaille, s’est fait une idée de la pêche qu’il voulait défendre au contact des marins, comme observateur des pêches2. Il examine ainsi les logiques des « gros bateaux » qui cherchent le volume pour pallier les aléas de prix, mais aussi les pratiques des pêcheurs artisanaux et le souhait de certains de s’émanciper des prix à la criée grâce à des circuits plus courts.

Impliqué dans des Associations de maintien de l’agriculture paysanne (Amap), il propose d’abord d’y inclure du poisson, mais ça ne prend pas. Ce modèle inspirera tout de même la création de Poiscaille en 2015 : l’entreprise propose de livrer en point relais ou à domicile des paniers de poissons et coquillages, issus d’une pêche française durable et assurant une juste rémunération à ses pêcheurs.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2022

YouTube, Twitter… qui sont les agriculteurs « influenceurs » ?

Des agriculteurs investissent YouTube pour communiquer sur leur métier. Une étude publiée en 2022 nous en apprend un peu plus sur cette communauté très influente.

Capture d’écran d’une vidéo YouTube d’Étienne Fromont, avec l’ancien ministre en charge de l’agriculture, Julien Denormandie, le 10 mars 2022.

La scène se déroule lors du dernier salon de l’Agriculture en mars dernier. Étienne Fromont, éleveur de vaches laitières en Sarthe, s’entretient pendant dix minutes face caméra avec le ministre de l’Agriculture alors en exercice, Julien Denormandie. Parmi les questions posées : « Je suis un fana des nouvelles technologies, du progrès génétique […] si je veux utiliser des OGM, qui je vais secouer pour pouvoir en utiliser ? » Réponse du ministre qui déroule les éléments de langage : « Le sujet n’est pas tant les OGM mais les NBT [nouvelles biotechnologies, NDLR] […] et certains font des amalgames pour les empêcher. » L’agriculteur acquiesce, le ministre est dans un fauteuil et boit du petit-lait.

100 000 abonnés sur YouTube

Cette proximité entre l’agriculteur et le ministre interroge. Mais Étienne Fromont n’est pas un agriculteur comme les autres. Connu sous le pseudo « Étienne agri youtubeurre« , il fait partie des « agri-youtubeurs », ces agriculteurs qui filment leur quotidien et publient leurs vidéos sur la plateforme YouTube. Passé par les rangs du syndicat Jeunes agriculteurs, il cumule aujourd’hui plus de 100 000 abonnés.

Autre exemple, Thierry Baillet, céréalier dans la Somme, a enregistré 22 millions de vues sur ses vidéos. Il est à l’initiative du « Tour de France en tracteur » et ses vidéos n’ont évidemment pas échappé aux marques de constructeurs, qui y voient un bel intérêt. Dans Ouest-France du 2 octobre 2021, il disait : « Je touche environ un Smic par mois, en dehors de mon travail purement agricole, entre les publicités YouTube, les vidéos à la demande de marques et les activités qui en découlent. »

Ces agriculteurs ne sont que deux exemples au sein d’une petite communauté qui met les réseaux sociaux au service du modèle agricole dominant : une agriculture productiviste où les nouvelles technologies occupent une place de choix.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2022

Paysannes, « bifurqueurs » et Restos du cœur, au sommaire du Transrural n°493

septembre-octobre 2022

Transrural initiatives n°493 by Transrural on Scribd

| VIVRE ENSEMBLE |

Agriculture
Qui sont les agriculteurs « influenceurs » ? → Au sujet des agri-YouTubeurs, tels Etienne Fromont
Faire réseau avec les espaces-test agricoles → Sur les 10 ans du Reneta
Environnement
Laillé (35) mobilise ses habitants autour de la biodiversité
Associations
Faire passer un message en musique → Comme le MRJC avec cette chanson

Continue reading

3 Comments

Filed under articles, Sommaires 2022, Transrural 2022

Le n°492 en accès libre suite à un problème de livraison

Chers abonnés, chères abonnées,

Le numéro 492 sur le bien vivre ensemble en rural est bien sorti, mais la rédaction s’est emmêlé les pinceaux et a mélangé le fichier des adresses. Les magazines destinés à Nantes sont arrivés à Paris, ceux de Paris à Strasbourg, ceux de Strasbourg à Valence, etc. La Poste nous retourne les magazines égarés au compte-goutte et nous vous les renvoyons au fur et à mesure, mais ce processus prend plus de temps que nous l’aurions cru…

Veuillez nous excuser pour ce fâcheux contretemps.

Afin de nous faire pardonner et pour vous patienter, nous vous mettons le magazine en accès libre sur notre site Internet, à cette page :

Si vraiment il vous faut rapidement un exemplaire papier pour compléter votre collection (par exemple au sein d’un lycée agricole ou d’une bibliothèque universitaire), vous pouvez envoyer un mail à la rédaction : transrural[arobase]globenet[point]org.

Cordialement,

L’équipe de Transrural

Leave a Comment

Filed under Non classé

Breizh bocage : peu d’avancées sur les haies

L’évaluation de ce programme doté de 25 millions d’euros sur six ans montre qu’il n’a pas permis de compenser les dégâts environnementaux liés à l’arrachage des haies ces vingt-cinq dernières années.

En Bretagne, l’urbanisation et l’agrandissement des exploitations agricoles contribuent à la transformation des paysages et à la disparition des haies. © Daniel Jolivet

Depuis plus de vingt ans, de plus en plus d’acteurs des territoires vantent les mérites de la haie, que ce soit d’un point de vue paysager, pour la protection de la biodiversité animale et végétale, pour la lutte contre l’érosion des sols, la fuite trop rapide des eaux de pluie vers les cours d’eau, sans parler des usages à retrouver pour l’utilisation du bois d’oeuvre et de chauffage, pour abriter les animaux d’élevage lors de vents froids ou de fortes chaleurs…

En Bretagne, conscientes de la dégradation continue de la quantité et de la qualité des haies, plusieurs institutions dont le conseil régional et les départements se sont mobilisées au travers de deux programmes nommés « Breizh bocage » depuis 2008.

Breizh bocage 2, de 2015 à 2021, a bénéficié d’un appui important de la Politique agricole commune de l’Europe (Feader) et de fonds nationaux (agences de l’eau Loire-Bretagne et Seine-Normandie, notamment) pour un total de 20,4 M€, complété par les financements des « maîtres d’œuvre » que sont les syndicats de bassins versants et les intercommunalités (5,4 M€).

Ces financements, en plus des actions de plantation, ont permis de porter en moyenne 42 postes équivalents temps plein pour assurer l’animation et le suivi. Il s’agissait a minima d’arrêter la destruction massive des linéaires de haies et si possible d’inverser les tendances.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2022

En Espagne, un parti politique rural

Face à la désertification rurale, le mouvement España vaciada, coalition de 170 organisations et associations aux positions parfois antagonistes, va s’impliquer dans les élections législatives de 2023.

www.populationdata.net

En Espagne, parler de l’España vaciada, ou « Espagne vidée », revient à évoquer la diagonale du vide française : l’expression désigne un ensemble de territoires du pays qui ont subi l’exode rural massif, du fait du manque de transports, d’absence de tissu industriel et du mouvement de concentration des activités et services vers les villes. La population y a vieilli, les services ont peu à peu disparu. Le problème a longtemps été ignoré des pouvoirs publics. Pourtant, comme le rappelle Tomás Guitarte, actuel député du mouvement Teruel existe : « On ne doit pas parler de l’Espagne vide, mais de l’Espagne vidée, parce que ce processus n’a pas été naturel, mais est bien la conséquence de mauvaises politiques ».

Porter la voix des territoires ruraux

Aujourd’hui, 90 % de la population espagnole occupe 10 % du territoire, répartis entre Madrid et la côte, ce qui crée un sentiment d’abandon de la part des 10 % d’Espagnols restant. Localement, des plateformes et mouvements désireux de trouver des solutions ont donc émergé et se rassemblent sous le nom España vaciada, arborant comme une fierté l’appartenance à ces territoires oubliés. Le 31 mars 2019, deux des plus anciens mouvements, Teruel existe et Soria, ¡ya! ont organisé une grande manifestation à Madrid afin de lancer la révolution de España vaciada et de chercher des solutions pour que ne meurent pas les villages. Depuis septembre 2021, le mouvement désigne donc une coalition de 170 organisations et associations, présentes dans 25 provinces espagnoles et se faisant l’écho de ces problématiques. Leur but ? Remporter des sièges aux législatives 20231 pour porter la voix des territoires ruraux.

Continue reading

3 Comments

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2022

Au sommaire du Transrural initiatives n°492

juillet-août 2022

Numéro exceptionnellement disponible intégralement en ligne suite à un problème de livraison :

Télécharger le numéro ici ou le visionner avec Scribd :

Transrural initiatives n°492 – entier ! by Transrural on Scribd

| VIVRE ENSEMBLE |

Politique
Le rural, un prisme trompeur pour analyser les votes ?
Les agriculteurs, électeurs influents
En Espagne, un parti politique rural
Société
Les lieux de vie et d’accueil, des artisans du territoire ?

Continue reading

3 Comments

Filed under Sommaires 2022, Transrural 2022

L’agriculture carbone, nouveau miroir aux alouettes selon Hélène Tordjman

La rémunération d’agriculteurs pour des pratiques censées renforcer la séquestration de carbone dans les sols, prairies ou arbres se développe en Europe et en France avec de nombreux risques.

CC0

Tous les deux mois, le pôle Inpact1 reçoit une personne pour interroger les évolutions de l’agriculture. En mars, l’économiste Hélène Tordjman2 présentait son travail sur l’agriculture carbone.

Depuis trente ans, pour protéger la nature par l’incitation économique plutôt que par la contrainte, celle-ci est réduite à des services écosystémiques recensés dans l’objectif de leur donner une valeur et de rémunérer les agents qui la protègent. La pollinisation vaudrait ainsi 150 milliards d’euros par an, correspondant à des calculs absurdes et contradictoires entre eux.

La compensation est une approche complémentaire, elle correspond à une hiérarchie de l’atténuation des impacts écologiques dont les premiers éléments – « éviter et réduire » – ont été oubliés. Cela suppose que ce qui est détruit ici peut être restauré ou protégé ailleurs. Les émissions « nettes » (dont on retranche la part compensée) permettent d’afficher des activités « neutres en carbone ».

Continue reading

Leave a Comment

Filed under Analyses, articles, Transrural 2022

En Bas-Armagnac, loger les jeunes pour faciliter leur émancipation

Pour favoriser l’autonomie et l’ancrage des jeunes ainsi que l’économie locale, la communauté de communes du Bas-Armagnac veut proposer une offre locative adaptée à ce public.

Dans le Gers, la communauté de communes du Bas-Armagnac (9 000 habitants) veut faciliter l’accès au logement des jeunes. Ce territoire classé en zone de revitalisation rurale, faiblement desservi par de grands axes de circulation, n’en demeure pas moins attractif.

Centrée autour de Nogaro, l’activité économique y est importante, avec notamment un pôle d’excellence automobile et aéronautique lié au circuit de course Paul-Armagnac. Le territoire peut aussi compter sur une cité scolaire qui regroupe 1000 élèves et propose des formations pour adultes.

Tension sur le marché locatif

En résulte une tension sur le marché locatif posant problème pour de jeunes adultes en demande de logement à loyer modéré. Certains, freinés dans leur désir d’émancipation et d’ancrage, doivent émigrer. D’autres choisissent d’abandonner leurs études pour travailler et disposer des ressources financières suffisantes (cf. encadré). Enfin, même ces jeunes peuvent avoir des difficultés à trouver un logement pendant leur période d’essai, ce qui peut handicaper le recrutement des entreprises.

Continue reading

Leave a Comment

Filed under articles, Initiatives, Transrural 2022

Au sommaire du Transrural initiatives n°491

mai-juin 2022

Transrural initiatives n°491 by Transrural on Scribd

| VIVRE ENSEMBLE |


Initiative
Au Lieu Ressources, accueil inconditionnel, autonomie et alimentation digne
Société
« Il n’y a pas d’exode urbain massif »
Agriculture
Déméter démantelée ?
Initiatives
Le grand retour des cabines téléphoniques ?
Loger les jeunes en rural pour faciliter leur émancipation
Environnement
Les associations « à l’asso de la transition »

Continue reading

2 Comments

Filed under Sommaires 2022, Transrural 2022